8 bénévoles

et 0 salarié. Envie d'agir ?

Rejoignez notre équipe.

AVES France est une petite structure animée par une poignée de bénévoles passionnés qui se démènent pour agir efficacement malgré le manque de moyens humains et financiers. Chez nous, il n'y a aucun salarié. C'est pourquoi chaque nouvel adhérent, chaque donateur, chaque bénévole compte. Aidez-nous à grandir en soutenant nos actions. Rejoignez-nous ! Votre soutien est essentiel ! (*entre le 1er janvier 2017 et le 2 mars 2017).


 

Solidarité

Cette année, nous avons soutenu des projets à hauteur de 5000€*

Nos campagnes...

Adhésion

Seulement 103 adhérents à jour* ! Vite, adhérez !

via HelloAsso

Faire un don

Soutenez nos actions (don déductible des impôts). 878,93€ collectés*

via HelloAsso

Contacts

Vous avez des questions ou des suggestions ?

Contactez-nous !

Boutique

Bracelets Bearz, porte-clefs, livres... aidez-nous via la boutique en ligne !

www.bearz.org

Recherche bénévoles (désespérément)

Chaque année à l’approche de l’assemblée générale, la toute petite équipe qui anime AVES France se pose la même question : avons-nous encore la force de continuer ou jetons-nous l’éponge. On nous demande beaucoup, de nombreux dossiers sont verrouillés politiquement et seules nos quelques petites victoires arrivent à nous convaincre que nous avons une utilité dans le paysage associatif français.

Pourtant, nous sommes trop peu nombreux. Nous portons l’association à bout de bras. Nous n’avons pas de salariés. Nous sommes tous bénévoles. Mais sans être avares du temps que nous consacrons à l’association, nous ne pouvons pas avec la minuscule équipe actuelle être aussi efficaces que nous le souhaiterions. Pour gagner en efficacité, nous devons d’urgence trouver de nouveaux bénévoles motivés, des bénévoles qui ne sont pas déjà saturés de travail par leur engagement auprès d’autres structures.

Il nous faut de nouveaux bénévoles pour :

  • créer un maillage sur le territoire français et pouvoir nous mobiliser lorsque cela est nécessaire (montreur d’ours signalé, atteinte à la nature ou à la faune sauvage…)
  • relancer des cycles de conférences et nos expositions sur le loup, l’ours, la naturalité, l’ours polaire et l’Arctique.
  • améliorer notre système de veille afin de dénoncer tous les futurs spectacles de montreurs d’ours.
  • améliorer encore, même si Philippe fait un superbe travail, notre site sur les Consultations publiques afin de lutter contre la chasse (notamment aux loups, renards, blaireaux, corvidés…).
  • tenir des stands et organiser des évènements, comme la Journée Mondiale pour les Ours, le 21 février 2017.
  • faire du lobbying auprès des élus, notamment contre l’utilisation des animaux sauvages pour des évènements récréatifs et pour améliorer la cohabitation avec les grands prédateurs.
  • déposer des plaintes lorsque la nature ou la faune sauvage est attaquée.

Pour cela, il faut des compétences diverses et surtout des bénévoles motivés et disponibles. Aussi, si vous souhaitez nous rejoindre, je vous invite à remplir le formulaire ci-dessous :

100 loups tués pour rien !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 9 novembre 2016

Avec le tir d’une louve ce lundi 7 novembre dans les Alpes-de-Haute-Provence, le nombre de 100 loups abattus « légalement » en France depuis le retour de l’espèce vient d’être franchi. Comment est-on passé en quelques années d’une protection à une véritable chasse aux loups digne du 19e siècle ?

Le loup est une espèce classée protégée en France depuis son retour naturel en 1992-1993, et strictement protégée en Europe. Toutefois en cas de prédation sur le bétail, des tirs peuvent être autorisés par les pays membres comme mesure dérogatoire exceptionnelle « lorsque tous les autres moyens ont été tentés pour l’éviter ». Mais en France, depuis le premier abattage ordonné en 2004, les tirs de loups sont peu à peu devenus la norme et sont ordonnés massivement, en infraction avec les textes européens (Convention de Berne et Directive Habitat Faune Flore). Désormais, notre pays abat officiellement chaque année 12 à 15% de sa population de loups (estimée en 2016 à 292 ± 78 individus).

