Groupe de travail ministériel « bien-être des animaux dans les cirques » : Nos associations de protection animale contraintes de partir.

« Nous refusons d’être cantonnés à un rôle de quasi figuration ! »

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a souhaité mettre en place des groupes de travail concernant la captivité de la faune sauvage (zoos, cirques, spectacles, élevages de visons). Suite aux différentes concertations, 20 mesures seront annoncées cet été.

Dans ce contexte, nos organisations ont été invitées à travailler au sein de la Commission nationale des professions foraines et circassiennes (CNPFC) sur la question du bien-être animal dans les cirques. Nous avons participé assidûment aux réunions qui ont déjà eu lieu.

Force est de constater le parti pris de ce groupe de travail, notamment avec une composition déséquilibrée des collèges villes et vétérinaires :

  • aucune ville opposée aux animaux dans les cirques ne participe
  • aucun vétérinaire défendant la position officielle de la Fédération des Vétérinaires Européens ne participe
  • attaques répétées contre nos représentantes d’organisations
  • ordres du jour décidés unilatéralement et ne laissant pas place à l’expertise des associations.

Dans un courrier en date du 16 mai 2019 adressé au Ministre d’Etat, nous avons fait part de notre interrogation sur « l’utilité de notre participation au sein de ce groupe de travail ». Nous avons demandé « que de réels changements soient opérés au sein du groupe de travail, qui se doit de refléter tous les points de vue et positions, de laisser chacun des collèges faire des présentations et de traiter ouvertement l’ensemble des questions». La veille au soir de la réunion d’aujourd’hui, nous avons reçu une réponse du ministère de la transition écologique et solidaire qui est floue et qui n’accède pas à nos demandes.

Nous avions déjà écrit le 9 avril 2019 au président de la Commission qui n’avait pas pris la peine de nous répondre.

Nos associations demandent l’interdiction de la présence des animaux sauvages dans le cirques et les spectacles (montreurs d’ours notamment). Nous ferons des propositions détaillées et argumentées au ministre de la Transition écologique et solidaire, mais nous sommes contraints de quitter ce groupe de travail qui n’est qu’un simulacre de pluralisme !

AVES France & Paris Animaux Zoopolis

Photo : Ludovic Sueur / PAZ (Cirque de Rome, France, 2019)

Non au spectacle d’ours à la VIème fête Gallo-Romaine de Châteaubleau

Les 15 et 16 juin 2019 se tiendra la VIème édition de la fête Gallo-Romaine de Châteaubleau. Pour l’occasion, l’association AGRIPPA dont l’objet est d’organiser des manifestations culturelles et de s’engager dans la protection du site archéologique de Châteaubleau et de son intercommunalité, proposera des courses de chars, des combats de gladiateurs, mais aussi un spectacle de montreur d’ours.

En effet, le programme nous indique que le dimanche 16 juin 2019 se tiendra un spectacle animalier avec un ours baribal (ours noir d’Amérique) de la compagnie Arkann. Il s’agit de l’ours qui était exploité l’année dernière au parc Nigloland.

L’association AVES France et les signataires de cette pétition demandent à Mme Pascale Desplats, Présidente de l’association AGRIPPA, de renoncer à ce spectacle et à toute animation faisant appel à des animaux sauvages.

AVES France rappelle qu’un sondage IFOP de 2019 montre que 67% des Français sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques (source : 30 Millions d’Amis), comme en 2018 (source : 30 Millions d’Amis). Le ministère de la transition écologique et solidaire a lancé plusieurs groupes de travail sur ce sujet et que nous espérons obtenir dans les mois à venir l’interdiction de spectacles qui ne sont ni artistiques, ni pédagogiques.

Pour signer la pétition : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/spectacle-vieme-fete-gallo-romaine-chateaubleau/65927

Parc Saint Paul : Stop aux spectacles de fauves !

Depuis plusieurs années, le parc Saint Paul, parc de loisirs proposant 44 attractions pour toute la famille, accueille également des spectacles mettant en scène des animaux sauvages captifs. Cette année, le spectacle s’intitule Apache, le roi lion et ses 9 lionnes.

