STOP AUX SPECTACLES DE MONTREURS D'OURS !

Mettons fin à l'exploitation indigne des ours dans les fêtes médiévales, les cirques et autres évènements soit-disant festifs. Les fêtes médiévales, oui, mais sans montreur d'ours !

 

SIGNEZ NOTRE PETITION
144.171 signatures depuis le 20 juin 2018

MONTREUR D'OURS : UNE EXCEPTION CULTURELLE FRANÇAISE ?

L'association AVES France milite depuis 2005 contre les spectacles de montreurs d'ours et la captivité des animaux de spectacles. Les montreurs d'ours qui travaillent actuellement en France sont : le montreur d'ours Frédéric Chesneau de la compagnie Atchaka (ours Valentin et Lucien), Sylvie Pujol de la compagnie Aïtawak (ourse Kilian), Benoît Moton (Ours Lutchak), Jean-Philippe Roman (ours Shadow). Le montreur d'ours russe Pavel Vyakin vient parfois en France avec son ourse Tima. Le couple Poliakov, qui exploitait les ours Micha, Bony et Glasha, se sont vus retirés leurs ours suite à la mort de Micha. Leur procès pénal aura lieu le 12 mai 2021. Depuis une dizaine d'années, les spectacles de montreur d'ours sont de plus en plus fréquents dans les fêtes médiévales, mais également dans les marchés de Noël, certains cirques et les arbres de Noël des entreprises. Si vous prenez connaissance d'un spectacle de montreur d'ours, merci de nous en informer dès que possible.


 

Convaincre les politiques pour faire avancer la loi !

Depuis plusieurs années, avec l'aide de CAP (Convergence Animaux Politique), AVES France rencontre les députés et les sénateurs pour les convaincre d'interdire les spectacles des montreurs d'ours et de loups en France.

En 2019, AVES France a participé à la mission ministérielle sur le bien-être animal lancée par François de Rugy, reprise par Elisabeth Borne, Brune Poirson et Emmanuelle Wargon, puis enfin par Barbara Pompili.

Ce travail a permis l'adoption en première lecture d'une proposition de loi à l'assemblée nationale, prévoyant l'interdiction de ces spectacles dans les deux ans. Nous attendons maintenant que le texte soit débattu au Sénat.

Justice pour Micha !

Procès correctionnel des Poliakov le 12 mai 2021

Pendant de longues années, nous avons dénoncé les conditions de captivité des animaux des Poliakov, dans l'indifférence générale des services de l'Etat. 

En 2019, l'ours a donné sa dernière représentation à Racquinghem alors qu'il était mourant, avec la bénédiction d'un vétérinaire. Le calvaire des animaux des Poliakov n'a que trop duré, sans que nous ne comprenions encore aujourd'hui quels étaient leurs soutiens au sein des administrations qui, normalement, avaient pour mission de protéger leurs animaux. 

Nous attendons de ce procès des réponses, mais surtout une interdiction de détenir des animaux pour le couple de dresseurs. 


ALERTE MONTREUR D'OURS

Un spectacle proche de chez vous ? Alertez-nous au plus vite afin que nous puissions demander l'annulation du spectacle et lancer une cyber-action !

Alertez-nous par mail

DONNER

Pour financer nos actions contre les montreurs d'ours, faites un don !

Faire un don via HelloAsso...

UTILISER LILO

Le saviez-vous ? Le moteur de recherche LILO soutient le combat d'AVES France contre les montreurs d'ours. En utilisant quotidiennement ce moteur de recherche, vous cumulez des gouttes d'eau. Lilo les transforme en €... ça ressemble à de la magie, mais ça marche !

Utiliser Lilo

INFORMEZ-VOUS

Pour ne rater aucun spectacle, vous pouvez rejoindre notre groupe Facebook "Contre les montreurs d'ours".

Rejoindre le Groupe sur Facebook

Les ours Valentin & Lucien de Frédéric Chesneau

Les ours Bony, Glasha & Micha des Poliakov (Vive la fête)

L’ourse Kilian de Sylvie Pujol (Aïtawak)

L’ours Lutchak de Benoit Motton

L’ourse Samy de Sonia Lestienne et l’ours Shadow de Jean-Philippe Roman

L’ourse Tima de Pavel Vyakin

COMMENT AGIR ?

