EVENEMENT

Colloque à l'assemblée nationale contre l'exploitation des animaux sauvages dans les spectacles !

Le 12 novembre 2018 !

AVES France est une association de protection des espèces menacées, spécialisée sur la cohabitation avec les grands prédateurs (ours, loup), la lutte contre les spectacles de montreurs d'ours (ours Valentin de Frédéric Chesneau de la compagnie Atchaka, ours Micha des Poliakov, ourse Kilian de Sylvie Pujol de la compagnie Aïtawak, ourse Tima de Pavel Vyakin...), ainsi que sur la défense de l'environnement, de la nature et de la faune sauvage mal aimée (blaireau, renard, corvidés...).

Fondée en 2005 par Christophe CORET et Sylvie CARDONA, AVES France est une petite structure animée par une poignée de bénévoles passionnés qui se démènent pour agir efficacement malgré le manque de moyens humains et financiers. Chez nous, il n'y a aucun salarié. C'est pourquoi chaque nouvel adhérent, chaque donateur, chaque bénévole compte. Vous pouvez adhérer à partir de 0,85€ par mois et l'adhésion vous donne la possibilité de consulter notre revue "A un poil d'ours" en ligne. Rejoignez-nous ! Votre soutien est essentiel ! (*chiffres pour l'année 2017).

En savoir plus sur l'association : 
https://www.aves.asso.fr/association-aves-france/

Abonnez-vous à notre newsletter

La coalition Ours Polaire 2012 réclame le classement de l’ours polaire en annexe 1 de la CITES

Mme Delphine BATHO
Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie
Hôtel de Roquelaure 246 Boulevard Saint-Germain
75007 PARIS

Madame la Ministre,

Dans la perspective de la prochaine Conférence des Parties à la CITES1 qui se tiendra à Bangkok du 3 au 14 mars 2013, nous vous écrivons au nom de la « Coalition Ours Polaires 2012 » que nous avons constituée afin de solliciter le soutien de la France en faveur de la proposition d’inscription de l’ours polaire à l’annexe I de la CITES.

Cette proposition, soumise par les Etats-Unis et soutenue par la Fédération de Russie, vise à accroître le niveau de protection de l’ours polaire dont il ne subsiste plus que 20 000 à 25 000 individus à l’état sauvage – dont 15 000 au Canada – en mettant fin au commerce international de l’ours polaire et de ses parties.

Cette initiative s’appuie sur les constats suivants :


1) Les ours polaires sont gravement menacés par la perte de leur habitat due au changement climatique, ce qui provoque le déclin des populations sur la majeure partie de l’aire de répartition de l’espèce :

Le réchauffement climatique fait fondre la banquise arctique dont les ours polaires ont besoin pour se reproduire, creuser leur tanière et chasser, conduisant à un nombre plus élevé d’ours en mauvaise condition physique, à des portées plus restreintes, à un taux de survie des oursons plus faible ou encore à plus en plus d’incidents de cannibalisme et de noyades → 2/3 de la population globale de l’espèce aura disparu d’ici à 2050 selon les experts du US geological survey si des mesures urgentes de sauvegarde ne sont pas mises en œuvre.

2) Les ours polaires sont affectés par le commerce international, lequel représente la seconde menace principale à laquelle doit faire face l’espèce:

En dépit du déclin de plus de la moitié des 13 populations d’ours polaires qu’il abrite, le Canada est le seul pays de l’aire de répartition de l’espèce continuant à autoriser, chaque année, l’abattage de 600 ours polaires afin d’alimenter la chasse de subsistance, la chasse sportive mais aussi le commerce international. En effet, en 2011, les parties de 441 ours polaires ont fait l’objet de transactions commerciales internationales.

L’existence d’un marché international pour cette espèce rare, listée comme ’vulnérable’ par l’UICN, encourage une demande en expansion, laquelle s’est traduite, ces cinq dernières années, par :

  • Une hausse de 375% du nombre de peaux d’ours polaires proposées aux enchères ;
  • Le doublement du prix d’achat – tant moyen que maximal- d’une peau aux enchères ;Une augmentation significative des quotas de chasse au sein de populations déjà fragilisées en dépit d’avis scientifiquesdéfavorables.Au regard de ces éléments et compte tenu des menaces croissantes liées aux impacts du changement climatique, à l’augmentation des activités industrielles dans l’arctique, à l’exposition aux produits chimiques toxiques auxquelles les ours polaires sont confrontés, toute mortalité inutile infligée à ces animaux – telle que celle stimulée par le commerce international – devrait être stoppée immédiatement.

