La Journée mondiale pour sauver les Ours aura lieu le samedi 22 février 2020 à Paris

Comme chaque année, AVES France organisera la Journée mondiale pour sauver les Ours à Paris.

Cette édition aura lieu le samedi 22 février 2020 à partir de 10h au VG LAB – 10 rue Charles Fourier – 75013 PARIS.

Le programme de cette nouvelle édition de la Journée mondiale pour sauver les ours se précise.
Dès 10h, les associations tiendront leurs stands et vous présenteront leur travail. Des animations seront proposées aux enfants (réaliser une interview radio avec Radio Parole d’Animaux, apprendre à faire un moulage d’empreinte d’ours avec Aves France, jouer au Jeu de l’ours…). Entrée libre.

Attention : pour l’atelier « Le petit reporter : apprendre à réaliser une interview radio », les places sont limitées. Merci de réserver : https://www.helloasso.com/associations/aves-france/evenements/le-petit-reporter-apprendre-a-realiser-une-interview-radio

Aiyanna l’ourse polaire et Léo, les personnages de notre spectacle Papouk le Pizzly, un ours polaire pas comme les autres, seront présents. Ils dédicaceront le livre et assureront des animations pour les tout-petits. Ils ont préparé une animation calibrée pour les enfants de maternelle (entre 3 et 6 ans), d’une durée de 20 minutes. Les enfants sont reçus par groupe de 20. Même si l’animation est gratuite, merci de réserver !

Virginie Dordet sera également des nôtres afin de vous présenter son prochain livre pour enfants sur les ours ! Elle animera un atelier d’activités manuelles.

A partir de 13h45, nous vous proposons un cycle de conférences sur les ours. Comme les autres animations, l’accès aux conférences est gratuit, mais nous vous remercions de réserver vos places afin de faciliter le travail d’organisation :
https://www.helloasso.com/associations/aves-france/evenements/conferences-journee-mondiale-pour-sauver-les-ours-2020

Programme provisoire :

  • 13h45 : Accueil des participants et présentation
  • 14h00 : Jérôme POUILLE (panda.fr) – Le panda géant, l’ours endémique de Chine, reste menacé.
  • 14h40 : Christophe CORET (AVES France) – Montreurs d’ours : bientôt la fin ?
  • 15h20 : Catherine RUTZ (Bärenpark) – L’Alternativer Wolf und Bärenpark Schwarzwald/Parc Alternatif des Loups et Ours de Forêt-Noire : expertise dans la prise en charge d’ours sauvés de l’exploitation par des êtres humains.
  • 16h00 : Michèle JUNG (Animals Asia) – L’ours noir d’Asie : entre enfer et paradis
  • 16h45 : Michel Rawicki et Christine Grandjean (C’est assez !) – L’ours polaire a-t-il sa place en captivité ?
  • 17h15 : Marie-Astride CHAPPE (Aider les ours) – Réhabilitation d’ours malais orphelins

Nous espérons que vous répondrez nombreux à l’invitation de nos associations !

Lien de l’évènement Facebook : https://www.facebook.com/events/466760937530849/

Consultation publique : projet d’arrêté portant expérimentation de diverses dispositions en matière de dérogations aux interdictions de destruction pouvant être accordées par les préfets concernant le loup

Sur le projet d’arrêté portant expérimentation de diverses dispositions en matière de dérogations aux interdictions de destruction pouvant être accordées par les préfets concernant le loup (Canis lupus)

Le seuil de viabilité démographique du loup, que le PNA « loup et activités d’élevage » a reconnu comme étant de 500 individus, a été atteint en 2019.

Ce qu’il faut retenir de ce projet d’arrêté :

Pour les tirs de prélèvement, les dispositifs de repérage utilisant la technologie d’amplification de lumière ou la détection thermique pourront être utilisés par les chasseurs habilités en l’absence d’un lieutenant de louveterie ou d’un agent de l’OFB

L’expérimentation sur le projet d’arrêté « plafond » qui définit la modalité de calcul du nombre de loups qui pourront être abattus, repose sur une augmentation du taux de prélèvement, porté à 17% pour 2020, au lieu de 10 % (article 5 point I).

