Qui est le loup ? Conférence-débat à Vichy

Les associations Le CHANT (Allier) et le bureau local Nièvre d’Aves France, (toutes deux membres du réseau CAP LOUP) vous invitent à découvrir le loup, à travers un diaporama consacré à sa biologie et deux petits films, à Vichy dans l’Allier le samedi 29 octobre 2016 à 17h00, à La Galerie Esplanade Napoléon III. L’entrée est gratuite. :

sans-titre

Loup : espèce mal aimée – Collecte de fonds pour notre campagne de sensibilisation.

Campagne de sensibilisation et de défense du loup en France

Loup : espèce mal aimée

AVES France, association de protection des espèces menacées fondée en 2005, prend la défense des grands prédateurs depuis sa création. Aujourd’hui, le retour du loup touche de nombreuses régions et l’Etat, qui n’a pas su tirer les échecs du manque d’accompagnement des éleveurs lors du retour du canidé sauvage en 1992, semble répéter les mêmes erreurs. Avec nos bénévoles et des amis naturalistes, nous souhaitons jouer un rôle actif dans l’organisation d’expositions, de conférences et de débats, notamment dans la région Bourgogne où les éleveurs sont d’ores et déjà inquiets par le retour du loup. AVES France a rejoint le collectif CAP Loup et ce projet montre notre engagement total pour la défense de cette espèce, encore menacée à ce jour en France.

-> Faire un don sur notre page de collecte <-

Origine du projet

En 1992, le manque d’accompagnement des services de l’Etat a conduit à un rejet de toute forme de cohabitation avec le loup. Les éleveurs, non informés, se sont sentis abandonnés. Le mode de production extensif, avec des troupeaux de plus en plus importants, s’est montré particulièrement vulnérable aux attaques de loups, d’autant plus que la mise en place des moyens de protection a tardé. Les lobbyistes du monde cynégétique, certains syndicats agricoles et bon nombre d’hommes politiques ont surfé sur la peur pour crier au loup et demandé l’éradication du canidé, ce qui leur a évité d’avoir à assumer leur politique désastreuse sur le plan agricole.

Aujourd’hui, nous souhaitons ouvrir des débats. S’ils sont vifs et passionnés, notre rôle est de réhabiliter le loup tout en réfléchissant ensemble, par des échanges d’expériences, sur les moyens de protection à mettre en place pour permettre la cohabitation entre l’élevage et le sauvage. Cette campagne a également pour objectif de lutter contre les fausses idées qui circulent sur le loup, sur les images d’Épinal qui font encore trembler dans les chaumières.

A quoi servira l’argent collecté ?

Deux types d’actions méritent d’être mises en place de manière urgente : la sensibilisation dans les écoles, ce qui nécessite un peu de matériel pédagogique, et l’organisation de débats-discussions autour de l’éventuel retour du loup dans les départements limitrophes à son actuelle aire de répartition. L’expérience nous prouve en effet que la plupart des gens ont des connaissances erronées sur l’animal (véhiculées par les médias notamment), ce qui entraîne un sentiment de crainte et de rejet vis à vis du prédateur.

L’argent collecté permettra de financer :

  • des supports pour les expositions
  • l’achat d’un vidéo-projecteur
  • l’impression de livrets en papier recyclé
  • l’organisation de conférences ou de colloques, avec des spécialistes du loup invités

Nos idées ne manquent pas pour cette campagne, et sa réussite dépend directement de vos dons (déductibles des impôts).

Les contreparties

Pour vous remercier de vos dons (déductibles des impôts), AVES France a prévu quelques cadeaux.

  • Pour un don de 10€, vous recevrez un marque page loup*
  • Pour un don de 20€, vous recevrez un marque page loup* et la brochure sur le loup du collectif CAP Loup*
  • Pour un don de 30€, vous recevrez un marque page loup*, la brochure sur le loup du collectif CAP Loup* et un bracelet Bearz loup.
  • Pour un don supérieur à 50 €, vous recevrez un marque page loup*, la brochure sur le loup du collectif CAP Loup* et les deux modèles de bracelets Bearz LOUP.