Sachez cependant que l’inscription de l’ours polaire à l’Annexe I de la CITES :

  • N’affectera pas le commerce domestique des ours polaires et de leurs parties ;
  • N’affectera pas la chasse de subsistance pratiquée par les peuples autochtones ;
  • N’affectera ni la pratique de la chasse sportive, ni le commerce international des trophées – En revanche, cetteinscription permettra de renforcer les procédures de contrôle encadrant l’exportation/l’importation de ces trophées en s’assurant que cette chasse a été menée de manière non préjudiciable au maintien de l’espèce.Alors que plusieurs Etats membres de l’Union européenne se sont d’ores et déjà positionnés en faveur de cette proposition, la France ne s’est, quant à elle, pas encore prononcée sur cette opportunité d’offrir à l’ours polaire le plus haut niveau de protection possible en interdisant le commerce international des peaux et des produits issus de cette espèce.Il est urgent d’œuvrer en faveur de la protection des ours polaires. C’est pourquoi la « Coalition Ours Polaires 2012 »que nous représentons, vous invite à soutenir la proposition visant à transférer l’ours polaire de l’Annexe II à l’Annexe I de la CITES et à promouvoir cette position auprès de vos homologues européens.En vous remerciant par avance de l’intérêt que vous porterez à cette question, nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’assurance de notre très haute considération.

Les membres signataires de la « Coalition Ours polaires 2012 »

Christophe Marie
Directeur du Bureau de Protection Animale
Fondation Brigitte Bardot

Charlotte Nithart
Directrice
Robin des Bois

Céline Sissler
Directrice France et Afrique francophone
IFAW

Reha Hutin
Présidente
Fondation 30 Millions d’Amis

Lamya Essemlali
Présidente
Sea Shepherd France

Franck Laval
Président
Ecologie sans Frontière

Muriel Arnal
Présidente
One Voice

Allain Bougrain Dubourg
Président
LPO (Ligue pour la Protection d des Oiseaux)

Antoine Comiti
Président
L214

Christophe Coret
Président
AVES France

Hélène Vaquier
Présidente
CRAC Europe

Pierre Athanaze
Président
ASPAS


1 CITES : Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction

AVES France parraine la clinique vétérinaire de Kalaweit

Comme nous, vous avez peut-être lu l’appel de l’association Kalaweit qui a besoin de 35.000 euros pour construire une clinique vétérinaire pour ses animaux.

L’association a besoin de locaux et de matériel pour les ours, les gibbons, loris…

-une salle pour de la petite chirurgie, toute équipée.
-une salle d’examen équipée (microscope, kit-test Hépatites, TB, centrifuges, etc)
-3 cages de contention, dont une avec accès à l’extérieur.
-2 incubateurs fixes.
-une salle d’autopsie équipée.
-une salle de garde équipée (lit, etc).
-Sanitaires.
-Installation électrique solaire complète (éclairage).
– 8 cages de quarantaines (3 x 4m)
-2 volières d’observation (12x6x6m)

Pour cela, Kalaweit recherche 100 parrains s’engageant à verser 350 euros. AVES France a bien entendu répondu à cet appel en envoyant un don de 350 euros, mais nous vous proposons de faire plus. Vos dons et adhésions (jusqu’au 16 décembre 2012) seront ainsi reversés à Kalaweit.
C’est donc le moment d’adhérer, de renouveler votre adhésion ou de faire un don !

On compte sur vous !

AVES France envoie 1500 euros pour soutenir 3 projets de protection animale

Grâce à vos dons, l’association AVES France a pu une nouvelle fois soutenir 3 projets de protection animale qui nous tenaient à coeur, qui nous semble prioritaires et en lesquels nous avons une grande confiance.

Le premier, vous le connaissez déjà, puisqu’il s’agit de l’Andean Bear Foundation qui fait du très bon travail pour la conservation des ours à lunettes en Amérique du Sud. Bubu, un ourson orphelin, mascotte de la fondation a d’ailleurs été réintroduit dans son milieu naturel en juillet 2012. AVES France, qui soutient depuis plusieurs années ce projet renouvelle sa confiance en envoyant un don de 500 euros.

 

La deuxième association ne vous sera pas non plus inconnue, puisqu’il s’agit du Bornean Sun Bear Conservation Centre, qui s’occupe des ours malais. Nous vous parlons également de ce centre de conservation depuis quelques années et nous sommes heureux de pouvoir également leur envoyer un don de 500 euros pour les aider à poursuivre leurs missions.

