AVES France lance l’opération Vigiblaireau !

L’association AVES France lance l’opération appelée « Vigiblaireau » : concrètement, nous recherchons des lanceurs d’alertes qui veilleront régulièrement aux nouvelles publications des consultations publiques sur le site des préfectures des départements. Ce projet de participation collective est mis en place en raison de l’impossibilité de surveiller régulièrement les nouvelles publications de chaque site internet des préfectures sur l’ensemble des départements en France pour un nombre réduit de personnes ; il est important d’être nombreux pour que le maillage du territoire français soit complet et que le relais fonctionne.

Pour consulter toutes nos opportunités de bénévolat, consultez cette page : https://www.aves.asso.fr/opportunites-de-benevolat-au-sein-daves-france/
Si vous voulez signaler régulièrement les nouvelles publications des projets d’arrêtés préfectoraux relatifs à la chasse du blaireau de votre département ou votre région, inscrivez-vous via ce formulaire: https://lc.cx/ptZZ

La finalité de ce projet est d’obtenir un grand nombre de participants à chaque nouvelle consultation publique. C’est quelque chose de très important, les chasseurs donnent leur avis, nous devons également donner le notre. Les préfets commencent enfin à prendre en compte nos avis comme en témoigne le résultat de la consultation publique concernant le projet d’arrêté d’ouverture et de clôture de la chasse dans le département du Pas-de-Calais pour la campagne 2017/2018 qui vient d’être publié. Cette publication englobait discrètement le projet de reconduite de la période de chasse complémentaire du blaireau du 15 mai au 15 septembre prochain. 48 commentaires sur 52 ont émis un avis négatif sur ce projet d’arrêté. Voici la synthèse des observations du public :

http://www.pas-de-calais.gouv.fr/content/download/28409/191421/file/synth%C3%A8se%20chasse.pdf

En conséquence, le préfet du Pas-de-Calais décidé de faire débuter la période complémentaire de chasse du blaireau à partir du 1er juillet et non pas à partir du 15 mai comme le prévoyait le projet. Bien sûr nous aurions tous préféré qu’aucune période de chasse complémentaire ne soit appliquée mais c’est tout de même une petite victoire puisque les jeunes blaireaux non sevrés et les mères allaitantes ne seront pas tués au printemps prochain dans ce département.

Alors continuons à participer massivement à ces consultations publiques, plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chance de nous faire entendre. Car en plus d’être illégales selon l’article L. 424-10 du Code de l’environnement, les périodes complémentaires de chasse sont dramatiques en terme d’équilibre des populations de blaireaux. Personne n’est dupe que ces périodes de chasse précoces servent à combler un vide dans le calendrier, à une époque où il n’y a rien à chasser en dehors des battues administratives.

Nous devons obtenir leur interdiction en priorité, et à terme la vénerie sous terre n’existera plus.

Continuons le combat pour obtenir la protection intégrale du blaireau!

http://change.org/ProtectionBlaireau – Texte publié sur la mise à jour de la pétition initiée par Frédéric Daniel.


 

Si vous souhaitez soutenir les projets en cours, des articles sont disponibles en permanence dans notre boutique éco-solidaire Bearz.org !
Pour les badges, portes-clefs ou aimants « blaireaux » : https://bearz.org/shop/bpca/protegeons-les-blaireaux/
Tous nos autres articles : https://bearz.org/shop/

Préparation de la Journée mondiale pour sauver les ours 2018 !

En février 2017, AVES France a organisé la première édition française de la Journée mondiale pour sauver les ours.

Vous êtes nombreux à avoir participé aux animations que nous avons mises en place et c’est la raison pour laquelle nous proposons de renouveler cet évènement en 2018 !

Nous invitons tous ceux qui veulent co-construire cette 2ème édition française de la Journée mondiale pour sauver les ours à venir en discuter sur le forum que nous avons installé sur le site dédié : https://www.journeemondialepoursauverlesours.fr/forums/forum/journee-mondiale-pour-sauver-les-ours-2018/

Venez vite donner votre avis et nous soumettre vos idées.
Il ne reste plus que quelques mois pour préparer l’édition 2018 !

Le lobbying au service de la cause animale : AVES France rejoint CAP !

La cause animale s’est imposée ces dernières années comme un sujet de société important.

