EVENEMENT

Colloque à l'assemblée nationale contre l'exploitation des animaux sauvages dans les spectacles !

Le 12 novembre 2018 !

AVES France est une association de protection des espèces menacées, spécialisée sur la cohabitation avec les grands prédateurs (ours, loup), la lutte contre les spectacles de montreurs d'ours (ours Valentin de Frédéric Chesneau de la compagnie Atchaka, ours Micha des Poliakov, ourse Kilian de Sylvie Pujol de la compagnie Aïtawak, ourse Tima de Pavel Vyakin...), ainsi que sur la défense de l'environnement, de la nature et de la faune sauvage mal aimée (blaireau, renard, corvidés...).

Fondée en 2005 par Christophe CORET et Sylvie CARDONA, AVES France est une petite structure animée par une poignée de bénévoles passionnés qui se démènent pour agir efficacement malgré le manque de moyens humains et financiers. Chez nous, il n'y a aucun salarié. C'est pourquoi chaque nouvel adhérent, chaque donateur, chaque bénévole compte. Vous pouvez adhérer à partir de 0,85€ par mois et l'adhésion vous donne la possibilité de consulter notre revue "A un poil d'ours" en ligne. Rejoignez-nous ! Votre soutien est essentiel ! (*chiffres pour l'année 2017).

En savoir plus sur l'association : 
https://www.aves.asso.fr/association-aves-france/

Abonnez-vous à notre newsletter

CP : Lush et AVES France au secours des ours à lunettes

Lush invente le cadeau de Noël éthique : en achetant un pot de crème Caritativement Belle, vous participez à la réhabilitation de Cosanga, petite ourse orpheline d’Equateur. Chaque achat est un petit pas vers son retour à la vie sauvage.

Cosanga

AVES France est très sensible au sort des ours dans le monde. Avec ses partenaires locaux, elle agit en France et à l’étranger lorsqu’un ours est en danger. LUSH a décidé de soutenir un projet de réhabilitation d’un ourson à lunettes en Equateur, jusqu’à sa réintroduction dans son milieu naturel. AVES France travaille sur cette action avec Andean Bear Foundation, basée en Equateur, qui a le soutien du ministère de l’environnement local. Le processus de réhabilitation des oursons orphelins permet de leur apprendre à se débrouiller seul (en remplacement de leur mère) pour pouvoir les relâcher dans la nature. Les futurs oursons seront dotés de collier satellites afin de mieux suivre leurs progrès une fois relâchés.

Andean Bear Foundation ne s’arrête pas uniquement à leur travail de sauvetage et travaille avec les communautés locales pour aider les équatoriens et les ours à vivre ensemble.

Notre protégée :
Elle s’appelle Cosanga, du nom du village où elle a été trouvée. Sa mère a été tuée. Trop petite et trop faible pour survivre dans la nature, elle a été recueillie par Armando et l’équipe de l’Andean Bear Foundation qui va se substituer à la maman ours et lui apprendre à se débrouiller seule. Après un processus de réhabilitation complexe, Cosanga retrouvera les forêts équatoriennes et sera suivie pendant deux ans grâce à un collier émetteur.

La situation actuelle en Equateur :
L’Equateur fait face actuellement à de grands changements : Les forêts sont coupées pour l’industrie de l’huile de palme et de pétrole, les animaux sauvages sont chassés par des braconniers et par les agriculteurs qui accusent les ours de détruire les cultures.

Ces dix dernières années, 8 oursons orphelins qui ont été sauvés grâce aux efforts d’Andean Bear Foundation et du Ministère de l’Environnement. Malheureusement, le sauvetage de ces orphelins a été provoqué par le braconnage. La mère tuée, les braconniers laissent les petits livrés à eux même, destinés à mourir en l’absence des soins maternels dont ils ont besoin pour survivre.

La fréquence des conflits entre faune sauvage et humains et le trafic illégal d’oursons augmentent rapidement en Equateur. La perte d’habitat en est la cause principale, les forêts se transformant en zones agricoles. Il est important d’agir rapidement pour sauver cette espèce menacée de disparition.

