Journée mondiale pour sauver les ours – 21 février 2017

Collecte de dons pour les dix ans de la Journée mondiale pour sauver les ours.

Le 21 février 2017 aura lieu la dixième édition de l’International Save Bears Day.
Pour les dix ans de cette initiative née aux Etats-Unis, mais qui n’avait jamais été relayée dans l’hexagone, l’association AVES France a décidé de participer à la démocratisation de cette journée dans l’hexagone. Rebaptisée pour le public français « Journée mondiale pour sauver les ours », elle sera l’occasion de parler de l’ours et des problématiques autour des huit espèces d’ursidés dans le monde. Durant cette journée et le week-end qui la précèdera, nous informerons le public et tenterons de collecter des dons. Nous lançons une collecte sur HelloAsso afin d’acheter du matériel pour l’organisation de cette journée mondiale, matériel qui sera utilisé tous les ans ! C’est donc un investissement à long terme. Tout l’argent supplémentaire collecté ici permettra d’apporter une aide financière aux huit espèces d’ours. Nous mettons le but à atteindre à 1500€, mais nous espérons collecter bien plus. Un seul mot d’ordre : faisons exploser cette collecte !

 

Le site de la Journée mondiale pour sauver les ours est enfin en ligne : www.journeemondialepoursauverlesours.fr

Qui peut donner ?
AVES France est une association de protection de la nature loi 1901, qui a reçu l’autorisation des services fiscaux pour délivrer des reçus fiscaux. Notre gestion bénévole et désintéressée fait que chaque euro donné est attribué à des projets pour les animaux ou la nature. Nous sommes également membres de 1% pour la planète.
Particuliers et entreprises peuvent contribuer à cette collecte, pour faire de cette dixième édition un succès.
Vous pouvez donner le montant que vous souhaitez, selon vos moyens. Chaque euro est important. Bien sûr, les entreprises utilisant l’image de l’ours sont particulièrement invitées à soutenir cette collecte. -> Faire un don.

A quoi servira l’argent collecté ?
Dans un premier temps à acheter du matériel pour l’organisation de cette journée mondiale pour les ours. Nous souhaitons organiser un PhotoCall à Paris, un stand de sensibilisation et des ateliers pour collecter des dons. Pour cela, nous avons besoin :

  • d’une bâche imprimée avec une carte du monde représentant les aires de répartition des ours et d’un support : 300€
  • d’un ours malais en résine grandeur nature : moins de 300€
  • de plusieurs silhouettes d’ours (grandeur nature, imprimées sur carton résistant à partir de photos). Le prix sera plus abordable que si nous achetons des ours en résine XXL.
  • de livrets explicatifs sur l’ours, de matériel à diffuser (autocollants, marque pages, ballons…)

AVES France travaille avec plusieurs associations et fondations, en France et à l’international.
Cette collecte va également nous permettre de soutenir plusieurs projets :

  • Ours polaire : via le fond pour la conservation des ours de l’IBA (International Association for Bear Research and Management)
  • Ours brun : projets pour favoriser la cohabitation avec l’ours brun en France et lutte contre les montreurs d’ours (Association AVES France)
  • Ours noir : The Wildlife Research Institute
  • Ours à lunettes : Andean Bear Foundation (Equateur)
  • Ours à collier : Animals Asia, lutte contre les fermes à ours en Asie
  • Ours lippu : Wildlife SOS India
  • Ours malais : Aider les ours, Patrick Rouxel
  • Panda géant : via le fond pour la conservation des ours de l’IBA (International Association for Bear Research and Management)

-> Faire un don.

Propulsé par HelloAsso

Projet de loi montagne et amendements anti-loups : protestons !

0344ce34b092c8e37cc85e4c809d52

Un certain nombre de députés ont, à l’occasion des débats portant sur le projet de loi « montagne » ont adopté des amendements, pour la plupart défavorables à la faune sauvage. Cela concerne aussi bien l’ours, le campagnol que les bouquetins du massif de Bargy. Et puis bien sûr, le loup. En lisant ces débats, vous y apprendrez que le loup « prolifère », « pullule » et qu’il est même « invasif ».  Et que, par conséquent, pour sauver l’élevage français, il faut réguler davantage canis lupus, et même le déclasser. Une espèce qui « prolifère » n’est plus à protéger ! (sic). Rappelons à ces élus que le loup est bien une espèce protégée !

