Puma du Zoo Faron : pourquoi AVES France s’oppose à son placement chez Jacky Muller ?

Vous êtes nombreux à vous être émus de l’histoire de Jacky et de son puma, largement relayée dans la presse ces derniers mois. De nombreux médias nous ont d’ailleurs contacté à ce sujet, mais rares sont ceux qui ont pris la peine de relayer notre point de vue. Il est vrai que le public aime qu’on lui raconte de belles histoires…

D’ailleurs, même parmi nos membres, certains nous ont demandé de relayer la pétition pour venir en aide à Jacky Muller, car « son puma risquait de mourir ». Une nouvelle fois nous réitérons notre opposition au placement de ce puma chez monsieur Muller et apportons notre soutien aux agents de la DDPP du Var et du Calvados, très sollicités par cette affaire.

Le Faron : un zoo ou un centre de reproduction ?

Vous le savez, le zoo du Faron n’est pas un établissement que nous portons dans notre coeur. C’est une petite structure privée dans laquelle nous estimons que les animaux sont trop nombreux par rapport à l’espace que la direction peut leur offrir. Chaque année, nous recevons des témoignages de visiteurs horrifiés que cette structure puisse encore exister, ce que nous ne pouvons que déplorer. Il suffit d’ailleurs d’aller mesurer sa côte de popularité sur TripAdvisor pour s’en rendre compte, puisque près de 74% des voyageurs lui ont décerné une note entre moyen, médiocre et horrible !

Pour répondre à nos critiques sur l’état général du zoo, les comportements stéréotypés de certains animaux, les cages vétustes et sans embellissement, le zoo du Faron a choisi de jouer sur les mots : le zoo du Faron n’est plus un zoo, mais un « centre de préservation de fauves » ! La belle aubaine ! Cela permet de balayer toutes les critiques puisque les enclos minuscules deviennent un avantage pour mieux surveiller les animaux. Aux centaines de photos postées par nos militants et aux vidéos montrant des animaux tournant en boucle dans leurs enclos, le zoo a répondu avec une vidéo rythmée et en plan serrés où l’on devine la joie des animaux à vivre au Faron. D’ailleurs, on y voit aussi quelqu’un câliner un tigre, une autre personne nourrir à la main des ratons-laveurs, un maki catta et même des hyènes… jusqu’à l’image finale de la vidéo où on voit un petit félin boire au biberon ! Curieuses méthodes pour une fauverie qui dit préserver des espèces menacées.

Sur le site internet du zoo, on peut lire combien la vie des fauves dans la nature est compliquée et que

« La Fauverie du Mont-Faron œuvre à la limitation de ces pertes naturelles ou dues aux humains.
Que ce soit par accouplement naturel, pour les bébés nés à la Fauverie du Faron, ou par insémination artificielle d’individus en milieu originel, ils bénéficient de soins appropriés permettant d’avoir le maximum de réussite au service de la conservation de toutes ces espèces en tragique voie d’extinction.
Les individus captifs sont actuellement indispensables pour permettre via leur descendance, de repeupler par réintroduction les milieux naturels enfin protégés où dramatiquement, les populations naturelles ont été trop affaiblies pour assurer leur pérennité.
La finalité serait de ne plus avoir besoin de parc zoologique… mais pour l’instant ceci reste reste un idéal utopique. »

Jolie mélodie, n’est-ce pas ? Ne vous y trompez pas ! Les animaux qui font des câlins à leurs dresseurs ne retrouveront jamais leur milieu sauvage, et c’est bien là que l’argumentaire du zoo en prend un coup ! Les animaux reproduits ont plus de risques de fournir les cirques que de se retrouver un jour dans la nature, d’autant plus que le zoo ne participe plus aux grands programmes d’élevage habituellement en place dans les parcs zoologiques qui se respectent (EEP).

Comment Jacky Muller est-il devenu « indispensable » au puma ?