* imprimé(e) sur papier recyclé.

Faire un don sur : https://www.helloasso.com/associations/aves-france/collectes/loup-espece-mal-aimee

© Photo de couverture : Fabio Palella – Fotolia.com

Cirque à Nevers : réponse à la mairie

Suite à notre article sur la présence du cirque Claudio Zavatta à Nevers, et au reportage de France 3 Bourgogne, nous tenons à préciser, et même rappeler, que notre association ne se fonde pas sur des rumeurs ni n’accuse le dresseur (dans ce cas précis) de violences physiques à l’encontre des fauves (nous n’accusons pas sans preuves). Nous parlons bien d’une maltraitance fondée sur les besoins physiologiques d’animaux sauvages détenus en captivité.

Un lion, un tigre ou un quelconque autre animal sauvage n’est pas à sa place dans un cirque, un animal sauvage n’a pas à effectuer des tours devant un public bruyant, dans un espace confiné, n’a pas à subir les longues heures de trajet d’une ville à une autre, n’a pas à stationner dans une pseudo-ménagerie où, après la représentation les gens sont invités à contempler des bêtes parquées dans des cages ou des enclos de fortune sur un bout de trottoir ou un carré d’herbes.

La vision du cirque présentant des animaux est devenue archaïque. Plusieurs pays l’ont bien compris en interdisant les animaux sauvages dans les cirques et plusieurs villes françaises refusent désormais de les accueillir sur leurs territoires.

De belles attractions peuvent être réalisées au cirque, sans les bêtes, les plus beaux exemples nous sont offerts par le Cirque du Soleil ou Plume. Il faut savoir renoncer à des traditions douteuses et évoluer. Il faut aussi pouvoir réfléchir à la condition animale et accepter le fait que les animaux ont d’autres besoins que ceux que nous leur prêtons pour avoir bonne conscience. Non, Monsieur l’élu, un lion bien nourri et en bonne santé n’est pas un lion heureux. L’ennui, les troubles du comportement sont leur quotidien. Ils restent des prisonniers condamnés à perpétuité. Et pour quel crime ?

Refuser les animaux dans les cirques est affaire d’éthique et de morale, les mentalités évoluent, les temps changent.  L’animal ne doit plus être considéré comme un objet, comme un outil professionnel, c’est un être sensible qu’il convient de traiter avec décence et respect. L’exploitation des animaux dans les cirques, n’en déplaise à ces derniers, touche à sa fin, leur temps est compté. En attendant, notre association et bien d’autres, ainsi que des collectifs citoyens, veilleront à alerter et sensibiliser pour qu’un jour très proche, ces distractions d’un autre âge disparaissent.

photo : https://www.facebook.com/pages/La-France-dit-STOP-aux-cirques-avec-animaux/981028171928990

photo : https://www.facebook.com/pages/La-France-dit-STOP-aux-cirques-avec-animaux/981028171928990

Dites non au cirque Zavatta à Nevers

Le Cirque Claudio Zavatta sera a Nevers du 27 avril au 7 Mai 2016, au parc des expositions. Au programme figureront, entre clowns et acrobates : le groupe de 12 lions et lionnes dont un lion blanc présentés par Didier Prein, le groupe des animaux exotiques (chameaux, lamas, autruches et zèbres) présenté par Anita Gärtner,  ânes et oies,  le groupe de 6 dromadaires de Timothée…

Merci de rappeler courtoisement au maire de Nevers que les animaux sauvages, exotiques et même domestiques d’ailleurs n’ont rien à faire sur une piste et outre le dressage, la proximité avec des gens, le bruit, ils endurent de nombreuses heures sur les routes et dans les cages. Alors le cirque, oui, mais sans animaux !