Si le plafond ainsi déterminé était atteint avant le 31 décembre 2020, la possibilité d’aller jusqu’à un taux de 19 % est ouverte, afin de permettre la protection continue des troupeaux, en utilisant des tirs de défense (simple, mixte ou renforcée) ainsi que des tirs de prélèvement simple dans le cercle 0.

L’association AVES FRANCE se prononce contre cette expérimentation qui ne vise qu’à réduire drastiquement les effectifs du loup en France.

Ce seuil de loups à abattre, 19%, est énorme et met en péril l’avenir de l’espèce en France. On finirait par oublier que le loup est une espèce protégée !

Il n’y a toujours aucune conditionnalité mise en place sur la protection des troupeaux et les indemnisations (pire, on assiste à la mise en place de zones difficilement protégeables, qui peuvent donc recouvrir tout et n’importe quoi), tout comme il n’y a pas ou si peu de contrôles effectifs sur le terrain quant à la mise en place des moyens de protection. Placer un fil électrique dans les broussailles à 80 cm du sol n’est pas un moyen efficace de protéger un troupeau !

Nous déplorons également qu’un seul type de protection soit généralement envisagé par les éleveurs alors qu’il conviendrait de cumuler différents moyens, et notamment renforcer la présence humaine (berger, employé agricole) en appui à l’installation de clôtures ou la présence de chiens de protection.

Nous dénonçons également le fait que cette expérimentation soit programmée alors même que l’Administration n’est pas en mesure de fournir une étude scientifique et indépendante sur les conséquences des tirs sur le comportement des loups et notamment leurs méthodes d’attaques et de prédation puisque les tirs de « prélèvement » ne font pas baisser le taux de prédation.

Enfin, nous regrettons, depuis plusieurs années, que ces prélèvements soient décidés sans prendre en compte non seulement les morts accidentelles (collisions avec les voitures, etc.) mais aussi le taux de braconnage qui ne fait l’objet d’aucune étude, et pour cause !!

Cette expérimentation ne doit pas être mise en place, dites-non aux tirs de loups !

Vous avez jusqu’au 25 décembre 2019 pour envoyer vos commentaires personnalisés en cliquant sur ce lien :

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=2110

° CELSIUS : la galerie IDA MÉDICIS expose les ours polaires de Sophie Larroche

Du 26 novembre 2019 au 1er janvier 2020, les ours polaires de l’artiste Sophie Larroche seront exposés à la galerie IDA MÉDICIS, 9 rue de Médicis à Paris. AVES France vous invite au vernissage qui aura lieu le mercredi 4 décembre 2019 à partir de 18h30 en présence de l’artiste (contactez-nous pour obtenir votre invitation).

Le projet Celsius.

Celsius, dont le nom réfère à la dangereuse ascension des degrés de la planète, est né d’une rencontre artistique entre la galerie IDA MEDICIS et l’artiste Sophie Larroche.

L’Art comme puissant messager.

La galerie et l’artiste ont pour souhait commun de réunir leurs activités au profit d’une cause fondamentale, la sensibilisation autour du réchauffement climatique. Leurs médias sont l’Art, l’esthétique, le ressenti immédiat, sans moralisation et sans discours.

Face au travail de cette sculptrice, de majestueux ours polaires sont mis en scène dans dans leur vie quotidienne : sculptés dans la terre ou formés en porcelaine, l’animal se laisse observer en train de s’étirer, nager ou encore de regarder avec inquiétude sa petite parcelle de banquise.

Aux interrogations que ces oeuvres suscitent, l’exposition incite chacun, collectionneurs ou novices, à se sentir concerné par la cause environnementale et à investir dans l’Art en mêlant plaisir et acte citoyen.

Unissons nos voix.

L’Artiste Sophie Larroche et la Galerie IDA MEDICIS collaborent avec l’Association AVES France afin de reverser une part du prix de vente des oeuvres à la protection des Ours Polaires.

Adopter une sculpture.

