Amazoonico a besoin de renfort sur place !

En ce moment, Amazoonico vit des moments difficiles et a besoin de renfort dans l’équipe travaillant au refuge !

Avez-vous déjà songé allier voyage et bénévolat ?! 🙂

Le centre ne pourrait exister sans l’aide précieuse des volontaires. Lors de votre séjour en Equateur, vous pouvez effectuer un service de bénévolat à AmaZOOnico.

Il s’agit d’être soigneur animalier et d’assister l’équipe présente sur place à l’année. Vous contribuez au confort des résidents d’AmaZOOnico (Alimentation, soin, divertissement, nettoyage des enclos, …). Toutefois, il ne s’agit pas de faire du baby-sitting, pour le bien-être psychologique des animaux il est préférable de ne pas nouer de contacts avec eux. On ne leur parle pas, on ne les touche pas, sauf en cas de nécessité.

Pour être volontaire à Amazoonico, il n’est pas nécessaire d’avoir des qualifications dans le domaine vétérinaire (même si cela peut nous aider), seulement une bonne santé physique et une forte envie d’aider la nature.

Au refuge, nous avons deux activités principales:

  1. Le soin des animaux :Chaque animal qui vit à Amazoonico demeure dans un enclos adapté à ses moeurs naturelles. Ce lieu se nettoie quotidiennement afin de le maintenir en bon état.

    Chaque animal a un régime alimentaire spécifique dont nous nous chargeons. Nous leur offrons une attention médicale lorsque c’est nécessaire et nous mettons en place des méthodes attractives (recherche des aliments, jeux, …) pour faire de son séjour une expérience intéressante qui lui sera bénéfique sur le long terme.

  2. Tourisme éducatif :

    Beaucoup de touristes visitent le refuge. Nous leur proposons un parcours guidé. Une opportunité parfaite pour leur expliquer le rôle du refuge et la façon dont ils peuvent contribuer à la conservation de la forêt. La visite des touristes est notre source la plus importante de revenus qui nous permet de faire vivre nos projets.

  3. Différents travaux :

    Autres tâches… la plantation d’arbres, l’organisation du refuge et de la nourriture, le recyclage, quelques constructions et réparations ainsi que toute activité qui apportera une amélioration au centre et à ses occupants.

La durée minimum de votre séjour à Amazoonico est de 6 semaines. En entrant en Equateur, vous recevez un visa touriste de 3 mois qui peut être étendu à 6 mois. Pour rester plus longtemps, Il faudra obtenir un autre visa auprès du consulat équatorien le plus proche de chez vous.

Mensuellement, il faut prévoir un coût de 250 dollars qui couvrira votre alimentation et logement à la maison des volontaires.

image

Des toucans, des perroquets, des singes, des félins, des boas, des anacondas, des caïmans, un tapir, des capibaras, des kinkajous, des tortues attendent votre aide 🙂

Contactez le refuge en anglais ou espagnol : amazoonico@gmail.com

Pour plus de renseignements en français : amigosdelamazoonico@gmail.com

L’enclos des 3 ours malais s’agrandit grâce à vous !

Clic Animaux a répondu à notre appel et propose désormais à sa communauté de nous aider à collecter 1000€ supplémentaires pour aider Patrick Rouxel à créer l’enclos pour les 3 ours malais sous sa protection.

http://www.clicanimaux.com/collecte-1842-participez-au-financement-d-un-enclos-pour-3-ours-malais-

AVES France a déjà envoyé 1200 € à Patrick et espère pouvoir compter sur votre générosité pour faire plus.

Vous pouvez voir l’avancée de ce projet grâce à cette vidéo :

Offrez un enclos au cœur de la forêt à 3 ours malais

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de Patrick Rouxel. Patrick est un réalisateur de documentaires : Green, ALMA, La forêt cathédrale, Losing Tomorrow… bref, un réalisateur engagé.

Patrick Rouxel est arrivé à Kalimantan (Borneo en Indonésie) en tant que réalisateur. Il s’est épris des ours malais (ou ours des cocotiers) qu’il a croisé sur l’île.  Patrick a passé ces trois dernières années à faire tout son possible pour améliorer leur qualité de vie, en participant à la réhabilitation d’oursons et de leur réintroduction dans la nature. Aujourd’hui, Patrick a besoin de nous pour construire une maison au coeur de la forêt à trois d’entre eux : Kevin, Desi, and Hilda.

