🚨Nouveau rebondissement : l’ours Valentin finalement présent aux Nocturnes de Ferrières !

La joie aura été de courte durée pour les militants de la cause animale. Le juge des référés vient d’autoriser l’exploitation de l’ours Valentin pour les 4 samedis à Ferrières-en-Gâtinais, estimant que « l’arrêté du maire de Ferrières porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’entreprendre ». Retour sur les nombreux rebondissements qui auront entachés l’édition 2019 des Nocturnes de Ferrières.

Une exhibition d’ours, légale mais immorale

Sur le site internet des Nocturnes de Ferrières, vous ne trouverez pas le programme des festivités. Seule l’affiche de l’édition 2019 évoque la venue d’un montreur d’ours, animation pourtant qualifiée d’essentielle par les organisateurs. Dès confirmation de cette information, AVES France a adressé un mail à la mairie de Ferrières-en-Gâtinais et aux organisateurs des Nocturnes de Ferrières, l’association AFHF, financée en partie par la mairie. Parallèlement, nous avons mis en place une cyber-action afin que nos sympathisants puissent s’exprimer auprès des organisateurs de cette fête médiévale et demander l’annulation de la venue du montreur d’ours. Deux jours après l’envoi de notre message, l’association nous envoyait ce message :

Bonjour,
Nous vous écrivons ce jour suite à la cyber-action diffamatoire de votre association, AVES France, à l’encontre du choix de l’intervention du dresseur capacitaire Monsieur Frédéric Chesneau et de l’ours Valentin sur nos festivités annuelles (Les Nocturnes de Ferrières).
Nous tenions donc simplement à vous informer, sans animosité aucune, que vous êtes désormais exposés à de lourdes poursuites judiciaires. En effet, Monsieur Chesneau, comme l’AFHF, ont déposé plainte contre votre association pour propos diffamatoires et incitation à la haine.

Cordialement,
Le Conseil d’Administration de l’AFHF

Association Fêtes Historiques de Ferrières
11 rue du Lion d’Or
45210 Ferrières-en-Gâtinais
02 38 94 00 00

Du côté de la Mairie de Ferrières-en-Gâtinais : silence radio ! Devant ce refus de dialogue, nous avons décidé, avec Paris Animaux Zoopolis, d’organiser une manifestation le mardi 16 juillet 2019 devant la Mairie de Ferrières-en-Gâtinais, dans le but de faire entendre nos revendications.

Une manifestation interdite par la maire

Quelques jours avant notre manifestation pacifique, pourtant organisée en semaine (et non pendant la fête médiévale), la mairie de Ferrières-en-Gâtinais a pris un arrêté nous interdisant ce rassemblement. Attaqué par PAZ, cet arrêté a été annulé par le juge des référés et la manifestation a bien pu avoir lieu.

A l’issue de cette manifestation, deux représentantes d’AVES France et Paris Animaux Zoopolis ont été reçues par le Maire, qui nous a semblé avoir compris nos revendications. A plusieurs reprises, il a demandé à nos associations d’annuler leurs manifestations pendant les Nocturnes de Ferrières, craignant des affrontements entre nos militants pacifistes et les participants des Nocturnes qui seraient souvent ivres à la fin des festivités. En échange de la levée des manifestations, le maire s’engageait à interdire la venue du montreur d’ours. Pour nos associations, un ours n’a pas sa place dans ces fêtes, et encore moins quand il y a un risque de débordements avec un public qui abuse de boissons alcoolisées.

Le maire a donc pris un arrêté le jeudi 18 juillet pour interdire les 4 représentations avec l’ours, à notre plus grande satisfaction.

 

Un arrêté attaqué par le dresseur

Dès le lendemain matin, l’avocate de Frédéric Chesneau a déposé un recours en référé qui a été examiné vendredi après-midi par le tribunal administratif d’Orléans. Le juge des référés a suspendu l’arrêté du maire, considérant que « l’arrêté du maire de Ferrières porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’entreprendre ».

L’exhibition de l’ours Valentin pourra donc avoir lieu, à notre plus grand désespoir. Nous sommes évidemment déçus par cette décision du tribunal. Cependant, c’est la première fois en France que la présence d’un montreur d’ours est remise en question de manière aussi forte. Nous attendons désormais que le maire de Ferrières-en-Gâtinais et l’AFHF s’engagent à ne plus venir faire venir de montreur d’ours pour les éditions futures. Les maires et les institutions locales ont clairement un rôle à jouer, puisqu’ils peuvent conditionner leurs aides financières à l’absence d’animaux lors des festivités. Il faut que cela devienne un réflexe dans les conventions pour en finir avec ces exploitations honteuses.