Le lien entre l’ours et l’humain est affectif et émotionnel ; incarnant le réconfort et la douceur, l’animal fait indéniablement appel à notre enfance. Nous parlons d’adoption comme symbolique du sauvetage de l’espèce menacée : il s’agit ici de la rencontre de deux histoires. Celle de l’animal sauvage et de l’individu qui se fait protecteur.

Offrir de l’Art, offrir un symbole.

L’exposition « Celsius », du 26 novembre 2019 au 1er janvier 2020, ne s’inscrit pas par hasard dans la période de fin d’année, propice aux plaisirs, aux résolutions et à la bienveillance. IDA MEDICIS envisage d’associer une nouvelle dimension au cadeau de fin d’année: s’offrir ou offrir à un proche une œuvre d’art porteuse d’un message fort. Convertir un acte de consommation en un acte citoyen qui trouve une résonance toute particulière chez son destinataire et permet de transmettre l’histoire de cette œuvre, sa symbolique, sensibiliser le receveur à sa cause.

Changer la donne, pour l’éternité.

L’achat d’une œuvre d’art est un investissement dans le temps. L’œuvre perdure, prend de la valeur tout en traversant les années. Et si nous contribuions au même avenir de notre planète ?

Adopter le seigneur de l’Arctique n’est pas un simple plaisir de consommation. De la contemplation à l’envie d’agir, l’investissement devient moral.

Contactez-nous pour obtenir votre invitation pour le vernissage, mercredi 4 décembre 2019 à partir de 18h30, en présence de l’artiste !

 

Ours malais : aidons Pampy à retrouver sa liberté dans les forêts d’Indonésie

Chez AVES France, nous sommes admiratifs du travail effectué en Indonésie par Patrick Rouxel et son association Aider les ours. En Indonésie, les ours malais sont menacés par la déforestation, la chasse et le trafic. Patrick a décidé de leur dédier une partie de sa vie et travaille d’arrache-pied pour sortir les ours de leurs cages et leur offrir des enclos forestiers. Depuis plusieurs années, nous essayons de le soutenir en parlant de son formidable travail, comme lors de la Journée mondiale pour sauver les ours 2017 où il nous avait permis de diffuser son film « Life is one », qui raconte le retour à la vie sauvage de 3 oursons malais.

Aidons Pampy à rejoindre la vie sauvage

Aujourd’hui, Patrick poursuit la construction des enclos au refuge du Borneo Orangutan Survial à Samboja, en Indonésie. Fin septembre, il nous apprenait que 7 nouveaux ours du deuxième refuge de BOS à Nyaru Menteng allaient bientôt pouvoir vivre dans ces nouveaux enclos.

Pampy, une oursonne de 5 mois, n’ira pas dans un enclos car Patrick souhaite lui offrir une chance de retrouver sa liberté. Deux « mamans de substitution » passeront leurs journées avec Pampy, qui les suivra comme elle le ferait avec sa propre mère jusqu’à ce qu’elle devienne de plus en plus indépendante et décide de faire sa vie seule, vers l’âge de 2 ans. Cette méthode de « l’accompagnement » a déjà été utilisée pour d’autres ours. Ceux d’entre vous qui ont eu la chance de voir le film Life is one savent que c’est une méthode qui demande beaucoup de temps et de patience aux mères de substitution.

La première « maman » de Pampy est déjà sur place à Samboja et passe ses journées en forêt avec elle. Patrick recherche actuellement une deuxième bénévole qui puisse consacrer les 18 prochains mois à Pampy. Pampy sera équipée d’un émetteur radio pour pouvoir la suivre, puis l’emmener dans un site au coeur de Bornéo où les deux mamans continueront de l’accompagner jusqu’à son indépendance.

Bien sûr, tout cela nécessite de l’argent et c’est la raison pour laquelle AVES France appelle à soutenir Patrick Rouxel et son association Aider les ours. Vous pouvez faire vos dons via AVES France. La totalité des sommes collectées seront rapidement envoyées à l’association pour que Pampy puisse être correctement prise en charge.

 

Comment aider les ours malais ?