Adresse Mairie ,
Maire Denis Thuriot 
 tél : 03.86.68.46.46 .
Place de l’Hôtel-de-Ville
58000 NEVERS
France 

Consultation publique : destruction des corbeaux dans la Nièvre

Le préfecture de la Nièvre organise une consultation publique du 8 au 30 avril 2016. Merci de participer nombreux, les corbeaux sont les mal-aimés de nos campagnes.

Les observations sont à transmettre :
par messagerie à l’adresse suivant : ddt-sefb.consultation-du-public@nievre.gouv.fr
Merci de préciser dans l’objet du message le titre du projet de la décision.
par courrier à la Direction départementale des territoires – Service Eau, Forêt, Biodiversité, 2 rue des Pâtis 58000 NEVERS.

Les documents sont téléchargeables ici :

http://www.nievre.gouv.fr/consultation-du-public-r301.html?page=rubrique&id_rubrique=301&id_article=1996&masquable=OK

Ces projets portent autorisation de destruction de corbeaux freux par tirs sur les arbres d’alignement du domaine public routier départemental sur les communes de Nevers et Sermoise-sur-Loire, d’Alluy et Châtillon-en-Bazois, de Dirol, de Pouilly-sur-Loire, et de Cervon, du 30 avril au 30 mai 2016.

Parmi les arguments que vous pouvez soulever :

Le nombre de corbeaux à tirer n’est pas indiqué, il n’y a donc aucune limitation !!

Pour prévenir les chutes de branches en particulier, l’élagage des arbres en automne et le retrait des anciens nids avant février peuvent être réalisés.
L’effarouchement des colonies lors de leur installation à partir de fin février a déjà été testé sur d’autres communes, il est donc possible d’y recourir.
Pour éviter d’avoir à recourir à ces méthodes tous les ans, il est important de limiter la coupe d’arbres au bord des routes, de laisser les haies de haut jet en place, de planter des arbres dans les zones périphériques  pour fournir des zones de nidification aux oiseaux dans des lieux ne risquant pas de poser problèmes aux usagers.

source : Pixabay CC0 Public Domain

source : Pixabay CC0 Public Domain

Conférence-débat sur le loup à Decize (58)

Avis aux sympathisants nivernais : je serai à la bibliothèque de Decize le samedi 30 avril prochain à 14h30 pour une discussion autour de l’éventuel retour du loup dans la Nièvre.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce prédateur, sa place dans la nature et dans notre département, discuter de la façon dont nous, habitants en zone rurale, appréhendons le retour de cet animal, n’hésitez pas à vous joindre à nous. L’exposition Loup sera visible et un petit diaporama sera également présenté.

conferenceloup

 

Comment protéger la nature dans la Nièvre

Photo : Aves france

Photo : Aves france

Le bureau local nivernais d’Aves France dispose de peu de bénévoles, nous ne pouvons pas agir partout hélas. Heureusement, la Nièvre dispose d’un tissu associatif non négligeable. Aussi, si vous voulez agir pour protéger la nature, nous vous conseillons de vous adresser à l’une des associations existantes. Chacune a sa spécificité, n’hésitez pas à contacter l’une ou l’autre selon vos besoins :
D’abord, les associations répertoriées sur le blog Nature environnement 58, très précieux (Loire Vivante, DECAVIPEC, CNAD, Stop charbon, Stop LGV…) :
Ensuite, le site de la Ligue pour la Protection des Oiseaux Nièvre :
Le collectif Nivern’haies créé pour défendre les haies des territoires des Amognes, de Saint-Saulge et du Bazois.

Groupement forestier pour la sauvegarde des feuillus du Morvan

http://www.sauvegarde-forets-morvan.com/

Il y en a sûrement d’autres, n’hésitez pas à laisser un mot dans les commentaires pour signaler une association.

 

Manif pour le loup : co-voiturage pour Lyon

Le 16/01/16 aura lieu la manifestation pour les loups à Lyon.

Du co-voiturage peut-être organisé pour la Nièvre et les départements limitrophes, Allier,Cher, Saône et Loire.

Merci de laisser vos propositions dans les commentaires.