 

Nous militons contre tous les spectacles d’ours

Régulièrement prise à partie par le dresseur et son fan club, AVES France tient à préciser que :

  • nous luttons contre TOUTES les exploitations des ours dans les spectacles. Si monsieur Chesneau a l’impression qu’il est plus visé que les autres, c’est simplement qu’il capte la majorité des contrats. En 2018, il a parcouru avec ses ours plus de 17.000 Km d’après nos estimations. Les autres montreurs d’ours sont beaucoup moins sollicités. Cependant, nous dénonçons également leurs spectacles. Pour rappel, nos actions ont permis d’annuler la participation du montreur d’ours Benoît Motton à Châteaubleau. Le parc d’attractions Nigloland a également renoncé à ces spectacles suite à une pétition et une campagne de i-boycott. On ne peut donc pas dire que nous nous « acharnons » contre Frédéric Chesneau.
  • nous dénonçons les spectacles, mais nous oeuvrons aussi sur le plan législatif. En effet, depuis 2 ans, AVES France sensibilise les députés et sénateurs et plusieurs d’entre eux soutiennent nos demandes, estimant qu’il faut mettre un terme à ces exhibitions d’ours et de loups. Plusieurs députés ont notamment déposé une proposition de loi visant à interdire les spectacles ayant recours à des ours ou des loups.
  • AVES France, aux cotés de 11 autres associations ou fondations oeuvrant pour les animaux (Paris Animaux Zoopolis, SPA, Fondation Brigitte Bardot, 30 millions d’amis…) a participé à la Mission ministérielle sur le bien-être animal pendant laquelle nous avons pu demander l’interdiction de détention d’ours et de loups par les « montreurs ». Le but est évidemment de rendre cette pratique illégale en France, comme c’est déjà le cas dans plusieurs pays européens.
  • nous avons évidemment pris des contacts avec des sanctuaires et tous les ours concernés pourront-être placés dans des structures adaptées dès que ces spectacles seront interdits.

Pour soutenir nos demandes et mettre un terme à ces spectacles, interpelez le ministère de la transition écologique et solidaire : 

Ni artistique, ni pédagogique, dénonçons l’exhibition de l’Ours Valentin à Thônes le 21 août 2019

Mercredi 21 août 2019, à 11h et à 18h, l’office du tourisme Thônes – Coeur des Vallées propose aux familles une rencontre avec l’ours Valentin. Cette animation apparaît dans l’agenda Famille plus, agenda proposant « des animations et évènements tout au long de l’année à partager en famille ».

On peut également lire sur leur site : « Nous vous invitons à faire la connaissance de Frédéric Chesneau et de son ours Valentin pour une rencontre unique : vous serez les témoins privilégiés des moments magiques entre le dresseur et l’ours, qui est loin d’être l’animal féroce et sanguinaire que certains s’imaginent encore. Cette présentation pédagogique allie Tendresse et complicité, sans omettre de passer un message en faveur de la nature. »

-> SIGNEZ LA PÉTITION <-

AVES France et Paris Animaux Zoopolis ont participé ces derniers mois à la mission ministérielle sur le bien-être animal et remis au ministre de la transition écologique et solidaire un rapport signé par 11 associations et fondations demandant l’interdiction de ces spectacles. 67% de la population est opposée à la présence des animaux sauvages dans les cirques. La Fédération des Vétérinaires Européens recommande « à toutes les autorités compétentes européennes et nationales d’interdire l’utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants dans toute l’Europe, compte tenu de l’impossibilité absolue de répondre de façon adéquate à leurs besoins physiologiques, mentaux et sociaux ». De nombreux députés ont également soutenu nos demandes via des questions écrites au gouvernement ou à une proposition de projet de loi visant à interdire les spectacles ayant recours à des ours ou des loups.

Nous considérons — et le ministère également (cf. réponses aux QE 7172 et 9386) — que ces spectacles ne sont ni artistiques ni pédagogiques. Pire, nous avons assisté à plusieurs représentations pendant lesquelles le dresseur justifiait l’exploitation de son ours en critiquant les conditions de vie des ours dans la nature.

En 2018, ce dresseur a parcouru plus de 17.000 kilomètres avec ses ours. Nous demandons à l’office du tourisme de Thônes et à Pierre Bibollet, Maire de Thônes, d’annuler cette animation et de renoncer à toute exploitation d’animaux sauvages sur leur territoire.

