AVES France est une petite structure animée par une poignée de bénévoles passionnés qui se démènent pour agir efficacement malgré le manque de moyens humains et financiers. Chez nous, il n'y a aucun salarié. C'est pourquoi chaque nouvel adhérent, chaque donateur, chaque bénévole compte. Aidez-nous à grandir en soutenant nos actions. Rejoignez-nous ! Votre soutien est essentiel ! (*chiffres pour l'année 2017).


 

Solidarité

En 2017, nous avons soutenu des projets à hauteur de 16.069€*

Nos campagnes...

Adhésion

Seulement 149 adhérents à jour* ! Vite, adhérez !

via HelloAsso

Faire un don

Soutenez nos actions (don déductible des impôts). 18.845€ collectés*

via HelloAsso

Contacts

Vous avez des questions ou des suggestions ?

Contactez-nous !

Boutique

Bracelets Bearz, porte-clefs, livres... aidez-nous via la boutique en ligne !

www.bearz.org

Non à Valentin à Bourg Saint Maurice le 3 janvier

Aves France soutient et se joint à la Fondation Brigitte Bardot pour demander l’annulation de la venue de l’Ours Valentin pour les festivités de fin d’année à Bourg Saint Maurice.

Signez cette pétition pour dire non aux montreurs d’ours !

Non à Valentin à Bourg Saint Maurice le 3 janvier

Cette action est maintenant terminée.

Date de fin: Jan 02, 2018

Signatures recueillies: 49

49 signatures
 

Plan loup 2018-2023 : un plan « mouton » sans solution

source photo : Olivier Janet/Cap loup

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 14 décembre 2017

Le nouveau « plan loup » dévoilé par l’État prévoit de continuer les abattages de loups, sans améliorer la protection des troupeaux contre la prédation.

Présentés le 12 décembre, les projets d’arrêtés ministériels encadrant les tirs de loups et de « Plan national d’actions 2018-2013 sur le loup et les activités d’élevage » n’apportent pas de rupture avec la politique clientéliste mise en œuvre depuis plusieurs années dans ce dossier.

Quarante loups pourront être abattus en 2018, comme en 2017, sans garantie que ce « plafond » ne soit pas rehaussé ! Pourtant, l’État sait que ces tirs sont contraires à la notion d’espèce strictement protégée, mettent en péril la croissance naturelle de la population de loups, et s’avèrent totalement inefficaces en terme pastoral, car ils ne font pas baisser la prédation sur les troupeaux insuffisamment protégés. Prévus comme solution de facilité politique pour tenter de calmer les éleveurs, ces abattages n’ont même pas cet effet escompté, car la prédation continue.

Sous la pression des éleveurs, l’État semble reculer sur une des rares mesures de bons sens qu’il avait envisagé cet été suite à nos demandes depuis des années : n’indemniser l’éleveur, en cas de prédation imputée aux loups, que si celui-ci avait mis en place des moyens de protection du troupeau. Si l’État ne change pas d’avis dans les prochaines semaines, il refusera donc de contrôler le bon usage de l’argent public et continuera d’indemniser les éleveurs sans aucune condition, alors que la protection des troupeaux est elle-même subventionnée, en plus des subventions ordinaires à l’élevage.

L’autorisation déjà largement accordée aux éleveurs d’abattre des loups (« tirs de défense ») sera encore élargie : plus loin des troupeaux, et systématiquement avec des fusils plus performants (à canon rayé). Une petite avancée concerne l’abattage des loups hors du contexte de prédation sur le bétail, c’est-à-dire la chasse aux loups (« tirs de prélèvements ») : elle ne sera plus autorisée toute l’année mais surtout en automne-hiver. Cette politique de tirs devrait être totalement bannie !

Enfin, ce plan n’apporte aucune garantie sur l’amélioration des techniques de protection des troupeaux, ni sur le développement de méthodes non létales d’effarouchement des loups. Ce sont pourtant ces moyens qui permettraient de faire baisser la prédation et d’instaurer une réelle cohabitation.