-> Faire un don pour les ours malais.

Hilda-Pat-02-Dec-2013

Desi, Kevin et Hilda sont des victimes de la déforestation et de la cupidité des hommes. Malheureusement, ils ne pourront jamais être réintroduits dans leur milieu naturel, les ours malais adultes étant trop imprégnés par leur séjour auprès des hommes. C’est pourquoi Patrick s’est lancé le défi de leur offrir un havre de paix au coeur de la forêt indonésienne et que nous avons décidé de l’aider à collecter des fonds.

« Avec l’accord du Dr Birute Mary Galdikas, et du Conseil Général d’OFI (OrangOutan Foundation), j’ai commencé la construction d’un enclos boisé, d’une superficie d’environ 1 hectare sur les terres d’OFI à côte du Centre de Soin. Dans cet enclos, les trois ours pourront creuser, gratter, jouer, courir, grimper aux arbres et y faire des siestes. Leur qualité de vie sera beaucoup mieux qu’elle ne l’est aujourd’hui. Je suis actuellement sur place, je supervise les travaux et gère les dépenses, mais je ne peux pas couvrir l’ensemble des coûts avec mes économies personnelles. J’ai besoin de vous, avec une contribution financière pour pouvoir aboutir ce projet. « 

Desi, Kevin et Hildegarde ont tous les trois des destins tragiques. Ils ont été arrachés à leur mère très jeune, comme le sont de trop nombreux ours malais. Ils ne survivraient pas à une réintroduction dans la nature, ils n’ont plus les armes pour affronter cette épreuve et c’est pourquoi nous devons leur offrir un grand enclos dans lequel ils pourront s’épanouir.

20140316-142413.jpgDesi – femelle, + de 15 ans
Desi a été enfermée au Zoo de Pangkalan Bun, seule dans une fosse bétonnée sale pendant de nombreuses années.Sa patte avant a été cassée et tourne vers l’intérieur. Elle aurait été battue avec des planches quand elle a été recapturée après s’être enfuie de sa fosse. Elle est sous la protection d’OFI depuis 6 ans.

20140316-142341.jpgKevin – mâle, 4 ans
Kevin a été confisqué alors qu’il n’était encore qu’un ourson. Il est aujourd’hui un ours en pleine forme. Il vit avec Desi et Hilda et a un grand besoin d’espace et de forêt pour s’épanouir.

 

20140316-142350.jpgHildegarde – femelle, 3 à 5 ans
Hilda (c’est son surnom) est arrivée à OFI en 2012. Elle a été confisquée par la police à un homme qui tentait de la vendre pour sa vésicule biliaire, grâce à l’intervention de OFI.  C’est une ourse douce et gentille. Elle a intégré la cage de Desi quelques mois plus tard et les deux ourses ont sympathisé.

-> Faire un don pour les ours malais.

[embedplusvideo height= »315″ width= »560″ editlink= »http://bit.ly/Nk00IA » standard= »http://www.youtube.com/v/Bruv3xz0hNw?fs=1″ vars= »ytid=Bruv3xz0hNw&width=560&height=315&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=¬es= » id= »ep5049″ /]

Retrouvez l’ours malais (Sun bear, ours des cocotiers, Ursus Malayanus) sur notre brochure : http://www.aves.asso.fr/materiel_pedagogique/brochure_ours/brochure_ours.html

Suivez également le projet sur le blog http://aider3ours.blogspot.fr

 

AmaZOOnico : refuge pour animaux sauvages en Équateur

par Morgane, bénévole pour Amazoonico

Amazoonico est un refuge et un centre de réhabilitation d’animaux sauvages. Il se situe en Equateur dans la région du Napo, plus précisément le long du fleuve Arajuno, dans une zone protégée par le projet de conservation de la forêt tropicale : Selva Viva, un territoire de 1 700 hectares visant à sauvegarder les zones encore existantes de forêt primaire.