Si comme nous vous êtes opposés à l’exploitation de ces animaux, merci de signer la pétition. Vous pouvez également écrire courtoisement à la mairie de Thônes et à l’Office du tourisme pour leur demander l’annulation de ce spectacle.

AVES France a contacté les organisateurs, mais leur réponse n’expliquant en rien la programmation de cette animation avec un ours, nous réitérons notre demande pour obtenir l’annulation de cette animation que nous considérons n’être ni artistique, ni pédagogique.

Contre l’exhibition de l’Ours Valentin aux Médiévales de Monflanquin les 15 et 16 août 2019

Les 29èmes Journées Médiévales de MONFLANQUIN se dérouleront les 15 et 16 août 2019.

Sur le programme de cette « fête », on peut lire que « Frédéric CHESNEAU et son complice l’ours Valentin » se produiront à 4 reprises (11h30 et 16h00 : les 15 et 16 août).

AVES France et Paris Animaux Zoopolis demandent aux organisateurs de cette fête médiévale (le GEM) ainsi qu’à la Maire de Monflanquin d’annuler ce spectacle indigne de notre époque et dégradant pour l’animal. Soutenez-nous en signant la pétition : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/contre-exhibition-valentin-aux-medievales-monflanquin/70258

L’Ours Valentin est transporté de ville en ville chaque année. En 2018, d’après les spectacles que nous avons recensés, l’ours Valentin a parcouru plus de 17.000 kilomètres. Ce n’est pas la place d’un animal sauvage ! Un ours n’a rien à faire dans une remorque climatisée ni au milieu d’une scène dans une fête de village. Un ours a besoin de calme, d’arbres, de nature…

Le dresseur justifie l’exploitation de son ours, prétextant l’avoir sauvé de l’industrie de la fourrure ou de la chasse. Ce ne sont que des boniments pour mettre le public en empathie. D’ailleurs, l’ours sera produit en septembre dans une fête de la chasse !

Si ces spectacles vous choquent autant que nous, nous vous invitons à signer notre pétition.
Vous pouvez également manifester votre mécontentement en écrivant courtoisement aux organisateurs (le GEM) et à madame la Maire de Monflanquin.

Une manifestation est également prévue le 16 août à partir de 10h30.

Cyber-action contre l’exploitation de l’ours Valentin aux Nocturnes de Ferrières-en-Gâtinais (20 et 27 juillet – 3 et 10 août 2019)

### Mise à jour du jeudi 18 juillet 2019 ###

Suite à notre mobilisation et à la manifestation du mardi 16 juillet aux côtés de Paris Animaux Zoopolis, deux représentantes ont été reçues par le maire de Ferrières-en-Gâtinais. Il a pris ce soir un arrêté interdisant les représentations du montreur d’ours pour les 4 samedis lors des Nocturnes de Ferrières. AVES France tient à remercier Gérard Larcheron pour le courage dont il fait preuve en annulant les représentations du dresseur Frédéric Chesneau et l’exploitation de l’ours Valentin. 


Les 20 et 27 juillet, puis les 3 et 10 août 2019 auront lieu les Nocturnes de Ferrières-en-Gâtinais, une fête médiévale organisée par l’Association des Fêtes Historiques de Ferrières (l’AFHF).

Pour cette 36ème édition, le metteur en scène Jean-Claude BAUDOIN a choisi d’inviter le montreur d’ours Frédéric Chesneau et son ours Valentin.

Un happening est prévu mardi 16 juillet 2019 devant la mairie : https://www.facebook.com/events/948107438863531/?ti=ia

AVES France vous invite à écrire aux organisateurs et au maire de Ferrières-en-Gâtinais, Gérard Larcheron, afin de leur rappeler que ces spectacles sont indignes de notre époque et que la place des ours, c’est toujours dans la nature et pas dans une fête de village.

 

Ours Valentin à la Foire aux Laines de Châteaudun les 6 & 7 juillet 2019 : pétition et appel à la manifestation

Comme l’an dernier, le montreur d’ours Frédéric Chesneau se produira avec son ours Valentin à la Foire aux laines de Châteaudun, le samedi 6 juillet et le dimanche 7 juillet 2019. Le programme de cette fête médiévale indique que l’ours sera exploité à quatre reprises, à hauteur des remparts de la ville, à 14h30 et 17h le samedi, puis à 14h et 17h le dimanche.