 

 

© Photos : Patrick Rouxel – Aider les Ours

° CELSIUS, l’art en faveur de la cause environnementale et animale

° CELSIUS, dont le nom réfère à la dangereuse ascension des degrés de la planète, est né d’une rencontre artistique entre la galerie IDA MÉDICIS et l’artiste sculptrice Sophie LARROCHE.

Jeune galerie d’Art Contemporain située dans le VIème arrondissement de Paris face au jardin du Luxembourg, IDA MÉDICIS Galerie explore l’abstrait sans exclusivité. Concernés par la cause environnementale, ses directeurs Delphine Piard et Georges Lironis souhaitent à travers l’exposition «° CELSIUS » faire de l’Art un acte citoyen.

L’Art comme puissant messager.

La galerie et l’artiste ont pour souhait commun de réunir leurs activités au profit d’une cause fondamentale, la sensibilisation autour du réchauffement climatique. Leurs médias sont l’Art, l’esthétique, le ressenti immédiat, sans moralisation et sans discours. Face au travail de cette sculptrice, de majestueux ours polaires, sculptés dans la terre ou formés en porcelaine, regardent avec inquiétude leurs parcelles de banquise. L’ artiste Sophie LARROCHE et la Galerie IDA MÉDICIS collaborent avec l’Association AVES France, dédiée à la protection de la nature et de la faune sauvage afin de reverser une part du prix de vente des oeuvres à la protection des Ours Polaires.

Offrir de l’Art, offrir un symbole.

Cette exposition ne s’inscrit pas par hasard dans la période de fin d’année, propice aux plaisirs, aux résolutions et à la bienveillance. IDA MÉDICIS envisage d’associer une nouvelle dimension aux cadeaux de fin d’année : s’offrir ou offrir à un proche une œuvre d’art porteuse d’un message fort. Convertir un acte de consommation en acte citoyen qui trouve une résonnance toute particu- lière chez son destinataire et permet de transmettre l’histoire de cette oeuvre, sa symbolique et sensibiliser le receveur à sa cause.

Exposition du 27 novembre 2019 au 1er janvier 2020 Galerie IDA MÉDICIS, 9 rue Médicis, Paris 6ème

Informations :

www.idamedicis.com

Téléchargez la plaquette de présentation en pdf : aves-dossier.pdf

Rentrée climatique : Grève pour le climat (#ClimateStrike) à Paris – NATION le vendredi 20 septembre 2019

À l’occasion de la venue de Greta Thunberg à l’Assemblée nationale, plus de 60 organisations ont lancé un appel à se mobiliser massivement les 20 et 21 septembre. Ces dates s’inscrivent dans le cadre d’une semaine internationale pour le climat du 20 au 27 septembre. En septembre prochain, des millions de personnes quitteront leur poste de travail ou leur domicile pour rejoindre les jeunes grévistes climatiques dans les rues et exiger la fin de l’ère des combustibles fossiles.

Une mobilisation avec les jeunes

Nous avions prévu de nous regrouper à La Défense. Quel endroit incarne le mieux la dérive de notre société, sa déconnexion avec la nature et sa course effrénée à la consommation et au profit ? Pour nous, ce symbole s’incarne parfaitement sur le site de La Défense, où règne le béton, le business et la consommation… Le quartier s’étend sur une vaste dalle piétonne de 31 hectares surélevée par rapport au sol naturel. La nature y a fait place à l’artificiel.

Nous vous proposions donc de marquer la rentrée climatique et sociale dès le 20 septembre sur les marches de la Grande Arche (Puteaux), celles qui mènent à l’annexe du Ministère de la Transition écologique et solidaire. Aux côtés d’Isha, notre ours polaire (prénom inuit qui signifie « protecteur »), montrons-nous solidaires du mouvement des jeunes et faisons-nous entendre à l’occasion de la grève mondiale pour le climat la plus importante à ce jour.

 

ATTENTION !