Revenons à notre histoire de puma. Jacky Muller était en stage au zoo du Mont Faron en mai 2012 quand quatre pumas sont nés. L’un meurt, un autre est chétif et rejeté par sa mère. La nature est parfois cruelle. Jacky Muller se lie d’affection pour le bébé puma qu’il nourrit au biberon. « Je lui ai sauvé la vie, je suis sa mère d’adoption » témoignera-t-il à des journalistes.

En juillet 2012, monsieur Muller remet un document signé au zoo du Faron attestant sur l’honneur qu’il a toutes les autorisations requises pour élever l’animal en captivité. Bien sûr, c’est faux et le zoo ne procède à aucune vérification avant de lui céder l’animal ! IN-CRO-YABLE mais vrai ! Jacky Muller quitte le Var et retourne dans le Calvados avec son puma, puis dépose en octobre 2012 un dossier à la DDPP du Calvados pour régulariser sa situation… mais sans préciser que l’animal est déjà en sa possession ! Ce n’est qu’en juin 2013, lors d’une inspection, que la DDPP du Calvados constate que Jacky Muller vit avec son puma. Monsieur Muller est alors verbalisé et prié de se mettre rapidement en conformité.

Avis défavorable de la CDNPS, recours, pétitions et grève de la faim.

En février 2014, la commission départementale de la nature, des paysages et des sites du Calvados rejette la demande d’attribution du certificat de capacité à monsieur Muller pour « déni de la dangerosité réelle du puma, relation fusionnelle inadaptée et dangereuse à terme, aucun matériel de capture, défauts de soins vétérinaires, régime alimentaire inadapté pour garantir une bonne santé à l’animal à terme, fragilité psychologique de monsieur Muller. » Ce refus lui est notifié par arrêté préfectoral et un autre arrêté lui impose de fermer son établissement non autorisé et de placer son puma dans un établissement possédant toutes les autorisations légales. Seul le zoo du Faron accepte de reprendre le puma. Mai 2014 : retour dans le Var. Jacky Muller va se former auprès du capacitaire du zoo du Faron avec l’espoir d’obtenir son certificat de capacité dans le Var, mais la CDNPS du Var confirme les conclusions de la CDNPS du Calvados et rejette sa demande, refus qui lui a été notifié en septembre 2016.

Les médias se saisissent de cette histoire sans chercher à comprendre les conclusions des autorités, présentant cette affaire comme une histoire d’amour entre un homme et un félin, contrariée par une administration sans coeur. Plus de 27.000 personnes signent une pétition pour appuyer les demandes de monsieur Muller, qui se lance dans une grève de la faim lui assurant une belle couverture médiatique. Des lettres sont envoyées aux préfets et même au Président de la République, mais heureusement, les services de l’Etat jouent leur rôle et refusent de céder à la pression.

Cette affaire, qui paraît si simple, pose pourtant de nombreuses questions : 

  • comment un particulier sans aucune formation a-t-il pu se retrouver chez lui avec un puma ?
  • est-ce le rôle d’un zoo qui se targue de participer à la conservation des fauves de céder ses animaux à des cirques ou à des particuliers ?
  • pourquoi personne ne s’étonne que les animaux de ce zoo soient à ce point imprégnés par les hommes ?
  • doit-on autoriser n’importe qui à posséder des animaux sauvages et potentiellement dangereux ?

Enfin, dans vos lettres, vous êtes nombreux à dire que si on sépare monsieur Muller de son puma, l’animal se laissera mourir. Sur ce point, la préfecture a souhaité apporter cette réponse :

« Un puma imprégné depuis son plus jeune âge, comme celui de monsieur MULLER, s’identifie à l’homme car il n’a malheureusement pas été élevé par sa mère. Il ne connaît donc pas ses congénères. Ainsi il s’identifie à l’humain mais pas à une personne en particulier. C’est pourquoi ce puma ne souffrira pas de vivre dans une structure zoologique, même en l’absence de monsieur MULLER, car il sera vu tous les jours par des soigneurs animaliers compétents qui connaissent bien ses besoins : nourriture, comportement de l’animal, mise à disposition d’un enclos enrichi (nourriture variée d’un jour à l’autre, distribuée à des endroits et à des horaires différents,…) pour tromper son ennui en captivité. »

Voici ce que nous pouvons dire sur cette affaire, afin d’être complets et d’exprimer clairement nos positions. Nous soutenons la DDPP qui propose un placement dans un nouvel établissement (donc ni au zoo du Faron, ni chez M. MULLER), où le puma pourra subir une désimprégnation que nous souhaitons efficace.

