NIGLOLAND : NON À L’EXPLOITATION D’OURS ET D’ANIMAUX SAUVAGES.

Depuis plusieurs années, le parc Nigloland (Dolancourt, Aube) n’a pas trouvé meilleure idée que de confier ses animations estivales à des dresseurs d’animaux sauvages.

Longtemps animés par la compagnie de montreurs d’ours et de loups Aïtawak, de Sylvie et Benoît Motton, ces spectacles sont désormais assurés par la compagnie Arkann créée par Benoit Motton suite à sa séparation. Malgré les nombreux messages reçus par le parc Nigloland, l’exploitation d’animaux sauvages est devenue une attraction récurrente.

Comme d’habitude, l’exploitation animale est justifiée par une pseudo-sensibilisation du public… quoi de mieux en effet pour comprendre ce qu’est un ours que de le voir au bout d’une laisse faire du toboggan ?

Cette année encore, un ours noir et des ratons-laveurs vont devoir répéter inlassablement leurs numéros dans l’espoir d’obtenir pour récompense quelques fraises Tagada, tournant en rond dans un enclos trop petit pour eux.

AVES France rappelle que la place de ces animaux n’est pas dans des fêtes de village ou des parcs d’attractions. Les animaux ne sont pas des clowns.

Demandons à Nigloland de mettre un terme définitivement à leurs spectacles animaliers.

Comment agir ?

AVES France vous propose plusieurs actions :

Frédéric Chesneau et l'ours Valentin

Ours Valentin : 1500 Km pour se rendre au festival de Peyrepertuse les 8 et 9 août 2018

Pour quelle somme accepteriez-vous de parcourir 1500 Km lors d’un week-end d’août ?

L’ours Valentin, lui, devra subir ce long transport pour se rendre au festival de Peyrepertuse les 8 et 9 août prochains. A la fin de la saison estivale, ce malheureux ours aura parcouru plus de 12.000 kilomètres sur les routes de France et sera resté enfermé des centaines d’heures dans sa remorque pour le plaisir égoïste et malsain de quelques passionnés de l’époque médiévale.

A ce jour, plus de 56.000 personnes se sont opposés à ces spectacles via une pétition mise en ligne le 20 juin 2018 par AVES France. Malgré cela, les spectacles continuent de s’enchaîner. C’est pourquoi, en attendant une modification prochaine de la loi que nous espérons de toutes de nos forces, AVES France vous invite à participer à cette cyber-action, afin de dire au Maire de Duilhac sous Peyrepertuse, dans l’Aude (11), qu’un ours n’a rien à faire dans une fête de village.

Contre la présence de l'ours Valentin au festival de Peyrepertuse

Monsieur le Maire,

Pour quelle somme accepteriez-vous de parcourir 1500 Km lors d'un week-end d'août ? L'ours Valentin, lui, devra subir ce long transport pour se rendre au festival de Peyrepertuse les 8 et 9 août prochains. A la fin de la saison estivale, ce malheureux ours aura parcouru plus de 12.000 kilomètres sur les routes de France et sera resté enfermé des centaines d'heures dans sa remorque.

En tant que protecteur des animaux, je vous demande d'annuler la venue de l'ours Valentin et de ne plus faire appel à des montreurs d'ours pour animer vos festivités. Je soutiens également le courrier suivant, qui vous a été adressé par l'association AVES France.

"Monsieur le Maire,

Les 8 et 9 août 2018, Frédéric Chesneau et son ours Valentin participeront au festival de Peyrepertuse. Ne pensez-vous pas qu’il y a suffisamment d’artistes talentueux pour animer votre fête sans entacher votre programmation par l’exploitation d’un ours par un montreur d’ours.

Depuis le début de la saison 2018, nous avons déjà dénoncé la présence de Valentin à Epieds (27), Montfort-le-Gesnois (72), Les Ponts-de-Cé (49), Le Malzieu (48), Bormes-les-mimosas (83), Annoeullin (59), Pérouges (01), Janvry (91), Crussol (07), Briançon (05), Châteaudun (28), Le Bosc (34) et quand il arrivera à Duilhac sous Peyrepertuse, il aura déjà parcouru au moins 10.000 kilomètres. D’autres prestations prévues à la suite de la vôtre feront monter les kilomètres parcourus par cet ours à plus de 12.000… peut-être plus encore car certains spectacles nous échappent probablement.

