Consultation publique Bourgogne : tir de nuit du renard dans l’Yonne

Merci de participer en masse à cette consultation, vous avez jusqu’au 1er juillet seulement, ça urge !!

Et à propos, admirez l’argument du projet d’arrêté :

Afin de ne pas anéantir les efforts de gestion menés depuis plusieurs années dans le département en faveur de la reconstitution des populations de petit gibier, il s’avère nécessaire de limiter les populations de renards et d’autoriser des tirs de nuit visant à en prélever, conformément aux dispositions des articles L 427-6 et R 427-1 du code de l’environnement.

Pour participer :
DATE ET LIEUX DE CONSULTATION :

En application de la loi n° 2012-1460 du 27 décembre 2012 relative à la mise en œuvre du principe de participation du public défini à l’article 7 de la charte de l’environnement, le présent projet d’arrêté est mis en consultation par voie électronique.

La consultation est ouverte du 12 juin au 1er juillet 2015 inclus (21 jours).

Le public peut faire valoir ses observations :

– directement en ligne en précisant l’objet de la consultation à l’adresse suivante :

ddt-se-nature-paysages@yonne.gouv.fr

– par courrier à l’adresse suivante :
Direction départementale des territoires de l’Yonne
Service environnement
Unité forêts-chasse-nature et cadre de vie
3 rue Monge – BP 79
89011 Auxerre Cedex

Montreur d’ours à Bourg le roi (72) le 28 juin

L’association ‘Bourg le roi animation et patrimoine’ a fait appel à F.Chesneau et à l’ours Valentin pour la 13ème fête médiévale de cette commune.

Il est important de dénoncer systématiquement ce genre d’exhibition et d’informer les organisateurs et les communes de notre lutte contre ce genre de spectacle.

Le formulaire ci-dessous vous permettre de vous adresser à eux pour protester contre ce type de spectacle.

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Madame, Monsieur,

Je viens de découvrir je viens de découvrir le programme de la fête médievale du 28 juin dans la commune de Bourg le roi. Je suis encore une fois consterné de constater la présence de l'ours Valentin qui sera exhibé lors de cette manifestation et d'un spectacle de fauconnerie.

Je suis opposé à l'exploitation indigne des animaux dans des exhibitions où il est souvent demandé aux animaux d'exécuter des tours contre nature.

Je suis loin d’être convaincu, comme le vendent ceux qui proposent ce type de spectacle, par le côté éducatif de ces présentation où les animaux ne sont pas observés tels qu’ils le seraient dans leur milieu naturel.

Toute démonstration d’animaux, même si cela n’est pas visible, entraîne de la part des dresseurs contraintes, brimades même s’ils s’en défendent.

Les animaux subissent le stress du transport - souvent long - et ne supportent ni la présence du public ni les bruits ambiants (applaudissements, musique, etc …).

J'attire votre attention sur l'aspect sécuritaire qui est du ressort des organisateurs, notamment en présence d’animaux sauvages dont le comportement dû au stress ou au bruit peut-être imprévisible et dangereux pour les spectateurs. Malheureusement de nombreux accidents ont lieu régulièrement.

En tant que défenseur des animaux et sympathisants d'AVES FRANCE, je vous demande de renoncer à ce type de spectacle où les animaux sont exploités pour notre simple plaisir, sans tenir compte de leurs besoins naturels.

Cordialement

Recopiez le texte ici :

Merci de recopier le champ de sécurité suivant : captcha

Bourgogne : participez aux consultations publiques

Eau et Biodiversité
– Un document a été ajouté sur la consultation Projet d’arrêté
portant désignation du site Natura 2000 vallées de la Cure et du Cousin dans le Nord Morvan (zone spéciale de conservation). Cliquez sur le lien ci-après pour accéder à cette consultation :

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=1017

– Un document a été ajouté sur la consultation Projet d’arrêté
portant désignation du site Natura 2000 cavités à chauves-souris en
Bourgogne (zone spéciale de conservation). Cliquez sur le lien ci-après pour accéder à cette consultation :

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=1016

L’État détruira-t-il 36 loups au mépris de la volonté des Français ?