 

Photo de couverture : « Capture d’écran d’une recherche Google images sur Jacky Muller et son puma ». 

Montreur d’ours : ne mettez pas le public en danger !

Lorsque nous alertons les organisateurs de spectacles de montreurs d’ours, nous leur rappelons systématiquement qu’ils sont responsables de la sécurité du public. Beaucoup d’entre eux s’en amusent, préférant se cacher derrière les autorisations des dresseurs et prétextant qu’ils savent ce qu’ils font. Pourtant, à plusieurs reprises, nous avons assisté à des scènes surréalistes ! Les Poliakov proposent au public de faire des photos avec leurs ours (comme sur la photo qui illustre cet article, prise à Arcis-sur-Aube (2016), ou plus récemment dans une boîte de nuit). Frédéric Chesneau, lui, assure le show en demandant à des gens du public de se laisser embrasser par son ours.

Si les animaux sont muselés (ce qui est une obligation légale), les dents ne sont pas les seules armes dont peuvent se servir les ours. Leurs griffes sont de véritables lames de rasoir et un violent coup de patte peut-être fatal !

Dans la vidéo ci-dessous, l’ourse a l’air plutôt tranquille et à l’écoute de son dresseur. Mais il suffit qu’une présentatrice télé imprudente vienne la caresser pour que l’ourse se retourne en un éclair, preuve que les ours conservent leur instinct de prédateur en captivité.

Cette fois-ci, la scène se termine bien. Un gros coup de frayeur pour tout le monde, y compris le couple de dresseurs qui a su retenir l’ourse. Mesdames, Messieurs les organisateurs de spectacles, de marchés de Noël ou autres fêtes médiévales, rappelez-vous de ces images. L’ours n’a rien à faire dans vos fêtes, à proximité du public. L’ours reste un animal sauvage. Comme n’importe quel autre animal soumis au stress, il peut avoir un comportement dangereux. 

L’ours Valentin à Saint Amand Morond (18) le 17 et 18 décembre

« Le Berry Républicain  » se fait l’écho de la présence de l’ours Valentin le 17 et 18 décembre à Saint Amand Montrond pour le marché de Noël organisé par le comité des fêtes.

Ecrivons aux organisateurs et à la DDPP du Cher pour manifester notre désapprobation sur ce type d’ exhibition à l’aide du formulaire ci-dessous :

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Madame, Monsieur,

Je viens de découvrir ce qui est organisé par le comité des fêtes dans le cadre du marché de Noël le 17 et 18 décembre au mépris du bien être de l'ours Valentin qui y sera exhibé.

Je suis opposé à l'exploitation indigne des animaux dans des exhibitions où il est souvent demandé aux animaux d'exécuter des tours contre nature.

Je suis loin d’être convaincu, comme le vendent ceux qui proposent ce type de spectacle, par le côté éducatif de ces présentation où les animaux ne sont pas observés tels qu’ils le seraient dans leur milieu naturel.

Toute démonstration d’animaux, même si cela n’est pas visible, entraîne de la part des dresseurs des contraintes même s’ils s’en défendent.

Les animaux subissent le stress du transport - souvent long - et ne supportent ni la présence du public ni les bruits ambiants (applaudissements, musique, etc …).

J'attire votre attention sur l'aspect sécuritaire qui est du ressort des organisateurs, notamment en présence d’animaux sauvages dont le comportement dû au stress ou au bruit peut-être imprévisible et dangereux pour les spectateurs. Malheureusement de nombreux accidents ont lieu régulièrement.

J'envoi aussi ce message à la DDPP du 18 en leur demandant de bien vouloir se déplacer pour contrôler l'état sanitaire des animaux et de vérifier la conformité des certificats de capacité.