Si nous insistons sur ces distances parcourues, c’est que l’ours Valentin sillonne la France avec son dresseur, enfermé dans une remorque. C’est loin d’être une vie idéale pour un ours. L’ours est un animal discret et solitaire. Dans le milieu naturel, l’ours a un domaine vital très vaste, pouvant atteindre plusieurs milliers de kilomètres carrés. Il fuit instinctivement tout contact avec les hommes, mais aussi avec ses congénères, à l’exception des courtes périodes pendant lesquelles les mâles et les femelles se reproduisent. Tout ceci pour vous dire qu’un ours n’a pas sa place dans une fête de village.

Je sais que le montreur d’ours vous a vanté les qualités pédagogiques de son spectacle, mais croyez-vous réellement qu’on puisse inculquer des valeurs de respect des animaux et de la nature en asservissant un animal, en le rendant totalement dépendant de son dresseur et en l’exhibant dans un environnement parfaitement inadapté, devant un public venu pour s’amuser et se divertir ? Je sais aussi que Frédéric Chesneau a pris l’habitude de dire à son public qu’il sauve des ours et que sans lui, Valentin serait mort abattu par des chasseurs ou victime de l’industrie de la fourrure. Il a justifié son activité avec cette histoire pendant des années alors que Valentin est né dans un zoo texan et qu’il a été élevé au biberon. Peut-on dire qu’on sauve un ours quand on l’extrait d’un zoo pour le dresser et lui imposer une vie de saltimbanque ?

Au-delà de ces approximations sur la réelle provenance de cet ours, il est dangereux et irresponsable de dire devant un public peu informé que la vie en captivité est préférable pour les ours plutôt qu’une vie dans la nature. La place des ours est dans la nature. Il n’y a aucune discussion possible sur cette affirmation. La remettre en cause équivaudrait à dire que les éléphants d’Afrique devraient tous être emprisonnés dans des cirques pour éviter tout risque de braconnage. Tolèreriez-vous ce discours ? Le considéreriez-vous comme pédagogique ? Je ne pense pas, mais alors pourquoi le tolérer quand il s’agit d’un ours ? Le travail du dresseur est de faire croire au public que l’animal est heureux de travailler. C’est cette parfaite illusion qu’ils recherchent tous : faire croire au public que leurs animaux sont plus heureux sur scène qu’ils ne le seraient dans leur milieu naturel. Quant au reversement d’une partie de ses cachets à un refuge, le montreur d’ours ne fait que soutenir le refuge qui accueille son ourse Julia, qui est à la retraite. Est-ce qu’on peut ici parler de philanthropie ?

En tant que Président de l’association AVES France, je déplore que les spectacles mettant en scène des ours bruns ou des ours noirs soient aussi fréquents en France et connaissent un nouvel essor depuis une quinzaine d’années, grâce au succès des fêtes médiévales, alors que cette activité disparaît dans le reste du monde. Ces spectacles sont immoraux, même s’ils sont encore légaux dans notre pays. Aussi, nous avons lancé en début d’année une vaste campagne auprès des députés pour faire modifier la législation. Les montreurs d’ours échappent à une contrainte pourtant essentielle au bien-être de leurs animaux grâce à un paragraphe que l’on trouve en annexe III de l’Arrêté du 18 mars 2011 fixant les conditions de détention et d'utilisation des animaux vivants d'espèces non domestiques dans les établissements de spectacles itinérants.

L’annexe III de cet arrêté porte sur les « exigences minimales relatives à l’hébergement des espèces dans les installations utilisées pour la réalisation des spectacles itinérants ». On peut y lire, pour les ours bruns et les ours noirs, que les installations lors de la période itinérante doivent ménager un espace disponible d'au minimum 12 à 24 mètres carrés selon la taille de l’animal. Or, cette disposition règlementaire est balayée par la phrase suivante, toujours en Annexe III de l’arrêté du 18 mars 2011 :

« Les dispositions précitées relatives aux caractéristiques des installations intérieures et extérieures ne s’appliquent pas aux établissements dont les périodes itinérantes n'excèdent pas quatre jours à compter du départ des animaux des installations fixes jusqu'à leur retour. »

Ce paragraphe permet aux montreurs d’ours — en France et en 2018 ! — de garder leurs animaux enfermés dans des vans, des fourgonnettes ou des remorques climatisées jusqu’à quatre jours, pour sillonner la France et proposer leurs spectacles. Ces animaux-artistes sont condamnés par une législation inadaptée et empêchant aussi bien les associations que les services de l’Etat d’agir.