L’association One Voice a décidé de porter plainte contre les responsables du parc Saint-Paul qui proposent ce spectacle animalier et dont le dresseur (Kid Bauer) propose aux enfants d’être pris en photo avec un petit tigre blanc sur leurs genoux contre un billet de 10 € à la fin de la représentation (cf. article du Parisien du 9 mai 2019).

Alertée par plusieurs visiteurs du parc choqués d’y voir des animaux sauvages exploités, AVES France a décidé de lancer une campagne de i-boycott, comme nous l’avions déjà fait pour Nigloland. Dans le cas présent, nous dénonçons le mélange des genres, puisque les visiteurs du parc Saint Paul viennent dans ce parc de loisirs pour divertir leurs enfants et profiter des attractions proposées par le parc. Ils ne viennent ni au zoo pour y voir des animaux, ni au cirque pour y voir un spectacle. Rien ne peut justifier la présence des fauves dans le parc, qui par ailleurs propose un nouveau spectacle particulièrement adapté aux enfants, Bubble World ou l’art subtil des bulles de savon, qui fascine à tous les âges, sans exception !

Aussi, nous demandons au parc Saint Paul de mettre un terme à l’exploitation d’animaux sauvages captifs en arrêtant tout spectacle avec animaux et invitons le grand public à boycotter le parc aussi longtemps qu’il proposera ces spectacles. Pour participer à la campagne, il suffit de s’inscrire sur le site i-boycott et de soutenir notre action : https://www.i-boycott.org/campaigns/contre-l-exploitation-de-fauves-au-parc-saint-paul-dans-l-oise 

AVES France rappelle qu’un sondage IFOP de 2019 montre que 67% des Français sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques (source : 30 Millions d’Amis), comme en 2018(source : 30 Millions d’Amis).

© Photo : pixabay

L’ours Shadow dimanche 12 mai à l’école des métiers de la chasse et de la nature – MFR Valrance

Dimanche 12 mai 2019, les élèves de BAC PRO Gestion des Milieux Naturels et de la Faune de la MFR Valrance, à Saint-Sernin-sur-Rance, organisent la Journée Chasse-Pêche-Nature-Environnement. Au programme de cette journée, un spectacle mettant en scène l’ours Shadow du Parc Animalier de Pradinas (Jean-Philippe Roman), mais également des démonstrations avec des faucons, des reptiles…

AVES France vous invite à écrire aux responsables de cette école privée, en contrat avec le ministère de l’agriculture, pour leur demander en urgence l’annulation de ces spectacles. A la lecture du programme, on peut clairement se questionner sur le programme pédagogique de cet établissement !

Ours Shadow Valrance

Cette action est maintenant terminée.

Date de fin: May 12, 2019

Signatures recueillies: 179

179 signatures

© photographie non contractuelle – ShutterStock The Len

AVES France milite toujours pour obtenir l’interdiction des spectacles de montreurs d’ours

Depuis l’année dernière, AVES France a fait évoluer sa stratégie pour obtenir la fin des spectacles de montreurs d’ours. Si nous continuons à dénoncer chaque spectacle et à demander aux organisateurs leur annulation, nous savons que la priorité est de faire évoluer la loi.

En début d’année 2018, AVES France a envoyé un e-mail à chaque député afin de les sensibiliser sur ce sujet, et notamment pour dénoncer l’arrêté du 18 mars 2011. Les ours exploités (principalement lors de fêtes médiévales) devraient normalement pouvoir bénéficier, lors des périodes d’itinérance, d’un espace adapté à leurs besoins et décrit en annexe III de l’arrêté du 18 mars 2011. Pourtant, le texte de loi affranchi les dresseurs de ces contraintes si le déplacement dure moins de 4 jours. C’est la raison pour laquelle un ours peut, en itinérance, rester jusqu’à quatre jours dans un van, une fourgonnette ou une remorque, sans que les associations ou les services de l’Etat ne puissent intervenir.

