En Seine-Maritime, la fédération de chasse peut compter sur l’appui de la préfecture et de certaines mairies pour conserver dix espèces animales sur la liste des nuisibles.

Aujourd’hui, on ne parle plus de nuisibles, mais d’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (ESOD). Une subtilité sémantique purement cosmétique, puisque les animaux sauvages classés sur cette liste peuvent être régulés (tirés, piégés, déterrés, massacrés) presque toute l’année.

En septembre dernier, AVES France, l’ASPAS, le GMN et la LPO Normandie avaient réussi à faire suspendre l’arrêté du préfet prévoyant l’abattage de 1430 renards. Lors des audiences, la préfecture, représentée par la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer), n’a pas été capable de justifier cet abattage de 1430 renards alors que l’espèce, déjà classée sur la liste des ESOD, est persécutée à longueur d’année.

En janvier 2021, la DDTM a mis en ligne une procédure de collecte de données relative aux dégâts et atteintes causés par le renard, et envoyé des e-mails pour inciter à la déclaration de dégâts, affirmant que la population de renards « est estimée en hausse tendancielle » et que « les risques sanitaires et la prédation de cette espèce sur la petite faune sauvage et les élevages amateurs de volailles sont jugés importants ».

Plus récemment, la ville de Jumièges a relayé sur sa page Facebook un appel de la fédération des Chasseurs 76 à déclarer les dégâts liés à la faune sauvage. La fédération des chasseurs précise qu’il s’agit d’un « document indispensable pour conserver la liste des espèces animales autorisées à la régulation ».

Les fédérations de chasse sont acteurs de cette croisade contre les animaux sauvages et l’administration en est le complice, en poussant les pro-chasse et les particuliers à remplir des déclarations sur l’honneur invérifiables, le seul but étant de s’assurer de pouvoir assouvir leur passion malsaine sur des innocentes victimes, causant par ailleurs de graves déséquilibres dans les écosystèmes.

Nous vous invitons à réagir avec courtoisie à la publication de la ville de Jumièges, à nous informer de toute manœuvre similaire dans d’autres communes, et si le cœur vous en dit à envoyer des déclarations de dégâts des chasseurs sur l’environnement et la faune sauvage à la fédération de chasse de Seine-Maritime, en détournant leur formulaire.

Posted in Chasse and tagged , , , , .