Monsieur le Maire, il est encore temps d’annuler le spectacle de ce montreur d’ours. Vous allez probablement recevoir de nombreux mails vous demandant cette annulation. S’il vous plaît, montrez au public que vous aimez les animaux et annulez la prestation de ce pauvre Valentin.

J’ai eu la chance de rencontrer de vrais héros de la conservation des ours et je peux vous garantir qu’aucun ne dresse d’animaux à des fins mercantiles. Les vrais protecteurs des ours, ce sont ceux qui se battent pour qu’ils puissent vivre dans leur environnement naturel. Ce n’est pas en faisant des spectacles avec un ours noir dans des fêtes médiévales qu’on va résoudre le problème des ours dans le monde et encore moins la difficulté de cohabiter avec les grands prédateurs. Un ours dans la nature, c’est tout l’inverse de ce qu’un montreur d’ours présente à son public. Un ours dans la nature n’a aucune chance de survie s’il s’approche des hommes.

Dans l’espoir que vous saurez entendre nos revendications pour Valentin et les autres ours de spectacles."

**your signature**

346 signatures

Partagez cette action avec vos amis :

   

ours Valentin

Urgent : l’ours Valentin sera aux Médiévales du Bosc (34) les 14 et 15 juillet 2018

Le week-end du 14 et 15 juillet 2018, l’ours Valentin participera à la fête médiévale organisée par la Mairie du Bosc, dans l’Hérault (34). Pour se rendre à cet évènement, son dresseur lui fera parcourir plus de 1200 kilomètres. Entre mi-avril et mi-septembre 2018, l’ours Valentin aura parcouru plus de 12.268 kilomètres dans sa remorque ! Ce pauvre ours, le plus sollicité de France, aura passé des centaines d’heures dans sa tanière métallique pour sillonner les routes de France et saluer un public insensible à ses conditions de vie.

Grâce à votre mobilisation et à la signature de notre pétition contre les spectacles de montreurs d’ours, nous avons sollicité un rendez-vous au Ministère pour tenter de faire évoluer la législation et en terminer une fois pour toute avec ces exhibitions indignes d’animaux sauvages. Mais la partie n’est pas encore gagnée.

En attendant, il nous faut continuer à nous opposer à ces spectacles, ce que nous vous proposons en participant à la cyber-action ci-dessous. En remplissant ce formulaire, vous enverrez automatiquement un e-mail au maire du Bosc afin de lui demander l’annulation du spectacle de ce montreur d’ours. 

Contre la présence de l'ours Valentin à la fête Médiévale du Bosc (34)

Cette action est maintenant terminée.

Date de fin: Jul 16, 2018

Signatures recueillies: 521

521 signatures

Un montreur d’ours à la fête des Mégalithes 2018 de Pleslin Trigavou

Si l’affiche de la Fête des mégalithes, qui aura lieu samedi 28 juillet 2018 à Pleslin-Trigavou (Côtes-d’Armor), met en avant un ours brun, c’est bien la compagnie Aïtawak (Sylvie Pujol) qui assurera le spectacle avec son ourse noire Kilian.

Cette dresseuse était également présente il y a quelques semaines à WINTZENHEIM (68) pour un spectacle qui a été filmé par nos bénévoles et qui nous a permis de lancer une pétition contre les montreurs d’ours et de loups qui a dépassé 50.000 signatures en une semaine.

En attendant la modification de l’arrêté du 18 mars 2011 et l’obtention d’une loi contre l’exploitation des animaux sauvages dans les spectacles, AVES France continue de dénoncer chaque évènement qui fait appel à ces animations qui ne respectent pas la nature de ces animaux sauvages captifs.

Nous vous invitons donc à remplir le formulaire ci-dessous afin d’envoyer un e-mail à la mairie de Pleslin-Trigavou pour lui demander l’annulation de cette prestation.

Pétition Ours Aïtawak - Pleslin-Trigavou

Monsieur le Maire,

Samedi 28 juillet 2018, Sylvie PUJOL de la compagnie Aitawak sera l'invitée de la fête des Mégalithes.

En tant que protecteur des animaux, j'apporte mon soutien à la demande de l'association AVES France et je vous demande de bien vouloir annuler ce spectacle, conformément au courrier qui vous a été adressé par le Président d'AVES France :

"Monsieur le Maire

J'ai appris que vous aviez engagé la montreuse d'ours Sylvie Pujol, de la compagnie Aïtawak, pour assurer l'animation de la Fête des Mégalithes qui aura lieu samedi 28 juillet 2018 à Pleslin-Trigavou.

