Aidez-nous à sauver El Anaconda !

Clic Animaux s’associe une nouvelle fois à AVES France et vient de lancer une collecte pour nous aider à financer l’agrandissement de l’enclos de El Anaconda.

L’opération lancée par Clic-Animaux  est terminée, mais vous pouvez continuer à soutenir le refuge Amazoonico directement sur notre page de collecte avec Hello-Association !

Il est difficile de collecter de l’argent pour les reptiles ; ils ont d’autant plus besoin de nous !


EL ANACONDA a été trouvé il y a 7 ans à Tena, la plus grande ville de la région Napo en Equateur. Il était étendu sur une route. On suppose qu’il a été jeté là par son ancien détenteur. Soit l’anaconda devenait trop encombrant pour lui, soit il avait été dénoncé et voulait s’en débarrasser avant qu’on ne le trouve chez lui.

A son arrivée au refuge d’Amazoonico, l’anaconda était jeune puisqu’il ne mesurait que 1,70 mètre. Il était malheureusement blessé et déjà dépourvu de ses sens. Il ne sait pas chasser et ne peut donc pas être remis en liberté, car il mourrait rapidement. C’est pour cela qu’un enclos lui a été construit. Aujourd’hui, EL ANACONDA mesure 2,98 mètres et pèse 11 kg. La cage qui lui était dédiée jusqu’à maintenant est devenue trop petite.

De façon générale, il est difficile de connaitre l’histoire précise des animaux accueillis par Amazoonico. Parfois, les détenteurs sont coopératifs et se livrent, comme ils peuvent aussi être très fermés et refusent ou mentent aux forces de l’ordre qui saisissent les animaux.

Amazoonico est un refuge et un centre de réhabilitation d’animaux sauvages. Il se situe en Equateur dans la région du Napo, plus précisément le long du fleuve Arajuno, dans une zone protégée par le projet de conservation de la forêt tropicale : Selva Viva, un territoire de 1 700 hectares visant à sauvegarder les zones encore existantes de forêt primaire.

Amazoonico recueille des animaux saisis par les forces de l’ordre sur les marchés illégaux, de jeunes orphelins apportés par des chasseurs et parfois même des propriétaires dépassés, ne sachant plus s’occuper des animaux sauvages qu’ils ont tenté de domestiquer.

Après les premiers soins, la priorité est d’analyser le comportement et la santé psychique de chaque animal afin de les introduire dans des projets de réhabilitation. Lorsque l’animal est trop habitué à la présence humaine, il est malheureusement difficile de le relâcher.

Les animaux recueillis souffrent de malnutrition et de parasites. Près du quart des animaux rescapés meurent avant même d’arriver au centre ou au cours des premiers jours de leur séjour. Un autre quart peut être réintroduit dans la forêt protégée Selva Viva lorsqu’ils semblent assez forts et prêts à réintégrer la vie sauvage. Les autres deviennent résidents permanents d’Amazoonico où ils demeurent libres, en semi-liberté ou en enclos afin d’assurer leur sécurité. Ces derniers sont construits en intégrant les éléments de la nature afin que les animaux vivent dans un confort de vie semblable au milieu d’où ils viennent. Parmi eux : primates, félins, volatiles, reptiles, etc.

Bien qu’Amazoonico soit reconnu par l’Etat équatorien comme un centre de sauvetage des animaux sauvages, il ne reçoit aucune aide financière de leur part. Le centre vit grâce aux donations et aux visites de touristes qui séjournent au Liana Lodge ou à Runa Huasi, deux projets hôteliers de Selva Viva.

Une équipe professionnelle réside sur place : biologiste, vétérinaire, chefs de projet, et Remigio, un des fondateurs d’Amazoonico. Ils sont soutenus par des volontaires motivés et passionnés qui viennent travailler pour un minimum de deux mois (certains séjours durent plus longtemps, jusqu’à un an).

Les animaux sont nombreux à ne pas retrouver les instincts nécessaires pour survivre dans la forêt, souvent dû à de trop longues captivités.

