Le loup, éternel coupable…

Depuis plusieurs mois, les élus locaux et le gouvernement crient haro sur le loup et prétendent vouloir réguler l’espèce, au mépris de la législation et des règles de conservation d’une espèce.
L’objectif est autant de calmer – et de se concilier – les éleveurs ovins qui ne veulent pas entendre parler de cohabitation, et lâcher un peu de lest vers les chasseurs qui n’abandonnent pas leur idée fixe de pouvoir un jour prochain ajouter canis lupus aux espèces chassables.

Le seul argument des éleveurs vis à vis du public repose sur l’argument moral; faute de pouvoir toucher les français en parlant de la crise de la filière ovine, on utilise l’émotion. C’est ainsi, que les journaux locaux et nationaux relatent avec complaisance les attaques de loups sur les troupeaux, faisant ressortir toute l’horreur d’une attaque, les souffrances des agneaux et brebis, etc.
Evidemment, pas un mot sur la souffrance des mêmes animaux qui partent pour les abattoirs !

Une autre image est également soigneusement occultée par les éleveurs, surtout quand le prédateur est, non pas un loup, mais un bipède, un autre homo sapiens…

Nous vous laissons donc le choix d’aller lire cet article du journal du centre qui relate la mort sordide de 7 agneaux et 1 brebis. C’est un cas, hélas, parmi tant d’autres en France, et qui ne concerne pas que les moutons. La maltraitance animale est du fait de l’homme. Amis éleveurs, sortez vos mouchoirs…

Posted in Grands prédateurs (ours, loup, lynx), Nièvre.

3 Comments

  1. Mais parlez du loup c’est tellement plus vendeur ! Et puis, les loups donnent des indemnisations, pas le reste.
    Dans tout les cas la situation ne fait qu’empirer, il serait temps qu’on réussisse à passer le cap de cette confrontation entre pro et anti, à force de ne pas faire grand chose la situation est devenue explosive alors qu’il suffirait de fixer des règles concrètes et de pouvoir parler de ce dossier sans tabou.

  2. Pourquoi ne pas lancer enfin une pétition plus généraliste sur change.org, mais en travaillant le sujet afin de véritablement sensibiliser et contrer les lobbies divers, souvent très minoritaires. Le gouvernement français semble oublier sa mission écologique, les éleveurs français ne cherche pas à trouver de solution et l’opposition attise le foyer …

  3. Dans le cas du loup, on retrouve la même stratégie que dans le cas du lynx (disparu des Vosges après avoir vu ses effectifs amplifiés pendant des années par l’ONCSF et un nombre décisif de lynx braconnés ou légalement éliminés) et de l’ours : on nous fait croire à une expansion importante, à un lien entre le prédateur et la crise de l’élevage, et les porteurs de fusils se préparent à l’abattage.La grande question c’est de nous faire entendre et d’obtenir une protection des animaux sauvages et de la nature tout de suite. Pourquoi échouons-nous? Il y a des causes externes…et des causes internes à cette impuissance.Il nous faut une stratégie digne de ce nom et des succès.
    Par ailleurs, comme cela a été souligné, le sort des animaux sauvages et celui des animaux domestiques sont liés inextricablement…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.