Nos échanges avec le député Hubert Wulfranc et la députée Claire O’Petit ont abouti à la publication de deux questions écrites adressées au Ministère de la transition écologique et solidaire. Dans ses réponses, le Ministère reconnaissait que « l’utilisation de ces animaux dans un tel contexte n’est souvent pas justifiée sur le plan pédagogique, ni artistique et donc non conforme à l’article 3-II de l’arrêté du 18 mars 2011 précité. Par ailleurs, au regard de la préoccupation croissante de la société sur la place des animaux sauvages dans les établissements itinérants, il est envisagé de lancer une réflexion sur l’évolution de cet arrêté ».

Nous avons envoyé plusieurs lettres au Ministère de la transition écologique et solidaire sans jamais obtenir de réponse, mais nous sommes cependant invités à une réunion courant avril pour aborder la captivité de la faune sauvage (zoos, cirques, spectacles, élevages de visons)… et donc en ce qui nous concerne les spectacles de montreurs d’ours.

Toujours dans l’optique d’obtenir une loi interdisant cette pratique, AVES France vient d’envoyer 925 courriers postaux adressés aux 577 députés et 348 sénateurs. Ce mailing (dont le coût d’impression et d’expédition est estimé à 1000€) nous semblait nécessaire et même indispensable pour sensibiliser nos législateurs et leur demander une réaction. Soucieux de notre empreinte écologique, la totalité du papier utilisé pour cette action est du papier recyclé. Nous espérons que cet investissement non négligeable nous aidera à nous faire entendre.

A noter : vous êtes près de 100.000 à avoir signé notre pétition contre les montreurs d’ours et nous vous invitons à poursuivre sa diffusion : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/montreurs-loups-mettons-terme-exploitation-animaux/44785

La proposition de loi N°1811 visant à abolir la détention d’animaux sauvages dans les cirques, les delphinariums, les montreurs d’ours et les meneurs de loups a également été publiée récemment, grâce au travail de Paris Animaux Zoopolis, association avec laquelle nous avons rédigé le paragraphe consacré aux ours et aux loups. Si la proposition de loi a peu de chance d’être adoptée, il n’en reste pas moins que nous devons poursuivre notre travail pour convaincre les élus que les animaux sauvages n’ont pas leur place dans les spectacles.

Pétition contre la venue de l’ours Valentin aux Médiévales du Malzieu-Ville en 2019

Pour signer la pétition : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/contre-presence-montreur-aux-medievales-malzieu/63609

Cette année encore, Lucien Trebuchon, le responsable du Comité d’animation du Malzieu-Ville, a fait le choix d’inviter le montreur d’ours Frédéric Chesneau (Cie ATCHAKA) lors de la fête médiévale qui se tiendra du 30 mai au 2 juin 2019.

L'an dernier, ce dresseur a sillonné les routes de France avec Valentin, son ours noir. Cet ours a parcouru plus de 16.000 kilomètres dans sa remorque, pour divertir le public des fêtes médiévales. Pour justifier l'exploitation de son ours, ce dresseur se fait volontiers passer pour un "sauveur d'ours" aux yeux du public, racontant avoir sauvé Valentin d'une mort certaine, puisqu'il serait né dans une ferme d'élevage le destinant à la chasse ou au commerce de la fourrure. Sauf que Valentin est né dans un zoo au Texas et qu'il a été élevé au biberon... De plus, qui pourrait se qualifier de "sauveur d'ours" tout en condamnant un animal à cette vie de saltimbanque, aux antipodes de ses besoins naturels et du comportement normal de son espèce ?

L’association AVES France milite pour que cette pratique soit abolie dans notre pays. Plusieurs députés sensibles à la cause animale ont récemment questionné le ministère de la transition écologique et solidaire sur le sort réservé à ces ours de spectacles, qui devraient normalement pouvoir bénéficier, lors des périodes d’itinérance, d’un espace plus adapté à leurs besoins et décrit dans l’arrêté du 18 mars 2011.

