Ours Valentin à la Foire aux Laines de Châteaudun les 6 & 7 juillet 2019 : pétition et appel à la manifestation

Comme l’an dernier, le montreur d’ours Frédéric Chesneau se produira avec son ours Valentin à la Foire aux laines de Châteaudun, le samedi 6 juillet et le dimanche 7 juillet 2019. Le programme de cette fête médiévale indique que l’ours sera exploité à quatre reprises, à hauteur des remparts de la ville, à 14h30 et 17h le samedi, puis à 14h et 17h le dimanche. Le soir même, l’ours participera à un autre spectacle à Chérisy, au Théâtre équestre de Cautivo.

AVES France dénonce l’exploitation des ours dans les spectacles et demande l’interdiction de ces pratiques héritées du moyen-âge. En 2018, pour les seuls spectacles recensés par notre association, l’ours Valentin a parcouru plus de 17.000 kilomètres ! Valentin est né dans un zoo aux Etats-Unis. Il a été acheté par le dresseur dans le but de remplacer son ourse Julia, désormais trop âgée pour participer aux spectacles et confiée au refuge A.S.B.L. en Belgique.


AVES France et Paris Animaux Zoopolis demandent aux organisateurs de la Foire aux laines de Châteaudun d’annuler ce spectacle. Nous appelons d’ores et déjà nos militants à manifester le samedi 6 juillet à partir de 14h, à proximité du spectacle. Nous avons lancé une pétition sur Mesopinions.com et un évènement Facebook pour organiser la manifestation.

Si ces spectacles sont encore légaux en France, ils sont interdits dans plusieurs pays d’Europe. La fédération des vétérinaires européens recommande depuis 2015 à toutes les autorités compétentes européennes et nationales d’interdire l’utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants en Europe. 67% des Français sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques (source IFOP 2019 pour 30 Millions d’Amis).

Les spectacles de montreurs d’ours doivent être interdits, compte tenu de l’impossibilité absolue de répondre de façon adéquate aux besoins physiologiques, mentaux et sociaux des animaux. Un spectacle d’ours représente toujours un danger pour le public, les conditions de représentation risquant de troubler la quiétude de l’animal et de le rendre potentiellement dangereux.

La législation actuelle ne prend pas en compte le bien-être des animaux, l’arrêté du 18 mars 2011 permettant aux dresseurs de maintenir leurs animaux jusqu’à quatre jours dans un van, une camionnette ou une remorque.

Actuellement en France, une petite dizaine d’ours sont exploités dans les spectacles. AVES France, qui participe à la mission ministérielle sur le bien-être animal lancée par le ministère de la transition écologique et solidaire aux côtés d’autres associations (Paris Animaux Zoopolis, Fondation Brigitte Bardot, SPA…), demande l’interdiction de ces spectacles. Une proposition de loi visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups a également été déposée le 22 mai 2019 pour encadrer la fin de cette pratique moyen-âgeuse : http://www2.assemblee-nationale.fr/documents/notice/15/propositions/pion1969/(index)/propositions-loi

Comment en finir avec ces spectacles ?

AVES France propose une interdiction des spectacles fixes ou itinérants ayant recours à des ours et des loups.

Interdiction de toute nouvelle acquisition d’animaux sauvages chez les dresseurs d’ours et de loups

Art. L. 413-5-1. – Aucun certificat de capacité pour animaux sauvages destinés à faire des représentations pour les spectacles d’ours ou de loups ne sera délivré à compter de la promulgation de la loi n°xxx du xxx visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups.

Art. L. 413-5-2. – Le recensement de tous les animaux sauvages présents chez les dresseurs d’ours et de loups exerçant sur le territoire français est obligatoire. Tout capacitaire d’un animal sauvage qui ne le déclarera pas auprès du ministère chargé de l’environnement encoure une amende maximale de 15 000 €, par individu non déclaré. Cette déclaration spontanée se fait au plus tard dans les deux mois suivant la promulgation de la loi n°xxx du xxx visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups.