Les jeunes pour le climat nous ont demandé de les rejoindre. Nous annulons donc le regroupement à La Défense pour nous retrouver à 12h30 Place de la Nation : https://www.facebook.com/events/1240670739426961/

Nous sommes en état d’urgence climatique. Invitez vos collègues, vos ami·e·s, les membres de votre famille, les membres de vos clubs et les gens de votre quartier. Nous avons besoin de tout le monde : https://www.facebook.com/events/842539312809241/

 

Greta Thunberg, lauréate du Prix Liberté, était à Caen ce dimanche 21 juillet 2019

En ce dimanche caniculaire, la jeune militante pour le climat Greta Thunberg était présente en Normandie pour recevoir le Prix Liberté.

Le Prix Liberté propose à la jeunesse du monde entier de désigner chaque année une personnalité ou une organisation engagée dans un combat exemplaire en faveur de la liberté, comme s’engagèrent ceux qui, au péril de leur vie, débarquèrent le 6 juin 1944 sur les plages de Normandie.

Greta Thunberg a été choisie par des jeunes de 15 à 25 ans, à l’issue d’un vote en ligne, ouvert du 1er au 31 mars 2019. Elle a obtenu 41,67 % des voix, devançant Raif Badawi, blogueur saoudien âgé de 35 ans (actuellement emprisonné) et Lu Guang, photojournaliste chinois âgé de 58 ans, également en détention.

Greta Thunberg est une lycéenne suédoise âgée de 16 ans, qui s’est fait connaître en initiant une grève de l’école pour le climat puis en dénonçant l’inaction des chefs d’Etat et de gouvernements et du manque de prise de conscience concernant l’urgence climatique. Greta Thunberg est intervenue notamment lors de la COP24, en décembre 2018 à Katowice (Pologne), puis au forum économique de Davos (Suisse), début 2019. Sa personnalité calme, sereine, incroyablement mâture pour son jeune âge et sa détermination à se battre pour que la jeune génération prenne conscience de l’urgence climatique l’a rendue populaire. Elle incarne désormais la lutte contre le réchauffement climatique. Le mouvement Youth for climate se développe partout dans le monde et résonne comme un écho à ses appels : http://youthforclimate.fr

Le réchauffement climatique, c’est notre guerre…

Greta Thunberg a donc reçu le Prix Liberté des mains de deux vétérans, Léon Gautier, vétéran du commando Kieffer, et Charles Norman Shay, vétéran américain du Débarquement, parrains du Prix Liberté. Environ 1500 personnes étaient présentes à la cérémonie, dans les jardins de Abbaye-aux-Dames à Caen (et nous sommes ravis d’avoir pu participer à cet évènement).

« En tant que soldat, je me suis battu pour la liberté et pour libérer l’Europe et le monde du nazisme il y a 75 ans. Mais cela n’a aucun sens si notre mère Nature est profondément blessée et que notre civilisation s’effondre en raison de comportements humains inappropriés », a déclaré Charles Norman Shay, se disant « très heureux la jeune génération se batte pour cette noble cause ».

Greta, elle, a annoncé qu’elle donnerait les 25.000 euros du prix à quatre organisations œuvrant « pour la justice climatique et aidant des habitants du sud de la planète qui sont déjà affectés par l’urgence climatique et écologique. »

Chez AVES France, les bouleversements climatiques et l’érosion de la biodiversité sont des sujets qui nous concernent évidemment. Nous participons aux manifestations pour le climat et sensibilisons les enfants dans les écoles avec notre spectacle Papouk le Pizzly, un ours polaire pas comme les autres. Nous avons d’ailleurs pu remettre un exemplaire du livre à Greta. Nous pensons que chacun, à son niveau, doit agir pour le climat. Demain, quelle planète laisserons-nous aux nouvelles générations ? La paix et notre liberté sont des valeurs d’une fragilité extrême. Résisteront-elles face au manque de ressources et aux migrations climatiques ? Greta n’est pas la solution et elle le sait. Elle est simplement une ambassadrice de cette cause qui nous dépasse tous. Elle inspire les jeunes et leur donne envie d’agir, et c’est déjà beaucoup.

