8 bénévoles

et 0 salarié. Envie d'agir ?

Rejoignez notre équipe.

AVES France est une petite structure animée par une poignée de bénévoles passionnés qui se démènent pour agir efficacement malgré le manque de moyens humains et financiers. Chez nous, il n'y a aucun salarié. C'est pourquoi chaque nouvel adhérent, chaque donateur, chaque bénévole compte. Aidez-nous à grandir en soutenant nos actions. Rejoignez-nous ! Votre soutien est essentiel ! (*entre le 1er janvier 2017 et le 2 mars 2017).


 

Solidarité

Cette année, nous avons soutenu des projets à hauteur de 5000€*

Nos campagnes...

Adhésion

Seulement 103 adhérents à jour* ! Vite, adhérez !

via HelloAsso

Faire un don

Soutenez nos actions (don déductible des impôts). 878,93€ collectés*

via HelloAsso

Contacts

Vous avez des questions ou des suggestions ?

Contactez-nous !

Boutique

Bracelets Bearz, porte-clefs, livres... aidez-nous via la boutique en ligne !

www.bearz.org

Puma du Zoo Faron : pourquoi AVES France s’oppose à son placement chez Jacky Muller ?

Vous êtes nombreux à vous être émus de l’histoire de Jacky et de son puma, largement relayée dans la presse ces derniers mois. De nombreux médias nous ont d’ailleurs contacté à ce sujet, mais rares sont ceux qui ont pris la peine de relayer notre point de vue. Il est vrai que le public aime qu’on lui raconte de belles histoires…

D’ailleurs, même parmi nos membres, certains nous ont demandé de relayer la pétition pour venir en aide à Jacky Muller, car « son puma risquait de mourir ». Une nouvelle fois nous réitérons notre opposition au placement de ce puma chez monsieur Muller et apportons notre soutien aux agents de la DDPP du Var et du Calvados, très sollicités par cette affaire.

Le Faron : un zoo ou un centre de reproduction ?

Vous le savez, le zoo du Faron n’est pas un établissement que nous portons dans notre coeur. C’est une petite structure privée dans laquelle nous estimons que les animaux sont trop nombreux par rapport à l’espace que la direction peut leur offrir. Chaque année, nous recevons des témoignages de visiteurs horrifiés que cette structure puisse encore exister, ce que nous ne pouvons que déplorer. Il suffit d’ailleurs d’aller mesurer sa côte de popularité sur TripAdvisor pour s’en rendre compte, puisque près de 74% des voyageurs lui ont décerné une note entre moyen, médiocre et horrible !

Pour répondre à nos critiques sur l’état général du zoo, les comportements stéréotypés de certains animaux, les cages vétustes et sans embellissement, le zoo du Faron a choisi de jouer sur les mots : le zoo du Faron n’est plus un zoo, mais un « centre de préservation de fauves » ! La belle aubaine ! Cela permet de balayer toutes les critiques puisque les enclos minuscules deviennent un avantage pour mieux surveiller les animaux. Aux centaines de photos postées par nos militants et aux vidéos montrant des animaux tournant en boucle dans leurs enclos, le zoo a répondu avec une vidéo rythmée et en plan serrés où l’on devine la joie des animaux à vivre au Faron. D’ailleurs, on y voit aussi quelqu’un câliner un tigre, une autre personne nourrir à la main des ratons-laveurs, un maki catta et même des hyènes… jusqu’à l’image finale de la vidéo où on voit un petit félin boire au biberon ! Curieuses méthodes pour une fauverie qui dit préserver des espèces menacées.

Sur le site internet du zoo, on peut lire combien la vie des fauves dans la nature est compliquée et que

« La Fauverie du Mont-Faron œuvre à la limitation de ces pertes naturelles ou dues aux humains.
Que ce soit par accouplement naturel, pour les bébés nés à la Fauverie du Faron, ou par insémination artificielle d’individus en milieu originel, ils bénéficient de soins appropriés permettant d’avoir le maximum de réussite au service de la conservation de toutes ces espèces en tragique voie d’extinction.
Les individus captifs sont actuellement indispensables pour permettre via leur descendance, de repeupler par réintroduction les milieux naturels enfin protégés où dramatiquement, les populations naturelles ont été trop affaiblies pour assurer leur pérennité.
La finalité serait de ne plus avoir besoin de parc zoologique… mais pour l’instant ceci reste reste un idéal utopique. »

Jolie mélodie, n’est-ce pas ? Ne vous y trompez pas ! Les animaux qui font des câlins à leurs dresseurs ne retrouveront jamais leur milieu sauvage, et c’est bien là que l’argumentaire du zoo en prend un coup ! Les animaux reproduits ont plus de risques de fournir les cirques que de se retrouver un jour dans la nature, d’autant plus que le zoo ne participe plus aux grands programmes d’élevage habituellement en place dans les parcs zoologiques qui se respectent (EEP).

