Offrez un enclos au cœur de la forêt à 3 ours malais

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de Patrick Rouxel. Patrick est un réalisateur de documentaires : Green, ALMA, La forêt cathédrale, Losing Tomorrow… bref, un réalisateur engagé.

Patrick Rouxel est arrivé à Kalimantan (Borneo en Indonésie) en tant que réalisateur. Il s’est épris des ours malais (ou ours des cocotiers) qu’il a croisé sur l’île.  Patrick a passé ces trois dernières années à faire tout son possible pour améliorer leur qualité de vie, en participant à la réhabilitation d’oursons et de leur réintroduction dans la nature. Aujourd’hui, Patrick a besoin de nous pour construire une maison au coeur de la forêt à trois d’entre eux : Kevin, Desi, and Hilda.

-> Faire un don pour les ours malais.

Hilda-Pat-02-Dec-2013

Desi, Kevin et Hilda sont des victimes de la déforestation et de la cupidité des hommes. Malheureusement, ils ne pourront jamais être réintroduits dans leur milieu naturel, les ours malais adultes étant trop imprégnés par leur séjour auprès des hommes. C’est pourquoi Patrick s’est lancé le défi de leur offrir un havre de paix au coeur de la forêt indonésienne et que nous avons décidé de l’aider à collecter des fonds.

« Avec l’accord du Dr Birute Mary Galdikas, et du Conseil Général d’OFI (OrangOutan Foundation), j’ai commencé la construction d’un enclos boisé, d’une superficie d’environ 1 hectare sur les terres d’OFI à côte du Centre de Soin. Dans cet enclos, les trois ours pourront creuser, gratter, jouer, courir, grimper aux arbres et y faire des siestes. Leur qualité de vie sera beaucoup mieux qu’elle ne l’est aujourd’hui. Je suis actuellement sur place, je supervise les travaux et gère les dépenses, mais je ne peux pas couvrir l’ensemble des coûts avec mes économies personnelles. J’ai besoin de vous, avec une contribution financière pour pouvoir aboutir ce projet. « 

Desi, Kevin et Hildegarde ont tous les trois des destins tragiques. Ils ont été arrachés à leur mère très jeune, comme le sont de trop nombreux ours malais. Ils ne survivraient pas à une réintroduction dans la nature, ils n’ont plus les armes pour affronter cette épreuve et c’est pourquoi nous devons leur offrir un grand enclos dans lequel ils pourront s’épanouir.

20140316-142413.jpgDesi – femelle, + de 15 ans
Desi a été enfermée au Zoo de Pangkalan Bun, seule dans une fosse bétonnée sale pendant de nombreuses années.Sa patte avant a été cassée et tourne vers l’intérieur. Elle aurait été battue avec des planches quand elle a été recapturée après s’être enfuie de sa fosse. Elle est sous la protection d’OFI depuis 6 ans.

20140316-142341.jpgKevin – mâle, 4 ans
Kevin a été confisqué alors qu’il n’était encore qu’un ourson. Il est aujourd’hui un ours en pleine forme. Il vit avec Desi et Hilda et a un grand besoin d’espace et de forêt pour s’épanouir.

 

20140316-142350.jpgHildegarde – femelle, 3 à 5 ans
Hilda (c’est son surnom) est arrivée à OFI en 2012. Elle a été confisquée par la police à un homme qui tentait de la vendre pour sa vésicule biliaire, grâce à l’intervention de OFI.  C’est une ourse douce et gentille. Elle a intégré la cage de Desi quelques mois plus tard et les deux ourses ont sympathisé.

-> Faire un don pour les ours malais.

[embedplusvideo height= »315″ width= »560″ editlink= »http://bit.ly/Nk00IA » standard= »http://www.youtube.com/v/Bruv3xz0hNw?fs=1″ vars= »ytid=Bruv3xz0hNw&width=560&height=315&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=¬es= » id= »ep5049″ /]

Retrouvez l’ours malais (Sun bear, ours des cocotiers, Ursus Malayanus) sur notre brochure : http://www.aves.asso.fr/materiel_pedagogique/brochure_ours/brochure_ours.html

Suivez également le projet sur le blog http://aider3ours.blogspot.fr

 

AmaZOOnico : refuge pour animaux sauvages en Équateur

par Morgane, bénévole pour Amazoonico

Amazoonico est un refuge et un centre de réhabilitation d’animaux sauvages. Il se situe en Equateur dans la région du Napo, plus précisément le long du fleuve Arajuno, dans une zone protégée par le projet de conservation de la forêt tropicale : Selva Viva, un territoire de 1 700 hectares visant à sauvegarder les zones encore existantes de forêt primaire.