L’État mène cette chasse aux loups pour tenter d’obtenir une paix sociale : d’un côté, la protection réglementaire de l’espèce permet aux éleveurs de bénéficier de subventions spécifiques et d’indemnisations ; de l’autre, des tirs massifs ont pour but de contenter les éleveurs mais aussi les chasseurs. Pourtant, ces tirs n’ont jamais rien solutionné pour l’élevage. La prédation sur le bétail continue, et pour cause : beaucoup de troupeaux ne sont pas correctement protégés, car les éleveurs ne sont pas assez incités à le faire.

Des solutions existent. Mais l’État, soumis aux lobbies des éleveurs et des chasseurs, refuse de les mettre en œuvre. Plutôt que d’encourager les tirs de loups, il faudrait 1/ n’indemniser les éleveurs que s’ils protègent leurs troupeaux (actuellement, les éleveurs sont indemnisés systématiquement quelles que soient leurs pratiques), 2/ vérifier le bon usage des subventions pour la protection du bétail (actuellement, l’État ne vérifie pas si les clôtures ou les chiens de protection subventionnés sont bien mis en place et efficaces), 3/ développer la recherche pour améliorer les méthodes de protection non létales (actuellement, aucune recherche n’est faite alors que l’État dépense de l’argent pour tuer des loups).

Aucun gouvernement, depuis des années, n’a eu le courage politique de prendre de telles mesures de bon sens. Elles sont pourtant le préalable à une cohabitation pérenne entre les loups et les activités humaines. Le retour des loups est une chance pour la biodiversité et pourrait l’être aussi pour l’économie rurale, en développant l’écotourisme. Encore faudrait-il que l’État veuille apprendre à vivre avec les loups, plutôt que les pourchasser.

Les associations de CAP Loup

loup_eric-belleau_alpes-de-haute-provence_fevrier-2015

Euphorie ? Amiens et Compiègne accueillent pour Noël un cirque exploitant un ours et des éléphants

La société Impérial Show propose, en toute modestie, ce qu’elle qualifie comme « Le Plus Prestigieux des Spectacles de Noël à vivre en famille ». Pourtant, vous êtes nombreux à refuser d’emmener vos enfants voir des cirques qui exploitent des animaux, comme ce sera le cas du 26 novembre au 4 décembre 2016 à Amiens et du 10 au 18 décembre 2016 à Compiègne.

Ce cirque met en scène une dizaine d’animaux : watusis, lamas, chevaux, chameaux, chiens et même l’ourse TIMA et 5 éléphants ! Avant d’acheter vos tickets, pensez bien au calvaire que vivent ces animaux dans les cirques, et demandez-vous quel dressage ils ont subi pour répondre aux exigences de leur dresseur.

Je vous invite à écrire cordialement à la Société Impérial Show (michel@imperialshow.fr) afin de lui expliquer pourquoi vous refusez de vous rendre dans les cirques avec animaux. Vous pourrez également contacter la mairie d’Amiens et celle de Compiègne pour leur faire part de votre désapprobation, et mettre en copie les DDPP de l’Oise et de la Somme pour leur demander d’effectuer un contrôle vétérinaire avant les représentations, afin qu’ils s’assurent que les animaux ne manquent de rien. En utilisant le formulaire ci-dessous, vos emails seront envoyés à : courrier@mairie-compiegne.frmaire-amiens@amiens-metropole.comddpp@somme.gouv.frddpp@oise.gouv.fr.

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Madame le Maire de la ville d'Amiens,
Monsieur le Maire de la ville de Compiègne,
Mesdames et messieurs les agents de la DDPP de l'Oise et de la Somme,

Je viens de découvrir le programme du Cirque de Noël proposé par la société Imperial Show qui se tiendra dans vos villes respectives fin novembre et pendant le mois de décembre.

Par ce message, je tiens à vous faire part de mon mécontentement de voir qu’alors que de nombreuses villes prennent désormais en compte la souffrance des animaux de cirques, AMIENS et COMPIEGNE continuent d’inviter sur leur territoire des cirques avec animaux. Pourtant les mentalités changent et le public est de plus en plus nombreux à aimer le cirque, mais à ne plus cautionner l’exploitation animale. Derrière les paillettes, il y a des années de dressage, particulièrement difficiles, pour amener les animaux à reproduire des tours contre nature. Il est bien entendu hors de question que j'emmène ma famille assister à ce spectacle.

Les cas de l’ourse Tima du dresseur Pavel Vyakin et des éléphants de la GARTNER FAMILY me soucient particulièrement et j’apprécierais que les agents de la DDPP acceptent de contrôler ces dresseurs et puissent vérifier l’état de santé des animaux avant leurs prestations. De récentes images tournées par des militants du Nord de la France montrent que Tima présente des signe de stress, balançant sa tête inlassablement.