Vous n’ignorez pas que Sylvie PUJOL vient de la ville d’Héric en Loire-Atlantique. Pour divertir vos visiteurs, elle fera subir à son ourse un trajet (aller/retour) de 300 kilomètres.

Le 20 juin dernier, nos bénévoles ont assisté à un spectacle où elle présentait son ourse et ses loups, pour lequel elle a du parcourir 1850 kilomètres ! Ses prestations ont été filmées et la vidéo que nous avons publiée sur les réseaux sociaux a été vue 50.000 fois en 10 jours. Elle a suscité une telle indignation que 53.620 personnes ont pris la peine de signer notre pétition contre les montreurs d'ours et de loups, demandant l'interdiction de ces spectacles d'un autre âge. https://www.mesopinions.com/petition/animaux/montreurs-loups-mettons-terme-exploitation-animaux/44785

En tant que Président de l’association AVES France, je déplore que les spectacles mettant en scène des ours bruns, des ours noirs et des meutes de loups soient aussi fréquents en France et connaissent un nouvel essor depuis une quinzaine d’années, grâce au succès des fêtes médiévales, alors que cette activité disparaît dans le reste du monde. Ces spectacles sont immoraux, mais encore légaux dans notre pays. Aussi, nous avons lancé en début d’année une vaste campagne auprès des députés pour faire modifier la législation. Les montreurs d’ours échappent à une contrainte pourtant essentielle au bien-être de leurs animaux grâce à un paragraphe que l’on trouve en annexe III de l’Arrêté du 18 mars 2011 fixant les conditions de détention et d'utilisation des animaux vivants d'espèces non domestiques dans les établissements de spectacles itinérants.

L’annexe III de cet arrêté porte sur les « exigences minimales relatives à l’hébergement des espèces dans les installations utilisées pour la réalisation des spectacles itinérants ». On peut y lire, pour les ours bruns et les ours noirs, que les installations lors de la période itinérante doivent ménager un espace disponible d'au minimum 12 à 24 mètres carrés selon la taille de l’animal. Or, cette disposition règlementaire est balayée par la phrase suivante, toujours en Annexe III de l’arrêté du 18 mars 2011 :

« Les dispositions précitées relatives aux caractéristiques des installations intérieures et extérieures ne s’appliquent pas aux établissements dont les périodes itinérantes n'excèdent pas quatre jours à compter du départ des animaux des installations fixes jusqu'à leur retour. »

Ce paragraphe permet aux montreurs d’ours — en France et en 2018 ! — de garder leurs animaux enfermés dans des vans, des fourgonnettes ou des remorques climatisées jusqu’à quatre jours, pour sillonner la France et proposer leurs spectacles. Ces animaux-artistes sont condamnés par une législation inadaptée et empêchant aussi bien les associations que les services de l’Etat d’agir.

Les ours sont des animaux discrets et solitaires. Dans le milieu naturel, l’ours a un domaine vital très vaste, pouvant atteindre plusieurs milliers de kilomètres carrés. Il fuit instinctivement tout contact avec les hommes, mais aussi avec ses congénères, à l’exception des courtes périodes pendant lesquelles les mâles et les femelles se reproduisent. Tout ceci pour vous dire qu’un ours ou qu’une meute de loups n’ont pas leur place dans une animation comme celle que vous souhaitez proposer lors de la Fête des Mégalithes.

Monsieur le Maire, il est encore temps d’annuler ce triste spectacle d’ours. Vous allez probablement recevoir plusieurs centaines de mails vous demandant cette annulation. S’il vous plaît, montrez au public que vous aimez les animaux et annulez ces animations.

Je vous invite à consulter cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=3RNOHzNr3tk
S'il vous plaît, regardez-la et dites-moi si vous souhaitez montrer cela à vos administrés et à leurs enfants ? Pourrez-vous regarder cette vidéo d'animaux contraints à effectuer des tours qu'ils ne veulent pas faire et nous assurer que vous soutenez ces spectacles et que vous êtes fier d'en accueillir un dans votre ville ?