Nous vous invitons donc à protester, le plus courtoisement possible, auprès des députés contre l’adoption de ces amendements. Voici plus précisément la liste des députés hostiles aux loups :

Pierre Morel A L’huissier (Lozère)

Arnaud Viala (Aveyron)

Annie Genevard (Doubs)

Jeannine Dubié (Hautes-Pyrénées)

Jean-Pierre Vigier (Haute-Loire)

Laurent Wauquiez (Haute-Loire)

Bernard Accoyer (Haute-Savoie)

Karine Berger (Hautes- Alpes)

Charles-Ange Ginesy (Alpes-Maritimes)

Philippe Folliot (Tarn)

Nous vous demandons de protester auprès de ces députés de manière personnalisée, en vous inspirant des arguments tirés de la brochure de Cap Loup ou disponibles sur le site.

Il suffit de leur adresser un courrier à l’assemblée nationale ou un mail.

pmorelalhuissier@assemblee-nationale.fr, aviala@assemblee-nationale.fr, contact@arnaudviala.fr, contact@pierre-morel.fr, annie.genevard@gmail.com, jdubie@assemblee-nationale.fr, secretariat@jeaninedubie.fr, jpvigier.permanence@orange.fr, jpvigier@assemblee-nationale.fr, laurent@wauquiez.net, lwauquiez@assemblee-nationale.fr, bernard.accoyer@wanadoo.fr, baccoyer@assemblee-nationale.fr, karine.berger@m4x.org, kberger@assemblee-nationale.fr, cginesy@assemblee-nationale.fr, contact@philippe-folliot.fr, pfolliot@assemblee-nationale.fr

Qui est le loup ? Conférence-débat à Vichy

Les associations Le CHANT (Allier) et le bureau local Nièvre d’Aves France, (toutes deux membres du réseau CAP LOUP) vous invitent à découvrir le loup, à travers un diaporama consacré à sa biologie et deux petits films, à Vichy dans l’Allier le samedi 29 octobre 2016 à 17h00, à La Galerie Esplanade Napoléon III. L’entrée est gratuite. :

sans-titre

L’ours Bruno tire sa révérence.

Vous aviez été nombreux à vous émouvoir pour l’histoire de l’ours Bruno. C’était en 2015 et l’association LEAL nous avait appelé à l’aide pour lui offrir une retraite paisible. Grâce à vos dons, AVES France a pu envoyer plusieurs dons à LEAL afin d’améliorer le quotidien de ce vieil ours, qui avait passé sa vie en captivité.

Aujourd’hui, c’est avec beaucoup d’émotion que nous venons d’apprendre que l’équipe de vétérinaires a décidé d’aider Bruno à s’endormir. Son état s’est détérioré rapidement et une blessure à la patte l’empêchait de sortir de sa tanière.

Ce matin à 9 heures, l’ours s’est endormi pour sa dernière hibernation. Nous savions tous que sa mort pouvait arriver rapidement, mais la douleur n’est pas moins forte. Merci. Merci à tous ceux qui ont contribué à lui offrir une fin de vie paisible. Merci aux donateurs, mais aussi aux équipes de LEAL en Italie.

Venez dire NON AU SPECTACLE D’OURS le 23 octobre à montseveroux (38)

 

ACTION TERMINEE – MERCI POUR VOTRE MOBILISATION

14485056_566769573534173_6035418722516855861_n

Besoin d’un MAXIMUM de monde pour cette action organisée par AVES FRANCE ET CALI 

Lors de cette fête médiévale qui a l’air à la base sympathique, un spectacle d’ours est prévu… Nous avons besoin donc de vous tous pour enlever l’envie aux gens de venir voir ce spectacle !
Un ours n’a rien à faire dans une cage tu dois vivre en liberté. Nous vous attendons nombreux sur place pour sensibiliser les visiteurs de la fête médiévale !
La pétition à signer : http://www.mesopinions.com/petition/animaux/spectacle-montseveroux-38/19757
Nous avons besoin d’un maximum de monde pour venir tracter merci de vous inscrire sur la page Cali de notre association, ou par mail à calisere38@gmail.com

Site internet 
Cordialement.

Lydie Visona

 

ACTION TERMINEE – MERCI POUR VOTRE MOBILISATION

Contre les montreurs d’ours : un groupe Facebook et un nouveau site internet

Dans la lutte qui nous oppose aux montreurs d’ours, le temps compte beaucoup. En effet, plus tôt nous sommes informés de la programmation d’un spectacle mettant en scène un ours, mieux nous pouvons agir, en contactant les organisateurs, les services vétérinaires (DDPP), les maires, et parfois en lançant une pétition ou en demandant une autorisation de manifester le jour de l’évènement.