Amazoonico recueille des animaux saisis par les forces de l’ordre sur les marchés illégaux, de jeunes orphelins apportés par des chasseurs, et parfois même des propriétaires dépassés, ne sachant plus s’occuper des animaux sauvages qu’ils ont tenté de domestiquer, et qui finissent par nous les apporter.

amazoonicoFaire un don : https://www.helloasso.com/associations/aves-france/collectes/amazoonico/faire-un-don

Après les premiers soins, notre priorité est d’analyser le comportement et la santé psychique de chaque individu afin de les introduire dans des projets de réhabilitation. Lorsque l’animal est trop habitué à la présence humaine, il est malheureusement difficile de le relâcher.

Les animaux recueillis souffrent de malnutrition et de parasites. Près du quart des animaux rescapés meurent avant même d’arriver au centre ou au cours des premiers jours de leur séjour. Un autre quart peut être réintroduit dans la forêt protégée Selva Viva lorsqu’ils semblent assez forts et prêts à réintégrer la vie sauvage. Les autres deviennent résidents permanents d’Amazoonico où ils demeurent libres, en semi-liberté ou en enclos afin d’assurer leur sécurité. Ces derniers sont construits en intégrant les éléments de la nature afin que les animaux vivent dans un confort de vie semblable au milieu d’où ils viennent. Parmi eux : primates, félins, volatiles, reptiles, etc…

amazoonicoFaire un don : https://www.helloasso.com/associations/aves-france/collectes/amazoonico/faire-un-don

Bien qu’Amazoonico soit reconnu par l’Etat équatorien comme un centre de sauvetage des animaux sauvages, nous ne recevons aucune aide financière de leur part. Le centre vit grâce aux donations et aux visites de touristes qui séjournent au Liana Lodge ou à Runa Huasi, deux projets hôtelier de Selva Viva.

Une partie du refuge peut être visitée. Il s’agit de présenter les animaux résidents d’AmaZOOnico, de raconter leur histoire, et sensibiliser le public aux enjeux de la déforestation et du braconnage. Nous insistons bien sur le fait qu’AmaZOOnico n’est pas un zoo, mais un refuge. Les visites nous permettent de financer l’alimentation des animaux.

Une équipe professionnelle réside sur place : biologiste, vétérinaire, chefs de projet, et Remigio, un des fondateurs d’AmaZOOnico. Ils sont soutenus par des volontaires motivés et passionnés qui viennent travailler pour un minimum de deux mois (certains séjours durent plus longtemps, jusqu’à un an !)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Le refuge compte environ 300 animaux. La majorité sont des oiseaux (aras, toucans, amazones, …).
  • Récemment il y a eu une naissance à Amazoonico. Un bébé jaguarundi. Une autre aurait été observée dans un groupe de singes araignées libérés il y a quelques temps déjà.
  • Un groupe de 5 singes laineux ont intégré un projet de réhabilitation.
  • Au refuge, tous les ocelots jouissent désormais d’une vie plus agréable, puisque nous avions 3 ocelots sur les 5 qui attendaient un enclos plus adapté à leurs moeurs. Tous vivent désormais dans des espaces larges et arborés avec une faune luxuriante. Nous avons désormais trois grands enclos, deux avec deux mâles, et un avec une femelle.

amazoonicoFaire un don : https://www.helloasso.com/associations/aves-france/collectes/amazoonico/faire-un-don

Les deux priorités actuelles d’Amazoonico sont la rénovation de la maison des volontaires et la construction d’un espace plus large pour l’anaconda, qui grandit et se sent à l’étroit.

Construite il y a une vingtaine d’année, la maison des volontaires se fragilise de jour en jour. Le bois des murs porteurs est tellement imbibé d’eau et rongé par les insectes qu’il s’enfonce lorsqu’on y pose la main. L’idée est de la rénover avant qu’elle tombe et qu’Amazoonico ne puisse être en mesure d’accueillir les volontaires. Coût 10 000 $

L’anaconda qui a trouvé refuge à l’Amazoonico est ici depuis plusieurs années. Dépourvu de ses sens il ne peut réintégrer la selva sans risque, il est donc résident permanent de l’AmaZOOnico. Et il grandit ! La cage qui lui était dédiée devient trop petite. Coût entre 5000 et 7000 $

Côté volontariat, le refuge recherche des personnes ayant de l’expérience dans les domaines de construction durables et gestion de déchets et recyclage, afin de trouver de nouvelles alternatives pour le bon fonctionnement du centre. Du volontariat de préférence sur le long terme.