Peut-être ne connaissez-vous pas la troisième association. Je dois avouer que je n’en avais pas entendu parler avant que Sylvie Cardona, co-fondatrice d’AVES France ne m’en parle et prêche pour cette cause. Et elle a eu raison. Il s’agit de l’association Le Pic Vert, qui vient en aide avec un collectif d’associations à la faune sauvage menacée au Zimbabwé. Rhinocéros noir, lycaon, guépard, lion et des milliers d’éléphants ont besoin d’eau pour survivre à l’intérieur d’un parc de 14000 km2.

« C’est un magnifique sanctuaire de biodiversité pour la faune d’Afrique australe, un des plus riches d’Afrique. Au total 107 espèces de mammifères et 433 espèces d’oiseaux y sont présentes dont certaines parmi ces dernières sont endémiques des biomes régionaux. Mais pendant la saison sèche les mares naturelles du parc doivent être approvisionnées par pompage de la nappe aquifère pour abreuver les animaux. L’assèchement total des mares pendant l’année 2005 a été une tragédie au cours de laquelle des milliers d’animaux sont morts de soif. »

Le collectif propose ainsi de parrainer des mares pour qu’ils puissent installer des forages et les entretenir pour éviter les assèchements. Ce projet nous a semblé important et a également reçu la somme de 500 euros. 

Nous vous invitons à en découvrir plus sur ce site : http://michel.buenerd.pagesperso-orange.fr/Hwange/projet/Hwange_phase_2.html

Encore une fois, ces dons n’auraient pas été possibles sans votre soutien. Merci à tous !

Lettre visant à renforcer la protection internationale de l’ours polaire

Madame la Ministre,

Veuillez trouver ci-joint la lettre rédigée et co-signée par 6 organisations non gouvernementales francaises et l’organisation Humane Society International.

L’objet de cette missive est de renforcer la protection internationale de l’ours polaire et de préparer la réunion qui aura lieu lundi 12 novembre 2012 entre la Commission Européene, l’Organe de gestion et l’Autorité Scientifique de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Cette réunion aura pour but d’établir un projet de décision sur les positions de la prochaine COP16.

En vous remerciant de l’attention que vous accorderez à cette missive, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, en l’expression de nos salutations distinguées.

Manon Dene
Humane Society International
USA

Madame Delphine Batho
Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie
246 Boulevard Saint-Germain
75007 Paris, France

Jeudi 8 Novembre 2012

Lettre visant à renforcer la protection internationale de l’ours polaire

Madame la Ministre de l’Ecologie,

Les Etats-Unis ont présenté une proposition, soutenue par la Fédération de Russie, afin de donner à l’ours polaire le plus haut niveau de protection en vertu de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Cette proposition, concernant le transfert de l’espèce de l’Annexe II à l’Annexe I, sera discutée lors de la réunion de la CITES à Bangkok, en Thaïlande, en mars 2013. L’objet de cette lettre est de solliciter votre aide en veillant à ce que la France soutienne cette proposition importante.

Le réchauffement climatique est en train de détruire la banquise, habitat de l’ours polaire, à un tel rythme que sa population devrait diminuer de deux tiers d’ici à 2050. Les ours polaires ne peuvent tout simplement pas survivre sans la banquise, d’où ils chassent le phoque, leur proie principale. Alors que les températures de l’Arctique ont augmenté, l’étendue de la banquise a diminué au cours de chaque saison durant ces 12 dernières années. L’étendue de la banquise arctique (calculée par un instrument de mesure à deux dimensions) a atteint en septembre son niveau le plus bas, ayant diminué de 40,3%, passant en moyenne de 8,67million km2 pour les années 1979-2000, à 5,18 millions km2 aujourd’hui. Le mois de septembre 2012 a battu le record de l’étendue la plus réduite de la banquise. L’épaisseur moyenne de la banquise est passée de 3,64 mètres en 1980 à 1,89 mètre en 2008, orchestrant une baisse de 1,75 mètre (48,1%) sur une période de 28 ans.

Les ours polaires des régions arctiques les plus au Sud ont déjà montré des signes de stress inquiétants. Des scientifiques canadiens ont publié des documents concernant l’impact de la diminution de la banquise sur la condition physique, la reproduction et la survie des ours polaires, y compris dans l’ouest de la Baie d’Hudson, le sud de la mer de Beaufort, le détroit de Davis et la baie de Baffin.

