Communiqué de la Fondation pour les Ours, qui a pris en charge l’ourse Franca (ex Glasha), avant le procès des dresseurs Poliakov le 12 mai 2021 à Blois

Le 12 novembre 2019, j’ai pleuré la mort de l’ours Micha.
J’ai appris la nouvelle peu de temps après avoir quitté le bureau des députées Aurore Bergé et Laetitia Romeiro Dias, accompagné par la fondation Brigitte Bardot et par FOUR PAWS, alors que nous militions pour l’interdiction des spectacles de montreurs d’ours et le placement des animaux dans des sanctuaires adaptés.
Tant de fois j’ai du me replonger dans le dossier Poliakov pour retracer l’historique de nos signalements.
Si souvent j’ai eu les tripes et le coeur qui se serraient en revoyant les photos ou les vidéos que j’avais tournées lors de leurs représentations.
Combien de cauchemars j’ai eu en imaginant les conditions de captivité de leurs animaux, dont la majorité vivait dans leurs excréments et certains dans le noir.
Il fallait, pour la rédaction de la plainte pénale que nous avons déposée en décembre 2019 avec le cabinet Geo Avocat, retrouver les mails des lanceurs d’alerte, les échanges avec les agents de la DDCSPP, les images que nous avions envoyées à ceux dont le rôle était de protéger ces animaux, mais qui les ont laissés se dégrader en parfaite connaissance de la situation catastrophique de leurs dresseurs.

Je ne pensais pas qu’il ressortirait quelque chose de positif de cette rage accumulée contre les services de l’Etat, qui ont fermé les yeux et nous ont demandé avec tant d’insistance de regarder ailleurs, et de cette douleur de n’avoir pas réussi à sauver Micha.

Il nous aura fallu batailler pour obtenir la saisie des ours Bony et Glasha, mais quelques semaines après la mort de Micha, l’ours Bony a été confié au refuge de l’Arche et Glasha a rejoint le Bärenpark Schwarzwald. De tout ce fiasco est née Franca. Changement de nom pour une nouvelle vie, et pour moi la satisfaction de voir l’ourse s’épanouir dans un endroit où les animaux sont certes captifs, mais où ils sont respectés et où tout est fait pour qu’ils retrouvent une vie la plus normale possible, discrètement entourés par une formidable équipe dévouée pour leur bien-être. Aujourd’hui en voyant Franca dans son enclos, je n’ai qu’un seul regret : celui de n’avoir pas réussi à libérer Micha assez tôt.

Christophe CORET
Président d’AVES France

 

 

Communiqué de presse de la STIFTUNG für BÄREN/Fondation pour les Ours, avant le procès des dresseurs Poliakov le 12 mai 2021 à Blois

Arthrose, dentition très abîmée, fourrure présentant des zones dégarnies, problèmes au niveau des griffes et tumeur sous l’œil gauche – l’état physique dans lequel FRANCA est arrivée à l’ALTERNATIVER WOLF und BÄRENPARK SCHWARZWALD/Parc Alternatif des Loups et Ours de Forêt-Noire était épouvantable. Les nombreuses années d’enfermement dans une geôle de béton ont par ailleurs provoqué d’énormes dégâts psychologiques. FRANCA présente régulièrement de fortes stéréotypies, qui se manifestent chez elle par le fait de tourner en rond. Dans ces moments-là, elle semble ne plus tenir compte du monde extérieur et de l’espace qui l’entourent. 

Les interactions avec des congénères et d’autres animaux sauvages sont très bénéfiques pour agir contre ces troubles du comportement. La configuration des installations en plein air, les nombreuses odeurs, les cachettes, les buissons, le ruisseau, les troncs d’arbres, le terrain pentu par endroits, tout cela contribue également à stimuler ses capacités mentales et physiques. 

Les années passées chez les dresseurs ont hélas eu de si graves conséquences que des soins vétérinaires intensifs s’avèrent nécessaires. La tumeur sous l’œil a déjà pu être retirée, et d’importants soins de chirurgie dentaire devront à nouveau être réalisés prochainement, les mâchoires étant également endommagées. La gravité de l’état de santé de FRANCA est le signe manifeste de longues années d’absence ou d’insuffisance de soins, et témoigne de négligences.

Peu après son arrivée au BÄRENPARK SCHWARZWALD, elle a pu entrer en hivernation dans les boxes d’acclimatation, sans doute pour la première fois de son existence. Début 2020, au sortir de l’hiver, elle a fait ses premiers pas dans les grandes installations à ciel ouvert, en pleine nature. Son pelage s’est rapidement régénéré et elle est aussi devenue plus en forme de jour en jour, grâce aux déplacements sur le terrain escarpé. Elle a très vite rencontré des ours, puis un lynx. L’exercice et les distractions, suscités notamment par la cohabitation des animaux, sont utiles pour lutter contre l’arthrose et les troubles du comportement.

Une guérison complète n’est hélas plus possible après une telle détention abusive. Il y a eu trop de dommages causés dans ce cachot. Mais fort heureusement pour FRANCA, elle a pu être délivrée à temps de sa prison. Pour MICHA, l’aide est arrivée trop tard. La STIFTUNG für BÄREN/Fondation pour les Ours s’était engagée dès 2015 à l’accueillir dans l’un de ses refuges pour ours. Il aurait pu tout comme FRANCA y couler une paisible retraite dans un environnement respectueux de ses comportements naturels, et évoluer à son rythme dans de vastes espaces boisés protégés, en compagnie de congénères et d’animaux d’autres espèces. MICHA aurait pu vivre le restant de ses jours dignement, en véritable ours.

Nous, STIFTUNG für BÄREN/Fondation pour les Ours, espérons sincèrement que FRANCA et MICHA n’ont pas enduré toutes ces souffrances et ce calvaire en vain, mais que leur histoire pourra contribuer à épargner pareil destin à d’autres animaux sauvages.