En tant que défenseur des animaux et sympathisants d'AVES FRANCE, je vous demande de renoncer à ce type de spectacle où les animaux sont exploités pour notre simple plaisir, sans tenir compte de leurs besoins naturels.

Cordialement

Recopiez le texte ici :

Prouvez que vous n'êtes pas un robot :

Un montreur d’ours signalé – Les stars du cabaret en tournée pour Noël.

AVES France a reçu ce jour le témoignage d’un spectateur ayant assisté au spectacle « Les stars du cabaret en tournée pour Noël ». Après vérification du témoignage, il pourrait s’agir de Pavel Vyakin et de son ourse Tima. Nous avions cru dans un premier temps qu’il s’agissait des Poliakov et de l’ours Micha car ils travaillaient avec cette tournée en 2015 et que leur nom était cité sur le programme.

« Je viens d’assister à une représentation du spectacle « Les Stars du Cabaret » (Spectacle de Noël Imaginaria). Ce dimanche 11 décembre 2016 au Double Mixte Villeurbanne. Je suis très attristé d’avoir vue monter un montreur d’ours sur la scène pour présenter un pauvre ours (sûrement « drogué ») pour lui faire effectuer des tours ridicule. http://www.les-stars-du-cabaret.com Merci de l’attention que vous portez à mon signalement. Salutations. »

Malheureusement, nous arrivons à la fin de cet évènement.  Vous pouvez cependant écrire aux organisateurs de cet événement pour leur faire part de votre indignation et pour leur demander de ne plus faire participer d’animaux sauvages dans leurs spectacles.

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Aux organisateurs de la tournée "Les stars du cabaret en tournée pour Noël.

Un de vos spectateurs s'est ému de la présence d'un montreur d'ours dans votre spectacle "Les stars du cabaret en tournée pour Noël". Son message est éloquent :

"Je viens d'assister à une représentation du spectacle "Les Stars du Cabaret" (Spectacle de Noël Imaginaria). Ce dimanche 11 décembre 2016 au Double Mixte Villeurbanne. Je suis très attristé d'avoir vue monter un montreur d'ours sur la scène pour présenter un pauvre ours (sûrement "drogué") pour lui faire effectuer des tours ridicule."

Je suis consterné de constater que vous avez choisi de faire appel à un montreur d'ours pour animer ce spectacle de Noël. Je suis opposé à l'exploitation indigne des animaux et de plus en plus de spectateurs refusent de voir ce genre de numéros. Sur le programme de 2015, j'ai constaté que vous aviez travaillé avec les Poliakov, dresseurs qui demandent à leurs ours d'effectuer des tours qui vont contre leur nature. Cette année, il semble que vous ayez choisi de les remplacer par Pavel Vyakin et son ourse Tima, mais sachez que le problème n'est pas le choix du montreur d'ours, mais la présence d'un animal sauvage dans vos spectacles !

J'attire votre attention sur l'aspect sécuritaire qui est du ressort des organisateurs, notamment en présence d’animaux sauvages dont le comportement lié au stress ou au bruit peut-être imprévisible et dangereux pour les spectateurs. Malheureusement des incidents ont lieu régulièrement. De plus, ces pauvres animaux qui ont besoin d'espace vivent constamment sur les routes. Combien d'heures de transport pour une prestation de dix minutes ?

En tant que défenseur des animaux et sympathisants d'AVES FRANCE, je vous demande de ne plus jamais faire appel à des dresseurs d'ours pour animer vos spectacles. Les mentalités évoluent et les gens ne veulent plus voir ce genre de numéro, et encore moins à Noël !

Cordialement

Recopiez le texte ici :

Prouvez que vous n'êtes pas un robot :

Un montreur d’ours à Hazebrouck (59) le 24 décembre 2016

Le 24 décembre à Hazebrouck (extrait-bulletin-municipal-hazebrouck) un ours sera exhibé sur la grande place, le 30 décembre ce sera le tour de loups !