AVES France vous propose plusieurs actions :

• signer la campagne de de i-boycott que nous avons lancée

• signer notre pétition générale contre les spectacles de montreurs d’ours

• participer à toutes les actions contre les spectacles de montreurs d’ours et de loups postées sur le site.

PÉTITION ADRESSÉE AU MINISTRE DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOLIDAIRE

par l’association AVES France. 

Monsieur le Ministre de la Transition écologique et solidaire, la France de 2018 peut-elle encore cautionner l’exploitation d’animaux sauvages à des fins de divertissement ?

Chaque semaine pendant la saison des fêtes médiévales, puis pendant celle des marchés de Noël, des ours et des loups quittent leurs enclos et passent des centaines, voire des milliers de kilomètres sur les routes de France. Ces animaux, transformés en saltimbanques par des années de dressage, doivent répéter inlassablement les figures imposées par leurs dresseurs.

Parfois il s’agit simplement de simuler un câlin, d’autres fois on demande aux ours de grimper sur un ballon, de monter sur un toboggan, de prendre des postures de soumission ou de sauter d’un tabouret à un autre. Les loups, eux, doivent sauter dans des cerceaux, parfois enflammés, ou grimper sur des tabourets. Le but est toujours le même : donner au public l’illusion que l’animal s’amuse alors qu’il travaille, et même parfois qu’il souffre. Une fois la prestation réalisée, l’animal retourne dans une cage, un van ou à l’arrière d’une camionnette d’où il ne sortira qu’après des heures d’attente, pour une seconde représentation.

Pourquoi autorise-t-on leurs dresseurs à leur faire subir cette vie ?
N’ont-ils aucun droit parce qu’ils sont nés en captivité ?

Ce que nous décrivons, beaucoup d’autres associations le dénoncent pour les animaux de cirque. Pourtant, si AVES France s’est spécialisée dans la lutte contre les spectacles des montreurs d’ours, c’est parce que leurs conditions de détention et de vie sont parfois pires que celles autorisées pour les autres espèces.

Bon nombre de nos concitoyens pensent que les montreurs d’ours et de loups appartiennent à l’Histoire de notre pays et que, comme ailleurs, cette activité a disparu. Il n’en est rien. Les montreurs d’ours sont peu nombreux, mais très demandés et leurs animaux peuvent parcourir plus de 10.000 kilomètres par saison !

En début d’année, AVES France a lancé une vaste campagne de sensibilisation auprès des députés, dans le but d’obtenir la modification de l’Arrêté du 18 mars 2011 fixant les conditions de détention et d’utilisation des animaux vivants d’espèces non domestiques dans les établissements de spectacles itinérants.

L’annexe III de cet arrêté porte sur les « exigences minimales relatives à l’hébergement des espèces dans les installations utilisées pour la réalisation des spectacles itinérants ». On peut y lire, pour les ours bruns et les ours noirs, que les installations lors de la période itinérante doivent ménager un espace disponible d’au minimum 12 à 24 mètres carrés selon la taille de l’animal.

Or, cette disposition règlementaire est balayée par la phrase suivante, toujours en Annexe III de l’arrêté du 18 mars 2011 :

« Les dispositions précitées relatives aux caractéristiques des installations intérieures et extérieures ne s’appliquent pas aux établissements dont les périodes itinérantes n’excèdent pas quatre jours à compter du départ des animaux des installations fixes jusqu’à leur retour.»

Ce paragraphe permet aux montreurs d’ours — en France et en 2018 ! — de garder leurs animaux enfermés dans des vans, des fourgonnettes ou des remorques climatisées jusqu’à quatre jours, pour sillonner la France et proposer leurs spectacles. Ces animaux-artistes sont condamnés par une législation inadaptée et empêchant aussi bien les associations que les services de l’Etat d’agir.

Monsieur le Ministre de la Transition écologique et solidaire, plusieurs députés nous ont d’ores et déjà fait part de leur soutien sur le sujet, dont deux en déposant des questions écrites afin de vous demander si votre Ministère allait se saisir de ce dossier.

AVES France souhaite de tout coeur la fin de ces spectacles et le placement des animaux dans des refuges adaptés. Il n’est plus possible de laisser des dresseurs présenter leurs spectacles comme des « animations pédagogiques » alors que leur discours consiste principalement à justifier la captivité des animaux présentés (qui vivraient mieux en captivité que dans leur milieu naturel).

