Consultation publique sur le cormoran : participez

Le cormoran est protégé au titre du régime général de protection de toutes les espèces d’oiseaux visées à l’article 1er de la directive 2009/147/CE relative à la conservation des oiseaux sauvages.
Conformément au code de l’environnement il est toutefois possible de déroger à l’interdiction de destruction des spécimens pour prévenir :
– des dommages importants aux piscicultures en étang ou la dégradation de la conservation des habitats naturels que ces dernières peuvent contribuer à entretenir ;
– les risques présentés par la prédation du grand cormoran pour les espèces de poissons protégées ainsi que pour celles pour lesquelles des indications suffisantes permettent d’établir que l’état de conservation de leur population est défavorable, prévenir des dommages importants aux piscicultures.
Ces dérogations peuvent être accordées par les préfets des départements dans lesquels ont été constatés des dégâts sur les piscicultures ou les eaux libres. Les quotas départementaux dans les limites desquelles celles-ci peuvent être octroyées tiennent compte de l’évolution constatée de la population de cormorans.

La consultation est ouverte du 9 juillet au 31 juillet 2015.

Il s’agit encore une fois d’accorder des dérogations pour une espèce protégée ! Une fois de plus avec des arguments bidons : on veut protéger les poissons « protégés » du grand méchant cormoran lui-même « protégé ». Toujours aucune connaissance de l’écologie dans les préfectures.
Ici, nous nous concentrerons sur les quotas pour une large zone couvrant la Nièvre bien sûr (900) mais aussi l’Allier (900) et la Saône et Loire (1550).

A vos claviers ! C’est ici.

Posted in Nièvre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.