Dans l’espoir que vous saurez entendre nos revendications pour les ours et les loups captifs et exploités…"

**your signature**

129 signatures

Partagez cette action avec vos amis :

   

 

Pétition contre les montreurs d’ours et de loups – AVES France

Le 16 juin 2018, plusieurs spectacles de montreurs d’ours étaient organisés en France. Malgré les protestations de près de 1.000 militants, les organisateurs ont refusé d’annuler ces spectacles. Nous avons donc décidé d’envoyer une équipe filmer la prestation de la compagnie Aïtawak, au Château du Hohlandsbourg de WINTZENHEIM (68). Nous vous invitons à regarder la vidéo tournée et montée par Aurélie J. pour l’association AVES France, puis à signer notre pétition et à partager cet article pour nous aider à mettre un terme à ces spectacles d’un autre âge.

Signer la pétition :
https://www.mesopinions.com/petition/animaux/montreurs-loups-mettons-terme-exploitation-animaux/44785

AVES France est une petite association (170 membres en juin 2018). Pour nous aider : 
Adhérez à AVES France (10€/an ou 0,86€/mois) – Faire un donAbonnez-vous à la newsletter
Abonnez-vous à notre revue, visitez notre boutique Bearz et surtout, signez la pétition !


Montreurs d’ours et de loups – mettons un terme à l’exploitation des animaux dans les spectacles.

SIGNER LA PETITION

Pétition adressée à Nicolas Hulot, Ministre de la Transition écologique et solidaire
p
ar l’association AVES France. 

Monsieur le Ministre de la Transition écologique et solidaire,La France de 2018 peut-elle encore cautionner l’exploitation d’animaux sauvages à des fins de divertissement ?

Chaque semaine pendant la saison des fêtes médiévales, puis pendant celle des marchés de Noël, des ours et des loups quittent leurs enclos et passent des centaines, voire des milliers de kilomètres sur les routes de France. Ces animaux, transformés en saltimbanques par des années de dressage, doivent répéter inlassablement les figures imposées par leurs dresseurs.

Parfois il s’agit simplement de simuler un câlin, d’autres fois on demande aux ours de grimper sur un ballon, de monter sur un toboggan, de prendre des postures de soumission ou de sauter d’un tabouret à un autre. Les loups, eux, doivent sauter dans des cerceaux, parfois enflammés, ou grimper sur des tabourets. Le but est toujours le même : donner au public l’illusion que l’animal s’amuse alors qu’il travaille, et même parfois qu’il souffre. Une fois la prestation réalisée, l’animal retourne dans une cage, un van ou à l’arrière d’une camionnette d’où il ne sortira qu’après des heures d’attente, pour une seconde représentation.

Pourquoi autorise-t-on leurs dresseurs à leur faire subir cette vie ?
N’ont-ils aucun droit parce qu’ils sont nés en captivité ?

Ce que nous décrivons, beaucoup d’autres associations le dénoncent pour les animaux de cirque. Pourtant, si AVES France s’est spécialisée dans la lutte contre les spectacles des montreurs d’ours, c’est parce que leurs conditions de détention et de vie sont parfois pires que celles autorisées pour les autres espèces.

Bon nombre de nos concitoyens pensent que les montreurs d’ours et de loups appartiennent à l’Histoire de notre pays et que, comme ailleurs, cette activité a disparu. Il n’en est rien. Les montreurs d’ours sont peu nombreux, mais très demandés et leurs animaux peuvent parcourir plus de 10.000 kilomètres par saison !

En début d’année, AVES France a lancé une vaste campagne de sensibilisation auprès des députés, dans le but d’obtenir la modification de l’Arrêté du 18 mars 2011 fixant les conditions de détention et d’utilisation des animaux vivants d’espèces non domestiques dans les établissements de spectacles itinérants.

L’annexe III de cet arrêté porte sur les « exigences minimales relatives à l’hébergement des espèces dans les installations utilisées pour la réalisation des spectacles itinérants ». On peut y lire, pour les ours bruns et les ours noirs, que les installations lors de la période itinérante doivent ménager un espace disponible d’au minimum 12 à 24 mètres carrés selon la taille de l’animal.

Or, cette disposition règlementaire est balayée par la phrase suivante, toujours en Annexe III de l’arrêté du 18 mars 2011 :

« Les dispositions précitées relatives aux caractéristiques des installations intérieures et extérieures ne s’appliquent pas aux établissements dont les périodes itinérantes n’excèdent pas quatre jours à compter du départ des animaux des installations fixes jusqu’à leur retour.»