Une invitation à l’assemblée nationale mardi 23 juillet 2019

Durant son séjour en France, Greta est invitée à se rende à l’Assemblée nationale mardi 23 juillet. Elle y a été invitée par les 162 députés membres du collectif transpartisan pour le climat « Accélérons », pour une réunion ouverte aux autres parlementaires. A ses côtés interviendront des jeunes Français engagés pour le climat et la climatologue Valérie Masson-Delmotte, vice-présidente du Giec.

Pourtant, certains politiques, comme Guillaume Larrivé (LR) considèrent qu’il n’a pas de leçon à recevoir de la jeune Suédoise et a demandé à ses collègues de boycotter son intervention :

« J’appelle mes collègues députés à boycotter Greta Thunberg à l’Assemblée nationale. Pour lutter intelligemment contre le réchauffement climatique, nous n’avons pas besoin de gourous apocalyptiques, mais de progrès scientifique et de courage politique. »

On peut se demander si certains de nos hommes politiques ont compris l’urgence écologique. Tout ne se résoudra pas par les progrès scientifiques… quand au courage politique, les décennies de politique de l’autruche et d’inactions ne jouent pas vraiment en leur faveur. Mais peut-être qu’il n’accepte tout simplement de prendre une leçon par une adolescente plus consciente que lui des enjeux pour demain ? Car le demain de Greta ne se résume pas à la durée d’un mandat politique.

 

Sortie du livre Papouk le Pizzly, un ours polaire pas comme les autres.

En février 2019, l’association AVES France réalisait la Première de son spectacle « Papouk le Pizzly, un ours polaire pas comme les autres » lors de la Journée mondiale pour sauver les ours, à Paris. En cinq mois d’exploitation, 1500 enfants ont bénéficié de notre spectacle (financé via la vente de tote bags en coton bio par Besson). Le but est de sensibiliser les élèves des écoles élémentaires à la protection de notre planète, aux bouleversements climatiques et à la conservation des espèces menacées.

Aujourd’hui, toute l’équipe est fière de vous annoncer la sortie du livre illustré. Les ventes de cet album jeunesse permettront à notre association de financer les déplacements de nos bénévoles pour continuer d’offrir ce spectacle aux écoles qui en font la demande. + d’infos sur www.papouk.org

Résumé :

L’ourse polaire Aiyanna, après 25 années d’une vie de plus en plus difficile sur la banquise arctique, nous invite dans sa tanière de retraite d’où elle lance son cri d’alerte.

Avec émotion et facétie, elle évoque les dangers qui menacent son espèce, et bien d’autres ! Pollution, bouleversements climatiques, perte de la biodiversité : sujets graves pour le Grand Nord comme pour la planète entière.

Mais Aiyanna garde espoir et nous incite à agir vite. Cet espoir mêlé de craintes, elle le partage en nous racontant l’histoire de son dernier ourson : Papouk, un Pizzly, fruit de son union avec un Grizzly aux confins des territoires glacés, suite aux effets néfastes du réchauffement du pôle. Là-bas, le croisement des ours polaires et des ours bruns donne naissance à une descendance hybride et fragile, dont cet ourson pas comme les autres est le symbole attachant.


Papouk le Pizzly, un ours polaire pas comme les autres.
Auteur : Patrice Mizrahi Illustrateur : Antoine Aubin
Graphiste : Aurélie Khélil Editeur : AVES France
ISBN : 978-2-9517735-1-6
Dépôt légal : Juillet 2019

Album jeunesse 21 x 21 cm, imprimé en France.
76 pages, couleur, couverture souple.
12€ – en vente dans notre boutique Bearz

Journalistes : contactez-nous si vous souhaitez obtenir un exemplaire presse du livre.
Librairies : contactez-nous pour obtenir vos livres au tarif diffuseur (-30% sur le prix HT).

La mascotte d’ours polaire d’AVES France fait sensation lors de la Marche pour le Climat à Paris

Samedi 16 mars 2019, AVES France a participé à la Marche du Siècle, à l’appel de nombreuses associations unies dans la lutte contre le réchauffement climatique, la perte de la biodiversité et l’injustice sociale. Pour l’occasion, nous avons investi dans une mascotte très réaliste d’ours polaire.

