Dites non au cirque Zavatta à Nevers

Le Cirque Claudio Zavatta sera a Nevers du 27 avril au 7 Mai 2016, au parc des expositions. Au programme figureront, entre clowns et acrobates : le groupe de 12 lions et lionnes dont un lion blanc présentés par Didier Prein, le groupe des animaux exotiques (chameaux, lamas, autruches et zèbres) présenté par Anita Gärtner,  ânes et oies,  le groupe de 6 dromadaires de Timothée…

Merci de rappeler courtoisement au maire de Nevers que les animaux sauvages, exotiques et même domestiques d’ailleurs n’ont rien à faire sur une piste et outre le dressage, la proximité avec des gens, le bruit, ils endurent de nombreuses heures sur les routes et dans les cages. Alors le cirque, oui, mais sans animaux !

Adresse Mairie ,
Maire Denis Thuriot 
 tél : 03.86.68.46.46 .
Place de l’Hôtel-de-Ville
58000 NEVERS
France 

Consultation publique : destruction des corbeaux dans la Nièvre

Le préfecture de la Nièvre organise une consultation publique du 8 au 30 avril 2016. Merci de participer nombreux, les corbeaux sont les mal-aimés de nos campagnes.

Les observations sont à transmettre :
par messagerie à l’adresse suivant : ddt-sefb.consultation-du-public@nievre.gouv.fr
Merci de préciser dans l’objet du message le titre du projet de la décision.
par courrier à la Direction départementale des territoires – Service Eau, Forêt, Biodiversité, 2 rue des Pâtis 58000 NEVERS.

Les documents sont téléchargeables ici :

http://www.nievre.gouv.fr/consultation-du-public-r301.html?page=rubrique&id_rubrique=301&id_article=1996&masquable=OK

Ces projets portent autorisation de destruction de corbeaux freux par tirs sur les arbres d’alignement du domaine public routier départemental sur les communes de Nevers et Sermoise-sur-Loire, d’Alluy et Châtillon-en-Bazois, de Dirol, de Pouilly-sur-Loire, et de Cervon, du 30 avril au 30 mai 2016.

Parmi les arguments que vous pouvez soulever :

Le nombre de corbeaux à tirer n’est pas indiqué, il n’y a donc aucune limitation !!

Pour prévenir les chutes de branches en particulier, l’élagage des arbres en automne et le retrait des anciens nids avant février peuvent être réalisés.
L’effarouchement des colonies lors de leur installation à partir de fin février a déjà été testé sur d’autres communes, il est donc possible d’y recourir.
Pour éviter d’avoir à recourir à ces méthodes tous les ans, il est important de limiter la coupe d’arbres au bord des routes, de laisser les haies de haut jet en place, de planter des arbres dans les zones périphériques  pour fournir des zones de nidification aux oiseaux dans des lieux ne risquant pas de poser problèmes aux usagers.

source : Pixabay CC0 Public Domain

source : Pixabay CC0 Public Domain

Solidarité : 2250€ pour les ours et 500€ pour les mares de Hwange

Comme chaque année, lorsque nos finances nous le permettent, nous soutenons les ONG dont nous apprécions le travail. Le Conseil d’administration d’AVES France a ainsi accepté de partager 2750€ entre 5 actions :

250€ pour l’ours Bruno : 

L’année dernière, en 2015, vous avez été nombreux à vous émouvoir pour l’histoire tragique de l’ours Bruno, qui a passé 40 ans de sa vie en captivité. Aujourd’hui Bruno est âgé, mais les bénévoles de l’association LEAL s’occupent bien de lui, pour que sa fin de vie se passe le mieux possible. Grâce à vos dons, LEAL peut gâter Bruno en lui achetant des fruits et des légumes frais. Nous avons envoyé 2300€ en 2015 et nous venons d’envoyer 250€ supplémentaires, le 14 avril 2016.
L’histoire de Bruno ici : http://www.aves.asso.fr/2015/03/lours-bruno-40-ans-de-vie-au-parc-de-cavriglia-en-italie/ et faire vos dons sur HelloAsso (précisez Ours Bruno dans la case commentaires).


500€ pour les ours à lunettes et Andean Bear Foundation :

Nous soutenons le travail d’Andean Bear Foundation depuis longtemps et nous avons eu le plaisir de passer une semaine dans les Andes Equatoriennes avec Armando en janvier 2016, et ainsi d’observer son travail en faveur des tapirs de montagne et des ours à lunettes. Il y a quelques jours, Armando a obtenu l’autorisation de planter des panneaux sur la route pour inciter les conducteurs à ralentir dans les zones fréquentées par les ours. Armando a besoin de notre soutien et c’est pourquoi nous vous invitons à faire un don pour ANDEAN BEAR FOUNDATION pour l’aider dans sa mission. Vous pouvez aussi acheter un bracelet Bearz ours à lunettes ou des porte-clefs ours à lunettes. Si vous avez la condition physique requise et du temps, vous pouvez partir quelques jours à la rencontre des ours à lunettes et des tapirs avec Armando.