  • 24 mètres carrés dans le cas des animaux d'une longueur supérieure à 2 mètres ;
  • 12 mètres carrés dans le cas des animaux d'une longueur inférieure à 2 mètres.

Pourtant, une exception a été ajouté dans ce texte règlementaire, permettant aux montreurs d’ours de maintenir leurs animaux jusqu’à 4 jours dans une remorque :  

« Les dispositions précitées relatives aux caractéristiques des installations intérieures et extérieures ne s’appliquent pas aux établissements dont les périodes itinérantes n'excèdent pas quatre jours à compter du départ des animaux des installations fixes jusqu'à leur retour.»

 

Même au Ministère de la transition écologique et solidaire, on reconnaît que ces spectacles posent un problème...

Dans les réponses aux questions écrites n°7172 et 9386 déposées par Hubert Wulfranc et Claire O’Petit, le Ministère de la transition écologique et solidaire a reconnu que : « L'utilisation de ces animaux dans un tel contexte n'est souvent pas justifiée sur le plan pédagogique, ni artistique et donc non conforme à l'article 3-II de l'arrêté du 18 mars 2011 » et qu’« au regard de la préoccupation croissante de la société sur la place des animaux sauvages dans les établissements itinérants, il est envisagé de lancer une réflexion sur l'évolution de cet arrêté ».

Le Ministère considérant que l’utilisation des ours n’est pas conforme à l’article 3-II de l’arrêté du 18 mars 2011, nous vous demandons, madame la Préfète, de ne pas autoriser ce spectacle lors des Médiévales du Malzieu-Ville. Nous sollicitons également monsieur le Maire du Malzieu-Ville et monsieur Trebuchon, de bien vouloir renoncer au spectacle du montreur d'ours.

Pour signer la pétition : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/contre-presence-montreur-aux-medievales-malzieu/63609

Vous pouvez également joindre la mairie (merci de rester courtois) : 

Tél. : 04 66 31 70 25
Mail : secretariat@lemalzieu.fr
Mail : mairie.malzieu@wanadoo.fr

Retour sur le colloque du 12 novembre 2018 à l’Assemblée nationale contre l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques et les spectacles

Lundi 12 novembre 2018, AVES France a répondu à l’invitation de l’association Paris Animaux Zoopolis et de la députée Claire O’Petit (vice-présidente du groupe d’études Condition Animale à l’Assemblée nationale), qui organisaient un colloque à l’Assemblée nationale contre l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques et les spectacles.

Sylvie Cardona et Christophe Coret, membres fondateurs d’AVES France, y étaient présents pour demander l’abolition des spectacles de montreurs d’ours et de loups.

VERS LA FIN DES ANIMAUX SAUVAGES DANS LES SPECTACLES :

POURQUOI NOUS DEVONS LÉGIFÉRER.

PROGRAMME
Introduction de la députée Claire O’Petit.
Introduction de la présidente de Paris Animaux Zoopolis, Amandine Sanvisens.
Introduction d’Allain Bougrain Dubourg.

LE DIAGNOSTIC
Les besoins fondamentaux des animaux sauvages
Elise Huchard, éthologue, vétérinaire, chargée de recherches en écologie comportementale CNRS, Médaille de bronze du CNRS 2017.

Les troubles du comportement provoqués par la captivité
Monique Bourdin, docteure vétérinaire comportementaliste, ancienne chargée d’enseignement et de consultation en troubles du comportement dans les écoles vétérinaires de Maison-Alfort et de Lyon.

Ce que la captivité des animaux sauvages révèle de notre société
Astrid Guillaume, Sémioticienne, Maître de conférences (HDR), Sorbonne université.

La fin des animaux sauvages dans les spectacles : l’exemple de l’Autriche
Jérôme Segal, historien, maître de conférences à l’université Paris Sorbonne, chercheur et journaliste à Vienne (Autriche).

L’ABOLITION
En finir avec les delphinariums
Christine Grandjean, présidente de C’est Assez.