Malheureusement, beaucoup de gens ne nous connaissent pas et ne savent pas où dénoncer ces spectacles.

Pour tenter de mieux nous faire connaître et de créer un réseau d’opposants aux spectacles exploitant des ours, nous avons ajouté deux nouvelles armes à notre arsenal :

Ces nouveaux outils viennent compléter le site de l’association, que nous continuerons d’utiliser pour les cyber-actions et les annonces de spectacles, nos comptes Facebook et Twitter, notre newsletter générale (inscription depuis la colonne de droite du site) et la liste de discussion spécialement réservée aux actions contre les montreurs d’ours dont le fonctionnement est expliqué ici : http://www.aves.asso.fr/2015/07/montreurs-dours-une-liste-de-diffusion-pour-signaler-les-spectacles/

Nous espérons que ces outils et la création d’un réseau le plus dense possible nous permettra de gagner en efficacité, puisque nous ne pouvons pas compter sur les DDPP qui sont sensées faire respecter la loi, mais dont les contrôles sont rares et, le plus souvent, bienveillants à l’égard des dresseurs.

Collecte pour les ours malais – Faites vos dons !

Comme vous le savez, Patrick Rouxel oeuvre depuis plusieurs mois en Indonésie pour offrir des conditions de vie décentes à plusieurs dizaines d’ours malais captifs. La situation sur le terrain est dramatique. Vous êtes nombreux à avoir suivi les aventures des trois premiers ours sauvés par son association et la construction d’un premier enclos forestier. Ce n’était qu’une première étape. -> Faire un don pour les ours malais.

Désormais, Patrick Rouxel et son association Aider les ours ont besoin de vous pour sauver plusieurs dizaines d’ours.

Durant les 6 mois passés à BOS Samboja Lestari, Patrick a construit de nouvelles cages et rénové les plus anciennes, améliorant ainsi la vie de vingt ours malais. Il n’y a plus un seul ours à Samboja enfermé dans les anciennes prisons métalliques de 1,25 m2. Ils sont maintenant dans des cages de 4 à 25 m2, avec des plateformes en bois et des hamacs. Les trois derniers ours à être transférés dans de nouvelles cages sont Dawai, Kecil et Apang. Cette amélioration de leurs conditions de détention est bien sûr insuffisante. L’objectif est que tous les ours de Samboja puissent avoir accès à des enclos forestiers.

Dawai-before-01

Le prochain projet de Aider les Ours, en collaboration avec BOS, sera de finir la construction d’un enclos de 4,14 hectares à côté de là où les ours se trouvent actuellement. Il y a cinq ans, ce terrain fut délimité pour la construction d’un grand enclos pour les ours, mais le projet fut abandonné. Le budget nécessaire pour réparer/refaire la clôture existante, pour y ajouter une clôture électrique, pour construire 3 nouvelles et pour faire un enclos d’apprentissage (où les ours se familiarisent avec la clôture électrique) est d’environ 62 000 €. Aider les Ours et BOS espèrent pouvoir récolter les fonds pendant l’été pour que Patrick puisse retourner à Samboja en Septembre afin de superviser la réalisation de ce projet.

AVES France vous encourage donc à faire des dons pour ce projet.
Pour vous encourager à soutenir ce projet, vos dons seront récompensés par de petits cadeaux.
Ainsi, selon le montant de vos donations (qui ouvrent toutes droit à une déduction fiscale), vous pourrez recevoir un marque-page, une brochure ou des bracelets Bearz Ours malais.
Nous comptons sur vous pour partager cette collecte, afin de pouvoir réunir une partie de cette somme dans les plus brefs délais. Les ours malais comptent sur vous. -> Faire un don pour les ours malais.

Juillet 2016 : quelques nouvelles de l’ours Bruno (Italie)

Vous êtes nombreux à attendre des nouvelles de Bruno. LEAL vient de nous en fournir.

Bruno voit très mal : il est atteint par la cataracte, qui est une maladie de l’oeil qui provoque une opacification progressive du cristallin, jusqu’à la cécité.  C’est une affection normale pour son âge. Par contre, un ophtalmologue doit-être consulté pour être sûr qu’il n’y a pas de glaucome.
Bruno a des problèmes dentaires, mais qui ne semblent pas le faire souffrir.
Un vétérinaire doit examiner sa jambe car il a du mal à marcher, mais cela pourrait-être dû à son arthrose.
Il  a également de l’arthrite cervicale, raison pour laquelle il regarde souvent en l’air et incline sa tête sur le côté.
Les bénévoles de LEAL ont demandé de nouveaux aménagements de sa tanière.
Bruno a pris l’habitude de manger la nourriture qu’on lui distribue le matin, puis de se promener l’après-midi. Il cherche dans les buissons et dans les différents enrichissements de son enclos les friandises qui y sont cachées. En ce moment, puisqu’il fait chaud, Bruno se baigne  plusieurs fois par jour.
Pour continuer à aider Bruno, nous vous invitons à envoyer vos dons via notre formulaire de collecte, en précisant dans la case “Commentaire” que le don doit-être attribué à “ours Bruno – Italie”. https://www.helloasso.com/don/associations/aves-france