Le projet Boa consiste à une extension de l’enclos actuel de l’anaconda afin d’améliorer les conditions de vie de ce dernier et pouvoir y introduire 5 spécimens de boas constricteurs qui ont été confiés à Amazoonico et qui, malheureusement, ne peuvent être réintroduits.

Avoir un serpent chez soi est « une mode ». Malheureusement, nombre d’entre eux sont relâchés…

Les forces de l’ordre font de plus en plus de saisies de ces reptiles, bien souvent en très mauvaise santé. Contrairement aux idées reçus, ce sont les hommes qui s’attaquent aux serpents comme EL ANACONDA !

Pour leur plaisir personnel, pour leur chair, ou pour leur peau, très convoitée également. Bien souvent, les reptiles captifs sont drogués et enfermés dans de petites boîtes sombres où leurs sens s’amenuisent au fur et à mesure, jusqu’à disparaître. Souvent, leurs crocs sont sciés…

Anacondas et les boas : des espèces menacées à protéger

L’anaconda et le boa sont des figures emblématiques d’Amazonie. Il sont impressionnants et effrayants. A cause des mythes et des peurs qu’ils véhiculent, ils ont toujours été l’objet de tous les trafics.

Ces reptiles s’attaquent très rarement à l’homme. Par contre, l’homme, lui, s’attaque beaucoup plus souvent à eux. En effet, du fait de leur popularité, leur peau est très convoité et ils sont tellement chassés par l’homme qu’ils sont aujourd’hui menacés de disparition. Ils sont désormais des espèces protégées, classées à l’annexe II de la convention des espèces menacées (CITES). En Equateur la capture et le commerce sont interdits. En théorie !

Il n’y a pas que leurs peaux qui sont convoitées ! La chair est comestible et on utilise les reptiles pour certains remèdes traditionnels.

Ils sont aussi devenus l’objet d’attractions touristiques. Avec l’arrivée croissante du tourisme en Equateur, on a vu croître les propositions de photos où l’on dépose le reptile sur les épaules du visiteur, en échange de quelques dollars. C’est aujourd’hui très commun. Dans les villages les plus touristiques, on peut voir plusieurs familles détenir des reptiles dans un seul village !

Les conditions de détention sont inacceptables et causent de graves séquelles aux reptiles. Pour qu’ils soient complètement inoffensifs, ils sont drogués et enfermés dans de petites boites sombres où leurs sens s’amenuisent au fur et à mesure, jusqu’à disparaitre dans le pire des cas. Souvent, leurs crocs sont sciés. C’est dans ce type de « commerce » que les anacondas et boas sont le plus maltraités alors que pour le commerce du cuir, l’animal doit être intact, la moindre blessure faisant baisser le prix d’achat du serpent.

Les serpents recueillis dans le refuge d’Amazoonico reçoivent les soins nécessaires mais ne disposent pas encore d’enceinte appropriée à leurs besoins. Le nouvel enclos sera aussi doté d’un bassin et mesurera 6x6x5 mètres.

AVES France fait appel à vous pour lui offrir cet enclos !

Vos dons et Appels du Coeur permettront de participer au financement de l’extension de l’enclos de l’anaconda.

Projet Boa

Le projet Boa consiste en une extension de l’enclos actuel de l’anaconda afin d’améliorer les conditions de vie de ce dernier et pouvoir y introduire 5 spécimens de boas constricteurs qui ont été confiés au refuge Amazoonico et qui, malheureusement, ne peuvent être réintroduits.

Les forces de l’ordre font de plus en plus de saisies de ces reptiles, bien souvent en très mauvaise santé. Les boas reçoivent les soins nécessaires, mais ne disposent pas encore d’une enceinte appropriée à leurs besoins.

Le nouvel enclos sera aussi doté d’un bassin et mesurera  6x6x5 mètres.

enclos boa

Tout cela à un coût et sa valeur estimée est de 4500 $ US.

Vous pouvez nous aider à construire cet espace boa/anaconda, en effectuant un don de la valeur de votre choix, avec réduction fiscale, sur cette page : http://www.helloasso.com/associations/aves-france/collectes/amazoonico