Non seulement les ours polaires doivent faire face à la grande menace que représente le changement climatique, mais ceux-ci sont également chassés afin d’approvisionner le commerce international, avec des tapis en peau d’ours polaires par exemple. Au Canada, 600 ours polaires sont licitement tués chaque année. Les membres et produits d’en moyenne 441 de ces ours polaires en provenance du Canada sont exportés chaque année. Le Groenland a également exporté des membres et des produits d’ours polaires à des fins commerciales jusqu’en 2008, date de mise en place d’un moratoire temporaire sur les exportations. En dépit de ce moratoire, le Groenland continue d’autoriser la chasse de 130 ours polaires par an, qui pourrait à l’avenir approvisionner le commerce international. Les principaux Etats consommateurs sont les États membres de l’Union Européenne et le Japon. Fort heureusement, les trois autres pays comprenant des ours polaires (les Etats-Unis, la Norvège et la Fédération de Russie) n’autorisent pas le commerce de membres ou de produits provenant de cette espèce.

En ce qui concerne le Canada, l’état des populations d’ours polaires continue de se détériorer. En 2009, le IUCN Polar Bear Specialist Group a déclaré que 7 des 13 populations sont en déclin, trois sont stables, une est en augmentation, et qu’il n’y a pas suffisamment d’informations pour déterminer le statut des deux autres. La seule population canadienne en augmentation est celle du détroit de M’Clintock, désormais protégée après une période de chasse excessive en attendant sa reconstitution. Pour autant, l’exploitation des autres populations en déclin, surexploitées et de plus en plus réduites continue d’être autorisée au Canada, incluant les populations composées d’environs 160 animaux seulement (Viscount Melville Sound et le bassin de Kane).

En effet, selon les experts des ours polaires, la plupart des populations du Canada a été surexploitée. Les chasses non soutenables d’ours polaires ont lieu ou ont récemment eu lieu dans au moins neuf sous-populations canadiennes, dont la baie d’Hudson, la baie de Baffin, le bassin de Kane, le sud la baie d’Hudson, le golfe de Boothia, le détroit de M’Clintock, le détroit du Vicomte de Melville, la baie Norvégienne et le détroit de Lancaster.

En raison de la complexité du système canadien responsable de la gestion de la faune, même si le gouvernement central recommandait une réduction des quotas à tuer, celle-ci serait rejetée par les gouvernements locaux. Cette situation s’est récemment produite lorsque le gouvernement central du Canada et le Groupe CSE / IUCN Polar Bear Specialist Group se sont opposés à un triplement du quota de chasse concernant la population de l’ouest la baie d’Hudson : le gouvernement local du Nunavut a rejeté ces préoccupations et a augmenté le quota qui était de 8- donc déjà considéré comme non durable- à 21. Un scénario similaire s’est produit pour la baie de Baffin lorsque, après avoir approuvé un quota de chasse annuel de près de 10% de la population, le Canada a finalement admis que cette action était préjudiciable et a interrompu les exportations pour cette population. Par conséquent, même le Canada a maintenant admis que le commerce de parties et de produits issus d’ours polaire est un facteur de déclin de l’espèce.

A partir de 2008, l’Union européenne a mis en place des suspensions d’importation pour les ours polaires de la baie de Baffin et du bassin Kane, des doutes étant apparus concernant les prélèvements durables; pour les mêmes raisons, la Pologne propose actuellement de suspendre les importations de l’UE pour les sous-populations du détroit de Lancaster, de la baie d’Hudson, du sud de la baie d’Hudson et du détroit de Davis.

La demande du marché concernant les peaux d’ours polaires s’est considérablement renforcée ces dernières années. La demande accrue fait monter les prix des peaux payées aux chasseurs, mais aussi le nombre des ours polaires tués, des quotas de prélèvement et des avances consenties aux chasseurs comme une incitation à chasser. Le prix des peaux d’ours polaires vendues à Fur Harvesters Auction Inc au Canada en 2012 ont plus que doublé par rapport aux prix obtenus en 2007. Le prix maximal des peaux est passé de 6.100 US $ en 2007 à 12.514 US $ en 2012. La moyenne des prix de peaux est passé de 2.079 US $ en 2007 à 5.211 US $ en 2012. Le nombre de peaux d’ours polaires mis aux enchères au Canada a triplé entre 2007 et 2012 : en 2007, 40 peaux ont été proposées contre 150 peaux en 2012. Des prix élevés sont payés pour obtenir des peaux d’ours polaires au détail. Le prix d’une peau d’ours polaire sur les principaux marchés en Russie et en Chine peut coûter jusqu’à 100.000US $ et 63.000US $ respectivement. La pression exercée sur les ours polaires ne cesse d’augmenter en raison de la hausse des prix et de la demande croissante de peaux. En avril 2011, il a été signalé que les chasseurs du Québec ont tué 12 fois le nombre d’ours polaires habituellement collectés dans le sud de la baie d’Hudson pendant l’hiver. Un examen complet de la saison de chasse a établi que 70 individus avaient été tués, ce qui représente plus de 17 fois le nombre habituel d’animaux exécutés. Plus récemment, les trois pays qui se partagent le sud de la baie d’Hudson ont convenu d’un quota de chasse commune de 60 ours par an, quota que la plupart des scientifiques spécialistes des ours polaires estiment non durable.