Comment Jacky Muller est-il devenu « indispensable » au puma ?

Revenons à notre histoire de puma. Jacky Muller était en stage au zoo du Mont Faron en mai 2012 quand quatre pumas sont nés. L’un meurt, un autre est chétif et rejeté par sa mère. La nature est parfois cruelle. Jacky Muller se lie d’affection pour le bébé puma qu’il nourrit au biberon. « Je lui ai sauvé la vie, je suis sa mère d’adoption » témoignera-t-il à des journalistes.

En juillet 2012, monsieur Muller remet un document signé au zoo du Faron attestant sur l’honneur qu’il a toutes les autorisations requises pour élever l’animal en captivité. Bien sûr, c’est faux et le zoo ne procède à aucune vérification avant de lui céder l’animal ! IN-CRO-YABLE mais vrai ! Jacky Muller quitte le Var et retourne dans le Calvados avec son puma, puis dépose en octobre 2012 un dossier à la DDPP du Calvados pour régulariser sa situation… mais sans préciser que l’animal est déjà en sa possession ! Ce n’est qu’en juin 2013, lors d’une inspection, que la DDPP du Calvados constate que Jacky Muller vit avec son puma. Monsieur Muller est alors verbalisé et prié de se mettre rapidement en conformité.

Avis défavorable de la CDNPS, recours, pétitions et grève de la faim.

En février 2014, la commission départementale de la nature, des paysages et des sites du Calvados rejette la demande d’attribution du certificat de capacité à monsieur Muller pour « déni de la dangerosité réelle du puma, relation fusionnelle inadaptée et dangereuse à terme, aucun matériel de capture, défauts de soins vétérinaires, régime alimentaire inadapté pour garantir une bonne santé à l’animal à terme, fragilité psychologique de monsieur Muller. » Ce refus lui est notifié par arrêté préfectoral et un autre arrêté lui impose de fermer son établissement non autorisé et de placer son puma dans un établissement possédant toutes les autorisations légales. Seul le zoo du Faron accepte de reprendre le puma. Mai 2014 : retour dans le Var. Jacky Muller va se former auprès du capacitaire du zoo du Faron avec l’espoir d’obtenir son certificat de capacité dans le Var, mais la CDNPS du Var confirme les conclusions de la CDNPS du Calvados et rejette sa demande, refus qui lui a été notifié en septembre 2016.

Les médias se saisissent de cette histoire sans chercher à comprendre les conclusions des autorités, présentant cette affaire comme une histoire d’amour entre un homme et un félin, contrariée par une administration sans coeur. Plus de 27.000 personnes signent une pétition pour appuyer les demandes de monsieur Muller, qui se lance dans une grève de la faim lui assurant une belle couverture médiatique. Des lettres sont envoyées aux préfets et même au Président de la République, mais heureusement, les services de l’Etat jouent leur rôle et refusent de céder à la pression.

Cette affaire, qui paraît si simple, pose pourtant de nombreuses questions : 

  • comment un particulier sans aucune formation a-t-il pu se retrouver chez lui avec un puma ?
  • est-ce le rôle d’un zoo qui se targue de participer à la conservation des fauves de céder ses animaux à des cirques ou à des particuliers ?
  • pourquoi personne ne s’étonne que les animaux de ce zoo soient à ce point imprégnés par les hommes ?
  • doit-on autoriser n’importe qui à posséder des animaux sauvages et potentiellement dangereux ?

Enfin, dans vos lettres, vous êtes nombreux à dire que si on sépare monsieur Muller de son puma, l’animal se laissera mourir. Sur ce point, la préfecture a souhaité apporter cette réponse :

« Un puma imprégné depuis son plus jeune âge, comme celui de monsieur MULLER, s’identifie à l’homme car il n’a malheureusement pas été élevé par sa mère. Il ne connaît donc pas ses congénères. Ainsi il s’identifie à l’humain mais pas à une personne en particulier. C’est pourquoi ce puma ne souffrira pas de vivre dans une structure zoologique, même en l’absence de monsieur MULLER, car il sera vu tous les jours par des soigneurs animaliers compétents qui connaissent bien ses besoins : nourriture, comportement de l’animal, mise à disposition d’un enclos enrichi (nourriture variée d’un jour à l’autre, distribuée à des endroits et à des horaires différents,…) pour tromper son ennui en captivité. »

Voici ce que nous pouvons dire sur cette affaire, afin d’être complets et d’exprimer clairement nos positions. Nous soutenons la DDPP qui propose un placement dans un nouvel établissement (donc ni au zoo du Faron, ni chez M. MULLER), où le puma pourra subir une désimprégnation que nous souhaitons efficace.