Andean Bear Foundation, avec le soutien d’AVES France, s’efforce de contrer ces situations de conflits et protège l’ours à lunettes et leur habitat. Ils surveillent les ours sauvages et réintroduits par l’observation directe et par l’utilisation d’équipements radio-pistage. L’objectif est d’améliorer la compréhension de leurs mœurs en recueillant des données sur leurs exigences environnementales. Ce centre met en place des sauvetages, des réhabilitations et réintroductions d’oursons dans leur milieu naturel afin de leur donner une seconde chance.

La réhabilitation permet à l’ourson d’apprendre ce que sa mère n’a eu le temps de lui enseigner pour sa survie. A l’issue de la réhabilitation, si l’état physique et psychologique de l’animal sont jugés satisfaisants, l’ourson peut alors bénéficier d’un programme de réintroduction et revenir à ses racines sauvages. Cosanga, recueillie récemment, présente toutes les qualités nécessaires pour survivre en dehors du centre. C’est elle que va aider l’argent récolté par Caritativement Belle.

Sur les dix dernières années, les réhabilitations et réintroductions d’Andean Bear Foundation ont connu un résultat de 100 % de réussite.

L’ours à lunettes :
C’est le seul ours présent en Amérique du Sud. Il doit son nom aux marques claires autour de ses yeux. Il vit à haute altitude dans les Andes. Ils ont un véritable rôle écologique puisqu’ils participent à la régénération des forêts : ils dispersent les graines qui se trouvent dans la nourriture qu’ils consomment.

Cette espèce d’ours est l’une des plus rares et menacées au monde, car elle est victime de la déforestation massive pour l’implantation de terres agricoles. De plus, les ours à lunettes sont chassés pour leur viande, particulièrement appréciée au nord du Pérou, mais également pour leur fourrure, leur bile et leur graisse, utilisées en médecine traditionnelle. Les ours s’alimentaient parfois du maïs des paysans et ceux-ci pensaient qu’il s’attaquait à leur bétail, mais sans apporter de témoignage évident. Depuis, les pressions sur les ours ont augmenté : on les soupçonne d’attaques de tapirs et de vaches. Des pesticides spéciaux sont utilisés pour éloigner les ours.

C’est pourtant un animal au régime alimentaire presque exclusivement végétarien. La femelle est mature à l’âge de 4 ans. L’accouplement se déroule d’avril à juin et les petits naissent de novembre à février. Les mâles peuvent peser de 100 à 175 kg, les femelles rarement plus de 70 kg.

Cet ours est nocturne et crépusculaire. Il mange des baies, de l’herbe, de la canne à sucre, du maïs, des petits mammifères… En saison sèche, il se contente d’écorces. Il grimpe facilement aux arbres (jusqu’à 15 m), aidé par des griffes particulièrement adaptées et peut rester plusieurs jours dans le même arbre. Il y construit des nids de branches.

Catitativement Belle AVES FranceCaritativement Belle :
Caritativement Belle est une crème riche pour le corps et les mains, à base de beurre de cacao issu du commerce équitable, et parfumée aux huiles essentielles d’ylang-ylang et de tagète. Chaque centime provenant de la vente de chaque pot – prix de vente moins la TVA – est directement reversé dans un fonds pour effectuer des dons à des causes méritantes.

Cette crème contient de l’huile d’amande douce hydratante riche en vitamines A, D, E qui nourrira et assouplira votre peau. Mais aussi de l’ylang-ylang qui relaxe et tonifie. Ajoutons même que ce dernier parfume divinement et est, parait-il, aphrodisiaque… Nous pouvons dire, sans exagérer qu’elle est faite pour vous !

http://www.lush.fr/shop/product/product/id/278/keyword/caritativement+belle/caritativement-belle-

AVES France est une association française de protection de la nature et de la faune sauvage. Fondée en 2005, ils abordent des sujets délicats (réchauffement climatique, déforestation, huile de palme) en les mettant en lumière par l’intermédiaire d’espèces vulnérables, emblématiques de ces problématiques environnementales.

Vous pouvez suivre l’actualité d’AVES France sur :
http://www.aves.asso.fr/

Andean Bear Foundation : http://www.andeanbear.org

Contact

Organisme AVES France
Nom CORET
Prénom Christophe
Fonction Président
Tél +33781208211
URL http://www.aves.asso.fr

 

Communiqué de presse (PDF)

500€ pour la lutte contre les gaz de schiste en Roumanie

logo

Vous connaissez sans doute l’histoire du pot de terre contre le pot de fer, ou celle de David contre Goliath. La lutte dans laquelle s’est lancée l’association VIRA, en Roumanie, est de celles-ci : une petite association qui essaye d’empêcher l’américain CHEVRON & co. de s’installer dans leur pays pour y exploiter les gaz de schistes.

