Montreurs d’ours : les questions que vous vous posez !

Cela fait des années que nous luttons contre les spectacles de montreurs d’ours. C’est presque devenu un jeu systématique pour savoir qui du dresseur ou du protecteur va réussir les arguments qui font mouche auprès de l’organisateur du spectacle.

Et même chez nos sympathisants, il n’est pas rare de lire des interrogations sur le bien fondé de cette action. Il me semble donc important d’expliquer pourquoi nous nous opposons à ce type de spectacles.

Deux exemples de réactions : 

Sedan 2008

Sedan 2008

Sur facebook, en commentaire à une de nos actions :

J’ai vu ce monsieur (Frédéric Chesneau) dans une émission. Il a un rapport quasi fusionnel avec son ours. Il a l’air de s’en occuper parfaitement. Du coup, je vois pas l’intérêt de l’empêcher de faire son spectacle, y’a sûrement plus à dire de certains cirques.

 

Par courriel, suite à un mail envoyé aux organisateurs d’un spectacle :

Bonjour Madame,

Nous avons bien recu votre mail concernant la représentation d un montreur d ours le 22 décembre prochain dans notre ville.

Nous sommes très soucieux des conditions de vie et de représentation des animaux, c’est pourquoi, lors de notre recherche nous nous sommes attardés longuement sur les critères de sélection du dresseur en question.

C’est pourquoi je peux vous dire que, contrairement à de nombreux autres animaux l’ours présenté n’ a pas les dents limées , ne possède pas de muselière ni d’anneau .

De plus monsieur Cheneau est labellisé par l’association francaise de protection des animaux de travail ( c’est actuellement le seul dresseur en France à posséder ce label ). Cette labellisation est le fruit du travail d’une fedération de protection animale qui a étudié l’élevage de Mr Cheneau ainsi que les conditions de vie de ses animaux dans leur milieu et pendant les représentations.

De plus,le dresseur est habilité par le ministere de l’environement et agréé pour le transport d’animaux sauvages par la direction départementale de protection des populations.

Je pense donc que vous avez compris que nous avons bien étudié cette animation et les conditions de vie de ces animaux.

Je reste bien sur à votre disposition pour tout complement d’information.

Cordialement

Nicolas DEREEPER
Relations Publiques
Attractivité du Territoire
nicolas.dereeper@mairie-calais.fr | www.calais.fr

 

Notre réponse : 
Nous sommes heureux d’apprendre que vous êtes soucieux du bien être des animaux, comme vous le précisez dans votre réponse.

Permettez-nous toutefois de revenir sur quelques points :

Tout d’abord sur le label de l’association francaise de protection des animaux de travail, association dont nous ne contestons pas l’existence. Elle est en effet bien déclarée et enregistrée au Journal Officiel comme une association dans le 77. Nous en avons déjà entendu parler, même si, après prise de contact par courrier afin de mieux connaitre leurs objectifs, nous n’avons jamais obtenu la moindre réponse (association fantôme ?).  Quant à une fédération francaise de protection animale qui aurait validé le label, détrompez-vous car il n’existe pas de fédération de protection animale et encore moins une qui aurait pu accorder un quelconque label à un montreur d’Ours. Prenez la peine de demander à M. Chesneau le nom de cette fédération… De vérifier les attestations qu’il présente dans son dossier. Il est vrai que M. Chesneau souhaiterait être reconnu comme un « bon » montreur d’ours (il nous a même déjà approchés dans ce sens), mais avons dû lui signifier une fin de non recevoir.

Son ours n’a certes pas les dents limées (il est d’ailleurs formellement interdit d’édenter ou de dégriffer un animal). Il ne porte pas non plus de muselière, ce qui n’est pas forcément un acte de maltraitance (on en met à certains chiens, ça peut-être simplement un accessoire pour prévenir les accidents). L’actualité ces derniers mois a montré qu’un animal sauvage peut devenir imprévisible et, dans ces cas là, difficile à maitriser (pour exemple, un éléphant s’est échappé et a tué une personne, un dompteur a été attaqué par ses lions).

Nous ne contestons pas non plus les conditions de vie CHEZ le montreur d’Ours. M. Chesneau nous a invité chez lui pour voir les conditions de vie de ses animaux quand ils ne travaillent pas.

Là où nous ne sommes pas d’accords, c’est le fait d’amener un ours ou tout autre animal sauvage au milieu d’une foule bruyante. L’ours est un animal discret, qui fuit le bruit et le monde. Même si ses ours sont nés en captivité, ils restent des ours. Certains ours qui n’ont jamais connu la vie sauvage reproduisent dans des parcs zoologiques des comportements innés, comme se creuser une tanière pour hiverner. D’ailleurs, le discours de M. Chesneau a changé. Aujourd’hui il insiste sur le fait que ses ours sont nés en captivité quand il racontait au public, il n’y a pas si longtemps, qu’il les avait sauvés et que sans lui, ils seraient morts !

AVES France dénonce également les conditions de transport et d’attente des animaux en dehors de leur prestation (cage exigüe, absence d’intimité). Ces conditions ne répondent absolument pas aux besoins  des animaux.

Quant aux autorisations, normalement tous les montreurs d’ours se doivent d’être en règle, bien que certains contrôles des DDPP révèlent parfois des manquements.  Les montreurs d’ours se voient alors interdire de produire le spectacle prévu. Nous avons demandé à la DDPP de votre département de faire un contrôle le jour du spectacle.

Ne pensez vous pas qu’en présentant ainsi l’Ours, vous donnez une image fausse et dégradante de l’animal aux générations futures ? Comment peut-on prétendre faire de la sensibilisation sur un animal sauvage en l’exhibant devant la foule ?

La faune sauvage a besoin qu’on la protège « in situ » et qu’on la laisse tranquille. Nounours a grandi, mais ce n’est toujours pas une peluche !

Posted in Animaux captifs and tagged , , , .

One Comment

  1. excellente réponse.
    La cage la plus belle n’est qu’une cage, et l’être humain si friand de sa liberté se soucie bien peu de celle de ses frères dits inférieurs !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.