Protestons courtoisement contre la présence d’animaux sauvage dans ce type d’animation à l’aide de la pétition ci-dessous :

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/stop-exploitation-animaux-sauvages/26948

Un montreur d ‘ours à Blanc Mesnil (93) le 23 décembre 2016

Des sympathisants de la cause animale, nous ont informés de la présence d’un montreur d’ours à Blanc Mesnil le 23 décembre pour deux exhibitions à 17h30 et 19H30.

scan-journal

Vous pouvez exprimer cordialement votre opposition à ce type d’exhibition à l’aide du formulaire ci-dessous :

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Madame, Monsieur,

Je viens de découvrir sur votre magazine municipal la présence d'un montreur d'ours pour deux exhibitions le 23 décembre à 17h30 et 19h30.

Je suis opposé à l'exploitation indigne des animaux dans des exhibitions où il est souvent demandé aux animaux d'exécuter des tours contre nature.

Je suis loin d’être convaincu, comme le vendent ceux qui proposent ce type de spectacle, par le côté éducatif de ces présentation où les animaux ne sont pas observés tels qu’ils le seraient dans leur milieu naturel.

Toute démonstration d’animaux, même si cela n’est pas visible, entraîne de la part des dresseurs des contraintes même s’ils s’en défendent.

Les animaux subissent le stress du transport - souvent long - et ne supportent ni la présence du public ni les bruits ambiants (applaudissements, musique, etc …).

J'attire votre attention sur l'aspect sécuritaire qui est du ressort des organisateurs, notamment en présence d’animaux sauvages dont le comportement dû au stress ou au bruit peut-être imprévisible et dangereux pour les spectateurs. Malheureusement de nombreux accidents ont lieu régulièrement.

J'envoi aussi ce message à la DDPP du 93 en leur demandant de bien vouloir se déplacer pour contrôler l'état sanitaire des animaux et de vérifier la conformité des certificats de capacité.

En tant que défenseur des animaux et sympathisants d' AVES FRANCE, je vous demande de renoncer à ce type de spectacle où les animaux sont exploités pour notre simple plaisir, sans tenir compte de leurs besoins naturels.

Dans le cas où la présence est maintenue, j'envisage d'être présent pour manifester ma désapprobation.

Cordialement

Recopiez le texte ici :

Non à l’ours Valentin à Bourg en Bresse le 10 et 11 décembre

Quand s’arrêtera la connerie humaine ?

Encore une fois l’ours Valentin  en fera les frais et sera exhibé à Bourg en Bresse le 10 et 11 décembre lors d’un spectacle intitulé ‘Ain’croyable Noêl ».

Ne devrions nous pas plus avoir honte de présenter encore au XXIème siècle des spectacles aussi désolant, dégradant pour l’homme en méprisant le bien être animal et plutôt contribuer à sa préservation… (oui Mr le dresseur, Valentin a été soit disant sauvé de la mort car il était destiné à la chasse …. mais pas pour finir exhibé…)

Protestons en masse contre cette nouvelle exhibition et demandons à la DDPP de contrôler l’état sanitaire de Valentin et de s’assurer que les documents nécessaires soient en règle et que les normes de sécurité sont respectées.

L’ours comme tout animal sauvage peut être imprévisible !

Compléter ce formulaire qui sera envoyé aux organisateurs, au maire et à laDDPP.

 

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Madame, Monsieur,

Je viens de découvrir que lors du spectacle Ain'croyable Noël organisé, le 10 et 11 décembre prochain, à Bourg en Bresse l'ours ValentIn sera encore une fois exhibé.

Je suis opposé à l'exploitation indigne des animaux dans des exhibitions où il est souvent demandé aux animaux d'exécuter des tours contre nature.

Je suis loin d’être convaincu, comme le vendent ceux qui proposent ce type de spectacle, par le côté éducatif de ces présentation où les animaux ne sont pas observés tels qu’ils le seraient dans leur milieu naturel.

Toute démonstration d’animaux, même si cela n’est pas visible, entraîne de la part des dresseurs des contraintes même s’ils s’en défendent.

Les animaux subissent le stress du transport - souvent long - et ne supportent ni la présence du public ni les bruits ambiants (applaudissements, musique, etc …).