Les associations ont fait un travail remarquable quant à la couverture médiatique de cette problématique et la sensibilisation du public.

Cependant, l’on peine à voir des résultats politiques concrets à même d’améliorer le quotidien de centaines de millions d’animaux utilisés chaque année en France pour leur chair, leur fourrure, leur compagnie, dans l’expérimentation, les loisirs ou dans divers spectacles et autres zoos. Evolutions qui feraient réellement entrer ces débats dans la sphère politique et faciliteraient l’application du Droit existant et des avancées législatives plus conséquentes à long terme.

Une action politique au service des associations de protection animale ! 

L’objet de CAP est de faire le lien entre le monde politique et les associations de défense des animaux. Grâce à la constitution d’un réseau de parlementaires et d’un travail d’influence, CAP amène les politiques à agir en se basant sur le travail d’expertise des associations.

L’objectif est de rencontrer 150 parlementaires d’ici à juin 2018. L’opinion publique doit être enfin entendue et des avancées significatives en faveur des animaux inscrites dans la loi !

Pour soutenir CAP ou en savoir plus  : http://convergence-animaux-politique.fr

L’ours Micha et les Poliakov étaient à la fête médiévale de Seyne-les-Alpes le 20 août 2017

Cette année, les Poliakov se font discrets. Nos recherches pour déceler leur présence dans les fêtes médiévales sont rendues particulièrement difficiles par le silence des organisateurs, qui n’annoncent plus leur participation dans les programmes. Heureusement, certaines personnes, choquées par la venue des montreurs d’ours, nous écrivent à postériori.

Bonjour, Le dimanche 20 août je me suis rendu à la fête médiévale de Seyne les Alpes sans connaître le programme et qu’elle fut ma stupeur et mon effroi lorsque j’ai vu un couple tenant un pauvre ours enchaîné, muselé, faisant des tours de cirque et le public applaudissait. Depuis ce jours je ne pense plus qu’à cette pauvre bête et sa souffrance. J’ai dit ouvertement ma position et mon mécontentement à une personne responsable de l’organisation de cette manifestation, mais pour lui c’était une grande joie d’avoir fait venir ces gens comme une surprise pour le public et pour en faire venir encore plus (quelle honte de penser à des pratiques d’un autre temps) Comment pouvons nous faire interdire ce gendre de spectacle et de garder un animal qui doit vivre en liberté et non enchainé sans compter les souffrances qu’il doit subir pour être dressé pour le spectacle.

Un article paru dans la presse locale, après la fête médiévale, nous indique que les organisateurs (l’association les Baladins de la blanche) envisagent de réitérer cet évènement dans deux ans. C’est pourquoi je vous invite à leur écrire en nombre pour leur demander de ne plus faire venir de montreurs d’ours.

L’association étant domiciliée à la mairie, vous pouvez les contacter via le formulaire ci-dessous :

 

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Monsieur le Maire de Seyne-les-Alpes,
Mesdames et Messieurs les membres de l'association "Les baladins de la blanche".

Une de vos spectatrices s'est émue de la présence d'un montreur d'ours lors de la fête médiévale qui a eu lieu le 20 août dernier à Seyne-les-Alpes. En effet, lors de cet évènement, vous avez choisi de faire venir les Poliakov et leur ours Micha.

"Le dimanche 20 août, je me suis rendu à la fête médiévale de Seyne les Alpes sans connaître le programme et qu'elle fut ma stupeur et mon effroi lorsque j'ai vu un couple tenant un pauvre ours enchaîné, muselé, faisant des tours de cirque et le public applaudissait. Depuis ce jours je ne pense plus qu'à cette pauvre bête et sa souffrance. J'ai dit ouvertement ma position et mon mécontentement à une personne responsable de l'organisation de cette manifestation, mais pour lui c'était une grande joie d'avoir fait venir ces gens comme une surprise pour le public."