CP : Lush et AVES France au secours des ours à lunettes

Lush invente le cadeau de Noël éthique : en achetant un pot de crème Caritativement Belle, vous participez à la réhabilitation de Cosanga, petite ourse orpheline d’Equateur. Chaque achat est un petit pas vers son retour à la vie sauvage.

Cosanga

AVES France est très sensible au sort des ours dans le monde. Avec ses partenaires locaux, elle agit en France et à l’étranger lorsqu’un ours est en danger. LUSH a décidé de soutenir un projet de réhabilitation d’un ourson à lunettes en Equateur, jusqu’à sa réintroduction dans son milieu naturel. AVES France travaille sur cette action avec Andean Bear Foundation, basée en Equateur, qui a le soutien du ministère de l’environnement local. Le processus de réhabilitation des oursons orphelins permet de leur apprendre à se débrouiller seul (en remplacement de leur mère) pour pouvoir les relâcher dans la nature. Les futurs oursons seront dotés de collier satellites afin de mieux suivre leurs progrès une fois relâchés.

Andean Bear Foundation ne s’arrête pas uniquement à leur travail de sauvetage et travaille avec les communautés locales pour aider les équatoriens et les ours à vivre ensemble.

Notre protégée :
Elle s’appelle Cosanga, du nom du village où elle a été trouvée. Sa mère a été tuée. Trop petite et trop faible pour survivre dans la nature, elle a été recueillie par Armando et l’équipe de l’Andean Bear Foundation qui va se substituer à la maman ours et lui apprendre à se débrouiller seule. Après un processus de réhabilitation complexe, Cosanga retrouvera les forêts équatoriennes et sera suivie pendant deux ans grâce à un collier émetteur.

La situation actuelle en Equateur :
L’Equateur fait face actuellement à de grands changements : Les forêts sont coupées pour l’industrie de l’huile de palme et de pétrole, les animaux sauvages sont chassés par des braconniers et par les agriculteurs qui accusent les ours de détruire les cultures.

Ces dix dernières années, 8 oursons orphelins qui ont été sauvés grâce aux efforts d’Andean Bear Foundation et du Ministère de l’Environnement. Malheureusement, le sauvetage de ces orphelins a été provoqué par le braconnage. La mère tuée, les braconniers laissent les petits livrés à eux même, destinés à mourir en l’absence des soins maternels dont ils ont besoin pour survivre.

La fréquence des conflits entre faune sauvage et humains et le trafic illégal d’oursons augmentent rapidement en Equateur. La perte d’habitat en est la cause principale, les forêts se transformant en zones agricoles. Il est important d’agir rapidement pour sauver cette espèce menacée de disparition.

Andean Bear Foundation, avec le soutien d’AVES France, s’efforce de contrer ces situations de conflits et protège l’ours à lunettes et leur habitat. Ils surveillent les ours sauvages et réintroduits par l’observation directe et par l’utilisation d’équipements radio-pistage. L’objectif est d’améliorer la compréhension de leurs mœurs en recueillant des données sur leurs exigences environnementales. Ce centre met en place des sauvetages, des réhabilitations et réintroductions d’oursons dans leur milieu naturel afin de leur donner une seconde chance.

La réhabilitation permet à l’ourson d’apprendre ce que sa mère n’a eu le temps de lui enseigner pour sa survie. A l’issue de la réhabilitation, si l’état physique et psychologique de l’animal sont jugés satisfaisants, l’ourson peut alors bénéficier d’un programme de réintroduction et revenir à ses racines sauvages. Cosanga, recueillie récemment, présente toutes les qualités nécessaires pour survivre en dehors du centre. C’est elle que va aider l’argent récolté par Caritativement Belle.

Sur les dix dernières années, les réhabilitations et réintroductions d’Andean Bear Foundation ont connu un résultat de 100 % de réussite.

L’ours à lunettes :
C’est le seul ours présent en Amérique du Sud. Il doit son nom aux marques claires autour de ses yeux. Il vit à haute altitude dans les Andes. Ils ont un véritable rôle écologique puisqu’ils participent à la régénération des forêts : ils dispersent les graines qui se trouvent dans la nourriture qu’ils consomment.