Amazoonico recueille des animaux saisis par les forces de l’ordre sur les marchés illégaux, de jeunes orphelins apportés par des chasseurs, et parfois même des propriétaires dépassés, ne sachant plus s’occuper des animaux sauvages qu’ils ont tenté de domestiquer, et qui finissent par nous les apporter.

amazoonicoFaire un don : https://www.helloasso.com/associations/aves-france/collectes/amazoonico/faire-un-don

Après les premiers soins, notre priorité est d’analyser le comportement et la santé psychique de chaque individu afin de les introduire dans des projets de réhabilitation. Lorsque l’animal est trop habitué à la présence humaine, il est malheureusement difficile de le relâcher.

Les animaux recueillis souffrent de malnutrition et de parasites. Près du quart des animaux rescapés meurent avant même d’arriver au centre ou au cours des premiers jours de leur séjour. Un autre quart peut être réintroduit dans la forêt protégée Selva Viva lorsqu’ils semblent assez forts et prêts à réintégrer la vie sauvage. Les autres deviennent résidents permanents d’Amazoonico où ils demeurent libres, en semi-liberté ou en enclos afin d’assurer leur sécurité. Ces derniers sont construits en intégrant les éléments de la nature afin que les animaux vivent dans un confort de vie semblable au milieu d’où ils viennent. Parmi eux : primates, félins, volatiles, reptiles, etc…

amazoonicoFaire un don : https://www.helloasso.com/associations/aves-france/collectes/amazoonico/faire-un-don

Bien qu’Amazoonico soit reconnu par l’Etat équatorien comme un centre de sauvetage des animaux sauvages, nous ne recevons aucune aide financière de leur part. Le centre vit grâce aux donations et aux visites de touristes qui séjournent au Liana Lodge ou à Runa Huasi, deux projets hôtelier de Selva Viva.

Une partie du refuge peut être visitée. Il s’agit de présenter les animaux résidents d’AmaZOOnico, de raconter leur histoire, et sensibiliser le public aux enjeux de la déforestation et du braconnage. Nous insistons bien sur le fait qu’AmaZOOnico n’est pas un zoo, mais un refuge. Les visites nous permettent de financer l’alimentation des animaux.

Une équipe professionnelle réside sur place : biologiste, vétérinaire, chefs de projet, et Remigio, un des fondateurs d’AmaZOOnico. Ils sont soutenus par des volontaires motivés et passionnés qui viennent travailler pour un minimum de deux mois (certains séjours durent plus longtemps, jusqu’à un an !)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Le refuge compte environ 300 animaux. La majorité sont des oiseaux (aras, toucans, amazones, …).
  • Récemment il y a eu une naissance à Amazoonico. Un bébé jaguarundi. Une autre aurait été observée dans un groupe de singes araignées libérés il y a quelques temps déjà.
  • Un groupe de 5 singes laineux ont intégré un projet de réhabilitation.
  • Au refuge, tous les ocelots jouissent désormais d’une vie plus agréable, puisque nous avions 3 ocelots sur les 5 qui attendaient un enclos plus adapté à leurs moeurs. Tous vivent désormais dans des espaces larges et arborés avec une faune luxuriante. Nous avons désormais trois grands enclos, deux avec deux mâles, et un avec une femelle.

amazoonicoFaire un don : https://www.helloasso.com/associations/aves-france/collectes/amazoonico/faire-un-don

Les deux priorités actuelles d’Amazoonico sont la rénovation de la maison des volontaires et la construction d’un espace plus large pour l’anaconda, qui grandit et se sent à l’étroit.

Construite il y a une vingtaine d’année, la maison des volontaires se fragilise de jour en jour. Le bois des murs porteurs est tellement imbibé d’eau et rongé par les insectes qu’il s’enfonce lorsqu’on y pose la main. L’idée est de la rénover avant qu’elle tombe et qu’Amazoonico ne puisse être en mesure d’accueillir les volontaires. Coût 10 000 $

L’anaconda qui a trouvé refuge à l’Amazoonico est ici depuis plusieurs années. Dépourvu de ses sens il ne peut réintégrer la selva sans risque, il est donc résident permanent de l’AmaZOOnico. Et il grandit ! La cage qui lui était dédiée devient trop petite. Coût entre 5000 et 7000 $

Côté volontariat, le refuge recherche des personnes ayant de l’expérience dans les domaines de construction durables et gestion de déchets et recyclage, afin de trouver de nouvelles alternatives pour le bon fonctionnement du centre. Du volontariat de préférence sur le long terme.