Ce paragraphe permet aux montreurs d’ours — en France et en 2018 ! — de garder leurs animaux enfermés dans des vans, des fourgonnettes ou des remorques climatisées jusqu’à quatre jours, pour sillonner la France et proposer leurs spectacles. Ces animaux-artistes sont condamnés par une législation inadaptée et empêchant aussi bien les associations que les services de l’Etat d’agir.

Monsieur le Ministre de la Transition écologique et solidaire, plusieurs députés nous ont d’ores et déjà fait part de leur soutien sur le sujet, dont deux en déposant des questions écrites afin de vous demander si votre Ministère allait se saisir de ce dossier.

AVES France souhaite de tout coeur la fin de ces spectacles et le placement des animaux dans des refuges adaptés. Il n’est plus possible de laisser des dresseurs présenter leurs spectacles comme des « animations pédagogiques » alors que leur discours consiste principalement à justifier la captivité des animaux présentés (qui vivraient mieux en captivité que dans leur milieu naturel).

Une première mesure, prise en urgence, serait de modifier l’Arrêté du 18 mars 2011 fixant les conditions de détention et d’utilisation des animaux vivants d’espèces non domestiques dans les établissements de spectacles itinérants en imposant aux dresseurs et aux organisateurs de ces spectacles des installations lors de la période itinérante ménageant un espace disponible d’au minimum 24 mètres carrés et répondant au mieux aux besoins biologiques des animaux.

A terme, les membres de l’association AVES France ainsi que tous les signataires de cette pétition vous demandent de mettre un terme à ces spectacles d’un autre âge. 

https://www.mesopinions.com/petition/animaux/montreurs-loups-mettons-terme-exploitation-animaux/44785

ours Valentin

Pétition contre l’exhibition de l’ours Valentin à la Foire aux Laines de Châteaudun les 7 et 8 juillet 2018

Les 7 et 8 juillet 2018, Frédéric Chesneau et son ours Valentin participeront à la Foire aux laines de Châteaudun. Une nouvelle fois, l’association AVES France s’oppose à l’exploitation de cet ours dans les fêtes médiévales et a envoyé un courrier au maire de Châteaudun afin de lui demander l’annulation de ce « spectacle ».

La place de l’ours Valentin n’est pas devant un public !

Depuis le début de la saison 2018, nous avons déjà dénoncé la présence de l’ours Valentin à Epieds (27), Montfort-le-Gesnois (72), Les Ponts-de-Cé (49), Le Malzieu (48), Bormes-les-mimosas (83), Annoeullin (59), Pérouges (01), Janvry (91), Briançon (05) et quand il arrivera à Châteaudun, il aura déjà parcouru au minimum 6750 kilomètres. D’autres prestations prévues à la suite de celle-ci feront monter les kilomètres parcourus par cet ours à 10.000… peut-être plus car certains spectacles nous échappent probablement. 

Si nous insistons sur ces distances parcourues, c’est que l’ours Valentin sillonne la France avec son dresseur, enfermé dans une remorque. C’est loin d’être une vie idéale pour un ours. L’ours est un animal discret et solitaire. Dans le milieu naturel, l’ours a un domaine vital très vaste, pouvant atteindre plusieurs milliers de kilomètres carrés. Il fuit instinctivement tout contact avec les hommes, mais aussi avec ses congénères, à l’exception des courtes périodes pendant lesquelles les mâles et les femelles se reproduisent. Tout ceci pour réaffirmer qu’un ours n’a pas sa place dans une fête médiévale.

Trajets Ours Valentin 2018

Signez notre pétition :

Si vous partagez notre avis et que vous vous opposez à l’exploitation de l’ours Valentin, AVES France vous invite à participer à la cyber-action en remplissant le formulaire ci-dessous. Demandons l’annulation de ce spectacle d’un autre âge.

Pétition Ours Valentin - Foire aux Laines de Châteaudun

Cette action est maintenant terminée.

Date de fin: Jul 08, 2018

Signatures recueillies: 636

636 signatures

 

© Photo : AdobeStock

ours Micha Poliakov

Les Poliakov en liquidation judiciaire : quel avenir pour l’ours Micha et leurs autres animaux ?

ours PoliakovOn s’étonnait de ne plus avoir de nouvelles des Poliakov. C’est pas qu’on entretenait une douce correspondance — loin de là —, mais nous avions pris l’habitude de scruter les annonces de fêtes médiévales et évènements en tout genre où ils étaient susceptibles de venir avec un de leurs trois ours, et le plus souvent avec l’ours Micha.