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 18 JUIN 2015

entete-lettre_cap-loup2 500 personnes ont déjà répondu à la consultation publique en cours sur le projet d’arrêté ministériel encadrant les tirs de loups. Cette mobilisation est énorme pour une consultation, et très majoritairement contre le projet. Le ministère osera-t-il prendre cet arrêté, malgré le rejet des citoyens et des associations ? Soyons encore plus nombreux à dire notre opposition ! Plus que quelques jours pour répondre.

Deux projets d’arrêtés sont soumis à consultation publique jusqu’au 21 juin. Le premier concerne les conditions dans lesquelles les tirs de loups peuvent être autorisés par les préfets, le second concerne le nombre maximum de loups (36 !) pouvant être tués pour la période 2015-2016. Consultez les projets ici et envoyez votre réponse ici !

Au lieu d’inciter les éleveurs à s’adapter au retour du loup, l’État encourage de plus en plus largement sa destruction. Entre autres mesures envisagées, les « tirs de défense » (tuer un loup près d’un troupeau) seraient autorisés non seulement pour un troupeau non protégé, mais aussi pour les autres troupeaux de la commune, même s’ils n’ont pas été attaqués. La prédation sur le bétail pourrait être imputée au loup sans constat de terrain par un agent de l’État. Les « tirs de prélèvement » (tuer un loup loin des troupeaux) seraient encore confiés aux chasseurs, pour une durée augmentée à six mois et même si le bétail n’est pas dehors. Les tirs officiels ne seraient plus interrompus en cas de braconnage de loup dans la zone. Enfin, aussi incroyable que cela puisse paraître, les destructions de loups seraient autorisées dans les réserves naturelles et dans le cœur des parcs nationaux.

Malgré le rejet massif de ce projet par les citoyens, malgré les 67 000 signatures de notre pétition en faveur de la cohabitation loup/pastoralisme, malgré l’opposition des associations de CAP Loup qui regroupent 120 000 adhérents, malgré la plainte contre la France que nous déposerons auprès de la Commission européenne, malgré l’opposition des Français à la destruction des loups (sondage IFOP 2013)l’État adoptera-t-il ces nouvelles mesures destinées à satisfaire les lobbies agricoles et cynégétiques ?

Les associations de CAP Loup

L’ours Valentin a l’inauguration du moulin de Bel Air à Guilly (45) le 21 juin

On aurait pu croire après sa prestation à Janvry dans l’Essonne le 20 juin que Valentin aurait bénéficié d’une journée de repos…. et bien non son montreur d’ours en a décidé autrement et VALENTIN va participer à l’inauguration du moulin de Bel Air à Guilly le 21 juin.

Mais dites moi c’est quoi le rapport entre un Valentin et le moulin de Bel Air ?

Montrons encore une fois notre désaccord avec ce type de spectacle à l’aide du formulaire ci-dessous :

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Madame, Monsieur,

Je viens de découvrir ce qui est organisé dans le cadre de l'inauguration du moulin de Bel Air le 21 juin dans votre commune. Je suis encore une fois consterné de constater la présence de l'ours Valentin qui sera exhibé lors de cette manifestation.

Je suis opposé à l'exploitation indigne des animaux dans des exhibitions où il est souvent demandé aux animaux d'exécuter des tours contre nature.

Je suis loin d’être convaincu, comme le vendent ceux qui proposent ce type de spectacle, par le côté éducatif de ces présentation où les animaux ne sont pas observés tels qu’ils le seraient dans leur milieu naturel.

Toute démonstration d’animaux, même si cela n’est pas visible, entraîne de la part des dresseurs contraintes, brimades même s’ils s’en défendent.

Les animaux subissent le stress du transport - souvent long - et ne supportent ni la présence du public ni les bruits ambiants (applaudissements, musique, etc …).