La lutte est forcément inégale. Face au rouleau compresseur qu’est l’entreprise américaine et à ses nombreux soutiens politiques, il n’est pas facile de lutter.

AVES France a donc décidé d’envoyer 500 euros à l’association VIRA et de poursuivre la campagne google adwords afin de faire connaître leur combat. Car malgré des milliers de personnes mobilisées, le gouvernement ne semble pas vouloir reculer.

L’hiver approchant, l’association a besoin de fonds pour poursuivre le mouvement :

  • des tentes, des vêtements imperméables, du combustible pour le groupe électrogène…
  • des bannières, des pancartes, des drapeaux pour être visibles
  • assurer l’alimentation pour les bénévoles
  • organisation de réunions publiques sur le thème de l’agriculture durable et les alternatives économiques à l’exploitation des gaz de schiste
  • organisation d’ateliers pour aider les communautés à s’organiser pour lutter efficacement contre les gaz de schiste
  • information des localités voisines (dépliants, matériel d’information).

Nous savons que notre modeste contribution ne suffira pas et c’est pourquoi nous vous invitons à faire un don à AVES France afin que nous puissions leur apporter notre soutien, une nouvelle fois, dans les semaines ou les mois à venir.

 

Lire aussi : Chevron débarque en Roumanie : il y a de l’eau dans le gaz… de schiste !

La France des anti-loups

Aves France étant adhérente de l’ASPAS, nous reproduisons ici leur dernier communiqué de presse sur les loups. Par ailleurs, nous publierons un article d’ici quelques jours pour répondre à un papier de la Semaine de l’Allier, consacré au loup, à la fois risible et pathétique.

L’écologie selon le gouvernement Hollande : le retour des battues aux loups du 19ème siècle !

Le ministère de l’Environnement autorise les chasseurs des Alpes-Maritimes et du Var à tuer des loups au cours de leurs battues au « gibier » dans les secteurs concernés par des arrêtés de « tir de prélèvement », sans aucun encadrement officiel.

Y a-t-il encore un ministère de l’écologie en France ?
L’autorisation des battues aux loups est une régression d’un siècle et un coup de poignard dans le dos de la protection de la biodiversité. L’Etat piétine son propre Plan loup 2013-2017 signé en mars dernier, bafoue la protection légale de l’espèce, et s’assoit sur les engagements européens de la France. Nous demandons au Président de la République l’annulation immédiate de cette mesure extrêmement grave et irrecevable juridiquement.

Des destructions incontrôlées
Le Plan loup, déjà défavorable à l’espèce, fixait un plafond de 24 loups pouvant être tués pour l’année en cours. Ce nombre maximal est immédiatement devenu un objectif à atteindre pour les pouvoirs publics et pour certains politiques proches des milieux agricoles. Le constat est déjà fait que ces tirs ne solutionnent rien. Les battues de chasseurs non encadrés sont en plus la porte ouverte à toutes les dérives, alors que les tirs sont déjà mal maîtrisés : une louve allaitant 5 louveteaux a été abattue, un loup a été tiré par des chasseurs sans que son cadavre ait été retrouvé. Il est évident que plusieurs loups pourront être tués ou blessés au cours d’une battue sans qu’on le sache, et sans qu’on puisse avoir aucun contrôle.

Le loup ne doit pas être instrumentalisé contre l’intérêt général
Alors que la seule solution viable à long terme passe par un gardiennage efficace des troupeaux et une remise en cause des conduites pastorales inadaptées, le gouvernement s’attaque au loup pour donner des gages aux lobbies de la chasse et de l’agriculture. La filière ovine est économiquement en difficulté. Si la société française fait le choix de maintenir l’élevage ovin en le soutenant avec de l’argent public, on est en droit d’attendre que cette activité soit mise en oeuvre de façon compatible avec les enjeux du 21ème siècle, et avec les attentes de la société en matière de protection de la biodiversité.