Cette espèce d’ours est l’une des plus rares et menacées au monde, car elle est victime de la déforestation massive pour l’implantation de terres agricoles. De plus, les ours à lunettes sont chassés pour leur viande, particulièrement appréciée au nord du Pérou, mais également pour leur fourrure, leur bile et leur graisse, utilisées en médecine traditionnelle. Les ours s’alimentaient parfois du maïs des paysans et ceux-ci pensaient qu’il s’attaquait à leur bétail, mais sans apporter de témoignage évident. Depuis, les pressions sur les ours ont augmenté : on les soupçonne d’attaques de tapirs et de vaches. Des pesticides spéciaux sont utilisés pour éloigner les ours.

C’est pourtant un animal au régime alimentaire presque exclusivement végétarien. La femelle est mature à l’âge de 4 ans. L’accouplement se déroule d’avril à juin et les petits naissent de novembre à février. Les mâles peuvent peser de 100 à 175 kg, les femelles rarement plus de 70 kg.

Cet ours est nocturne et crépusculaire. Il mange des baies, de l’herbe, de la canne à sucre, du maïs, des petits mammifères… En saison sèche, il se contente d’écorces. Il grimpe facilement aux arbres (jusqu’à 15 m), aidé par des griffes particulièrement adaptées et peut rester plusieurs jours dans le même arbre. Il y construit des nids de branches.

Catitativement Belle AVES FranceCaritativement Belle :
Caritativement Belle est une crème riche pour le corps et les mains, à base de beurre de cacao issu du commerce équitable, et parfumée aux huiles essentielles d’ylang-ylang et de tagète. Chaque centime provenant de la vente de chaque pot – prix de vente moins la TVA – est directement reversé dans un fonds pour effectuer des dons à des causes méritantes.

Cette crème contient de l’huile d’amande douce hydratante riche en vitamines A, D, E qui nourrira et assouplira votre peau. Mais aussi de l’ylang-ylang qui relaxe et tonifie. Ajoutons même que ce dernier parfume divinement et est, parait-il, aphrodisiaque… Nous pouvons dire, sans exagérer qu’elle est faite pour vous !

http://www.lush.fr/shop/product/product/id/278/keyword/caritativement+belle/caritativement-belle-

AVES France est une association française de protection de la nature et de la faune sauvage. Fondée en 2005, ils abordent des sujets délicats (réchauffement climatique, déforestation, huile de palme) en les mettant en lumière par l’intermédiaire d’espèces vulnérables, emblématiques de ces problématiques environnementales.

Vous pouvez suivre l’actualité d’AVES France sur :
http://www.aves.asso.fr/

Andean Bear Foundation : http://www.andeanbear.org

Contact

Organisme AVES France
Nom CORET
Prénom Christophe
Fonction Président
Tél +33781208211
URL http://www.aves.asso.fr

 

Communiqué de presse (PDF)

500€ pour la lutte contre les gaz de schiste en Roumanie

logo

Vous connaissez sans doute l’histoire du pot de terre contre le pot de fer, ou celle de David contre Goliath. La lutte dans laquelle s’est lancée l’association VIRA, en Roumanie, est de celles-ci : une petite association qui essaye d’empêcher l’américain CHEVRON & co. de s’installer dans leur pays pour y exploiter les gaz de schistes.

La lutte est forcément inégale. Face au rouleau compresseur qu’est l’entreprise américaine et à ses nombreux soutiens politiques, il n’est pas facile de lutter.

AVES France a donc décidé d’envoyer 500 euros à l’association VIRA et de poursuivre la campagne google adwords afin de faire connaître leur combat. Car malgré des milliers de personnes mobilisées, le gouvernement ne semble pas vouloir reculer.

L’hiver approchant, l’association a besoin de fonds pour poursuivre le mouvement :

  • des tentes, des vêtements imperméables, du combustible pour le groupe électrogène…
  • des bannières, des pancartes, des drapeaux pour être visibles
  • assurer l’alimentation pour les bénévoles
  • organisation de réunions publiques sur le thème de l’agriculture durable et les alternatives économiques à l’exploitation des gaz de schiste
  • organisation d’ateliers pour aider les communautés à s’organiser pour lutter efficacement contre les gaz de schiste
  • information des localités voisines (dépliants, matériel d’information).