Néanmoins, nous sommes conscients que certains se demandent si l’ours polaire remplit les critères biologiques adoptés par les Parties de la CITES pour pouvoir inscrire cette espèce à l’Annexe I. Le critère déclare qu’il doit y avoir une baisse marquée de la population à l’état sauvage, définie à plus 50% sur trois générations, soit 45ans pour les ours polaires. Or, il est clair que compte tenu de la dernière prédiction scientifique selon laquelle les populations d’ours polaires vont diminuer de deux tiers d’ici à 2050, le critère est rempli.

Nous devons faire tout en notre pouvoir pour s’attaquer aux facteurs qui menacent la survie des ours polaires. Cela comprend l’élimination du commerce international de cette espèce en inscrivant l’ours polaire à l’Annexe I de la CITES. Poursuivre le commerce international de l’ours polaire est une menace importante qui aggravera les effets dévastateurs engendrés par le changement climatique. Interdire le commerce international de l’ours polaire est une mesure de conservation préventive efficace que la communauté internationale peut mettre en œuvre immédiatement, alors que la réduction de l’impact du changement climatique sur l’espèce s’étendra sur de nombreuses décennies.

Nous vous incitons donc à soutenir la proposition américaine de transférer l’ours polaire à l’Annexe I.

En vous remerciant de votre attention, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, en l’expression de nos salutations distinguées.

Christophe Marie – Fondation Brigitte Bardot
Christophe Coret – Association AVES France
Charlotte Nithart – Robin des Bois
Reha Hutin – Fondation 30 millions d’amis
Lamya Essemlali – Sea Shepherd France
Muriel Arnal – One Voice

Pétition : Pour une amélioration des conditions de vie des animaux dans les zoos

AVES France (www.aves.asso.fr) et l’ENDCAP (www.endcaptivity.org) sont à l’initiative de cette pétition visant à faire respecter la Directive Européenne 1999/22/CE concernant les conditions de détention des animaux dans les zoos. Plusieurs études réalisées par le monde associatif ont démontré que de nombreux zoos ne respectent pas la directive et nous demandons des actions correctives afin que ces établissements puissent satisfaire aux besoins spécifiques des espèces qu’ils accueillent.

Signez la pétition sur : http://www.avaaz.org/

Texte de la pétition : (english version  below)

Avant même un nécessaire débat quant au bien fondé des zoos, les signataires demandent à ce que les textes européens et nationaux soient clarifiés et harmonisés afin de ne plus permettre les dérives constatés dans de nombreux établissements. Notamment des normes minimales de détention devraient être établies par espèce.

Les signataires de ce texte demandent que les zoos ne respectant pas la Directive Européenne 1999/22/CE ne soient plus autorisés à reproduire leurs animaux, à les remplacer ou à en acquérir de nouveaux avant que des actions correctives aient été entreprises, notamment pour satisfaire aux besoins spécifiques des espèces.

Pour signer la pétition : http://www.avaaz.org/fr/petition/Pour_une_amelioration_des_conditions_de_vie_des_animaux_dans_les_zoos/?csZvLab

 Associations : Pour rejoindre le mouvement, contactez-nous !

 

For the improvement of living conditions of animals in zoos

Even before a necessary debate regarding the legitimacy of zoos, the signatories are demanding that the European and national laws be clarified and harmonized so that the drifts observed in many establishments are no longer aloud. In particular, minimal norms for detention should be established for each species.

The signers of the document are demanding that zoos who do not respect the European directive 1999/22/CE would no longer be authorized to breed, to replace them or obtain new ones before
that corrective measures be put in place, including meeting the requirements of each individual species.