J'attire votre attention sur l'aspect sécuritaire qui est du ressort des organisateurs, notamment en présence d’animaux sauvages dont le comportement dû au stress ou au bruit peut-être imprévisible et dangereux pour les spectateurs. Malheureusement de nombreux accidents ont lieu régulièrement.

J'envoi aussi ce message à la DDPP du 01 en leur demandant de bien vouloir se déplacer pour contrôler l'état sanitaire des animaux et de vérifier la conformité des certificats de capacité.

En tant que défenseur des animaux et sympathisants d' AVES FRANCE, je vous demande de renoncer à ce type de spectacle où les animaux sont exploités pour notre simple plaisir, sans tenir compte de leurs besoins naturels.

Dans le cas où la présence est maintenue, je serai présent pour manifester ma désapprobation.

Cordialement

Recopiez le texte ici :

La Scala : l’ours de la discorde. #ours #Poliakov

Samedi 19 novembre 2016, la boîte de nuit La Scala de Guipry-Messac (Ille-et-Villaine) a eu la mauvaise idée d’inviter le couple de montreurs d’ours « Les Poliakov » d’Animal Show (SAS Animal bien-être), pour animer la fête du cirque. L’ours Micha et un ara ont été exhibés dans la discothèque et le public invité à prendre des photos avec ces pauvres animaux, évidemment pas à leur place.

C’est le lendemain de l’évènement que des militants nous ont alerté et nous ont transmis les photos de la soirée, photos que nous avons immédiatement partagées sur les réseaux sociaux, provoquant une indignation générale, largement reprise par la presse.

Daniel Jacob a répondu pour AVES France à plusieurs interviews, comme celle-ci pour France info (journal + radio) : http://mobile.francetvinfo.fr/animaux/bien-etre-animal/la-presence-d-un-ours-dans-une-boite-de-nuit-bretonne-scandalise-les-defenseurs-des-animaux_1932229.html#xtref=acc_dir ainsi que dans l’émission « Vos animaux », le dimanche entre 6h et 8h avec la vétérinaire Laetitia Barlerin sur RMC.

Suite à la mobilisation, le responsable de la discothèque a affirmé qu’il ne ferait plus venir d’animaux dans ses établissements. Merci à tous pour vos nombreuses réactions. Bravo à la presse de s’être fait le relai de l’exploitation animale !

Pour rappel, une pétition a été créée contre la présence d’animaux dans des boîtes de nuit. Nous ne sommes pas initiateurs de cette pétition, mais nous vous invitons à la signer : https://www.change.org/p/animal-planet-interdire-les-animaux-en-boite-de-nuit?recruiter=496643069&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

Vous pouvez également soutenir notre campagne contre les montreurs d’ours en visitant notre site dédié www.montreurdours.aves.asso.fr ou en faisant un don via la page : https://www.helloasso.com/associations/aves-france/collectes/montreurs-d-ours-sortons-la-france-du-moyen-age

Cirque Christina Zavatta : pas d’ours polaire, juste une tromperie…

Il y a quelques jours, Daniel m’a envoyé la photo de l’affiche d’un cirque qui s’est installé récemment à Ivry-sur-Seine et sur laquelle on pouvait voir deux ours polaires et l’inscription suivante : « Elsa & ses ours blanc ».

Nous avons essayé de contacter la mairie d’Ivry-sur-Seine qui était fermée et des bénévoles ont donc contacté le cirque au numéro inscrit sur l’affiche afin de s’assurer qu’ils n’y aurait pas d’ours polaires dans ce show.

Après plusieurs tentatives infructueuses, nous avons appris qu’heureusement, il n’y avait pas d’ours polaires, mais que le numéro était interprété par des « mascottes » déguisées en ours.

Affiche racoleuse, tromperie, détournement de license (pour laquelle le service juridique de Disney a été saisi), une belle faute d’orthographe aussi, mais ouf ! Pas d’ours ! En tout cas pas cette fois-ci.

Merci à tous ceux qui ont relayé sur les réseaux sociaux et nous ont permis de dénouer cette affaire !