Art. L. 413-5-3. – Toute nouvelle acquisition d’animaux sauvages par les dresseurs d’ours et de loups est interdite. Le capacitaire encoure une amende de 15 000 € par acquisition postérieure à la promulgation de la loi n°xxx du xxx visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups.

Art. L. 413-5-4. – La reproduction des animaux sauvages chez les dresseurs d’ours et de loups fixes ou itinérants est interdite à compter de la promulgation de la loi n° du visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups. Le capacitaire encoure une amende de 15 000 € par naissance postérieure à la promulgation de la loi n°xxx du xxx précitée.

Interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups.

Art. L. 413-5-5. – Est interdit tout spectacle ayant recours à des ours ou des loups dans le délai d’une année à compter de la promulgation de la loi n°xxx du xxx visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups.

Durant ce délai, les animaux sont confiés par les dresseurs à des associations de protection animale qui sont chargées de les placer dans des structures adaptées.

Passé le délai d’une année, les ours et les loups sont saisis et une amende de 15 000 € par animal est adressée au capacitaire. »

 

Annulation du spectacle avec l’ours Lutchak dimanche 16 juin à Châteaubleau (77)

Annulation du spectacle avec l’ours Lutchak dimanche 16 juin à Châteaubleau (77)

AVES France et Paris Animaux Zoopolis saluent cette décision. 

Il y a un mois, l’association AVES France contactait Mme Desplats, Présidente de l’association AGRIPPA, pour la prier de bien vouloir renoncer au spectacle d’ours prévu au programme de la VIème fête gallo-romaine de Châteaubleau. « Vous ne pouvez pas justifier ce spectacle au XXIème siècle par le fait que des fouilles ont pu montrer que des ours étaient exploités il y a fort longtemps à Châteaubleau » écrivait Christophe CORET, Président d’AVES France, rappelant également qu’un sondage IFOP de 2019 montre que 67% des Français sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques (source : 30 Millions d’Amis).

L’AGRIPPA a pour mission de défendre et préserver le patrimoine archéologique de la commune de Châteaubleau et d’organiser des actions pédagogiques et nous ne comprenions pas pourquoi ils avaient fait le choix de faire venir un montreur d’ours, alors même que le ministère a reconnu à plusieurs reprises que ces spectacles ne sont ni pédagogiques, ni artistiques.

Le montreur d’ours, Benoît Motton (compagnie Arkann) travaillait jusqu’à l’an dernier au parc d’attractions Nigloland. Suite à la pétition et à la campagne de i-boycott lancée par AVES France contre la présence d’animaux sauvages dans le parc, Nigloland a récemment annoncé qu’il y renonçait et qu’il n’y aurait plus d’animaux dans le parc d’attractions. Cependant, les spectacles restent légaux et l’ours Lutchak continue d’être exploité, comme la dizaine d’autres ours qui appartiennent à des dresseurs en France.

En l’absence de réponse à nos messages ainsi qu’à la pétition qui regroupait plus de 52.200 signataires, AVES France et Paris Animaux Zoopolis, deux associations qui réclament l’abolition des spectacles avec animaux au sein du groupe de travail cirque de la mission ministérielle sur le bien-être animal, lancée au printemps par François de Rugy, ont décidé d’organiser une manifestation.