Une première mesure, prise en urgence, serait de modifier l’Arrêté du 18 mars 2011 fixant les conditions de détention et d’utilisation des animaux vivants d’espèces non domestiques dans les établissements de spectacles itinérants en imposant aux dresseurs et aux organisateurs de ces spectacles des installations lors de la période itinérante ménageant un espace disponible d’au minimum 24 mètres carrés et répondant au mieux aux besoins biologiques des animaux.

A terme, les membres de l’association AVES France ainsi que tous les signataires de cette pétition vous demandent de mettre un terme à ces spectacles d’un autre âge. 

Christophe CORET

Responsable du dossier Ours


Passionné par les ours, j'ai voyagé sur les traces du plantigrade en Slovénie, en Italie et dans les Pyrénées.
J'ai vécu plusieurs années en Roumanie, dans un village fréquenté par les ours, les loups et les lynx.
Malgré la découverte d'innombrables traces de présences, lou moussu n'a jamais daigné montrer le bout de son museau...
C'est en janvier 2016, en Equateur, que j'ai eu le privilège de pouvoir observer mon premier ours dans la nature. Une magnifique ourse à lunettes.
Rencontrer l'ours est un privilège rare et un de mes plus émouvant souvenir.

Pour toutes vos questions sur les ours, faites-moi signe. Je peux vous mettre en contact avec nos différents partenaires dans le monde ou vous expliquer les positions d'AVES France sur ces différents sujets. Je privilégie les contacts par mail

Brochure contre les spectacles de montreurs d’ours

J’ai assisté au spectacle de montreur d’ours des Poliakov à Crépy-en-Valois : un choc !

Carte de France 2018 des villes accueillant un montreur d’ours

Tous nos articles sur les montreurs d’ours et la captivité :

L’assemblée nationale adopte en première lecture la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale.

Vendredi 29 janvier 2021, l’assemblée nationale a adopté en première lecture la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitrance animale. Cette proposition de loi fait suite aux nombreux échanges entre les associations de protection animale et les parlementaires, qui ont entendu et compris les attentes des Français sur ce sujet. Si […]

Une proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale en débat mardi 26 janvier 2021 à l’assemblée nationale

Depuis 2019, AVES France – comme de nombreuses associations de protection des animaux – contribue à l’élaboration de nouvelles lois pour renforcer la lutte contre la maltraitance animale. Notre association a participé activement à la mission ministérielle sur le bien-être animal initiée par François de Rugy en 2019, et a été force de proposition lors […]

Contre l’exploitation commerciale des animaux sauvages !

Les annonces de Barbara Pompili assurant la fin imminente des spectacles itinérants avec des animaux sauvages est un premier pas que nous espérions depuis de nombreuses années. Mais quelle sera la vie de ces animaux s’ils restent chez leurs dresseurs ? Dans quel vide juridique vont-ils s’engouffrer pour tenter de continuer à exploiter leurs animaux […]

Changeons d’ère : mobilisation générale pour les animaux !

La société civile se mobilise, les élus se positionnent contre l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques et contre le massacre des animaux par les chasseurs. Alors que l’exécutif continue de draguer les premiers escrologistes de France, pourtant responsables de l’effondrement de la biodiversité dans notre pays, il est temps de se réveiller et de […]

COVID-19 : Profitons du report des fêtes médiévales pour interdire les montreurs d’ours et de loups en France.

Dans un communiqué de presse en date du 17 avril 2020, le gouvernement a annoncé avoir porté « un amendement pour inscrire dans le budget rectificatif voté en première lecture par l’Assemblée nationale vendredi 17 avril un accompagnement financier de 19 millions d’euros des parcs zoologiques, cirques et refuges au titre de l’alimentation et des soins […]

Les ours des Poliakov, Bony et Glasha, ont été placés dans des refuges

Dimanche 8 septembre 2019, le tristement célèbre Ours Micha du couple de dresseurs Bruneau-Poliakov, était contraint une dernière fois de « faire le show » dans une fête de village à Racquingem. AVES france, alertée quelques jours plus tôt par un militant local (merci Stéphane), était sur place pour obtenir des images récentes de l’ours, qui n’était […]