Nous avions dénoncé leurs dernières apparitions (Crépy-en-Valois, Arcis-sur-Aube…) et leur passage à la discothèque « La Scala » a laissé un mauvais souvenir au directeur de l’établissement, devant l’indignation générale de voir un ours débarquer dans une boîte de nuit.

Il faut dire qu’on s’en faisait beaucoup pour l’ours Micha du couple de dresseurs car ses griffes se recourbaient, qu’il avait de l’arthrose à la patte arrière gauche qui le faisait boiter, et que malgré cela, il devait marcher sur un ballon en équilibre sur des barres parallèles… Malgré nos plaintes, les inspecteurs des différentes DDPP n’ont semble-t-il jamais rien trouvé à reprocher au couple (en tout cas au sujet des ours).

La saison des montreurs d’ours bat son plein et aucun signe des Poliakov !

Bizarre autant qu’étrange ! Leur société « Animal Bien être » (sic) battait de l’aile depuis 2013 et était en cessation de paiement depuis cette date, et en poussant nos recherches, nous nous sommes rendus compte qu’un jugement avait proclamé la liquidation judiciaire le 11 février 2018.

SAS Bien être en liquidation judiciaire : quid de leurs animaux ?

A la lecture de ces informations, une question nous taraude ! Que vont devenir leurs animaux ?

Nous savons qu’ils avaient commencé à vendre certains pensionnaires puisque nous avions été informés en mai 2017 et que nous avions demandé une inspection à la DDCSPP. Mais aujourd’hui, 4 mois après la liquidation de leur entreprise, que sont devenus leurs animaux ?

AVES France a une nouvelle fois écrit à la DDCSPP du Loire-et-Cher afin de prendre des nouvelles des 3 ours et des autres animaux des Poliakov, en informant les agents qu’en cas de besoin, nous proposons notre aide pour trouver des solutions de placement pour les animaux.

Dans l’attente de leur réponse, nous espérons que tous les animaux encore détenus à ce jour par les Poliakov vont bien.

Nous espérons pouvoir vous donner très prochainement des nouvelles de l’ours Micha et de ses compagnons d’infortune.

Frédéric Chesneau et l'ours Valentin

Non à l’exploitation de l’ours Valentin lors des Médiévales de Briançon (31 juin et 1er juillet 2018)

Le 30 juin et le 1er juillet 2018, Frédéric Chesneau et son ours Valentin participeront à la fête médiévale de Briançon, organisée par l’association « Le coeur de Vauban ». L’ours Valentin devra parcourir plus de 1400 kilomètres aller/retour pour venir « amuser » les habitants de Briançon. En mai, d’après les signalements qui nous ont été rapportés, Valentin a déjà passé au minimum 3275 kilomètres sur les routes de France pour assurer les prestations imposées par son dresseur. En juin, ce seront au minimum 2500 kilomètres qui seront ajoutés au compteur. Pensez-vous réellement que sa vie soit aussi rêvée que ce qu’a pu vous raconter son dresseur ? 

L’association AVES France, qui dénonce les conditions de vie des ours captifs dressés pour les spectacles, a écrit au maire de Briançon (notre courrier en PDF) ainsi qu’à l’association Le Coeur de Vauban afin de leur faire savoir pourquoi nous désapprouvons l’exploitation des ours dans les fêtes médiévales.

La place de l’ours Valentin n’est pas devant un public et son dresseur n’est pas un sauveur d’ours !

Les ours sont des animaux discrets et solitaires. Dans le milieu naturel, l’ours a un domaine vital très vaste, pouvant atteindre plusieurs milliers de kilomètres carrés. Il fuit instinctivement tout contact avec les hommes, mais aussi avec ses congénères, à l’exception des courtes périodes pendant lesquelles les mâles et les femelles se reproduisent. Tout ceci pour dire qu’un ours n’a pas sa place dans une fête médiévale ! Comment peut-on espérer sensibiliser le public en exhibant un animal tellement imprégné qu’il ne pourrait survivre sans son dresseur ? Cette complicité est illusoire et créée de toute pièce pour faire croire au public que Valentin aime sa vie d’ours artiste. Pensez-vous réellement que sa place soit sur les routes et dans les fêtes de villages ? 

AVES France vous invite à participer en nombre à la cyber-action en remplissant le formulaire ci-dessous. Demandons l’annulation de ce spectacle d’un autre âge.

Non à l'exploitation de l'ours Valentin lors des Médiévales de Briançon

Cette action est maintenant terminée.