L’AGRIPPA a publié ce matin un communiqué dénonçant les « méthodes coercitives engagées à l’encontre de l’association AGRIPPA par l’association AVES France » et déplorant que « la préfecture de Seine-et-Marne a demandé l’annulation du spectacle légal de l’ours ARKANN. En effet ces « défenseurs » de l’ours menacent de faire, en toute connaissance de cause, une manifestation à Châteaubleau avec sonorisation, ce qui aurait pour conséquence, entre autres, de troubler la quiétude de l’animal et de le rendre potentiellement dangereux. L’association AGRIPPA a donc décidé d’accéder à la demande de la préfecture car elle souhaite préserver avant tout la sécurité des personnes, sécurité compromise par des comportements inadaptés et irresponsables, tout en regrettant vivement que la démocratie soit bafouée par le non-respect des opinions de chacun. »

L’annulation a par la suite été confirmée par la mairie dans le communiqué ci-joint

AVES France et Paris Animaux Zoopolis se félicitent de cette annulation, mais rappellent que ces spectacles, encore légaux dans notre pays, sont interdits dans plusieurs pays d’Europe et que la fédération des vétérinaires européens recommande depuis 2015 à toutes les autorités compétentes européennes et nationales d’interdire l’utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants en Europe. Les spectacles de montreurs d’ours doivent être interdits, compte tenu de l’impossibilité absolue de répondre de façon adéquate aux besoins physiologiques, mentaux et sociaux des animaux. Nous confirmons à la Présidente de l’AGRIPPA qu’un spectacle d’ours représente toujours un danger pour le public, les conditions de représentation risquant de troubler la quiétude de l’animal et de le rendre potentiellement dangereux. C’est une des raisons pour laquelle nous lui demandions, il y a un mois, d’annuler ce  spectacle.

La manifestation prévue dimanche 16 juin 2019 à 11h par les associations de défense des animaux est donc annulée, mais des militants se rendront sur place pour s’assurer que la promesse du maire d’annuler le spectacle de l’ours est bien respectée. 

Christophe CORET,
Président d’AVES France

Amandine SANVISENS,
Présidente de Paris Animaux Zoopolis

Manifestation à Châteaubleau dimanche 16 juin 2019 contre le spectacle de montreur d’ours

Les 15 et 16 juin 2019 se tiendra la VIème édition de la fête Gallo-Romaine de Châteaubleau. Pour l’occasion, l’association AGRIPPA, dont l’objet est d’organiser des manifestations culturelles et de s’engager dans la protection du site archéologique de Châteaubleau et de son intercommunalité, proposera des courses de chars, des combats de gladiateurs, mais aussi un spectacle de montreur d’ours.

Sur le programme de cet évènement, on peut lire que le dimanche 16 juin 2019 se tiendra un spectacle animalier avec un ours baribal (ours noir d’Amérique) de la compagnie Arkann. Nous connaissons bien cet ours, car il s’agit de l’animal qui était exploité l’année dernière au parc Nigloland, parc qui a depuis renoncé à l’exploitation d’animaux sauvages, suite à nos campagnes de sensibilisation, mais également à une campagne de boycott.

La Présidente de l’association AGRIPPA n’a pas souhaité répondre aux 52.000 signataires de la pétition initiée par AVES France, ni même répondre à nos e-mails.

AVES France et Paris Animaux Zoopolis invitent donc tous ceux qui souhaitent mettre un terme à ces spectacles à se réunir dimanche 16 juin à 11h à Châteaubleau, à proximité de l’église Saint-Gond. Possibilité de co-voiturage depuis Rouen et Paris.

Lien Facebook de l’évènement : https://www.facebook.com/events/399902930610060/

un homme tourne le dos avec son fils face à un ours muselé

Montreurs d’ours : les cyber-actions du mois de juin 2019

La saison des fêtes médiévales a débuté avec de nombreux spectacles à dénoncer. Nous les avons regroupés sur une seule page pour vous simplifier la vie.

