Le loup est-il de retour dans la Nièvre ?

C’est la question que nous nous posons suite à une série d’articles parus au cours de la semaine dans le Journal du Centre. (voir notre page facebook). En effet, des moutons ont été attaqués dans le Bazois, à Chougny et l’un des éleveurs qui a eu l’idée de poser une caméra sur un tronc d’arbre, a fixé l’image d’un canidé. La préfecture a été prompte à réagir (conférence de presse, réunion en urgence et n° de téléphone pour les éleveurs qui subiraient des attaques) et nous a invité à participer à une réunion en fin de semaine prochaine. Les techniciens de l’ONCFS ont été chargés de déterminer si les attaques sont bien imputables à un loup, leurs résultats sont attendus dans les prochains jours.

Comme nous le rappelons souvent, il est naturel que le loup fasse des apparitions dans la Nièvre, il est encore en expansion géographique et les tirs autorisés par l’Etat (sans compter les actes de braconnage) participent hélas à la dispersion des individus et l’éclatement des meutes. Le loup n’est pas un danger pour l’homme, il peut l’être pour les animaux domestiques, ovins et caprins en particulier, mais les mesures de protection des troupeaux existent et sont efficaces quand elles sont correctement mises en place. N’oublions pas que le loup est un opportuniste qui préfère la facilité et le moindre effort… A choisir entre un chevreuil et un mouton, il n’hésite donc pas. Il faut donc lui compliquer la tâche (présence de chiens, clôtures adaptées, etc.) pour l’inciter à se tourner vers des proies sauvages. Notons également que des troupeaux de moutons, notamment dans le Morvan sont aussi la cible de chiens domestiques, faits divers systématiquement relayés dans la presse locale.

Nous veillerons particulièrement à la diffusion d’informations  exactes afin d’éviter toute psychose ou emballement médiatique. Nous avons déjà pu lire cette semaine, dans l’un articles du journal, l’affirmation d’un protagoniste déclarant  »

“Là, il s’agissait de tuer pour tuer. Les bêtes sont quasiment intactes”

Et bien non, le loup ne tue pas pour tuer, mais simplement pour se nourrir, comme d’autres carnivores. Cessons de prêter à canis lupus des comportements de tueur, cela est bon dans la littérature peut-être, mais pas dans la réalité. Cette affirmation « primaire » est dénuée de tout fondement scientifique.

Enfin, l’éleveur en question ayant disposé une cage-pièce à renard près de son troupeau, nous avons contacté l’ONCFS pour nous assurer que la législation sera bien respectée, le loup figurant sur la liste des espèces protégées, il n’est point question de piéger quelque animal que ce soit.

Nous espérons que les Nivernais sauront raison garder, que l’animal soit de passage ou non, et que la cohabitation paisible avec l’animal sera la priorité de la préfecture.

 

Posted in Grands prédateurs (ours, loup, lynx), Nièvre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.