L'association AVES France surveille particulièrement les Poliakov, suite à de nombreux signalements. Ces dresseurs demandent à leurs ours d'effectuer des tours contre-nature. Les membres de l'association ont également relevé à plusieurs reprises des comportements dangereux et des manquements aux soins (ours lâché à proximité du public, prise de photos avec les enfants aux côtés de l'ours, ours laissé pendant des heures dans un van en plein soleil, griffes non coupées, problème à la patte arrière entraînant des boiteries...). Malgré cela, la justice française ferme les yeux et laisse ces dresseurs exercer librement, avec la complicité des organisateurs de spectacles qui, bien souvent en connaissance de cause, les invitent dans leurs villes. De plus en plus de spectateurs refusent de voir ce genre de numéros. Régulièrement, les Poliakov sont pris à partie par des spectateurs qui s'insurgent contre l'état déplorable de l'ours qu'ils exploitent et contre le discours des dresseurs qui, en représentation, se plaignent de l'administration française et des agents de la DDPP qui osent leur demander des comptes.

En tant que défenseur des animaux et sympathisant d'AVES FRANCE, je vous demande de ne plus jamais faire appel à des dresseurs d'ours pour animer vos fêtes. Les mentalités évoluent et les gens ne s'amusent plus devant des animaux dressés. Je suis sûr que de nombreuses troupes d'artistes peuvent vous proposer des alternatives bien meilleures que cette triste exploitation d'un ours cassé par des années de dressage.

Cordialement

Recopiez le texte ici :

Prouvez que vous n'êtes pas un robot :

i-boycott : oui au cirque à Noël, mais sans animaux !

Suite à un post de l’humoriste Guillaume Meurice sur les réseaux sociaux, j’ai découvert l’association i-boycott.org. L’association I-Boycott est désireuse de voir notre économie évoluer dans un sens éthique et durable (où le consommateur possède un pouvoir décisionnel). Elle met à notre disposition un outil permettant au citoyen consommateur de devenir acteur décisionnaire au sein de l’économie.

Pétition vs Boycott

Depuis longtemps, les pétitions ont le vent en poupe. On trouve des pétitions sur tous les sujets sur Internet, mais elles sont trop rarement couronnées de succès. L’avantage du boycott, c’est que les citoyens s’engagent à ne pas acheter un service ou un produit et explique par la signature du boycott la raison pour laquelle il boude l’entreprise ciblée, et quelles actions elle pourrait mettre en place pour le séduire à nouveau.

Ayant reçu un mail publicitaire pour m’inviter à acheter des billets pour le spectacle de Noël du Cirque Médrano, mais dans lequel l’exploitation d’animaux sauvages semblait être un argument commercial, j’ai décide de lancer un appel au boycott.

CIRQUE MÉDRANO : POUR UN SPECTACLE DE NOËL SANS ANIMAUX !

Comme chaque année, de nombreuses villes vont proposer un spectacle de cirque à leurs administrés pour les fêtes de fin d’année. Ce sera le cas à Angoulème, Compiègne, Nantes, Bordeaux, Marseille – Vivaux, Nice, Nancy, Rouen, Saint Nazaire, Nimes, Metz, Troyes et Reims où le Grand Cirque de Noël Médrano se produira entre novembre 2017 et janvier 2018.

Ce rendez-vous annuel est souvent synonyme de fête dans l’esprit des spectateurs, car passées les portes du chapiteau, ils sont plongés dans un monde artificiel, où les tracas du quotidien n’existent plus. Ce divertissement enchante petits et grands par ses lumières, sa musique légère et ses numéros prestigieux. Pourtant, nous vous demandons de ne pas vous rendre cette année aux représentations du cirque Médrano.

Le Grand cirque de Noël Médrano, ce sont 40 animaux exploités sur la piste aux étoiles ! 

Parmi les animaux présentés lors du Grand cirque de Noël, la cavalerie, les animaux exotiques et des tigres. Le cirque Médrano n’est pas inconnu des associations de protection des animaux, qui dénoncent régulièrement les manquements du cirque. Aucun cirque ne peut prétendre offrir des conditions de vie décentes à leurs animaux : ils subissent un dressage dur pour offrir aux spectateurs l’illusion qu’ils prennent du plaisir à exercer des tours spectaculaires, ils vivent dans des cages à longueur de temps et ne sortent de leurs geôles que le temps d’effectuer leurs numéros. Constamment sur les routes, derrière des barreaux, les animaux de cirque sont exploités et font des spectateurs des complices de leur malheur.

Médrano a été épinglé à plusieurs reprises et c’est la raison pour laquelle associations (Code animal, AVES France…) et collectifs citoyens (Pisteurs de cirques, collectif PANTHER…) surveillent ce cirque et organisent des manifestations régulièrement.