AVES France dénonce l’exploitation des ours dans les spectacles et demande l’interdiction de ces pratiques héritées du moyen-âge. En 2018, pour les seuls spectacles recensés par notre association, l’ours Valentin a parcouru plus de 17.000 kilomètres ! Valentin est né dans un zoo aux Etats-Unis. Il a été acheté par le dresseur dans le but de remplacer son ourse Julia, désormais trop âgée pour participer aux spectacles et confiée au refuge A.S.B.L. en Belgique.


AVES France et Paris Animaux Zoopolis demandent aux organisateurs de la Foire aux laines de Châteaudun d’annuler ce spectacle. Nous appelons d’ores et déjà nos militants à manifester le samedi 6 juillet à partir de 14h, à proximité du spectacle. Nous avons lancé une pétition sur Mesopinions.com et un évènement Facebook pour organiser la manifestation.

Si ces spectacles sont encore légaux en France, ils sont interdits dans plusieurs pays d’Europe. La fédération des vétérinaires européens recommande depuis 2015 à toutes les autorités compétentes européennes et nationales d’interdire l’utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants en Europe. 67% des Français sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques (source IFOP 2019 pour 30 Millions d’Amis).

Les spectacles de montreurs d’ours doivent être interdits, compte tenu de l’impossibilité absolue de répondre de façon adéquate aux besoins physiologiques, mentaux et sociaux des animaux. Un spectacle d’ours représente toujours un danger pour le public, les conditions de représentation risquant de troubler la quiétude de l’animal et de le rendre potentiellement dangereux.

La législation actuelle ne prend pas en compte le bien-être des animaux, l’arrêté du 18 mars 2011 permettant aux dresseurs de maintenir leurs animaux jusqu’à quatre jours dans un van, une camionnette ou une remorque.

Actuellement en France, une petite dizaine d’ours sont exploités dans les spectacles. AVES France, qui participe à la mission ministérielle sur le bien-être animal lancée par le ministère de la transition écologique et solidaire aux côtés d’autres associations (Paris Animaux Zoopolis, Fondation Brigitte Bardot, SPA…), demande l’interdiction de ces spectacles. Une proposition de loi visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups a également été déposée le 22 mai 2019 pour encadrer la fin de cette pratique moyen-âgeuse : http://www2.assemblee-nationale.fr/documents/notice/15/propositions/pion1969/(index)/propositions-loi

Comment en finir avec ces spectacles ?

AVES France propose une interdiction des spectacles fixes ou itinérants ayant recours à des ours et des loups.

Interdiction de toute nouvelle acquisition d’animaux sauvages chez les dresseurs d’ours et de loups

Art. L. 413-5-1. – Aucun certificat de capacité pour animaux sauvages destinés à faire des représentations pour les spectacles d’ours ou de loups ne sera délivré à compter de la promulgation de la loi n°xxx du xxx visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups.

Art. L. 413-5-2. – Le recensement de tous les animaux sauvages présents chez les dresseurs d’ours et de loups exerçant sur le territoire français est obligatoire. Tout capacitaire d’un animal sauvage qui ne le déclarera pas auprès du ministère chargé de l’environnement encoure une amende maximale de 15 000 €, par individu non déclaré. Cette déclaration spontanée se fait au plus tard dans les deux mois suivant la promulgation de la loi n°xxx du xxx visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups.

Art. L. 413-5-3. – Toute nouvelle acquisition d’animaux sauvages par les dresseurs d’ours et de loups est interdite. Le capacitaire encoure une amende de 15 000 € par acquisition postérieure à la promulgation de la loi n°xxx du xxx visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups.

Art. L. 413-5-4. – La reproduction des animaux sauvages chez les dresseurs d’ours et de loups fixes ou itinérants est interdite à compter de la promulgation de la loi n° du visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups. Le capacitaire encoure une amende de 15 000 € par naissance postérieure à la promulgation de la loi n°xxx du xxx précitée.

Interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups.

Art. L. 413-5-5. – Est interdit tout spectacle ayant recours à des ours ou des loups dans le délai d’une année à compter de la promulgation de la loi n°xxx du xxx visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups.

Durant ce délai, les animaux sont confiés par les dresseurs à des associations de protection animale qui sont chargées de les placer dans des structures adaptées.

Passé le délai d’une année, les ours et les loups sont saisis et une amende de 15 000 € par animal est adressée au capacitaire. »