Voici les cyber-actions pour le mois de juin 2019 :

Ours Valentin à Andilly (8-9-10 15-16 juin 2019) : 

Mesdames, Messieurs, Alors que le Ministre de la transition écologique et solidaire s'interroge sur une prochaine interdiction des spectacles exploitant des animaux sauvages captifs et qu'une large majorité de français demande l'interdiction de ces spectacles, votre association, Andilly Loisirs, a une nouvelle fois fait le choix d'inviter un montreur d'ours pour les Grandes Médiévales qui se sont tenues du 8 au 10 juin 2019, puis auront lieu les 15 et 16 juin. En tant que sympathisant de la cause animale , je ne comprends pas ce choix de programmer un tel spectacle. Vous ne pouvez pas ignorer que cet ours a parcouru l'an dernier plus de 17.000 kilomètres pour les seuls spectacles qui ont été relevés par AVES France. Programmer malgré tout cette animation m'interroge sur votre sensibilité au bien-être animal ou au respect du vivant. J'espère que vous prendrez en compte mon message et que vous ne programmerez plus, à l'avenir, d'animations exploitant des animaux sauvages.

Ours noir à Châteaubleau (16 juin 2019) : 

Spectacle annulé suite à nos actions. https://www.aves.asso.fr/2019/06/annulation-du-spectacle-avec-lours-lutchak-dimanche-16-juin-a-chateaubleau-77/


Ours Valentin à Bourg-le-roi (23 juin 2019) : 

Monsieur Lafosse, Alors que le Ministre de la transition écologique et solidaire s'interroge sur une prochaine interdiction des spectacles exploitant des animaux sauvages captifs et qu'une large majorité de français demande l'interdiction de ces spectacles, votre association, Bourg-le Roi animation et patrimoine, a fait le choix d'inviter un montreur d'ours pour la 17ème édition de la fête médiévale qui se déroulera le dimanche 23 juin. En tant que sympathisant de la cause animale, je ne comprends pas votre choix de programmer un tel spectacle. Vous ne pouvez pas ignorer que l'ours Valentin a parcouru l'an dernier plus de 17.000 kilomètres pour les seuls spectacles qui ont été relevés par l'association AVES France. Programmer malgré tout cette animation m'interroge sur votre sensibilité au bien-être animal ou au respect du vivant. J'espère que vous prendrez en compte mon message et que vous annulerez cette animation, mais aussi que vous ne programmerez plus, à l'avenir, de spectacles exploitant des animaux sauvages.

AVES France, l’association rouennaise qui a déclaré la guerre aux montreurs d’ours.

COMMUNIQUE DE PRESSE – LUNDI 27 MAI 2019

L’association de protection de la nature et de la faune sauvage, AVES France, dont le siège social est domicilié à Rouen, milite depuis sa création en 2005 contre les spectacles de montreurs d’ours et de loups, animations de plus en plus fréquentes depuis l’essor des fêtes médiévales dans notre pays. 

Beaucoup d’associations militent pour l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques, mais AVES France a décidé de se positionner sur cette activité particulière, qui peut sembler marginale puisqu’il n’y a que peu de dresseurs d’ours et de loups en France, mais qu’il est urgent d’interdire. Près de 100.000 signataires soutiennent la pétition lancée l’été dernier par l’association : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/montreurs-loups-mettons-terme-exploitation-animaux/44785

Réglementés par l’arrêté du 18 mars 2011, les spectacles de montreurs d’ours bénéficient d’une exception qui permet aux dresseurs de déroger aux exigences minimales relatives à l’hébergement des ours lors des spectacles, les dispositions ne s’appliquant pas lorsque l’animal est en itinérance moins de quatre jours. On peut ainsi voir des ours passer jusqu’à 4 jours dans des vans ou des camionnettes. L’ours le plus sollicité a passé + de 17.000 Km sur les routes en 2018. 

AVES France dénonce également les manquements à la sécurité du public. Certains dresseurs proposent des déambulations d’ours et de loups dans le public, sans aucune mesure de protection autre qu’une laisse pour tenir les animaux. Certains invitent le public à venir caresser les animaux ou à se faire prendre en photo avec eux. Un dresseur demande également à son ours de récupérer une friandise dans la bouche d’un spectateur. Les ours ont une vitesse de réaction extrêmement rapide et leurs griffes peuvent provoquer des blessures létales. 