J'attire votre attention sur l'aspect sécuritaire qui est du ressort des organisateurs, notamment en présence d’animaux sauvages dont le comportement dû au stress ou au bruit peut-être imprévisible et dangereux pour les spectateurs. Malheureusement de nombreux accidents ont lieu régulièrement.

En tant que défenseur des animaux et sympathisants d'AVES FRANCE, je vous demande de renoncer à ce type de spectacle où les animaux sont exploités pour notre simple plaisir, sans tenir compte de leurs besoins naturels.

Cordialement

Recopiez le texte ici :

Merci de recopier le champ de sécurité suivant : captcha

 

L ours Valentin et fauconnerie à Janvry (91) le 20 et 21 juin

« Un montreur d’ours qui fera des spectacles mêlant humour et émotion autour du dressage de Valentin, sans omettre de passer un message au public en faveur de la protection de la nature. »

Comment peux-t-on oser écrire qu’une personne exhibant un ours en captivité va faire passer un message en faveur de la protection de la nature ? Si tel était le cas, cette personne ne détiendrai pas des animaux sauvages et ne ferai pas de spectacle dégradant pour cette espèce sauvage !!!

Je vous encourage à protester auprès des organisateurs en utilisant le formulaire ci-dessous :

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Madame, Monsieur,

Je viens de découvrir ce qui est organisé dans le cadre de la fête médievale le 20 et 21 juin dans votre commune. Je suis encore une fois consterné de constater la présence de l'ours Valentin qui sera exhibé lors de cette manifestation et d'un spectacle de fauconnerie.

Je suis opposé à l'exploitation indigne des animaux dans des exhibitions où il est souvent demandé aux animaux d'exécuter des tours contre nature.

Je suis loin d’être convaincu, comme le vendent ceux qui proposent ce type de spectacle, par le côté éducatif de ces présentation où les animaux ne sont pas observés tels qu’ils le seraient dans leur milieu naturel.

Toute démonstration d’animaux, même si cela n’est pas visible, entraîne de la part des dresseurs contraintes, brimades même s’ils s’en défendent.

Les animaux subissent le stress du transport - souvent long - et ne supportent ni la présence du public ni les bruits ambiants (applaudissements, musique, etc …).

J'attire votre attention sur l'aspect sécuritaire qui est du ressort des organisateurs, notamment en présence d’animaux sauvages dont le comportement dû au stress ou au bruit peut-être imprévisible et dangereux pour les spectateurs. Malheureusement de nombreux accidents ont lieu régulièrement.

En tant que défenseur des animaux et sympathisants d'AVES FRANCE, je vous demande de renoncer à ce type de spectacle où les animaux sont exploités pour notre simple plaisir, sans tenir compte de leurs besoins naturels.

Cordialement

Recopiez le texte ici :

Merci de recopier le champ de sécurité suivant : captcha

Ours et rapaces à Faverolles-la-campagne (27) le 7 juin

11209584_10206619027745250_2508074520145202596_n

 

Qui a déjà rencontré un ours dans notre campagne normande ? Combien de fois avez-vous vu voler des faucons ou des aigles au-dessus de la région conchoise ?

À l’occasion de la première journée médiévale organisée par le comité des fêtes de Faverolles-la-Campagne, la compagnie Atchaka propose, dimanche 7 juin, deux spectacles mettant en scène un plantigrade et des rapaces.

Ou comment faire l’apologie d’une exhibition d’animaux !!!!!

C’est l’occasion de vous rappeler ce que nous faisons à chaque exhibition identifiée :

  • Email aux organisateurs et au maire de la commune.
  • Article sur notre site avec mise en place d’une cyberaction.
  • Demande de contrôle par les services de la DDPP (ex DSV).
  • Alerte des associations de la région ou l’exhibition se déroule.

Merci de penser à nous signaler tous spectacles avec animaux !