Date de fin: Jul 01, 2018

Signatures recueillies: 1099

1,099 signatures

ours Valentin

Contre la venue de l’ours Valentin à la fête médiévale de Janvry les 16 et 17 juin 2018

Les 16 et 17 juin 2018, Frédéric Chesneau et son ours Valentin participeront à la fête médiévale de Janvry, dans l’Essonne. Ils devront parcourir environ 160 kilomètres aller/retour pour venir « amuser » les habitants de Janvry. En mai, d’après les signalements qui nous ont été rapportés, Valentin a déjà passé au minimum 3275 kilomètres sur les routes de France pour assurer les prestations imposées par son dresseur. En juin, ce seront au minimum 2500 kilomètres qui seront ajoutés au compteur.

La place de l’ours Valentin n’est pas dans les fêtes médiévales !

AVES France, qui vient d’avoir confirmation de la présence de l’ours Valentin et du dresseur d’ours Frédéric Chesneau (compagnie Atchaka) a écrit à la mairie de Janvry ainsi qu’aux responsables du comité des fêtes afin de leur faire connaître sa déception suite à l’annonce de la venue de l’ours Valentin (notre courrier en PDF). Nous leur rappelons que la place d’un ours n’est pas au milieu des hommes dans une fête de village et qu’on ne peut pas prétendre sensibiliser le public en avilissant un animal sauvage et en le transformant en saltimbanque. 

AVES France, comme toujours, vous invite à participer à sa cyber-action en remplissant le formulaire ci-dessous.

Merci à tous pour votre mobilisation.

Non à l'exploitation de l'ours Valentin à Janvry les 16 et 17 juin 2018

Cette action est maintenant terminée.

Date de fin: Jun 17, 2018

Signatures recueillies: 1204

1,204 signatures

Pétition contre le spectacle de loups et d’ours les 16 et 17 juin 2018 au Château du Hohlandsbourg de WINTZENHEIM (68)

Le Château du Hohlandsbourg de WINTZENHEIM (68) est géré par un Syndicat Mixte d’Aménagement. Cette ancienne forteresse est désormais un « lieu de loisirs » et de nombreuses animations sont régulièrement proposées aux visiteurs.

Ces animations sont loin d’être à notre goût, puisque le château accueille du 19 au 21 mai 2018 l’animation « LA CHASSE, ENTRE NOBLESSE ET TRADITION » qui mettra à l’honneur la chasse à courre, chasse au vol, chasse à l’arc et à l’arbalète…

Les 16 et 17 juin, changement de décor avec « LA FORÊT ENCHANTÉE« , une animation qui fera appel à Sylvie Pujol (Aitawak) pour un spectacle avec une meute de loups et un ours noir (l’ourse Kilian) ; descriptif complet des animations en PDF.

Comme à chaque spectacle, le caractère « pédagogique » est évidemment mis en avant :

Spectacles de loups et d’ourse, empreints de sérénité, d’humour et surtout de belle complicité et présentation pédagogique. Jongleurs joviaux, magiciens, acrobates, musiciens, vivez un beau moment de rires, de performances circassiennes et d’improvisations délirantes.

Qui est Sylvie PUJOL de la compagnie Aitawak ? 

Nous avons peu l’occasion de dénoncer ses spectacles, car Sylvie PUJOL tourne moins que son confrère Frédéric Chesneau. Elle a d’ailleurs développé une partie de son business sur la formation, comme vous pourrez le voir sur son site, puisqu’elle propose des stages de formation aux métiers du spectacle équestre ou animalier (ours et loups)… Comme si créer de nouvelles vocations d’exploiteurs d’ours et de loups était une bonne idée ! Sylvie PUJOL exerce à Héric (44), soit à 925 kilomètres du château du Hohlandsbourg. Ses animaux subiront donc un transport de 1850 kilomètres pour deux jours de prestations !

AVES France a écrit au Syndicat Mixte d’Aménagement du Château du Hohlandsbourg pour lui faire part de son indignation concernant leur programmation (courrier en PDF), ainsi qu’à la DDCSPP du Haut-Rhin. Nous vous invitons à utiliser le formulaire ci-dessous pour soutenir notre action et demander l’annulation de ce spectacle.

Non aux spectacles d'ours et de loups au Château du Hohlandsbourg

Cette action est maintenant terminée.

Date de fin: Jun 17, 2018

Signatures recueillies: 948

948 signatures