Nous savons que notre modeste contribution ne suffira pas et c’est pourquoi nous vous invitons à faire un don à AVES France afin que nous puissions leur apporter notre soutien, une nouvelle fois, dans les semaines ou les mois à venir.

 

Lire aussi : Chevron débarque en Roumanie : il y a de l’eau dans le gaz… de schiste !

AVES France parraine la clinique vétérinaire de Kalaweit

Comme nous, vous avez peut-être lu l’appel de l’association Kalaweit qui a besoin de 35.000 euros pour construire une clinique vétérinaire pour ses animaux.

L’association a besoin de locaux et de matériel pour les ours, les gibbons, loris…

-une salle pour de la petite chirurgie, toute équipée.
-une salle d’examen équipée (microscope, kit-test Hépatites, TB, centrifuges, etc)
-3 cages de contention, dont une avec accès à l’extérieur.
-2 incubateurs fixes.
-une salle d’autopsie équipée.
-une salle de garde équipée (lit, etc).
-Sanitaires.
-Installation électrique solaire complète (éclairage).
– 8 cages de quarantaines (3 x 4m)
-2 volières d’observation (12x6x6m)

Pour cela, Kalaweit recherche 100 parrains s’engageant à verser 350 euros. AVES France a bien entendu répondu à cet appel en envoyant un don de 350 euros, mais nous vous proposons de faire plus. Vos dons et adhésions (jusqu’au 16 décembre 2012) seront ainsi reversés à Kalaweit.
C’est donc le moment d’adhérer, de renouveler votre adhésion ou de faire un don !

On compte sur vous !

AVES France envoie 1500 euros pour soutenir 3 projets de protection animale

Grâce à vos dons, l’association AVES France a pu une nouvelle fois soutenir 3 projets de protection animale qui nous tenaient à coeur, qui nous semble prioritaires et en lesquels nous avons une grande confiance.

Le premier, vous le connaissez déjà, puisqu’il s’agit de l’Andean Bear Foundation qui fait du très bon travail pour la conservation des ours à lunettes en Amérique du Sud. Bubu, un ourson orphelin, mascotte de la fondation a d’ailleurs été réintroduit dans son milieu naturel en juillet 2012. AVES France, qui soutient depuis plusieurs années ce projet renouvelle sa confiance en envoyant un don de 500 euros.

 

La deuxième association ne vous sera pas non plus inconnue, puisqu’il s’agit du Bornean Sun Bear Conservation Centre, qui s’occupe des ours malais. Nous vous parlons également de ce centre de conservation depuis quelques années et nous sommes heureux de pouvoir également leur envoyer un don de 500 euros pour les aider à poursuivre leurs missions.

Peut-être ne connaissez-vous pas la troisième association. Je dois avouer que je n’en avais pas entendu parler avant que Sylvie Cardona, co-fondatrice d’AVES France ne m’en parle et prêche pour cette cause. Et elle a eu raison. Il s’agit de l’association Le Pic Vert, qui vient en aide avec un collectif d’associations à la faune sauvage menacée au Zimbabwé. Rhinocéros noir, lycaon, guépard, lion et des milliers d’éléphants ont besoin d’eau pour survivre à l’intérieur d’un parc de 14000 km2.

« C’est un magnifique sanctuaire de biodiversité pour la faune d’Afrique australe, un des plus riches d’Afrique. Au total 107 espèces de mammifères et 433 espèces d’oiseaux y sont présentes dont certaines parmi ces dernières sont endémiques des biomes régionaux. Mais pendant la saison sèche les mares naturelles du parc doivent être approvisionnées par pompage de la nappe aquifère pour abreuver les animaux. L’assèchement total des mares pendant l’année 2005 a été une tragédie au cours de laquelle des milliers d’animaux sont morts de soif. »

Le collectif propose ainsi de parrainer des mares pour qu’ils puissent installer des forages et les entretenir pour éviter les assèchements. Ce projet nous a semblé important et a également reçu la somme de 500 euros. 

Nous vous invitons à en découvrir plus sur ce site : http://michel.buenerd.pagesperso-orange.fr/Hwange/projet/Hwange_phase_2.html

Encore une fois, ces dons n’auraient pas été possibles sans votre soutien. Merci à tous !

500 euros pour le refuge de l’Arche

AVES France a décidé de verser un don de 500 euros au refuge de l’Arche.

Nous souhaitons par ce don montrer au refuge de l’Arche notre soutien et notre reconnaissance, puisqu’il a accueilli hier l’ourse Martha du parc zoologique des Bois de Saint-Pierre et qu’il avait déjà accueilli l’ours Miljen en 2008.