Menace sur la Guyane ! le billet de Fabrice Nicolino

Appel à Nicolas Hulot, Allain Bougrain-Dubourg, Pierre Rabhi et tous autres

Je souhaite être solennel. Vous lirez ci-dessous un article que j’ai publié dans Charlie-Hebdo voici quelques semaines. Il n’a rien banal, car il touche aux profondeurs de notre destin commun. Même s’il  s’agit de criminels ordinaires, ordinaires dans notre monde criminel. Un groupe minier russe, qui travaille en Afrique dans des conditions scandaleuses, veut s’en prendre au joyau écologique qu’est la forêt tropicale de la Guyane dite française.

On ne peut laisser faire. À aucun prix. Nous sommes en face d’une modeste mais réelle responsabilité historique. Car la France détient sur le continent américain une fraction de la richesse biologique mondiale. Une mine d’or industrielle là-bas serait le signal que tout, désormais, est possible. Si un pays comme le nôtre accepte de sacrifier cette merveille, quel autre se sentirait tenu de s’arrêter pour réfléchir ? La Chine ? L’Indonésie ? Le Brésil ? Le Rwanda ? La Russie de Poutine ? Voyons, un peu de dignité.

Nous crevons sous le poids de discours illusoires et de déclarations qui n’engagent à rien. Du haut des tribunes frelatées, comme il est aisé de crier : « Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs ! ». Elle brûle, en effet, et en enfer. Elle se tord, elle hurle sa douleur chaque seconde de chaque minute, et nous faisons comme si tout devait se passer entre gens de bonne compagnie. Cela ne peut plus durer. Qu’on le veuille ou qu’on le cache, une frontière sépare ceux qui accélèrent dans la dernière ligne droite discernable, et ceux qui se jettent de désespoir sur le frein.

Le noble combat de Notre-Dame-des-Landes est essentiel pour la France, car il affirme dans la clarté qu’on ne peut plus faire comme avant. Ici, dans ce pays-ci. La grande bagarre de Guyane que j’appelle de mes vœux est d’emblée internationale, mondiale, planétaire. Elle signifie que la défense de la biodiversité – nom savant de la vie – oblige à sortir du bois et à compter ses forces. Reculer, ce serait avouer que nous ne sommes pas de taille. Reculer, ce serait accepter tout, étape après étape. Je vous suggère, amis de l’homme, des bêtes et des plantes, d’organiser un voyage de protestation en Guyane même, dès qu’il sera possible. Le crime qui se prépare, car c’en est un, mérite que nous bandions toutes nos forces, et elles sont grandes, malgré tout.

Levons-nous ensemble, car sinon, autant se taire pour l’éternité.


Ci-dessous, l’article paru dans Charlie.

La mine d’or guyanaise d’Attali, Juppé et Macron

Tous aux abris ! La forêt tropicale de Guyane – la nôtre – est menacée par un tsunami affairiste. Le gouvernement donne les clés d’une mine d’or gigantesque à une transnationale russe qui sévit déjà au Burkina Faso.

 

Attention les yeux, on va voir apparaître comme par magie un Attali, un Juppé, un Macron pour le prix de presque rien. Mais dès l’avance, il faut dire deux mots de la Guyane audacieusement appelée française. Il y a là-bas des Noirs Marrons, descendants d’esclaves échappés des plantations philanthropiques. Des Indiens installés au profond de la forêt tropicale, le long des rivières et des fleuves. Et puis des Blancs, car il y a partout des Blancs. Autrement, qui tiendrait le nerf à bœuf, dites-moi ?

La forêt tropicale, qui couvre 95% du pays, est à peu près intacte, ce qui se fait rarissime dans un monde qui crame tout. Et en théorie, les envolées permanentes des nobles politiques sur la biodiversité devraient pouvoir protéger les singes hurleurs, les aras et les jaguars pour l’éternité.

