MONTREUR D’OURS : le maire de Virecourt ne fait pas la différence entre un animal sauvage et domestique. Pire, il cautionne le dressage et ses contraintes !

Plus de 28.000 personnes interpellent le maire pour faire annuler la venue de l’ours Valentin le 8 septembre 2019 (la pétition). 

Jeudi 5 septembre, le Maire de Virecourt a répondu par mail aux nombreux messages d’opposition à la venue de Valentin :

Bonjour à tous

Je me devais de répondre à tous les mails reçus en mairie autour de la présentation de Valentin, sereinement malgré les propos un peu acides de certains.

La Fête médiévale va avoir lieu ce Dimanche à VIRECOURT, avec toutes les animations prévues au départ, dont la présentation de l’ours Valentin, qui à ma connaissance n’est pas plus mal traité que certains autres animaux, qui à force de dressages et de contraintes, sont, de sauvages, devenus domestiques.

Je vous rejoins tous, dans votre démarche contre la souffrance animale. Mais la société ne changera qu’avec l’exemple que vous lui donnerez par votre comportement quotidien. Les manifestations stériles qui tournent quelques fois en pugilats entre les « pours » et les « antis », pugilats souvent stimulés par des fauteurs de troubles se mêlant aux manifestants de « pensée pure », n’apportent rien.

A mon avis si une manifestation quelconque vient perturber notre fête médiévale, bon enfant, cela se retournera fatalement contre les manifestants et leur cause.

Quoique vous fassiez ce weekend, faites-le dans la bonne humeur et la tolérance. Merci à tous

Yves THIEBAUT
Maire DE VIRECOURT

Alors que des Mairies comme Monflanquin ou Ferrières-en-Gâtinais nous ont reçus, nous regrettons que le Maire de Virecourt nous réponde 2 jours avant l’exhibition de Valentin avec de graves inexactitudes :

  • Les animaux domestiques ont été sélectionnés sur des milliers de générations (chevaux, chiens…).
  • Proposer aux Virecourtois de s’amuser devant un ours dressé à répéter chaque week-end les mêmes gestes contre des friandises n’est pas « bon enfant ». C’est nier le caractère sauvage de l’ours.
  • Concernant Valentin, il a le même patrimoine génétique que les ours libres. Il a donc les mêmes besoins (physiologiques, mentaux et sociaux). Mettre un animal sauvage dans une cage ou le dresser violemment n’en fera jamais un animal domestique !

Nous avons recommandé au Maire de Virecourt de lire attentivement la position de la Fédération des Vétérinaires Européens qui s’est positionnée sans ambiguïté : https://www.fve.org/cms/wp-content/uploads/FVE-position-on-the-travelling-circuses_adopted_FR.pdf 

AVES France et Paris Animaux Zoopolis demandent une loi pour en finir avec ces spectacles moyenâgeux en France.

INTERDISONS LES SPECTACLES D’OURS !

Nous demandons le placement des ours captifs dans de véritables refuges adaptés à leurs besoins.

AVES France et Paris Animaux Zoopolis ont participé à la mission ministérielle sur le bien-être des animaux sauvages captifs, lancée par le Ministère de la Transition écologique et solidaire : les deux associations souhaitent obtenir l’interdiction de ces spectacles.

AVES France et Paris Animaux Zoopolis ont demandé au Ministère de l’Ecologie que Valentin et tous les ours captifs soient placés dans de véritables refuges adaptés où ils auraient leur liberté de mouvement, de l’espace, un environnement très riche (végétation, rivières, grottes, arbres…), du calme, de la fraîcheur, des relations sociales avec des congénères lorsqu’ils le souhaitent ainsi qu’une nourriture adaptée. Bien entendu, les ours ne seraient pas dressés ou contraints de côtoyer des humains.

Au bout de plusieurs mois, les ours se remettent à hiverner !

Des ours au refuge de Zarnesti, en Roumanie.

AVES France et la Fondation Brigitte Bardot ont obtenu la garantie d’avoir des places disponibles pour tous les ours captifs (une petite dizaine) détenus par les montreurs d’ours en France. Four Paws gère des refuges pour les ours dont un en Allemagne et un autre en Suisse. Four Paws vient de lancer une campagne pour dénoncer l’exploitation des animaux sauvages dans les spectacles en Europe -> https://www.four-paws.org/campaigns-topics/topics/wild-animals/wildlife-tourism

 

Rappelons que 67% des Français-es sont favorables à l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques et spectacles itinérants (source IFOP 2019 pour 30 Millions d’Amis).

Suite à nos mobilisations, des Maires s’engagent à ne plus programmer d’animaux sauvages pour l’année prochaine.

C’est le cas de Ferrières en Gatinais (45), Monflanquin (47), Watten (59) et Thônes (74).

Un spectacle désastreux d’un point de vue pédagogique

Exhiber un ours dressé est désastreux d’un point de vue pédagogique. Le message envoyé aux enfants est qu’il est normal de dominer et d’asservir un animal (Valentin est tenu en laisse). Au contraire, c’est la bienveillance, le rejet de la violence et l’empathie envers les plus faibles qui devraient être mis en avant.
Dans le spectacle de Frédéric Chesneau, Valentin mange des chamallows ; c’est loin d’être le cas des ours, qui mangent notamment des baies, des racines ou du poisson. Les enfants n’ont pas sous les yeux le comportement d’un ours dans son milieu d’origine.

La captivité est contraire aux besoins fondamentaux des ours

Actuellement dans notre pays, une petite dizaine d’ours sont exploités dans les spectacles.

Encore légaux en France, ces spectacles sont interdits dans plusieurs pays d’Europe. La Fédération des Vétérinaires Européens recommande depuis 2015 à toutes les « autorités compétentes européennes et nationales d’interdire l’utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants en Europe ». Même s’ils sont nés en captivité, ces animaux ont le même patrimoine génétique que les ours sauvages, et donc les mêmes besoins.

Les spectacles de montreurs d’ours doivent être interdits, « compte tenu de l’impossibilité absolue de répondre de façon adéquate aux besoins physiologiques, mentaux et sociaux des animaux » (FVE). Un spectacle d’ours représente toujours un danger pour le public, les conditions de représentation risquant de troubler la quiétude de l’animal et de le rendre potentiellement dangereux.

La législation actuelle ne prend pas en compte le bien-être des animaux, l’arrêté du 18 mars 2011 permettant aux dresseurs de maintenir leurs animaux jusqu’à quatre jours dans un van, une camionnette ou une remorque.

L’interdiction des ours dans les spectacles n’est qu’une question de temps

Une proposition de loi visant à l’interdiction de tout spectacle itinérant ou fixe ayant recours à des ours ou des loups a également été déposée le 22 mai 2019 par un groupe de députés afin d’encadrer la fin de cette pratique moyen-âgeuse (http://www2.assemblee-nationale.fr/documents/notice/15/propositions/pion1969/(index)/propositions-loi).

Posted in Infos diverses and tagged .

One Comment

  1. comme toujours la france est à la traine et ,ce n’est pas avec ce gouvernement et le ministre de l’écologie actuel que cela va changer !!!
    ce pays est lamentable ,l’homme est la pire espèce de nuisible qui existe ;ceci se constate en lisant les atrocités commises par cette espèce

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.