En ce qui concerne les loups, l’espèce n’est pas présente dans l’arrêté du 18 mars 2011. Il n’y a donc aucune exigence minimale relative à leur hébergement lors des spectacles ni aucune règle pour garantir la sécurité du public. 

Le lobbying politique pour en finir avec cette pratique

Depuis 2018, AVES France a initié une campagne de lobbying afin d’alerter les élus sur le sort de ces animaux et a participé à un colloque à l’assemblée nationale pour demander l’interdiction de ces spectacles. 

Plus récemment, AVES France a contacté les 925 députés et sénateurs afin de leur demander de s’opposer à ces pratiques. Plusieurs députés ont déposé des questions écrites au gouvernement (Hubert Wulfranc, Claire O’Petit, Bastien Lachaud, Alain Bruneel, Corinne Vignon) et un groupe de députés, mené par Bérengère Poletti, a déposé le 22 mai 2019 une proposition de projet de loi visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups, signée par Eric Straumann, Véronique Louwagie, Eric Diard, Didier Quentin, David Lorion, Robin Reda,  Valérie Boyer et Valérie Beauvais. 

Parallèlement, AVES France participe aux réunions sur le bien-être animal mises en place par François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire dans le groupe cirque et spectacles itinérants. L’association y demande l’interdiction de ces spectacles. A l’issu des travaux des différents groupes de travail, en septembre, le ministre annoncera 20 mesures pour l’amélioration du bien-être animal. 

Contact presse : https://www.aves.asso.fr/contact/

Groupe de travail ministériel « bien-être des animaux dans les cirques » : Nos associations de protection animale contraintes de partir.

« Nous refusons d’être cantonnés à un rôle de quasi figuration ! »

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a souhaité mettre en place des groupes de travail concernant la captivité de la faune sauvage (zoos, cirques, spectacles, élevages de visons). Suite aux différentes concertations, 20 mesures seront annoncées cet été.

Dans ce contexte, nos organisations ont été invitées à travailler au sein de la Commission nationale des professions foraines et circassiennes (CNPFC) sur la question du bien-être animal dans les cirques. Nous avons participé assidûment aux réunions qui ont déjà eu lieu.

Force est de constater le parti pris de ce groupe de travail, notamment avec une composition déséquilibrée des collèges villes et vétérinaires :

  • aucune ville opposée aux animaux dans les cirques ne participe
  • aucun vétérinaire défendant la position officielle de la Fédération des Vétérinaires Européens ne participe
  • attaques répétées contre nos représentantes d’organisations
  • ordres du jour décidés unilatéralement et ne laissant pas place à l’expertise des associations.

Dans un courrier en date du 16 mai 2019 adressé au Ministre d’Etat, nous avons fait part de notre interrogation sur « l’utilité de notre participation au sein de ce groupe de travail ». Nous avons demandé « que de réels changements soient opérés au sein du groupe de travail, qui se doit de refléter tous les points de vue et positions, de laisser chacun des collèges faire des présentations et de traiter ouvertement l’ensemble des questions». La veille au soir de la réunion d’aujourd’hui, nous avons reçu une réponse du ministère de la transition écologique et solidaire qui est floue et qui n’accède pas à nos demandes.

Nous avions déjà écrit le 9 avril 2019 au président de la Commission qui n’avait pas pris la peine de nous répondre.

Nos associations demandent l’interdiction de la présence des animaux sauvages dans le cirques et les spectacles (montreurs d’ours notamment). Nous ferons des propositions détaillées et argumentées au ministre de la Transition écologique et solidaire, mais nous sommes contraints de quitter ce groupe de travail qui n’est qu’un simulacre de pluralisme !

AVES France & Paris Animaux Zoopolis

Photo : Ludovic Sueur / PAZ (Cirque de Rome, France, 2019)

Non au spectacle d’ours à la VIème fête Gallo-Romaine de Châteaubleau

Les 15 et 16 juin 2019 se tiendra la VIème édition de la fête Gallo-Romaine de Châteaubleau. Pour l’occasion, l’association AGRIPPA dont l’objet est d’organiser des manifestations culturelles et de s’engager dans la protection du site archéologique de Châteaubleau et de son intercommunalité, proposera des courses de chars, des combats de gladiateurs, mais aussi un spectacle de montreur d’ours.