  • Septembre 2016 : Un chameau et une dromadaire du cirque Médrano sont euthanasiés après la chute du camion du cirque. Très âgées, les éléphantes Lechmee, Mina et Kamala continuent d’être utilisées par le cirque Medrano, qui les fait se produire sur scène et parader au milieu des voitures.
  • Jusqu’à la fin 2011, le cirque Médrano proposait aux enfants de monter sur le dos d’éléphants. Cette pratique, dangereuse était contraire à la législation en vigueur et notamment à l’arrêté 18 mars 2011. Selon l’article 3 de l’arrêté du 21 novembre 1997, les éléphants sont considérés comme « espèce dangereuse » , aussi. Les enfants se mettaient en danger par risque de chute mais aussi parce que les éléphants sont imprévisibles et dangereux.
  • 2008, des ours exploités dans des conditions indignes : numéro scandaleux de la baronne Maxy Niedermeyer, présentant un ours polaire, un ours brun et un tigre écuyer.
  • Février 2002 : Alexander Lacey, dompteur de fauves anglais (3 lionnes et 4 tigres), n’est pas en possession d’une certificat de capacité valable pour se produire dans un cirque en France. Pour cette raison, le Préfet de la Nièvre a décidé d’interdire, pour des raisons de sécurité publique, la présence des animaux sauvages (tigres, lions, éléphants) tant lors du spectacle que dans la ménagerie. Le cirque se produit quand même : « Toutes les représentations du cirque présenteront des animaux sauvages, malgré l’interdiction décidée par le Préfet de la Nièvre. © http://www.cirques-de-france.fr/ou-sont-ils/médrano

Les animaux de cirques souffrent ! 

Les animaux de cirque, et particulièrement d’espèces non domestiques, se voient imposer des conditions de vie totalement modifiées par rapport à celles auxquelles leur espèce s’est adaptée. Le premier constat, immédiat, concerne les aspects sociaux. Les animaux sociaux, comme les éléphants et la plupart des herbivores, sont astreints à vivre en solitaire, tandis que les animaux solitaires comme les tigres doivent composer avec une vie de groupe. D’autre part, les cirques n’offrent pas aux animaux captifs d’enrichissement de leur milieu, qui leur permettrait d’exprimer leurs comportements naturels. Cette privation sensorielle se traduit par des troubles du comportement, dont les plus détectables sont les stéréotypies, définies comme des séquences comportementales incongrues, répétitives et sans signal d’arrêt. © http://www.cirques-de-france.fr/de-quoi-souffrent-ils

Le cirque peut-il survivre sans animaux ? 

En France, les responsables des cirques assurent que sans animaux, les cirques ne survivraient pas. Pourtant, plusieurs exemples nous prouvent que si la qualité des numéros est là, les gens se déplacent aussi nombreux pour voir un spectacle de cirque, même si aucun animal n’est exploité sous le chapiteau. Certains établissements en ont même fait leur marque de fabrique, comme le Cirque du Soleil ou, plus récemment, le cirque Joseph Bouglione qui a annoncé qu’il se passerait désormais de la présence d’animaux sauvages captifs dans ses spectacles.

« J’ai vu un sondage qui indiquait que 80 % des Français étaient sensibles à la cause animale. Notre métier, c’est de faire un spectacle pour la famille. Si une très large majorité des familles est sensible à la cause animale, on ne peut pas continuer à faire un spectacle qui les dérange. Je ne me voyais pas continuer à présenter des animaux à des gens qui ressentent une gêne morale en venant au cirque. » a expliqué André-Joseph Bouglione à l’association 30 Millions d’amis.

Si la France fait une fois de plus figure d’exception en faisant de la résistance et en refusant d’évoluer et de reconnaître que le dressage d’animaux sauvages n’est plus tolérable à notre époque, à l’étranger, de nombreux pays interdisent l’exploitation des animaux sauvages, comme le montre cette liste publiée par IFAW :