Sortir la France du Moyen-Age
Christophe Coret, président de AVES France.

Mettre un terme à la captivité des animaux sauvages de divertissement
Amandine Sanvisens, présidente de Paris Animaux Zoopolis.

Amorcer une transition : l’exemple de Strasbourg
Christel Kohler, Adjointe au Maire de Strasbourg.

Le devenir des animaux de cirques
Essa Reijmers, AAP – Animal Advocacy and Protection.

LES ENTREPRISES
Du dressage des fauves à l’Ecocirque
Sandrine et André-Joseph Bouglione, Ecocirque.

Le cirque traditionnel sans animaux
Alexandra Roncalli, cirque Roncalli France.

ÉCHANGE AVEC LE PUBLIC

Conclusion de la députée Claire O’Petit.

Le colloque a été modéré par Allain Bougrain Dubourg.

Pour revoir l’intégralité du colloque, voir la playlist des vidéos ci-dessous.
Certaines vidéos seront publiées ultérieurement. 

Un colloque à l’assemblée nationale contre l’exploitation des animaux sauvages dans les spectacles !

Lundi 12 novembre 2018 : retenez cette date car c’est historique.

C’est ce jour qu’aura lieu le colloque à l’assemblée nationale contre l’exploitation des animaux sauvages dans les spectacles, organisé par nos amis de Paris Animaux Zoopolis et la députée Claire O’Petit.

AVES France y parlera évidemment des spectacles des montreurs d’ours et de loups, et c’est pourquoi nous vous invitons toujours à signer et à partager notre pétition, qui a déjà atteint 84.000 signataires :
https://www.mesopinions.com/petition/animaux/montreurs-loups-mettons-terme-exploitation-animaux/44785

Les inscriptions sont ouvertes par mail en mettant en objet « COLLOQUE ASSEMBLEE NATIONALE » avec votre nom, prénom, date et lieu de naissance, pays si ce n’est pas la France.

Programme :

Introduction de la députée Claire O’Petit.
Introduction de la présidente de Paris Animaux Zoopolis Amandine Sanvisens.

LE DIAGNOSTIC
Les besoins fondamentaux des animaux sauvages
Elise Huchard, éthologue, vétérinaire, chargée de recherches en écologie comportementale CNRS, Médaille de bronze du CNRS 2017.

Les troubles du comportement provoqués par la captivité
Monique Bourdin, docteure vétérinaire comportementaliste, ancienne chargée d’enseignement et de consultation en troubles du comportement dans les écoles vétérinaires de Maison-Alfort et de Lyon.

Ce que la captivité des animaux sauvages révèle de notre société
Astrid Guillaume, sémioticienne, maîtresse de conférences à l’université Paris Sorbonne.

La fin des animaux sauvages dans les spectacles : l’exemple de l’Autriche
Jérôme Ségal, historien des sciences, maître de conférences à l’Université Paris IV Sorbonne.

L’ABOLITION
En finir avec les delphinariums
Christine Grandjean, présidente de C’est Assez.

Sortir la France du Moyen-Age
Christophe Coret, président d’AVES France.

Mettre un terme à la captivité des animaux sauvages de divertissement
Amandine Sanvisens, présidente de Paris Animaux Zoopolis.

Amorcer une transition : l’exemple de Strasbourg
Christel Kohler, Adjointe au Maire de Strasbourg.

LES ENTREPRISES
Du dressage des fauves à l’Ecocirque
Sandrine et André-Joseph Bouglione, Ecocirque.

Le cirque traditionnel sans animaux
Alexandra Roncalli, cirque Roncalli France.

Conclusion de la députée Claire O’Petit.
Plus d’infos :

Le montreur d’ours Frédéric Chesneau et son ours Valentin en Belgique en septembre !

Grande nouvelle en provenance de la Belgique : après plusieurs jours de mobilisation de la part des associations, le bourgmestre de Villiers a prononcé l’interdiction du spectacle du montreur d’ours Frédéric Chesneau ! Un déplacement de 800 kilomètres est ainsi évité pour l’ours Valentin. Bravo à tous ! 