En effet, le programme nous indique que le dimanche 16 juin 2019 se tiendra un spectacle animalier avec un ours baribal (ours noir d’Amérique) de la compagnie Arkann. Il s’agit de l’ours qui était exploité l’année dernière au parc Nigloland.

L’association AVES France et les signataires de cette pétition demandent à Mme Pascale Desplats, Présidente de l’association AGRIPPA, de renoncer à ce spectacle et à toute animation faisant appel à des animaux sauvages.

AVES France rappelle qu’un sondage IFOP de 2019 montre que 67% des Français sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques (source : 30 Millions d’Amis), comme en 2018 (source : 30 Millions d’Amis). Le ministère de la transition écologique et solidaire a lancé plusieurs groupes de travail sur ce sujet et que nous espérons obtenir dans les mois à venir l’interdiction de spectacles qui ne sont ni artistiques, ni pédagogiques.

Pour signer la pétition : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/spectacle-vieme-fete-gallo-romaine-chateaubleau/65927

Parc Saint Paul : Stop aux spectacles de fauves !

Depuis plusieurs années, le parc Saint Paul, parc de loisirs proposant 44 attractions pour toute la famille, accueille également des spectacles mettant en scène des animaux sauvages captifs. Cette année, le spectacle s’intitule Apache, le roi lion et ses 9 lionnes.

L’association One Voice a décidé de porter plainte contre les responsables du parc Saint-Paul qui proposent ce spectacle animalier et dont le dresseur (Kid Bauer) propose aux enfants d’être pris en photo avec un petit tigre blanc sur leurs genoux contre un billet de 10 € à la fin de la représentation (cf. article du Parisien du 9 mai 2019).

Alertée par plusieurs visiteurs du parc choqués d’y voir des animaux sauvages exploités, AVES France a décidé de lancer une campagne de i-boycott, comme nous l’avions déjà fait pour Nigloland. Dans le cas présent, nous dénonçons le mélange des genres, puisque les visiteurs du parc Saint Paul viennent dans ce parc de loisirs pour divertir leurs enfants et profiter des attractions proposées par le parc. Ils ne viennent ni au zoo pour y voir des animaux, ni au cirque pour y voir un spectacle. Rien ne peut justifier la présence des fauves dans le parc, qui par ailleurs propose un nouveau spectacle particulièrement adapté aux enfants, Bubble World ou l’art subtil des bulles de savon, qui fascine à tous les âges, sans exception !

Aussi, nous demandons au parc Saint Paul de mettre un terme à l’exploitation d’animaux sauvages captifs en arrêtant tout spectacle avec animaux et invitons le grand public à boycotter le parc aussi longtemps qu’il proposera ces spectacles. Pour participer à la campagne, il suffit de s’inscrire sur le site i-boycott et de soutenir notre action : https://www.i-boycott.org/campaigns/contre-l-exploitation-de-fauves-au-parc-saint-paul-dans-l-oise 

AVES France rappelle qu’un sondage IFOP de 2019 montre que 67% des Français sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques (source : 30 Millions d’Amis), comme en 2018(source : 30 Millions d’Amis).

© Photo : pixabay

L’ours Shadow dimanche 12 mai à l’école des métiers de la chasse et de la nature – MFR Valrance

Dimanche 12 mai 2019, les élèves de BAC PRO Gestion des Milieux Naturels et de la Faune de la MFR Valrance, à Saint-Sernin-sur-Rance, organisent la Journée Chasse-Pêche-Nature-Environnement. Au programme de cette journée, un spectacle mettant en scène l’ours Shadow du Parc Animalier de Pradinas (Jean-Philippe Roman), mais également des démonstrations avec des faucons, des reptiles…

AVES France vous invite à écrire aux responsables de cette école privée, en contrat avec le ministère de l’agriculture, pour leur demander en urgence l’annulation de ces spectacles. A la lecture du programme, on peut clairement se questionner sur le programme pédagogique de cet établissement !