Contacts presse :
ASPAS : Pierre Athanaze – 06 08 18 54 55
FERUS : Jean-François Darmstaedter – 06 30 20 59 64
LPO : Marie-Paule de Thiersant – 06 77 05 72 64
SFEPM : Pierre Rigaux – 06 84 49 58 10
WWF : Jean-Christophe Poupet – 06 15 41 60 38

Code de l’eau – éditions Johanet

Cette 3ème édition, signée Bernard Drobenko et Jacques Sironneau, est un énorme pavé mais ô combien utile. Tous ceux qui militent pour la protection de l’eau, quelque soit le sujet, de la rivière au simple fossé en passant par la distribution d’eau potable ou la pêche, savent à quel point la législation est complexe et éparpillée dans de nombreux codes.
Une petite association comme la nôtre a bien du mal s’y retrouver ! Aussi avons-nous pu apprécier une première lecture de ce code qui rassemble l’essentiel de ce droit, en chapitres ordonnés de manière si logique que cela en facilite grandement les recherches.
La réglementation est si touffue qu’il vaut mieux se plonger dans cet ouvrage afin de compléter et de « solidifier » tout dossier relatif à un litige environnemental portant sur l’eau. Bref, un livre bien utile dont on reparlera à l’usage…

Le nouveau « Plan Loup » : un plan de chasse d’une espèce protégée ?

logos-cp-loup[1][1]

Communiqué de presse,
Jeudi 28 mars 2013-03-28

Le nouveau « Plan Loup » 2013-2017 a été présenté dans une version  presque finalisée le 22 février, lors de la réunion du Groupe National Loup qui réunit les ministères de l’Ecologie, de l’Agriculture et les acteurs concernés par le dossier loup. Ce nouveau plan prévoit le tir de 24 loups pour la période 2012-2013 et enfonce le dossier loup dans une dérive inacceptable.

Une confirmation a minima des obligations de protection du loup
L’Etat réaffirme heureusement certaines évidences fondamentales : 1/ le loup reste une espèce protégée, 2/ il faut permettre la progression de l’espèce, 3/ il faut lutter contre le braconnage, 4/ l’interdiction de tir des loups est maintenue dans le cœur des parcs nationaux et des réserves naturelles. Heureusement ! Car le contraire serait à la fois extrêmement grave pour la protection de la biodiversité, et ne respecterait pas les obligations légales de la France par rapport à ses engagements européens (Directive Habitat Faune Flore, Convention de Berne).

Le refus d’une vraie cohabitation entre le loup et le pastoralisme ?
Ce nouveau plan va dans le sens d’une déresponsabilisation des éleveurs et ne propose rien de satisfaisant pour améliorer réellement la cohabitation entre le loup et le pastoralisme. Des troupeaux domestiques pourront être déclarés « non protégeables » par leurs éleveurs ! Pourtant ces troupeaux non gardés par des chiens, des clôtures ou des bergers sont très attractifs pour des prédateurs. La prédation par des loups ou par des chiens continuera donc, et la situation ne fera qu’empirer. Quant aux « tirs de prélèvements », ils devraient tout simplement être abolis car ils n’ont rien à voir avec la protection des troupeaux : ces tirs consistent à tuer un loup possiblement très loin du bétail, sans rapport avec la prédation.

Un véritable plan de chasse du loup
Le nombre maximum de loups pouvant être tué chaque année a doublé, et pourra encore être augmenté régulièrement suivant l’augmentation de la population de loups. Tous les moyens sont mis pour atteindre ce plafond annuel : des « tirs de défense renforcés » avec plusieurs tireurs, possiblement plus loin des troupeaux qu’auparavant, et la mobilisation maximale des chasseurs. Cette politique s’apparente à un véritable plan de chasse, comme pour une espèce gibier !

La dérive inquiétante des missions confiées à l’ONCFS
L’Etat demande à l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) de former des chasseurs à la destruction du loup, une espèce protégée ! Cette mesure est scandaleuse. Rappelons que la mission officielle de l’ONCFS est de protéger la biodiversité.

Le loup est encore le bouc-émissaire facile d’une filière ovine confrontée à des difficultés économiques infiniment plus vastes. Ce nouveau « Plan loup » apparait comme une occasion manquée d’œuvrer à une réelle cohabitation entre le loup et le pastoralisme. C’est un gâchis aberrant, indigne d’une vraie politique de protection de la biodiversité.

Contacts presse :
Pierre ATHANAZE – ASPAS Tél. 06 08 18 54 55
Pierre Rigaux – SFEPM – LPO PACA Tél. 06 84 49 58 10