  • Interdiction nationale d’utiliser tout animal dans les cirques : Chypre, Grèce, Malte et Bolivie
  • Interdiction nationale d’utiliser les animaux sauvages dans les cirques : Autriche, Bosnie Herzégovine, Croatie, Slovénie, Colombie, Costa Rica, Salvador, Panama, Paraguay, Pérou, Singapour, Israël et Mexique
  • Interdiction nationale d’utiliser la plupart des animaux sauvages dans les cirques : Belgique, Bulgarie et Pays-Bas
  • Interdiction nationale d’utiliser certaines espèces dans les cirques : République tchèque, Danemark, Finlande, Portugal, Suède et Inde
  • Interdiction nationale d’utiliser les espèces d’animaux sauvages endémiques dans les cirques : Équateur
  • Interdiction nationale d’utiliser les animaux nés dans la nature dans les cirques : Estonie, Hongrie et Pologne
  • Interdictions locales d’utiliser les animaux dans les cirques : Irlande, Norvège, Espagne, Royaume-Uni, États-Unis, Canada, Argentine, Brésil, Chili et Australie

Aussi, nous demandons au public de boycotter le spectacle de Noël du cirque Médrano dans toutes les villes dans lesquelles il se produira, pour montrer à la direction de cet établissement itinérant qu’ils sont attachés au bien-être animal et qu’ils ne souhaitent plus voir d’animaux sous les chapiteaux ou dans les fêtes de villages (montreurs d’ours, meneurs de loups, animaux dans les cirques…).

Nous demandons aux cirques d’inventer de nouveaux spectacles en se passant des animaux, persuadés que les artistes de cirques auront la créativité et le talent pour remplacer les numéros de dressage qui ont fait leur temps. L’exploitation des animaux n’est plus supportable à notre époque et nous invitons les cirques à en prendre conscience dès maintenant afin de vite modifier leurs habitudes, afin que le public puisse retrouver la joie d’assister à des spectacles sans devoir supporter l’idée qu’ils cautionnent l’exploitation ou la maltraitance d’animaux sauvages ou domestiques.

ENGAGEZ-VOUS : SIGNEZ LE BOYCOTT !

Le bureau nivernais d’AVES France confronté au retour du loup. Devenez bénévoles !

Le bureau local Nièvre s’intéresse à la faune sauvage du département. Depuis que le loup a été détecté en fin d’année 2016, nous poursuivons nos missions de communication autour du retour de ce prédateur : participation à des réunions administratives, conférences, tenue de stands à l’occasion de manifestations, et nous avons amorcé une mission de terrain. Nous avons besoin de bénévoles motivés et possédant une bonne connaissance de la faune sauvage pour mener à bien nos actions. Pour postuler, merci de compléter le formulaire ici : https://www.aves.asso.fr/2016/11/recherche-benevoles-desesperement/

Nous avons également relancé la collecte pour notre campagne loup. Si jusqu’à maintenant vos dons ont permis d’investir dans du matériel pour nos actions de sensibilisation, les prochains dons financeront du matériel pour le terrain (appareil-photo, jumelles, pièges-photos…).

Propulsé par HelloAsso

 

Par ailleurs, nous souhaiterions dresser un état des lieux plus précis de la faune présente sur le département – et pour lequel nous manquons de temps, notamment sur les thématiques suivantes : les supposés dégâts aux cultures ou faune sauvage imputés aux renards, blaireaux et mustélidés, les cas de braconnage (par exemple sur chat forestier…), les changements induits par l’arrachage des haies et l’abattage des vieux arbres à cavités (disparition de la petite faune, raréfaction de chauves-souris, rapaces…) et conséquences de la « mortalité routière » sur les populations animales (batraciens, hérissons, couleuvres…) sur certaines zones géographiques.

L’objectif pour 2018 est de monter des animations (conférences et expositions) autour des animaux dits «nuisibles» et de sensibiliser les habitants de la Nièvre à leur protection.

Nous recherchons donc des naturalistes bénévoles susceptibles de nous faire remonter les informations et des militants de terrain, mais aussi des photographes, artistes, conteurs ayant envie de militer à leur façon pour la faune sauvage.

Bearz : de nouveaux projets pour notre marque éco-solidaire

Comme un pari fou, nous avions lancé il y a deux ans la marque Bearz. Le but ? Collecter des fonds pour les associations qui oeuvrent en faveur des espèces menacées en vendant des bracelets en bois. Aujourd’hui, ce sont près de 900 bracelets qui ont été vendus et près de 5.000 euros redistribués aux associations partenaires.