Les associations de CAP Loup

L’ours Valentin à Gif sur Yvette le dimanche 10 décembre

Messieurs les organisateurs arrêtez de vanter l’exhibition de l’ours Valentin comme une présentation pédagogique qui n’a que le nom. Comment peut-on être pédagogique en exhibant un ours captif ? et de surcroit qui mange des chamallows… vous savez ce que l’on trouve dans les grandes forêts …..

Arrêtez de profiter d’un animal sauvage captif  pour des fins mercantiles sans aucun rapport avec une formation pédagogique qui devrait être faite par des scientifiques ou des associations spécialistes de l’ours !

Nous disons donc NON à cette mascarade et nous vous invitons à signer notre pétition ci-dessous qui est aussi adressée à la DDPP de l’Essonne en lui demandant de contrôler l’état de l’ours et de bien s’assurer que les normes de sécurité sont strictement appliquées :

Non à l'exhibition de l'ours Valentin à Gif sur Yvette le 10 décembre

Cette action est maintenant terminée.

Date de fin: Dec 11, 2017

Signatures recueillies: 104

104 signatures

 

 

Le département de la Vendée fait venir une montreuse d’ours le 16 et 17 décembre

Le Département de la Vendée vous propose de participer à deux jours d’animations et de spectacles pour toute la famille.  Au programme, dans la catégorie « Animations familiales », on trouve : Patinoire géante*, montreuse d’ours, animations de jonglerie et cracheur de feu, circuit de véhicules à pédales et bien d’autres animations pour un « week-end festif et familial ».

En quoi une montreuse d’ours propose-t-elle une « animation familiale » quand on sait ce que subissent les ours captifs et leurs conditions d’existence totalement en opposition avec leurs besoins naturels !

Notre opposition à ce type de pitrerie où l’ours est exploité ne faiblira jamais, on ne lâchera rien !

Montrons-le encore un fois à l’aide du formulaire ci-dessous en écrivant courtoisement aux organisateurs, au maire, au département et à la ddpp à qui nous demandons comme d’habitude d’aller contrôler l’état de l’animal et de s’assurer que toutes les normes de sécurité seront bien respectées.

Contre la venue d'une montreuse d'ours le 16 et 17 décembre en Vendée

Cette action est maintenant terminée.

Date de fin: Dec 17, 2017

Signatures recueillies: 39

39 signatures

Montreur d’ours le 2 et 3 décembre à Meaux

« Samedi 2 à 11h et à 16h et Dimanche 3 décembre à 11h45 et 16h 
Spectacle d’ours – Parvis de la Cathédrale
Présentation pédagogique sur le thème de la défense des ours dans la Nature, avec la présence d’un véritable ours noir ! »

Comment les organisateurs et les vendeurs d’exhibition peuvent parler de présentation pédagogique de la défense des ours dans la nature alors que celui-ci est captif, présenté dans un contexte hors de son milieu naturel et totalement opposé aux besoins naturels de ces animaux. Le but inavoué des organisateurs c’est de faire venir du monde sur le dos de l’exploitation d’animaux sauvages le dresseur lui se frottant les mains de gagner grâce à son ours une somme avoisinant les 1500 euros pour deux exhibitions de 20 mn. Voilà une belle présentation pédagogique non ?

SPECTACLE ANNULE SUITE A LA MOBILISATION DES ASSOCIATIONS !

Abonnez-vous à notre newsletter

COLLECTIFS ASSOCIATIFS :

AVES France participe aux collectifs :
Collectif CAP Loup
CAP : Convergence Animaux Politique
– « Non aux chasseurs dans les écoles ! »
– Collectif contre les spectacles de montreurs d’ours
– Collectif du 21 Septembre contre la chasse et le piégeage

Nos partenaires :

lush

google-grants

TURNKEY

jardinsgaia

Axess'in : Contrôle & Protection HelloAsso