Et nous vous laissons réagir à l’aide du formulaire ci-dessous :

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Madame, Monsieur,

Je viens de découvrir ce qui est organisé dans le cadre de la fête médiévale le 7 juin dans votre commune. Je suis encore une fois consterné de constater la présence de l'ours Valentin qui sera exhibé lors de cette manifestation ainsi que des rapaces.

Je suis opposé à l'exploitation indigne des animaux dans des exhibitions où il est souvent demandé aux animaux d'exécuter des tours contre nature.

Je suis loin d’être convaincu, comme le vendent ceux qui proposent ce type de spectacle, par le côté éducatif de ces présentation où les animaux ne sont pas observés tels qu’ils le seraient dans leur milieu naturel.

Toute démonstration d’animaux, même si cela n’est pas visible, entraîne de la part des dresseurs contraintes, brimades même s’ils s’en défendent.

Les animaux subissent le stress du transport - souvent long - et ne supportent ni la présence du public ni les bruits ambiants (applaudissements, musique, etc …).

J'attire votre attention sur l'aspect sécuritaire qui est du ressort des organisateurs, notamment en présence d’animaux sauvages dont le comportement dû au stress ou au bruit peut-être imprévisible et dangereux pour les spectateurs. Malheureusement de nombreux accidents ont lieu régulièrement.

En tant que défenseur des animaux et sympathisants d'AVES FRANCE, je vous demande de renoncer à ce type de spectacle où les animaux sont exploités pour notre simple plaisir, sans tenir compte de leurs besoins naturels.

Cordialement

Recopiez le texte ici :

Merci de recopier le champ de sécurité suivant : captcha

 

 

Le Ripoublicain Lorrain continue de servir la soupe au TigerWorld d’Amnéville

Hier, lundi 1er juin 2015 à 16h41, nous avons reçu un message d’une « journaliste » – permettez les guillemets – du « Républicain » Lorrain, nous demandant de la rappeler dans l’heure, car un article allait être publié dans l’édition du lendemain au sujet de l’annulation du happening contre TigerWorld. 

  

Pour rappel, AVES France et Code animal ont lancé une action depuis déjà de longs mois contre ce spectacle de dressage de tigres et, forts de 40.000 soutiens, obtenu une inspection du zoo par l’EAZA dans les jours à venir. 

269Life a décidé d’organiser un happening devant le zoo. Programmé pour le samedi 6 juin, des centaines de militants s’étaient engagés à s’y rendre. Mais le Préfet en a décidé autrement en interdisant que la manifestation, statique et pacifique, ne se tienne à moins de 4 kilomètres du zoo. On commencerait presque à se demander si l’on a encore, en France et en 2015, le droit d’exprimer une opinion si celle-ci va à l’encontre d’une entreprise qui brasse des millions d’euros… 14 millions en 2011 ! A ce niveau là, on a bien droit à une protection rapprochée et à une publicité pleine page dans les torchons locaux. 

Mais revenons-en aux méthodes du Ripoublicain Lorrain. 

Depuis le début des travaux, on ne compte plus les « articles » qui annoncent en fanfare la création de l’attraction TigerWorld. Permettez, une fois encore les guillemets, car utiliser le terme d’articles pour qualifier les publicités déguisées que le journal fait au zoo est une insulte aux vrais articles des vrais journaux écrits par de vrais journalistes. 

Donc la méthode est de décider en conférence de rédaction qu’on va faire un nouvel article promotionnel sur le zoo d’Amneville, mais il faut changer d’angle pour ne pas que ce soit trop perçu par le lecteur comme de la publicité. Pensez-vous… Donc, une heure avant la clôture, on demande en urgence une réaction aux gens concernés. Enfin, presque, puisque pour parler d’une action 269Life ils ont envoyé un message à AVES France. Gros travail journalistique. Mais de toute façon, la messe était déjà dite. Le pseudo article était déjà écrit, sur un ton d’un mépris pour les défenseurs de la cause animale que je n’avais encore jamais rencontré auparavant. On y retrouve tous les clichés : « parisiens », refusant les « bêtes en cage » ou que « l’homme se prête à une consommation de viandes, poissons et autre nourriture provenant du règne animal ». Mieux encore, les membres de 269Life se sont « autoproclamés défenseurs de la cause animale ». Par contre, TigerWorld est qualifiée d' »animation d’envergure ». 