AVES France parraine la clinique vétérinaire de Kalaweit

Comme nous, vous avez peut-être lu l’appel de l’association Kalaweit qui a besoin de 35.000 euros pour construire une clinique vétérinaire pour ses animaux.

L’association a besoin de locaux et de matériel pour les ours, les gibbons, loris…

-une salle pour de la petite chirurgie, toute équipée.
-une salle d’examen équipée (microscope, kit-test Hépatites, TB, centrifuges, etc)
-3 cages de contention, dont une avec accès à l’extérieur.
-2 incubateurs fixes.
-une salle d’autopsie équipée.
-une salle de garde équipée (lit, etc).
-Sanitaires.
-Installation électrique solaire complète (éclairage).
– 8 cages de quarantaines (3 x 4m)
-2 volières d’observation (12x6x6m)

Pour cela, Kalaweit recherche 100 parrains s’engageant à verser 350 euros. AVES France a bien entendu répondu à cet appel en envoyant un don de 350 euros, mais nous vous proposons de faire plus. Vos dons et adhésions (jusqu’au 16 décembre 2012) seront ainsi reversés à Kalaweit.
C’est donc le moment d’adhérer, de renouveler votre adhésion ou de faire un don !

On compte sur vous !

AVES France envoie 1500 euros pour soutenir 3 projets de protection animale

Grâce à vos dons, l’association AVES France a pu une nouvelle fois soutenir 3 projets de protection animale qui nous tenaient à coeur, qui nous semble prioritaires et en lesquels nous avons une grande confiance.

Le premier, vous le connaissez déjà, puisqu’il s’agit de l’Andean Bear Foundation qui fait du très bon travail pour la conservation des ours à lunettes en Amérique du Sud. Bubu, un ourson orphelin, mascotte de la fondation a d’ailleurs été réintroduit dans son milieu naturel en juillet 2012. AVES France, qui soutient depuis plusieurs années ce projet renouvelle sa confiance en envoyant un don de 500 euros.

 

La deuxième association ne vous sera pas non plus inconnue, puisqu’il s’agit du Bornean Sun Bear Conservation Centre, qui s’occupe des ours malais. Nous vous parlons également de ce centre de conservation depuis quelques années et nous sommes heureux de pouvoir également leur envoyer un don de 500 euros pour les aider à poursuivre leurs missions.

Peut-être ne connaissez-vous pas la troisième association. Je dois avouer que je n’en avais pas entendu parler avant que Sylvie Cardona, co-fondatrice d’AVES France ne m’en parle et prêche pour cette cause. Et elle a eu raison. Il s’agit de l’association Le Pic Vert, qui vient en aide avec un collectif d’associations à la faune sauvage menacée au Zimbabwé. Rhinocéros noir, lycaon, guépard, lion et des milliers d’éléphants ont besoin d’eau pour survivre à l’intérieur d’un parc de 14000 km2.

« C’est un magnifique sanctuaire de biodiversité pour la faune d’Afrique australe, un des plus riches d’Afrique. Au total 107 espèces de mammifères et 433 espèces d’oiseaux y sont présentes dont certaines parmi ces dernières sont endémiques des biomes régionaux. Mais pendant la saison sèche les mares naturelles du parc doivent être approvisionnées par pompage de la nappe aquifère pour abreuver les animaux. L’assèchement total des mares pendant l’année 2005 a été une tragédie au cours de laquelle des milliers d’animaux sont morts de soif. »

Le collectif propose ainsi de parrainer des mares pour qu’ils puissent installer des forages et les entretenir pour éviter les assèchements. Ce projet nous a semblé important et a également reçu la somme de 500 euros. 

Nous vous invitons à en découvrir plus sur ce site : http://michel.buenerd.pagesperso-orange.fr/Hwange/projet/Hwange_phase_2.html

Encore une fois, ces dons n’auraient pas été possibles sans votre soutien. Merci à tous !