Après avoir sillonné la France pendant près de cinq mois, c’est en Belgique, à l’Abbaye de Villiers que Frédéric Chesneau exploitera son ours Valentin du 14 au 16 septembre 2018. C’est l’association française « La Guilde Saint Louis » qui loue l’Abbaye pour y organiser ce festival. Il y a actuellement un débat entre les responsables de l’Abbaye (qui ne souhaitent pas la présence du montreur d’ours) et les responsables de la Guilde Saint Louis qui ne souhaitent pas annuler ce spectacle. Ce qui est incroyable, c’est que ces spectacles sont normalement interdits par la législation belge !

Nous devons l’avouer, nous n’avions pas décelé ce spectacle car la venue du montreur d’ours n’était pas indiquée sur le site de l’Abbaye, qui espérait faire annuler le spectacle. Sur leur site, en effet, les passages du montreur d’ours ont été remplacés par des astérisques. Il faut télécharger le programme en version PDF pour se rendre compte que l’ours Valentin devra effectuer son show pendant les 3 jours, à raison de deux représentations quotidiennes.

Les spectacles avec animaux sauvages interdits en Belgique

L’annonce de ce spectacle nous étonne car la Belgique fait parti des pays qui ont interdit l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques. Cependant, les associations belges dénoncent régulièrement la poursuite des spectacles de fauconnerie… il n’est pas impossible que les spectacles de montreurs d’ours bénéficient du même vide juridique, puisque les dresseurs sont indépendants…

De toute façon, qu’ils soient légaux ou non, ces spectacles n’en sont pas moins immoraux. Rendez-vous compte : l’ours Valentin a parcouru plus de 15.000 kilomètres en cinq mois ! Est-ce une vie décente pour un ours ?

AVES France va contacter le ministère belge en charge de ce sujet afin de s’assurer de la légalité de ce spectacle, mais vous pouvez soutenir les responsables de l’Abbaye en participant à notre cyber-action, afin de demander l’annulation des prestations du montreur d’ours au festival Ombres et Lumières du Moyen Age :

ours Valentin

L’ours Valentin sera aux médiévales de Tonnerre les 8 et 9 septembre 2018

Après avoir arpenté les routes de France toute la saison, l’ours Valentin sera aux médiévales de Tonnerre (89) les 8 et 9 septembre 2018.

+ de 14.000 Km en seulement 5 mois !

Depuis le début de la saison 2018, nous avons déjà dénoncé la présence de Valentin à Epieds (27), Montfort-le-Gesnois (72), Les Ponts-de-Cé (49), Le Malzieu (48), Bormes-les-mimosas (83), Annoeullin (59), Pérouges (01), Janvry (91), Crussol (07), Briançon (05), Châteaudun (28), Le Bosc (34), Ferrières (45), Moulins-Engilbert (58), Duilhac sous Peyrepertuse (11), Bischwiller (67), Saint-Sauveur-le-Vicomte (50), Montsaugeon (52) et quand il arrivera à Tonnerre (89), il aura déjà parcouru plus de 14.000 kilomètres. 

L’ours n’a pas sa place dans une fête médiévale !

Comme avant chaque spectacle, AVES France a envoyé un courrier à la mairie afin de demander au maire l’annulation de ce spectacle. Nous vous invitons à participer à la cyber-action ci-dessous afin d’apporter votre soutien à cette action. En remplissant ce formulaire, nous enverrons un e-mail de votre part à la mairie ainsi qu’aux organisateurs de l’évènement.

Ours Valentin - Médiévale de Tonnerre

Cette action est maintenant terminée.

Date de fin: Sep 09, 2018

Signatures recueillies: 531

531 signatures

 

 

Mais au fait, c’est quoi un spectacle de montreur d’ours ?

Regardez la vidéo ci-dessous… et décidez en votre âme et conscience si cette animation a la moindre vertu pédagogique et si l’ours a sa place dans ce cadre.