 

Photo de couverture : « Capture d’écran d’une recherche Google images sur Jacky Muller et son puma ». 

Le loup, les éleveurs et les médias

dessin de MAN

 

Depuis la présence avérée d’un loup dans la Nièvre, les déplacements du prédateur et sa supposée présence en maints lieux, font couler de l’encre dans les médias locaux.

Tout récemment, le journal Le Creusot n’a pas craint de publier des contre-vérités affirmées par un ancien élu, qui se pique d’être historien, et qui mêle joyeusement dans une interview la gourmandise du loup qui tue même quand il n’a pas faim, les loups enragés (ah bon ? En France ? Je croyais que le pays était officiellement indemne de rage terrestre !!!) et qui ressort surtout le vieux poncif des « réintroductions clandestines » !!! Nous suggérons fortement à ce monsieur de consulter la brochure de Cap loup qui, fort justement, tord le cou à quelques idées reçues et affabulations.

http://www.creusot-infos.com/news/bourgogne-franche-comte/bourgogne-franche-comte/gilles-platret-un-loup-qui-prend-la-rage-n-est-plus-controlable-et-il-peut-s-attaquer-aux-humains.html

Nous attendons d’ailleurs toujours un droit de réponse dans le journal…

Et puis le journal La Montagne, dans un article en date du 19 janvier relate de manière neutre les doutes d’une éleveuse, qui a perdu une brebis, apparemment prédatée, dans l’Aubrac. Bien que l’ONCFS ait conclu à une attaque non imputable au loup, la confédération paysanne demande  à la préfecture du Cantal l’application du plan loup, alors même que le Cantal n’est pas une zone de présence permanente pour canis lupus. Comme d’habitude, la Confédération est bien prompte à monter au créneau pour réclamer des mesures inappropriées et inutiles. L’image des éleveurs (je ne juge pas, c’est un constat) est sérieusement écornée par les vidéos tournées dans les abattoirs, la consommation de viande en France est apparemment en baisse. Je doute fort que réclamer la tête du loup puisse rétablir leur popularité !

http://www.lamontagne.fr/aurillac/economie/ruralite/2017/01/19/brebis-tuee-en-aubrac-a-qui-la-faute_12249194.html

Enfin, Le Parisien fait un gros titre sur le loup qui est peut-être aux portes de Paris. Peut-être en effet des individus sont-ils passés, le loup a une forte capacité de dispersion et est plutôt discret. Je déplore simplement le titre racoleur et l’empressement montré à boire les paroles de deux associations qui ne sont manifestement en mesure d’apporter des preuves concrètes, cependant que l’ONCFS ne confirme pas ces dires. Messieurs les journalistes du Parisien, un peu de sérieux…

http://www.leparisien.fr/societe/loup-y-es-tu-04-12-2016-6410265.php

 

Je salue en revanche les articles mesurés et l’impartialité des journalistes du Journal du Centre qui ont eu à traiter de la présence du loup dans mon département. Cela change agréablement…

 

Le loup est-il de retour dans la Nièvre ?

C’est la question que nous nous posons suite à une série d’articles parus au cours de la semaine dans le Journal du Centre. (voir notre page facebook). En effet, des moutons ont été attaqués dans le Bazois, à Chougny et l’un des éleveurs qui a eu l’idée de poser une caméra sur un tronc d’arbre, a fixé l’image d’un canidé. La préfecture a été prompte à réagir (conférence de presse, réunion en urgence et n° de téléphone pour les éleveurs qui subiraient des attaques) et nous a invité à participer à une réunion en fin de semaine prochaine. Les techniciens de l’ONCFS ont été chargés de déterminer si les attaques sont bien imputables à un loup, leurs résultats sont attendus dans les prochains jours.

Comme nous le rappelons souvent, il est naturel que le loup fasse des apparitions dans la Nièvre, il est encore en expansion géographique et les tirs autorisés par l’Etat (sans compter les actes de braconnage) participent hélas à la dispersion des individus et l’éclatement des meutes. Le loup n’est pas un danger pour l’homme, il peut l’être pour les animaux domestiques, ovins et caprins en particulier, mais les mesures de protection des troupeaux existent et sont efficaces quand elles sont correctement mises en place. N’oublions pas que le loup est un opportuniste qui préfère la facilité et le moindre effort… A choisir entre un chevreuil et un mouton, il n’hésite donc pas. Il faut donc lui compliquer la tâche (présence de chiens, clôtures adaptées, etc.) pour l’inciter à se tourner vers des proies sauvages. Notons également que des troupeaux de moutons, notamment dans le Morvan sont aussi la cible de chiens domestiques, faits divers systématiquement relayés dans la presse locale.