Si l’ours polaire est très souvent devenu le symbole du réchauffement climatique, il est – dans le cadre d’une manifestation – l’occasion de créer le dialogue avec les passants et de leur transmettre une émotion. Nous insistons toutefois sur le fait que l’ours polaire est l’arbre qui cache la forêt, puisque les victimes du réchauffement climatique ne s’arrêtent évidemment pas aux espèces emblématiques. Les effets du réchauffement global de la planète auront un impact majeur sur les pays du sud (sécheresses, famines), sur les océans (acidification, montée du niveau de la mer, réchauffement), sur les pôles, mais aussi sur nos vies avec une accentuation des phénomènes météorologiques et un impact sur l’agriculture. C’est la raison pour laquelle nous estimons qu’il faut limiter l’augmentation de la température moyenne à 1,5°C.

 

Isha (prénom inuit qui signifie « protecteur ») est la copie (grand format) d’Aiyanna, la star de notre spectacle Papouk le Pizzly, un ours polaire pas comme les autres. On peut dire que notre ours polaire n’est pas passé inaperçu, pour le plus grand bonheur des enfants et même des nombreux adultes venus lui réclamer un « free hug ».

AVES France continuera de participer aux prochaines marches pour le climat et la biodiversité, ces deux thématiques étant particulièrement urgentes et préoccupantes pour notre avenir à tous. Parallèlement, nous réfléchissons avec les associations locales (en Normandie et dans la Nièvre) sur les actions collectives à mettre en place pour que la France respecte les engagements pris lors des accords de Paris. L’action individuelle n’est plus suffisante et il est urgent de transformer notre société pour limiter notre empreinte écologique.

A noter que le bureau local AVES France Nièvre participait à la Marche pour le climat de Nevers, Sylvie ayant rejoint le Collectif climat 58.

Besoin d’une mascotte d’ours polaire pour vos évènements ? Contactez-nous : https://www.aves.asso.fr/mascotte-ours-polaire-tres-realiste/

Samedi 16 mars 2019 : Marchons pour le climat et la biodiversité !

Samedi 16 mars, AVES France participera à la Marche du Siècle pour dénoncer l’inaction du gouvernement face à l’urgence climatique.

Une délégation d’AVES France sera présente à 14h, Place de l’Opéra à Paris avec des drapeaux, des pancartes et même un ours polaire pour la Marche du Siècle pour le climat et la biodiversité. Nous nous dirigerons vers la place de la République avec les nombreuses autres associations et citoyens qui répondront à l’appel : https://www.facebook.com/events/2398052453540792/

Une autre délégation d’AVES France se réunira à Nevers, AVES France ayant rejoint le collectif climat 58https://www.facebook.com/events/301576710558830/
Le rendez-vous est fixé à 9h45 devant la Gare de Nevers.

Quelles sont les revendications portées par les organisateurs de la Marche du Siècle ?*

Parce que nous ne voulons pas avoir à choisir entre vivre aujourd’hui et survivre demain. On ne peut pas avoir de justice climatique sans justice sociale, c’est une évidence.

Nous vivons dans un contexte environnemental et social de plus en plus critique : émissions record de gaz à effet de serre, disparition de la biodiversité, augmentation des températures et aggravation des inégalités, avec 14% de la population en situation de précarité en France.

En France, plus de 150 000 personnes ont participé aux Marches pour le climat organisées depuis septembre, plus de 2 millions ont signé L’Affaire du Siècle, les étudiant.e.s manifestent chaque vendredi pour défendre leur avenir et chaque samedi des milliers de personnes en gilet jaune descendent dans la rue pour demander plus de considération et des réformes sociales.

Ce 16 mars, dans la rue, nous combattons ensemble les dérèglements climatiques et la violence sociale, et nous refusons toute forme de répression ou de discrimination.

Face aux grands discours et à l’inaction du gouvernement, nous demandons des réponses à la hauteur de l’enjeu : la survie de l’humanité

Pour retrouver l’événement le plus proche de chez vous : https://ilestencoretemps.fr/16mars/

* informations reprises depuis l’évènement Facebook : https://www.facebook.com/events/2398052453540792/