J’entends souvent dire qu’il faut soutenir la presse locale. Je comprends ceux qui le font. Mais de grâce, ne lisez pas cette merde, tout juste bonne à allumer le barbecue pour faire griller nos saucisses de tofu. 

L’article en question : http://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-metz-agglo-et-orne/2015/06/02/zoo-le-happening-des-anti-annule

  

Agissons pour sauver la planète de Tim Flannery

eho-flannery3n

Sous ce titre un peu vague se cache une pépite, un ouvrage de vulgarisation sur le changement climatique, écrit dans un langage clair et illustré de nombreux exemples.

Pour ceux et celles qui ont parfois du mal à digérer les rapports synthétiques du GIEC, et qui doivent rafraîchir quotidiennement leurs connaissances en sciences, nul doute que le livre de Tim Flannery, paléontologue de son état, qui milite activement pour le climat depuis de nombreuses années, comblera des lacunes et répondra à maintes questions.

Dans son pays natal, l’Australie, l’industrie minière est toute-puissante et le gouvernement fait la sourde oreille dès qu’il s’agit de prendre des mesures. Autant dire que ce scientifique sait de quoi il parle.

Vous apprendrez que l’océan indien est celui qui se réchauffe le plus rapidement, que dans le centre de l’Australie on a enregistré une hausse de 3°C au cours du XXème siècle, que les ouragans et tempêtes sont de plus en plus violents et fréquents, que l’Ouest des USA est en train de crever de soif. Toutes les zones de notre planète sont pas impactées de la même façon. En Inde par exemple, tous les états ne sont pas logés à la même enseigne. L’auteur explique donc que l’humanité, comme les animaux, vont connaître des mouvements migratoires forcés.

Notre futur est bien sombre, les scientifiques s’accordent tous sur trois scénarii : la disparition du gulf stream, celle des forêts pluviales amazoniennes et la libération explosive du méthane à partir du sous-sol marin. Pour Flannery et beaucoup d’autres, c’est l’action de l’homme qui est responsable de ce bouleversement climatique. Beaucoup de gens veulent minimiser ce constat ou même le nier, à grands renforts de diagrammes savants et de données biaisées. Et pendant que le temps s’écoule inexorablement, que les querelles stériles et contre-vérités freinent toute initiative en faveur d’un changement de comportement, notre planète continue de sombrer et nous avec.

Les arguments scientifiques de Flannery sont pourtant imparables, car ses constats reposent soit sur des situations passées et donc aisément vérifiables (un exemple au hasard, la sécheresse au Sahel) ou bien sur des modélisations dûment validées par la communauté scientifique, quand ce ne sont pas des cas concrets comme l’agonie du récif corallien que nous vivons en direct live !!

Mis à part quelques réserves sur les barrages et le nucléaire qui sont loin, pour moi, de représenter des solutions alternatives, je suis d’accord avec les propos de l’auteur : certaines pistes proposées pour réduire notre empreinte et influer sur le climat sont à la portée de tout le monde. Les solutions écologiques sont parfois toutes simples et faciles à mettre en oeuvre (circuler davantage à vélo, privilégier le train ou le covoiturage…). L’auteur suggère également d’opter pour un véhicule hybride, de poser chez soi des panneaux photovoltaïques, etc. Pas toujours possible pour ceux qui gagnent le SMIG. Ceci dit, sans nécessairement débourser de grosses sommes, il y a bien des actions quotidiennes que nous pouvons faire pour améliorer la santé de la planète, qu’on se le dise !