Ours Shadow Valrance

Cette action est maintenant terminée.

Date de fin: May 12, 2019

Signatures recueillies: 179

179 signatures

© photographie non contractuelle – ShutterStock The Len

AVES France milite toujours pour obtenir l’interdiction des spectacles de montreurs d’ours

Depuis l’année dernière, AVES France a fait évoluer sa stratégie pour obtenir la fin des spectacles de montreurs d’ours. Si nous continuons à dénoncer chaque spectacle et à demander aux organisateurs leur annulation, nous savons que la priorité est de faire évoluer la loi.

En début d’année 2018, AVES France a envoyé un e-mail à chaque député afin de les sensibiliser sur ce sujet, et notamment pour dénoncer l’arrêté du 18 mars 2011. Les ours exploités (principalement lors de fêtes médiévales) devraient normalement pouvoir bénéficier, lors des périodes d’itinérance, d’un espace adapté à leurs besoins et décrit en annexe III de l’arrêté du 18 mars 2011. Pourtant, le texte de loi affranchi les dresseurs de ces contraintes si le déplacement dure moins de 4 jours. C’est la raison pour laquelle un ours peut, en itinérance, rester jusqu’à quatre jours dans un van, une fourgonnette ou une remorque, sans que les associations ou les services de l’Etat ne puissent intervenir.

Nos échanges avec le député Hubert Wulfranc et la députée Claire O’Petit ont abouti à la publication de deux questions écrites adressées au Ministère de la transition écologique et solidaire. Dans ses réponses, le Ministère reconnaissait que « l’utilisation de ces animaux dans un tel contexte n’est souvent pas justifiée sur le plan pédagogique, ni artistique et donc non conforme à l’article 3-II de l’arrêté du 18 mars 2011 précité. Par ailleurs, au regard de la préoccupation croissante de la société sur la place des animaux sauvages dans les établissements itinérants, il est envisagé de lancer une réflexion sur l’évolution de cet arrêté ».

Nous avons envoyé plusieurs lettres au Ministère de la transition écologique et solidaire sans jamais obtenir de réponse, mais nous sommes cependant invités à une réunion courant avril pour aborder la captivité de la faune sauvage (zoos, cirques, spectacles, élevages de visons)… et donc en ce qui nous concerne les spectacles de montreurs d’ours.

Toujours dans l’optique d’obtenir une loi interdisant cette pratique, AVES France vient d’envoyer 925 courriers postaux adressés aux 577 députés et 348 sénateurs. Ce mailing (dont le coût d’impression et d’expédition est estimé à 1000€) nous semblait nécessaire et même indispensable pour sensibiliser nos législateurs et leur demander une réaction. Soucieux de notre empreinte écologique, la totalité du papier utilisé pour cette action est du papier recyclé. Nous espérons que cet investissement non négligeable nous aidera à nous faire entendre.

A noter : vous êtes près de 100.000 à avoir signé notre pétition contre les montreurs d’ours et nous vous invitons à poursuivre sa diffusion : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/montreurs-loups-mettons-terme-exploitation-animaux/44785

La proposition de loi N°1811 visant à abolir la détention d’animaux sauvages dans les cirques, les delphinariums, les montreurs d’ours et les meneurs de loups a également été publiée récemment, grâce au travail de Paris Animaux Zoopolis, association avec laquelle nous avons rédigé le paragraphe consacré aux ours et aux loups. Si la proposition de loi a peu de chance d’être adoptée, il n’en reste pas moins que nous devons poursuivre notre travail pour convaincre les élus que les animaux sauvages n’ont pas leur place dans les spectacles.