Nous donnerons plus de détails sur les horaires et lieux de rendez-vous, début janvier.

Pour ceux qui n’habitent pas sur ces départements, vous pouvez aussi laisser des messages ici :

https://www.facebook.com/events/1640029419578434/

i405_TDM_icon_vanpool4

Cirque de Madrid à Decize : l’administration ne répond pas

Il y a quelques jours, nous avons signalé à la DDT et à la DDCSPP de la Nièvre, l’arrivée du cirque de Madrid à Decize, en demandant, comme d’habitude, que l’administration vérifie les certificats de capacité.
Nous étions d’autant plus inquiets que certains membres de ce cirque avaient fait l’objet d’une interpellation par les gendarmes, en juillet dernier, dans un autre département, pour une affaire non liée aux animaux.,
Pas de réponse.
Nous apprenons par voie de presse (le Journal du centre) qu’un jeune lion s’est échappé du cirque, le vendredi 25 septembre, et on nous confirmera sur place, que les gendarmes ont été alertés. Le jeune lion a pu être récupéré, sans autres dommages.
Enfin, dernier rebondissement, le maire de Decize décide de porter plainte contre le cirque pour « stationnement illégal ». Alors évidemment, c’est bien peu de choses (que le cirque demeure encore à Decize au-delà de son autorisation) si l’on songe au fait qu’un animal sauvage s’est échappé 2 jours auparavant. Cela aurait pu avoir des conséquences dramatiques aussi bien pour les habitants présents ce jour là que pour l’animal. Disons que c’est mieux que rien…
Les services de la Nièvre ne répondent jamais à nos sollicitations, ni pour nous confirmer leurs contrôles, ni d’ailleurs pour nous signifier que rien n’est fait pour x raisons (manque de temps, de personnel, d’intérêt…).
Nous les prévenons pourtant systématiquement lors des passages de cirques. Les communes qui accueillent ces cirques ne sont d’ailleurs pas plus vigilantes ni concernées par le problème de l’utilisation ds animaux sauvages captifs aux seules fins de « divertir » le public.
Peut-être faudra-t-il qu’un accident plus tragique ne survienne pour qu’élus et administration prennent enfin leurs responsabilités ?

SUNP0042

SUNP0044

photos : aves france

photos : aves france

EDIT du 2 octobre : reportage de France 3 Bourgogne : des employés du cirque ont menacé un journaliste du journal du centre à Decize !!

Consultation publique sur le cormoran : participez

Le cormoran est protégé au titre du régime général de protection de toutes les espèces d’oiseaux visées à l’article 1er de la directive 2009/147/CE relative à la conservation des oiseaux sauvages.
Conformément au code de l’environnement il est toutefois possible de déroger à l’interdiction de destruction des spécimens pour prévenir :
– des dommages importants aux piscicultures en étang ou la dégradation de la conservation des habitats naturels que ces dernières peuvent contribuer à entretenir ;
– les risques présentés par la prédation du grand cormoran pour les espèces de poissons protégées ainsi que pour celles pour lesquelles des indications suffisantes permettent d’établir que l’état de conservation de leur population est défavorable, prévenir des dommages importants aux piscicultures.
Ces dérogations peuvent être accordées par les préfets des départements dans lesquels ont été constatés des dégâts sur les piscicultures ou les eaux libres. Les quotas départementaux dans les limites desquelles celles-ci peuvent être octroyées tiennent compte de l’évolution constatée de la population de cormorans.

La consultation est ouverte du 9 juillet au 31 juillet 2015.

Il s’agit encore une fois d’accorder des dérogations pour une espèce protégée ! Une fois de plus avec des arguments bidons : on veut protéger les poissons « protégés » du grand méchant cormoran lui-même « protégé ». Toujours aucune connaissance de l’écologie dans les préfectures.
Ici, nous nous concentrerons sur les quotas pour une large zone couvrant la Nièvre bien sûr (900) mais aussi l’Allier (900) et la Saône et Loire (1550).

A vos claviers ! C’est ici.