Mais il y a l’or. Des milliers d’orpailleurs clandestins pourrissent les eaux de Guyane depuis des décennies en balançant à tout va de charmants produits comme le mercure – idéal pour extraire l’or de son substrat rocheux – dans les rivières. C’est pas bon, c’est pas beau, et c’est artisanal. Tout autre est la puissance de feu des transnationales, qui peuvent mobiliser des concasseurs de la taille d’un avion et pulvériser des millions de tonnes de roches sans coup férir.

Jusqu’ici, les projets les plus crapoteux ont échoué, mais celui dont on va parler a plus que ses chances. En 2011, la Columbus Gold, boîte canadienne junior – on va expliquer, c’est très malin –, achète huit concessions minières en Guyane. L’une des huit se trouve à 80 km au sud de Saint-Laurent-du-Maroni, au-dedans d’un lieu appelé la Montagne d’Or. Il y aurait 155 tonnes d’or planquées, peut-être le double. Miam.

Pour récupérer la mornifle, il faudra creuser une fosse d’au moins 2,5 Km de long, de 600 à 800 mètres de largeur, de 200 à 250 mètres de profondeur. Compter 460 millions de tonnes de roches à broyer, au bas mot, car on récupère au mieux qu’1,5 gramme d’or par tonne. Prévoir également de gros besoins d’énergie et d’électricité. Disons l’équivalent de ce que consomme la capitale Cayenne en un an.

Mais une telle apothéose, ami technophile, ne peut être déployée par une petite junior, qui apparaît en la circonstance comme le paravent d’une grosse mère que les spécialistes nomment une major. La Columbus Gold ne fait qu’explorer, avant de refiler le bébé au vrai bénéficiaire, la Nordgold, sise à Moscou. Nordgold est seule capable d’exploiter et d’ouvrir les entrailles de Guyane. Et elle est en plus entre des mains charmantes. Une ONG suisse et catho, Action de Carême, a publié en février 2016 un rapport sur les mines d’or au Burkina Faso (1), où l’on peut lire : « Dans beaucoup d’endroits, l’exploitation aurifère détruit les bases de l’existence de populations, porte atteinte aux droits humains ». Avant de préciser : « Les sociétés minières présentes au Burkina Faso, en l’occurrence Iamgold, Nordgold et Amara Mining, ont une grande responsabilité dans les violations des droits humains exposés ».

Si cette mine ouvre, et tous les feux sont au vert, adieu à la forêt tropicale que l’on connaît. En toute certitude, ce sera la ruée vers l’Eldorado, car on trouve de l’or un peu partout. Il y aura des routes, des autoroutes, des barrages, des pylônes à haute tension. Et si tout est désormais sur les rails, c’est que la mine est soutenue par des autorités morales considérables. Jacques Attali, le preux lobbyiste international, siège au Comité consultatif de la Columbus Gold. Alain Juppé, fervent écologiste, en meeting à Cayenne ces dernières semaines : « On ne veut pas que des lobbies écologistes viennent contrecarrer un projet qui serait créateur d’emplois ». Quant à l’immense Emmanuel Macron, il s’est carrément rendu sur le futur chantier, vantant l’excellence du projet, précisant : « Cet industriel [la Columbus Gold] est l’un des fers de lance de la mine responsable ».

C’est maintenant que tout se joue, nazes que nous sommes. Ou la mine ou la forêt. Si les écolos de France et de Navarre arrêtent de se branlotter une seconde, il y a peut-être une chance.

 

(1) https://voir-et-agir.ch/content/uploads/2016/02/160215_Etude_Or_Burkina-Faso.pdf

Animaux captifs : Non au salon de la honte à Saint-Tricat (62) !

ACTION TERMINEE – MERCI POUR VOTRE MOBILISATION

Aves france dit non à ce salon de la honte et à la venue des Poliakov  !

Pour nous soutenir et agir :

Signez la pétition 

Exprimez vigoureusement mais courtoisement votre mécontentement et
demandez l’annulation de cet honteux salon en écrivant au maire :  commune-st-tricat@orange.fr
ou par téléphone : +33 3 21 35 24 77

ACTION TERMINEE – MERCI POUR VOTRE MOBILISATION

Rejoignez-nous sur place le 15 août 2016 à partir de 14h.
Vous pouvez également vous y rendre le matin pour filmer les spectacles et prendre des photos !

Infos sur l’évènement Facebook : https://www.facebook.com/events/661079984042549/

Si vous n’êtes pas adeptes des réseaux sociaux, envoyez-nous un mail pour vous inscrire à cette action !

LES ANIMAUX EXPLOITES COMPTENT SUR VOUS

Co-voiturages au départ de Rouen, Paris, Dunkerque…

unnamed