500€ pour le projet mares de Hwange 

Chaque année nous essayons de soutenir modestement ce beau projet. Le but ? Eviter l’hécatombe de 2005, année de sécheresse qui avait conduit à l’assèchement des mares du parc, provoquant la mort de milliers d’animaux.
Grand comme deux départements français, l’immense parc de 14000 km2 héberge quatre espèces de mammifères en danger de disparition sur la liste rouge de l’UICN (Rhinocéros noir, Lycaon, Guépard et Lion) ainsi qu’au moins 30000 éléphants. C’est un magnifique sanctuaire de biodiversité pour la faune d’Afrique australe, un des plus riches d’Afrique. Au total 107 espèces de mammifères et 433 espèces d’oiseaux y sont présentes dont certaines parmi ces dernières sont endémiques des biomes régionaux.
Pendant la saison sèche, les mares naturelles du parc doivent-être approvisionnées par pompage de la nappe aquifère pour abreuver les animaux.
Plus d’infos ici : http://michel.buenerd.pagesperso-orange.fr/Hwange/projet/Hwange_phase_2.html


11807404_1195487700468784_6019384669952351453_o750€ pour les ours malais du Borneo Sun Bear Conservation Centre

Wong Siew Te fait un formidable travail et a actuellement 38 ours sous son aile. Il a reçu dernièrement un nouvel ourson, l’occasion pour nous de réaffirmer notre soutien.
Plus d’informations sur son site : http://www.bsbcc.org.my
Visitez aussi sa page Facebook pour voir les dernières publications et de nombreuses photos : https://www.facebook.com/sunbear.bsbcc


750€ pour les ours malais de Patrick Rouxel (Aider les ours)

Patrick travaille désormais avec le refuge de BOS Samboja Lestari où il y a 46 ours. Dans l’ensemble, ils proviennent du trafic et ont été confisqués par les autorités ou abandonnés par leurs propriétaires. Certains sont arrivés encore bébés des lieux de déforestation. Sur les 46 ours de Samboja, 26 ont accès à des enclos et 20 ne sortent jamais à cause de leur tempérament fugueur ou bagarreur. Certains sont donc dans des cages minuscules depuis des années, faute de mieux. Aucun de ces ours ne pourrait retourner à la vie sauvage car ils ont tous passé trop de temps en captivité et en contact des hommes. Ils sont donc condamnés à la captivité à vie. Evidemment, il faudrait que tous les ours puissent avoir accès à des enclos forestiers.
En attendant que ces ours puissent éventuellement être transférés dans des enclos forestiers ou des sanctuaires, Patrick leur construit des cages… ces cages ont pour but de rendre l’attente plus supportable pour les ours.
Vous trouverez plus d’informations récentes sur le blog d’Aider les ours : http://aiderlesours.org/category/blog/
Pour aider Patrick, vous pouvez faire un don ou acheter un bracelet Bearz Ours malais.

Conférence-débat sur le loup à Decize (58)

Avis aux sympathisants nivernais : je serai à la bibliothèque de Decize le samedi 30 avril prochain à 14h30 pour une discussion autour de l’éventuel retour du loup dans la Nièvre.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce prédateur, sa place dans la nature et dans notre département, discuter de la façon dont nous, habitants en zone rurale, appréhendons le retour de cet animal, n’hésitez pas à vous joindre à nous. L’exposition Loup sera visible et un petit diaporama sera également présenté.

conferenceloup

 

Consultation publique : aidons les renards du Nord

fox-220487_960_720

http://www.nord.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Information-et-participation-du-public/Nature-biodiversite/En-cours/Projet-d-arrete-autorisant-des-affuts-et-des-approches-au-renard-dans-le-departement-du-Nord

Est ainsi proposée dans ce projet d’arrêté, la possibilité pour les lieutenants de louveterie de détruire le renard à l’affût et à l’approche, sur demande motivée des maires, à compter de la date de signature du présent arrêté jusqu’au 30 avril 2017.