Afin de poursuivre le développement de la marque Bearz, AVES France lance une nouvelle collecte sur Ulule. Nous espérons collecter 738 euros avant le 15 août 2017, afin d’investir dans une machine à badges professionnelle, qui nous permettra de réaliser badges, aimants et porte-clés personnalisés.

Cela nous permettra de vous proposer de nouveaux objets originaux avec des designs militants, dont les bénéfices permettront encore de financer de beaux projets pour les animaux. Ces nouveaux objets pourront comporter des slogans, des photos ou des dessins en faveur de la protection de la nature et la défense des animaux, comme par exemple « Non aux tirs de loups », « Huile de palme, non merci ! », « Renard : utile, pas nuisible !, « Laissez nous vivre en paix avec une image de blaireau… ».

 

Mieux encore, nous pourrons répondre aux demandes des autres associations et leur fournir des badges à tarif préférentiel… parce que chez AVES France, la solidarité passe avant tout !

Nous comptons sur la solidarité pour que cette collecte atteigne rapidement son objectif. Vos dons seront déductibles des impôts et vous recevrez des contreparties selon l’importance de votre soutien.

Carte de France 2017 des villes accueillant un montreur d’ours

Chaque année, grâce à vos signalements, nous faisons la chasse aux spectacles de montreurs d’ours.

Voici la liste des villes qui ont accueilli des montreurs d’ours en 2017.

Nous rappelons aux villes qui font appel à ces spectacles que le collectif contre les montreurs d’ours en France est composé des associations ou fondations suivantes et qu’aucune de ces structures ne cautionne ces spectacles, contrairement à ce qu’affirment certains dresseurs qui n’hésitent pas à mentir aux organisateurs et au public.

Fondation Brigitte Bardot, SPA, ASPAS, FERUS, Protect Bear, AVES France, IFAW, CVN, Rassemblement anti chasse, Code animal, One Voice… et bien d’autres !

montreur_ours_recto_2016

montreur_ours_verso_2016

L’ours Valentin à la fête médiévale de Bourg-le-Roi (72) le 25 juin 2017

Comme en 2015, le comité des fêtes de Bourg-le-Roi (72) a décidé de faire appel à Frédéric Chesneau et à son ours, Valentin, pour animer l’édition 2017 de sa fête médiévale, qui aura lieu le 25 juin.

AVES France vous invite à contacter « Bourg-Le-Roi Animation et Patrimoine »  https://www.facebook.com/events/583362471866053/ qui est l’organisateur de cet évènement. Vous pouvez aussi laisser un message sur la page de leur évènement facebook : https://www.facebook.com/events/583362471866053/

Si vous souhaitez envoyer un email à la mairie, aux organisateurs et à la DDPP, vous pouvez également utiliser le formulaire ci-dessous :

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Monsieur Lafosse, responsable du Comité des fêtes,
Monsieur le Maire, Philippe Martin,
Mesdames et Messieurs les agents de la DDPP de la Sarthe.

Je viens de découvrir le programme de votre fête médiévale, organisée le 25 juin 2017 à Bourg-le-Roi (72) et je déplore qu'à nouveau, vous ayez décidé de faire appel à Frédéric Chesneau et à son ours Valentin. Je suis opposé à l'exploitation indigne des animaux dans ce genre de fête.

D'abord, ces spectacles n'ont rien de pédagogique. On ne peut pas sensibiliser le public au respect des animaux sauvages en lui montrant un ours captif, dressé pour faire des numéros. L'ours est l'exact opposé de cette image d'animal asservi. L'ours est un animal libre, solitaire, qui fuit les hommes et ses congénères. C'est un animal sauvage qui a besoin d'espace et d'un milieu naturel riche pour survivre, rien à voir, donc, avec le pauvre Valentin qui a été dressé pour enrichir son propriétaire.

Les animaux comme l'ours Valentin subissent le stress du transport - souvent long - et sont contraints de supporter de longues heures d'attente avant d'effectuer leurs numéros, puis les bruits ambiants (applaudissements, musique, etc …). Encore une fois, cette ambiance est contraire aux besoins naturels des ours. Si vous aimez réellement les animaux, je vous demande de faire annuler ce spectacle et de prendre l'engagement dans votre commune de ne plus faire venir de spectacles mettant en scène des animaux sauvages.