Euphorie ? Amiens et Compiègne accueillent pour Noël un cirque exploitant un ours et des éléphants

La société Impérial Show propose, en toute modestie, ce qu’elle qualifie comme « Le Plus Prestigieux des Spectacles de Noël à vivre en famille ». Pourtant, vous êtes nombreux à refuser d’emmener vos enfants voir des cirques qui exploitent des animaux, comme ce sera le cas du 26 novembre au 4 décembre 2016 à Amiens et du 10 au 18 décembre 2016 à Compiègne.

Ce cirque met en scène une dizaine d’animaux : watusis, lamas, chevaux, chameaux, chiens et même l’ourse TIMA et 5 éléphants ! Avant d’acheter vos tickets, pensez bien au calvaire que vivent ces animaux dans les cirques, et demandez-vous quel dressage ils ont subi pour répondre aux exigences de leur dresseur.

Je vous invite à écrire cordialement à la Société Impérial Show (michel@imperialshow.fr) afin de lui expliquer pourquoi vous refusez de vous rendre dans les cirques avec animaux. Vous pourrez également contacter la mairie d’Amiens et celle de Compiègne pour leur faire part de votre désapprobation, et mettre en copie les DDPP de l’Oise et de la Somme pour leur demander d’effectuer un contrôle vétérinaire avant les représentations, afin qu’ils s’assurent que les animaux ne manquent de rien. En utilisant le formulaire ci-dessous, vos emails seront envoyés à : courrier@mairie-compiegne.frmaire-amiens@amiens-metropole.comddpp@somme.gouv.frddpp@oise.gouv.fr.

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Madame le Maire de la ville d'Amiens,
Monsieur le Maire de la ville de Compiègne,
Mesdames et messieurs les agents de la DDPP de l'Oise et de la Somme,

Je viens de découvrir le programme du Cirque de Noël proposé par la société Imperial Show qui se tiendra dans vos villes respectives fin novembre et pendant le mois de décembre.

Par ce message, je tiens à vous faire part de mon mécontentement de voir qu’alors que de nombreuses villes prennent désormais en compte la souffrance des animaux de cirques, AMIENS et COMPIEGNE continuent d’inviter sur leur territoire des cirques avec animaux. Pourtant les mentalités changent et le public est de plus en plus nombreux à aimer le cirque, mais à ne plus cautionner l’exploitation animale. Derrière les paillettes, il y a des années de dressage, particulièrement difficiles, pour amener les animaux à reproduire des tours contre nature. Il est bien entendu hors de question que j'emmène ma famille assister à ce spectacle.

Les cas de l’ourse Tima du dresseur Pavel Vyakin et des éléphants de la GARTNER FAMILY me soucient particulièrement et j’apprécierais que les agents de la DDPP acceptent de contrôler ces dresseurs et puissent vérifier l’état de santé des animaux avant leurs prestations. De récentes images tournées par des militants du Nord de la France montrent que Tima présente des signe de stress, balançant sa tête inlassablement.

J’espère qu’un jour ces spectacles d’un autre âge seront interdits. En attendant, je ne peux que vous inviter à réfléchir sur ce qu’ont enduré les animaux sauvages pour réussir à reproduire les tours imposés par leurs dresseurs et je vous demande d'annuler cet évènement. Rejoignez donc la liste des villes qui ont pris un arrêté contre les cirques avec animaux. Je vous invite également à consulter notre site dédié aux spectacles de montreurs d’ours : www.montreurdours.aves.asso.fr

Cordialement,

Recopiez le texte ici :

Prouvez que vous n'êtes pas un robot :


Vous pouvez également demander aux mairies sur Twitter de prendre un arrêté contre les cirques avec animaux : @mairiecompiegne @AmiensMetropole


Enfin, nous vous invitons à rejoindre le mouvement citoyen qui se réunira le 26 Novembre à 13h45 devant Mégacité à Amiens pour un tractage et une sensibilisation du public avec des affiches. Merci de vous porter volontaires pour cette action sur cette page : https://www.facebook.com/events/1169827786458448/