Je désherbe sans produits chimiques de Denis Pépin

SHADOWBOX_LIV_COUVERTURE_252_1420540078

Un tel prodige est-il possible, dans nos vertes contrées où les lobbies d’une agriculture chimique et intensive travaillent à convaincre les jardiniers amateurs que les saloperies chimiques qu’ils commercialisent sont indispensables au potager ? Et bien oui, grâce à un réseau de résistants dont Denis Pépin fait indéniablement partie.

Denis Pépin est ingénieur écologue et agronome, un homme sympathique et passionnant que j’ai eu la chance d’avoir comme formateur pour mon stage de Maître-Composteur.

Je me répète, je sais, mais jardiner en harmonie avec la nature me semble être un acte de résistance. Vraiment. C’est une façon de voir la vie autrement, de se libérer d’un carcan que l’on cherche à nous imposer, d’envoyer promener les grosses firmes aux desseins douteux et les réglementations françaises et européennes particulièrement absurdes.

C’est également une façon de participer à la sauvegarde de la biodiversité.

Mais revenons à nos outils et à nos herbes magiques. Jardiner sainement implique de renoncer à certaines habitudes, de faire un peu d’efforts et de reconsidérer notre rapport au jardin.

Cet ouvrage fourmille de conseils et de techniques, la plupart du temps fort simples, à mettre en oeuvre et appliquer progressivement. Le sarcloir et le couteau à désherber vont devenirs vos meilleurs amis, vous allez apprendre à tirer parti du carton et du paillage, et même, ô joie, à laisser pousser l’herbe autour des troncs d’arbres ou à vous émerveiller de laisser pousser paquerettes, herbe à robert ou bugle rampant chez vous. Parce qu’en plus, ces soi-disant mauvaises herbes sont belles !

Pour avoir déjà testé la plupart de ces méthodes, je confirme que ce n’est guère fatiguant, au contraire, car on décide de laisser pousser certaines plantes, et on ne s’occupe vraiment que de la partie « potager ». Et même là, avec un peu de patience, un carton et de la paille viendront à bout plus facilement d’un espace herbacé que n’importe quel engin à moteur, bruyant et polluant et des litres de désherbants qui vont empoisonner la terre et la microfaune.

Et à la fin, quelle récompense de voir la petite faune et les insectes revenir dans un jardin débarrassé de ses produits chimiques !

Le petite plus : J’ai apprécié les rubriques « pas à pas » et surtout les annexes présentées sous forme de tableau, bien pratique pour choisir son paillis en un coup d’oeil.

Posted in Chronique littéraire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.