Thônes contre les cirques avec animaux, mais pour les montreurs d’ours ?

L’office du tourisme de Thônes est dans la tourmente. 
Le 21 août 2019, l’office du tourisme Thônes – Coeur des Vallées propose aux familles une rencontre avec l’ours Valentin, animation que l’office du tourisme semble aujourd’hui avoir du mal à assumer.

« Nous vous invitons à faire la connaissance de Frédéric Chesneau et de son ours Valentin pour une rencontre unique : vous serez les témoins privilégiés des moments magiques entre le dresseur et l’ours, qui est loin d’être l’animal féroce et sanguinaire que certains s’imaginent encore. Cette présentation pédagogique allie Tendresse et complicité, sans omettre de passer un message en faveur de la nature. » peut-on lire sur le site de l’office du tourisme.

Une pétition signée par plus de 33.000 personnes

AVES France et PAZ ont évidemment contacté les organisateurs pour leur demander d’annuler l’exhibition de l’ours Valentin, qui devra parcourir plus de 1.000 kilomètres (A/R) pour assurer deux représentations dans la station ! A nos messages et à notre pétition, qui a déjà été signée par plus de 33.000 militants, l’office du tourisme n’a qu’une réponse, qu’ils adressent à tous ceux qui critiquent leur choix de programmation :

 

De : infos@thonescoeurdesvallees.com

Madame, Monsieur,
En réponse à votre mail concernant la programmation du spectacle animalier prévu à Thônes le 21 août, nous vous prions de trouver ci-joint la réponse de Monsieur le Maire suite à votre interpellation :
Nous vous informons que le Conseil Municipal de Thônes a voté, par délibération n°2019/06 du 13 juin 2019, l’interdiction des cirques avec la présence d’animaux sauvages sur le territoire de la commune à compter du mois de septembre 2019. La préfecture de la Haute-Savoie a, suite à cela, adressé une lettre recommandée avec accusé de réception en date du 9 juillet 2019 nous stipulant que le Conseil Municipal ne disposant pas du pouvoir de police générale sur le territoire n’est en aucun cas compétent pour prendre ce type de décision qui relève, au titre de son pouvoir de police, d’une décision du maire.
 
La préfecture précise par ailleurs qu’ « en l’état actuel de la réglementation, même si les activités de cirques utilisant des animaux sont strictement encadrées, aucun texte ne prévoit l’interdiction de la tenue de spectacles de cirques avec des animaux », de même que la possibilité pour le maire d’interdire au titre de son pouvoir de police ce type de manifestation. 
« Par conséquent, la délibération n°2019/06 du 13 juin 2019 est entachée d’illégalité et je vous saurais gré de bien vouloir faire procéder à son retrait ». 
 
Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.
Le service accueil

Contre les cirques avec animaux, mais pour l’exploitation des ours ?

Cette réponse n’est évidemment pas satisfaisante. La prise d’arrêté contre les cirques n’est pas légale (c’est pourquoi les associations spécialisées recommandent de prendre plutôt des voeux), mais si la mairie de Thônes est opposée aux cirques avec animaux, alors pourquoi fait-elle venir un montreur d’ours sur son territoire ?
Contrairement à un cirque qui demande une autorisation pour s’installer sur le territoire d’une commune, un montreur d’ours ne se déplace que sur contrat. Le montreur d’ours qui sera présent à Thônes a été invité par ma mairie ou l’office du tourisme, avec qui il a signé un contrat. La réponse de la Mairie de Thônes n’est donc qu’une manoeuvre malhabile pour tenter de se dédouaner de sa responsabilité dans la programmation de cet évènement.
Monsieur le Maire, ne vous cachez pas derrière une décision préfectorale attendue pour justifier la venue de ce montreur d’ours dans votre commune. Il vient par le seul choix de vos équipes et sera payé par les impôts de vos concitoyens. Si vous êtes réellement contre l’exploitation des animaux sauvages, reconnaissez que la programmation d’un montreur d’ours est une erreur et rompez le contrat avec le dresseur. Peut-être y perdrez-vous quelques milliers d’euros, mais vous éviterez à l’ours un déplacement d’un millier de kilomètres. Vous épargnerez aussi aux enfants d’entendre un discours inadapté, laissant croire que la place de l’ours est en captivité, avec son dresseurs, et non dans son milieu naturel.
A nouveau, nous vous demandons d’annuler ce spectacle.
Posted in Animaux captifs and tagged , , , .

One Comment

  1. Très contradictoire. Contre les cirques avec animaux et pour l’exploitation des ours, j’ai du mal à suivre. La souffrance est la même. Je ne comprends pas ce manque de logique. Un ours gavé de bonbons auquel on demande de faire n’importe quoi. Des numéros sans queue ni tête. Pauvre bête

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.