Les remarques sur ce projet d’arrêté peuvent être adressées par voie électronique, du 17 mars au 6 avril 2016, à ddtm-see-participation-public@nord.gouv.fr

Déjà, deux choses nous gênent dans cet arrêté : aucune motivation pour les dégâts causés par le renard. Il est juste mentionné « en réponse à la demande écrite des Maires concernés » sans autre précision. Ensuite, l’arrêté présente dans son introduction les affirmations suivantes :

« Considérant la présence croissante du renard dans le département du Nord;

Considérant la nécessité de compléter les dispositifs d’intervention déjà en application
(piégeage, déterrage) dans le département du Nord. »
Qu’est-ce qu’une présence croissante ? Quel est le nombre de renard dans le département ? Où est l’étude scientifique ? Pourquoi faut-il compléter les méthodes de destruction déjà existantes ? Pour quel motif (quelle est la demande décrite de ces maires) ? Dégâts sur le petit gibier ? Des poulaillers ? On ne sait pas !

Voici quelques arguments que vous pouvez reprendre et personnaliser :

 

  • lutte contre l’échinococcose alvéolaire  : la méthode est contestée scientifiquement depuis longtemps et d’ailleurs les abattages de renards se révèlent inefficaces.
  • Pour prévenir les dégâts causés aux élevages avicoles en particulier ou aux élevages ovins, des mesures de prévention efficaces peuvent être mises en place (enterrer la clôture, effarouchement, etc.).
  • Le Renard, comme les mustélidés et les rapaces, contribue à la régulation des populations de rongeurs. Si le petit gibier disparait, c’est essentiellement la faute des chasseurs et d’une urbanisation croissante.  Il suffit de rappeler qu’un renard consomme de 6 000 à 10 000 rongeurs par an pour comprendre l’intérêt qu’il représente en tant qu’auxiliaire agricole. Par ailleurs, le renard ne sera jamais en surpopulation car c’est une espèce qui s’autorégule en fonction de la disponibilité en nourriture.
  • Enfin, les tirs de nuit sont susceptibles de générer des erreurs et de la confusion entre espèces, sans compte le dérangement de la faune non visée.

Comment protéger la nature dans la Nièvre

Photo : Aves france

Photo : Aves france

Le bureau local nivernais d’Aves France dispose de peu de bénévoles, nous ne pouvons pas agir partout hélas. Heureusement, la Nièvre dispose d’un tissu associatif non négligeable. Aussi, si vous voulez agir pour protéger la nature, nous vous conseillons de vous adresser à l’une des associations existantes. Chacune a sa spécificité, n’hésitez pas à contacter l’une ou l’autre selon vos besoins :
D’abord, les associations répertoriées sur le blog Nature environnement 58, très précieux (Loire Vivante, DECAVIPEC, CNAD, Stop charbon, Stop LGV…) :
Ensuite, le site de la Ligue pour la Protection des Oiseaux Nièvre :
Le collectif Nivern’haies créé pour défendre les haies des territoires des Amognes, de Saint-Saulge et du Bazois.

Groupement forestier pour la sauvegarde des feuillus du Morvan

http://www.sauvegarde-forets-morvan.com/

Il y en a sûrement d’autres, n’hésitez pas à laisser un mot dans les commentaires pour signaler une association.

 

Pour aider les renards, donnez votre avis !

fox-220487_960_720

© pixabay.com/CC0 Public Domain

Plusieurs consultations publiques son en cours pour autoriser le tir de nuit des renards. Tuer semble être l’unique préoccupation des préfectures, agriculteurs et chasseurs…

Comme pour les précédentes consultations, les mêmes arguments sont présentés, relatifs à la santé publique.

Merci de donner votre avis en vous inspirant des textes ci-dessous et n’oubliez pas de personnaliser vos réponses pour qu’elles soient prises en compte.

  • lutte contre l’échinococcose alvéolaire  : la méthode est contestée scientifiquement depuis longtemps et d’ailleurs les abattages de renards se révèlent inefficaces.
  • Pour prévenir les dégâts causés aux élevages avicoles en particulier ou aux élevages ovins, des mesures de prévention efficaces peuvent être mises en place (enterrer la clôture, effarouchement, etc.).
  • Le Renard, comme les mustélidés et les rapaces, contribue à la régulation des populations de rongeurs. Si le petit gibier disparait, c’est essentiellement la faute des chasseurs et d’une urbanisation croissante.  Il suffit de rappeler qu’un renard consomme de 6 000 à 10 000 rongeurs par an pour comprendre l’intérêt qu’il représente en tant qu’auxiliaire agricole.
  • Enfin, les tirs de nuit sont susceptibles de générer des erreurs et de la confusion entre espèces. Les tireurs sont déjà dangereux de jour, alors la nuit…

URGENT pour la consultation ci-dessous, vous avez jusqu’au 8 mars !