J’espère qu’un jour ces spectacles d’un autre âge seront interdits. En attendant, je ne peux que vous inviter à réfléchir sur ce qu’ont enduré les animaux sauvages pour réussir à reproduire les tours imposés par leurs dresseurs et je vous demande d'annuler cet évènement. Rejoignez donc la liste des villes qui ont pris un arrêté contre les cirques avec animaux. Je vous invite également à consulter notre site dédié aux spectacles de montreurs d’ours : www.montreurdours.aves.asso.fr

Cordialement,

Recopiez le texte ici :

Prouvez que vous n'êtes pas un robot :


Vous pouvez également demander aux mairies sur Twitter de prendre un arrêté contre les cirques avec animaux : @mairiecompiegne @AmiensMetropole


Enfin, nous vous invitons à rejoindre le mouvement citoyen qui se réunira le 26 Novembre à 13h45 devant Mégacité à Amiens pour un tractage et une sensibilisation du public avec des affiches. Merci de vous porter volontaires pour cette action sur cette page : https://www.facebook.com/events/1169827786458448/


 

Projet de loi montagne et amendements anti-loups : protestons !

0344ce34b092c8e37cc85e4c809d52

Un certain nombre de députés ont, à l’occasion des débats portant sur le projet de loi « montagne » ont adopté des amendements, pour la plupart défavorables à la faune sauvage. Cela concerne aussi bien l’ours, le campagnol que les bouquetins du massif de Bargy. Et puis bien sûr, le loup. En lisant ces débats, vous y apprendrez que le loup « prolifère », « pullule » et qu’il est même « invasif ».  Et que, par conséquent, pour sauver l’élevage français, il faut réguler davantage canis lupus, et même le déclasser. Une espèce qui « prolifère » n’est plus à protéger ! (sic). Rappelons à ces élus que le loup est bien une espèce protégée !

Nous vous invitons donc à protester, le plus courtoisement possible, auprès des députés contre l’adoption de ces amendements. Voici plus précisément la liste des députés hostiles aux loups :

Pierre Morel A L’huissier (Lozère)

Arnaud Viala (Aveyron)

Annie Genevard (Doubs)

Jeannine Dubié (Hautes-Pyrénées)

Jean-Pierre Vigier (Haute-Loire)

Laurent Wauquiez (Haute-Loire)

Bernard Accoyer (Haute-Savoie)

Karine Berger (Hautes- Alpes)

Charles-Ange Ginesy (Alpes-Maritimes)

Philippe Folliot (Tarn)

Nous vous demandons de protester auprès de ces députés de manière personnalisée, en vous inspirant des arguments tirés de la brochure de Cap Loup ou disponibles sur le site.

Il suffit de leur adresser un courrier à l’assemblée nationale ou un mail.

pmorelalhuissier@assemblee-nationale.fr, aviala@assemblee-nationale.fr, contact@arnaudviala.fr, contact@pierre-morel.fr, annie.genevard@gmail.com, jdubie@assemblee-nationale.fr, secretariat@jeaninedubie.fr, jpvigier.permanence@orange.fr, jpvigier@assemblee-nationale.fr, laurent@wauquiez.net, lwauquiez@assemblee-nationale.fr, bernard.accoyer@wanadoo.fr, baccoyer@assemblee-nationale.fr, karine.berger@m4x.org, kberger@assemblee-nationale.fr, cginesy@assemblee-nationale.fr, contact@philippe-folliot.fr, pfolliot@assemblee-nationale.fr

Qui est le loup ? Conférence-débat à Vichy

Les associations Le CHANT (Allier) et le bureau local Nièvre d’Aves France, (toutes deux membres du réseau CAP LOUP) vous invitent à découvrir le loup, à travers un diaporama consacré à sa biologie et deux petits films, à Vichy dans l’Allier le samedi 29 octobre 2016 à 17h00, à La Galerie Esplanade Napoléon III. L’entrée est gratuite. :

sans-titre

NEWSLETTER : ABONNEZ-VOUS !

COLLECTIFS ASSOCIATIFS :

AVES France participe aux collectifs :
- "Non aux chasseurs dans les écoles !"
- Collectif contre les spectacles de montreurs d'ours
- Collectif CAP Loup
- Collectif du 21 Septembre contre la chasse et le piégeage

Nos partenaires :

One percent for the planetlush

google-grants

TURNKEY

jardinsgaia
Axess'in : Contrôle & Protection HelloAsso clicanimaux