D'autre part, j'attire votre attention sur l'aspect sécuritaire qui est du ressort des organisateurs, notamment en présence d’animaux sauvages dont le comportement lié au stress ou au bruit peut-être imprévisible et dangereux pour les spectateurs. J'envoie également ce message à la DDPP de l'Eure en leur demandant de bien vouloir se déplacer pour contrôler l'état sanitaire de l'ours Valentin et de vérifier la conformité des certificats de capacité du dresseur.

En tant que défenseur des animaux et sympathisant de l'association AVES FRANCE, je vous demande de renoncer à ce type de spectacle où les animaux sont exploités pour le plaisir égoïste des spectateurs. Nous sommes en 2017 et les mentalités évoluent. Il est temps d'enfin tenir compte des besoins naturels des animaux et de mettre un terme à ces spectacles.

Dans le cas où la présence de ce spectacle est maintenue, j'envisage d'être présent pour manifester ma désapprobation.

Cordialement

Recopiez le texte ici :

L’ours Valentin à la fête médiévale de Faverolles-la-Campagne (27) le 18 juin 2017

Le comité des fêtes de Faverolles-la-Campagne a choisi une nouvelle fois de faire appel à Frédéric Chesneau et à son ours Valentin pour animer sa fête médiévale, qui se tiendra le dimanche 18 juin 2017.

Nous vous invitons à contacter la Mairie de Faverolles-la-Campagne (mairie.faverolles-la-campagne@orange.fr) afin de leur faire part de votre mécontentement.

© Copie d’écran de la page Facebook de l’évènement.

Vous pouvez également laisser vos messages sur la page facebook de l’évènement https://www.facebook.com/events/183437798819295/ ou sur le profil du comité des fêtes : https://www.facebook.com/profile.php?id=100015536140857 ou encore remplir le formulaire ci-dessous :

Votre prénom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet du mail (obligatoire)

Votre message (nous vous proposons ce texte que vous pouvez personnaliser. Merci toutefois de rester courtois !

Mesdames et Messieurs les responsables du Comité des fêtes,
Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs les agents de la DDPP de l'Eure.

Je viens de découvrir le programme de votre fête médiévale, organisée le dimanche 18 juin 2017 à Faverolles-la-Campagne (27) et je déplore qu'à nouveau, vous ayez décidé de faire appel à Frédéric Chesneau et à son ours Valentin. Je suis opposé à l'exploitation indigne des animaux dans ce genre de fête.

D'abord, ces spectacles n'ont rien de pédagogique. On ne peut pas sensibiliser le public au respect des animaux sauvages en lui montrant un ours captif, dressé pour faire des numéros. L'ours est l'exact opposé de cette image d'animal asservi. L'ours est un animal libre, solitaire, qui fuit les hommes et ses congénères. C'est un animal sauvage qui a besoin d'espace et d'un milieu naturel riche pour survivre, rien à voir, donc, avec le pauvre Valentin qui a été dressé pour enrichir son propriétaire.

Les animaux comme l'ours Valentin subissent le stress du transport - souvent long - et sont contraints de supporter de longues heures d'attente avant d'effectuer leurs numéros, puis les bruits ambiants (applaudissements, musique, etc …). Encore une fois, cette ambiance est contraire aux besoins naturels des ours. Si vous aimez réellement les animaux, je vous demande de faire annuler ce spectacle et de prendre l'engagement dans votre commune de ne plus faire venir de spectacles mettant en scène des animaux sauvages.

D'autre part, j'attire votre attention sur l'aspect sécuritaire qui est du ressort des organisateurs, notamment en présence d’animaux sauvages dont le comportement lié au stress ou au bruit peut-être imprévisible et dangereux pour les spectateurs. J'envoie également ce message à la DDPP de l'Eure en leur demandant de bien vouloir se déplacer pour contrôler l'état sanitaire de l'ours Valentin et de vérifier la conformité des certificats de capacité du dresseur.

En tant que défenseur des animaux et sympathisant de l'association AVES FRANCE, je vous demande de renoncer à ce type de spectacle où les animaux sont exploités pour le plaisir égoïste des spectateurs. Nous sommes en 2017 et les mentalités évoluent. Il est temps d'enfin tenir compte des besoins naturels des animaux et de mettre un terme à ces spectacles.

Dans le cas où la présence de ce spectacle est maintenue, j'envisage d'être présent pour manifester ma désapprobation.

Cordialement

Recopiez le texte ici :