http://www.vienne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/Chasse-et-faune-sauvage/Consultation-du-public-Autorisation-de-tirs-de-nuit-du-renard

http://www.haute-saone.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Information-et-consultation-du-public/Consultation-du-public/Projet-AP-tirs-de-nuit-renards-par-les-LdL-jusqu-au-30-avril-2016

 

Consultation publique : aidons les blaireaux des Ardennes

Vous avez jusqu’au 10 mars pour participer à cette consultation publique  :

http://www.ardennes.gouv.fr/capture-de-blaireaux-a-des-fins-de-surveillance-et-a1952.html

Il s’agit d’un projet d’arrêté préfectoral ordonnant la capture de blaireaux à des fins de surveillance et de prévention de la tuberculose bovine dans certaines communes des Ardennes.

Parmi les arguments à citer (merci à Philippe Charlier pour sa contribution), vous pouvez mentionner ceux-ci et insister sur la fragilité des populations de blaireaux  :

Les dégâts que le blaireau peut occasionner dans les cultures de céréales sont peu importants et très localisés, essentiellement en lisière de forêt. Des interactions avec les bovins sont possibles.

L’installation d’un fil électrique ou l’utilisation d’un produit répulsif sont des mesures préventives efficaces, également pour éloigner les blaireaux des troupeaux de vaches.

Les populations de blaireaux sont fragiles et souffrent de la disparition de leurs habitats (haies, lisières, prairies, …) et sont fortement impactées par le trafic routier.

Inscrit à l’annexe III de la Convention de Berne, le Blaireau d’Europe, Meles meles, est une espèce protégée (cf. art. 7). A titre dérogatoire, la Convention de Berne encadre strictement la pratique de la chasse et la destruction administrative de cette espèce (cf. art. 8 et 9). Le ministère de l’écologie doit soumettre « au Comité permanent un rapport biennal sur les dérogations faites ». Et aux termes de l’article L. 424-10 du Code de l’environnement, « il est interdit de détruire (…) les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée ».

Concernant la surveillance de la tuberculose bovine dans la faune sauvage, à proximité des troupeaux de bovins infectés, le renforcement de la surveillance par la collecte et l’analyse systématique des cadavres de blaireaux trouvés, ou signalés, morts, ou mourants, sur le bord des routes est à privilégier. Il est donc illogique et contreproductif  de prescrire des opérations de prélèvement de blaireaux par piégeage ou tir.

Enfin, le tir du blaireau à l’approche, à l’affût et de jour par les chasseurs titulaires d’un plan de chasse grand gibier et d’un permis de chasser validé à partir du 1er juin (jusqu’à l’ouverture générale de la chasse) est ainsi reconduit (article 8 du projet d’arrêté), alors que seul le tir d’été du renard est autorisé à l’occasion du tir anticipé du chevreuil ou du sanglier par l’article R. 424-8 du Code de l’environnement !

Montgeron (91) fait la part belle aux cirques avec animaux !

La ville de Montgeron a autorisé le cirque EUROPA à s’installer sur le territoire de sa commune du 26 février au 6 mars.

Aves France et le cce2a militant tous les deux pour des cirques sans animaux ont décidés de mener une action afin de demander que ce cirque ne soit pas autorisé à se produire sur la commune au nom de l’éthique animale.

En partenariat avec :

Logo-CCE-A-terminee

Nous vous invitons à écrire (de façon courtoise) à Mme le Maire de Montgeron, au Président de la communauté d’agglomération Val d’Yerres – Val de Seine pour leur faire connaitre notre position et demander à la DDPP de l’Essonne de venir contrôler l’état sanitaire des animaux et la validité des certificats de capacité à l’aide du formulaire ci-dessous :

ACTION TERMINEE – MERCI POUR VOTRE MOBILISATION

 

 

 

 

 

 

 

Manifestation pour les loups le 12 mars 2016 à Paris

AVES France relaie bien volontiers cet appel à manifester issu d’une mobilisation citoyenne.

Après la manif du 16 janvier à Lyon, du 17 janvier à Nice et juste avant celle du 13 mars à Madrid (nos voisins espagnols descendront dans la rue pour sauver « leurs » loups), ce sera le tour  de Paris le 12 mars prochain. Partout en Europe, les citoyens se mobilisent pour sauver les loups, et ce mouvement prend de l’ampleur.

Des membres d’Aves France seront présents. Venez nombreux pour demander au gouvernement de cesser les abattages de loup.

Pour plus de renseignements, voici la page facebook des organisateurs de la manif :

https://www.facebook.com/events/733070626820848/

paris manif