Un empoisonnement universel de Fabrice Nicolino

couv-11-33be6

Fabrice Nicolino signe à nouveau un ouvrage majeur sur le thème des pollutions chimiques. Certes, ce n’est pas le premier à se pencher sur la question mais son livre est sans nul doute l’un des mieux documentés.

Il débute comme un thriller historique qui donne des sueurs froides. Car bien sûr, toute l’histoire de l’humanité est inscrite dans le sang. Cela commence grosso modo avec la première guerre mondiale qui marque véritablement l’essor de l’industrie chimique. Des armes de destructions massive aux produits destinés à améliorer le travail (et le rendement) des agriculteurs, il n’y a qu’un pas qu’ont allègrement franchi scientifiques et entreprises dans les années noires de l’avant et après-guerre. Que l’on ait fricoté avec les nazis n’empêche apparemment pas de recevoir des prix Nobel ou de faire partie des conseils d’administration de multiples et opulentes sociétés. Après cette première partie consacrée à retracer la naissance d’entreprises célèbres et toujours florissantes, dont Bayer, BASF, Dow Chemicals, Du Pont, etc., on passe à une vérité tout aussi atroce : la présence d’un nombre incalculable de substances chimiques dans notre environnement, dans l’eau, dans notre sang… Aucun homme, aucun animal, aucune partie du globe, du désert de sable à la banquise, n’est épargné. Nous sommes tous contaminés.

Le journaliste se penche alors sur les manoeuvres de l’industrie chimique, décrit les campagnes de lobbying, la complicité passive du pouvoir politique et d’organismes officiels, les luttes de pouvoir d’individus dénués de scrupules, rappelle la désinformation qu’on distille sournoisement pour gagner du temps.

Comme en tant d’autres domaines, les rapports de scientifiques indépendants, les articles des lanceurs d’alerte sont soigneusement ignorés, tandis que les grands pollueurs de ce monde, sont de toutes les réunions, de tous les comités, participent à toutes les décisions et infiltrent même de vénérables institutions. Pendant ce temps là, les gens et les bêtes continuent à crever du cancer, à souffrir du diabète, d’obésité, on découvre de «nouvelles» maladies que l’on ne saurait guérir, les malformations augmentent, le taux de personnes allergiques à tout et n’importe quoi aussi. L’Histoire est émaillée de nombreux scandales (au hasard, l’amiante…) et accidents majeurs (un seul exemple parmi tant d’autres, Bhopal) mais personne n’en a retenu les leçons. Ni ici, ni là-bas…

Réjouissant, non ?

Enfin, cerise sur le gâteau, on découvre que, oui, on vit plus vieux, mais pas en bonne santé. A quoi cela sert-il d’atteindre les 90 ans et de ressembler à un légume, je vous le demande ? Fabrice Nicolino nous offre donc un livre dense, clair et vraiment érudit. Courageux aussi.

Après tout ce que je viens d’écrire, il m’est impossible de mentir et de dire que le livre se termine sur un happy-end. Il n’y en aura pas. Et pourtant, ce n’est pas une raison pour baisser les bras. Une piste ? Se passer de produits chimiques dans notre quotidien, quand cela est à notre portée. Et choisissons une autre voie.

Posted in Chronique littéraire.