Nous veillerons particulièrement à la diffusion d’informations  exactes afin d’éviter toute psychose ou emballement médiatique. Nous avons déjà pu lire cette semaine, dans l’un articles du journal, l’affirmation d’un protagoniste déclarant  »

“Là, il s’agissait de tuer pour tuer. Les bêtes sont quasiment intactes”

Et bien non, le loup ne tue pas pour tuer, mais simplement pour se nourrir, comme d’autres carnivores. Cessons de prêter à canis lupus des comportements de tueur, cela est bon dans la littérature peut-être, mais pas dans la réalité. Cette affirmation « primaire » est dénuée de tout fondement scientifique.

Enfin, l’éleveur en question ayant disposé une cage-pièce à renard près de son troupeau, nous avons contacté l’ONCFS pour nous assurer que la législation sera bien respectée, le loup figurant sur la liste des espèces protégées, il n’est point question de piéger quelque animal que ce soit.

Nous espérons que les Nivernais sauront raison garder, que l’animal soit de passage ou non, et que la cohabitation paisible avec l’animal sera la priorité de la préfecture.

 

Dîner-rencontre Vegan autour du film sur les ours « Life is One » de Patrick Rouxel

Dans le cadre de la Journée mondiale pour sauver les ours, AVES France, Animals Asia France et l’association Aider les ours vous invitent à participer à une soirée exceptionnelle dans un restaurant vegan de Paris. Cette soirée sera l’occasion de discuter de l’ours dans une ambiance conviviale. Après le dîner, nous diffuserons le dernier film sur les ours malais de Patrick Rouxel, Life is One.

Le restaurant, sensible à notre cause, accepte de privatiser sa salle.

*** COMPLET *** COMPLET *** COMPLET ***

Réservez dès maintenant car le nombre de place est limité à 34 : https://www.helloasso.com/associations/aves-france/evenements/diner-rencontre-vegan-autour-du-film-sur-les-ours-life-is-one

Le tarif de la réservation est 10€ et ce montant sera déduit de la facture du repas.

Plus d’infos sur le restaurant, qui propose des plats à des tarifs très abordables ici : http://www.lepuitsdelegumesbio.fr/

Le descriptif du film de Patrick Rouxel ici : http://patrickrouxel.com/index.php/fr/films-fr/life-is-one-fr

Toutes les infos sur la journée mondiale pour sauver les ours : http://www.journéemondialepoursauverlesours.fr

 

Montreur d’ours : ne mettez pas le public en danger !

Lorsque nous alertons les organisateurs de spectacles de montreurs d’ours, nous leur rappelons systématiquement qu’ils sont responsables de la sécurité du public. Beaucoup d’entre eux s’en amusent, préférant se cacher derrière les autorisations des dresseurs et prétextant qu’ils savent ce qu’ils font. Pourtant, à plusieurs reprises, nous avons assisté à des scènes surréalistes ! Les Poliakov proposent au public de faire des photos avec leurs ours (comme sur la photo qui illustre cet article, prise à Arcis-sur-Aube (2016), ou plus récemment dans une boîte de nuit). Frédéric Chesneau, lui, assure le show en demandant à des gens du public de se laisser embrasser par son ours.

Si les animaux sont muselés (ce qui est une obligation légale), les dents ne sont pas les seules armes dont peuvent se servir les ours. Leurs griffes sont de véritables lames de rasoir et un violent coup de patte peut-être fatal !

Dans la vidéo ci-dessous, l’ourse a l’air plutôt tranquille et à l’écoute de son dresseur. Mais il suffit qu’une présentatrice télé imprudente vienne la caresser pour que l’ourse se retourne en un éclair, preuve que les ours conservent leur instinct de prédateur en captivité.

Cette fois-ci, la scène se termine bien. Un gros coup de frayeur pour tout le monde, y compris le couple de dresseurs qui a su retenir l’ourse. Mesdames, Messieurs les organisateurs de spectacles, de marchés de Noël ou autres fêtes médiévales, rappelez-vous de ces images. L’ours n’a rien à faire dans vos fêtes, à proximité du public. L’ours reste un animal sauvage. Comme n’importe quel autre animal soumis au stress, il peut avoir un comportement dangereux. 

NEWSLETTER : ABONNEZ-VOUS !

COLLECTIFS ASSOCIATIFS :

AVES France participe aux collectifs :
- "Non aux chasseurs dans les écoles !"
- Collectif contre les spectacles de montreurs d'ours
- Collectif CAP Loup
- Collectif du 21 Septembre contre la chasse et le piégeage

Nos partenaires :

One percent for the planetlush

google-grants

TURNKEY

jardinsgaia
Axess'in : Contrôle & Protection HelloAsso clicanimaux