500 euros pour le refuge de l’Arche

AVES France a décidé de verser un don de 500 euros au refuge de l’Arche.

Nous souhaitons par ce don montrer au refuge de l’Arche notre soutien et notre reconnaissance, puisqu’il a accueilli hier l’ourse Martha du parc zoologique des Bois de Saint-Pierre et qu’il avait déjà accueilli l’ours Miljen en 2008.

Vous pouvez retrouver une vidéo sur le transfert de Martha sur le site centre-presse.fr et vous tenir informés sur la nouvelle vie de l’ourse au refuge de l’Arche.

500 euros pour la réserve d’ours de Zarnesti (Libearty)

AVES France vient d’effectuer un don de 500 euros à la réserve d’ours de Zarnesti (Roumanie).

Pour rappel, voici le compte rendu de notre visite de juin 2011.

Le 7 juin 2011, je suis parti à la rencontre de Cristina et Roger Lapis, de l’association roumaine Milioane de Prieteni. L’association gère un refuge extraordinaire qui offre une seconde vie à de nombreux ours captifs.

L’association Milioane de Prieteni, domiciliée à Brasov, gère un refuge qui accueille plusieurs centaines de chiens et un autre pour les ours, à Zarnesti.

Vue depuis la réserve
© Christophe CORET – AVES France – Juin 2011

Dans un lieux paradisiaque, la réserve des ours s’étend sur 70 hectares ! Deux immenses enclos ont été aménagés pour les ours, et un troisième est actuellement en construction. Car si plus de 50 ours ont déjà été sauvés, l’association doit poursuivre son développement et l’aménagement des infrastructures pour pouvoir accueillir d’autres ours dans l’avenir.

Ours en quarantaine
© Christophe CORET – AVES France – Juin 2011

Lors de ma visite, 4 ours se trouvaient en quarantaine, attendant impatiemment le jour où ils rejoindront à leur tour les vastes enclos. Un des ours assurait l’animation, luttant avec une souche suspendue pour en faire couler le miel qui y avait été déposé.

Partie de cache-cache
© Christophe CORET – AVES France – Juin 2011

Les plus jeunes, dans un enclos séparés, jouaient, se baignaient dans les piscines, mangeaient les fruits, légumes, viandes et poissons fraîchement arrivés des supermarchés alentours, qui fournissent une partie de la nourriture à la réserve.

Côté sécurité, la réserve est surveillée 24h/24 par une société spécilaisée, et est équipée de nombreuses caméras. Les enclos sont équipés de clôtures électriques. Le personnel est au petit soin avec les pensionnaires. A la différence d’un zoo, les visites se font accompagnées, ce qui permet d’expliquer le projet aux visiteurs, mais aussi de les sensibiliser et de limiter le dérangement des ours.

L’heure du repas
© Christophe CORET – AVES France – Juin 2011

Tous ont l’air parfaitement heureux dans cette grande réserve qui leur offre une vie bien différente que ce qu’ils ont connu auparavant (les ours viennent de saisies dans les zoos, les cirques ou les restaurants). Certains ont encore des comportements qui nous font comprendre qu’elles ont pu être leurs souffrances, comme ce jeune qui tête sa patte dès qu’un visiteur approche de l’enclos. Un autre, plus vieux et isolé, a eu les yeux brûlés pour le rendre dépendant et ses mâchoires ont souffert du mord qu’il devait porter en permanence.

Un peu de vitamines
© Christophe CORET – AVES France – Juin 2011

L’association est soutenue entre autres par le WSPA et la fondation Brigitte Bardot. Elle propose notamment une campagne d’adoption en ligne pour subvenir aux besoins de ses protégés.

Cette rencontre a été également pour moi l’occasion d’évoquer les spectacles de montreurs d’ours en France. La présence d’une représentante de la fondation Brigitte Bardot lors de ma visite m’a permis d’insister sur la poursuite de cette campagne et l’intérêt de renforcer nos échanges pour enfin réussir à condamner ce type d’exhibitions en France.

Voir en ligne https://millionsoffriends.org/en/libearty/

ps: L’association se porte également au secours d’autres animaux de manière plus exceptionnelle. Lors de ma visite, des chevaux très affaiblis se trouvaient à l’entrée de la réserve des ours.