Vous pouvez retrouver une vidéo sur le transfert de Martha sur le site centre-presse.fr et vous tenir informés sur la nouvelle vie de l’ourse au refuge de l’Arche.

500 euros pour la réserve d’ours de Zarnesti (Libearty)

AVES France vient d’effectuer un don de 500 euros à la réserve d’ours de Zarnesti (Roumanie).

Pour rappel, voici le compte rendu de notre visite de juin 2011.

Le 7 juin 2011, je suis parti à la rencontre de Cristina et Roger Lapis, de l’association roumaine Milioane de Prieteni. L’association gère un refuge extraordinaire qui offre une seconde vie à de nombreux ours captifs.

L’association Milioane de Prieteni, domiciliée à Brasov, gère un refuge qui accueille plusieurs centaines de chiens et un autre pour les ours, à Zarnesti.

Vue depuis la réserve
© Christophe CORET – AVES France – Juin 2011

Dans un lieux paradisiaque, la réserve des ours s’étend sur 70 hectares ! Deux immenses enclos ont été aménagés pour les ours, et un troisième est actuellement en construction. Car si plus de 50 ours ont déjà été sauvés, l’association doit poursuivre son développement et l’aménagement des infrastructures pour pouvoir accueillir d’autres ours dans l’avenir.

Ours en quarantaine
© Christophe CORET – AVES France – Juin 2011

Lors de ma visite, 4 ours se trouvaient en quarantaine, attendant impatiemment le jour où ils rejoindront à leur tour les vastes enclos. Un des ours assurait l’animation, luttant avec une souche suspendue pour en faire couler le miel qui y avait été déposé.

Partie de cache-cache
© Christophe CORET – AVES France – Juin 2011

Les plus jeunes, dans un enclos séparés, jouaient, se baignaient dans les piscines, mangeaient les fruits, légumes, viandes et poissons fraîchement arrivés des supermarchés alentours, qui fournissent une partie de la nourriture à la réserve.

Côté sécurité, la réserve est surveillée 24h/24 par une société spécilaisée, et est équipée de nombreuses caméras. Les enclos sont équipés de clôtures électriques. Le personnel est au petit soin avec les pensionnaires. A la différence d’un zoo, les visites se font accompagnées, ce qui permet d’expliquer le projet aux visiteurs, mais aussi de les sensibiliser et de limiter le dérangement des ours.

L’heure du repas
© Christophe CORET – AVES France – Juin 2011

Tous ont l’air parfaitement heureux dans cette grande réserve qui leur offre une vie bien différente que ce qu’ils ont connu auparavant (les ours viennent de saisies dans les zoos, les cirques ou les restaurants). Certains ont encore des comportements qui nous font comprendre qu’elles ont pu être leurs souffrances, comme ce jeune qui tête sa patte dès qu’un visiteur approche de l’enclos. Un autre, plus vieux et isolé, a eu les yeux brûlés pour le rendre dépendant et ses mâchoires ont souffert du mord qu’il devait porter en permanence.

Un peu de vitamines
© Christophe CORET – AVES France – Juin 2011

L’association est soutenue entre autres par le WSPA et la fondation Brigitte Bardot. Elle propose notamment une campagne d’adoption en ligne pour subvenir aux besoins de ses protégés.

Cette rencontre a été également pour moi l’occasion d’évoquer les spectacles de montreurs d’ours en France. La présence d’une représentante de la fondation Brigitte Bardot lors de ma visite m’a permis d’insister sur la poursuite de cette campagne et l’intérêt de renforcer nos échanges pour enfin réussir à condamner ce type d’exhibitions en France.

Si vous souhaitez soutenir la réserve d’ours de Zarnesti, vous pouvez nous envoyer vos dons par courrier au siège d’AVES France (BP6 * 76480 DUCLAIR) en précisant bien qu’ils sont destinés à l’association Milioane de Prieteni. Si vous préférez faire un don en ligne, envoyez-nous à la suite un e-mail afin que nous sachions que ce don leur est destiné. 66% de vos dons sont déductibles des impôts sur le revenu.

Voir en ligne http://milioanedeprieteni.org/

ps: L’association se porte également au secours d’autres animaux de manière plus exceptionnelle. Lors de ma visite, des chevaux très affaiblis se trouvaient à l’entrée de la réserve des ours.